L’abduction de Pascagoula

Le cas de Pascagoula implique deux hommes: Parker et Hickson, tous deux de Gautier, Mississipi. Ils étaient en train de pêcher dans la rivière Pascagoula, lorsqu’ils entendirent un bourdonnement derrière eux. Tous deux se sont retournés et ils ont été terrifiés en voyant un objet brillant avec des lumières bleues en forme d’oeuf de 3 mètres de large et 2.50 mètre de haut. Son avant flottait juste au-dessus du sol à environ douze mètres de la rive. Alors que les hommes, glacés par la peur, regardaient, une porte apparut dans l’objet et trois étranges créatures flottaient au-dessus de la rivière dans leur direction.

 

alien-abduction

Charles Hickson  et Calvin Parker.

Classification

Type de cas/Rapport: Cas important
Classification Hynek : CE4

Particularité/caractéristique: Abduction, Effet physiologique, Détecteur de mensonge, Photo du témoin, humanoïde/Occupant

Les Créatures avaient des jambes mais elles ne s’en servaient pas. Elles mesuraient environ 1.50 m, elles avaient la tête en forme de balle, elles n’avaient pas de cou et à la place du nez et des oreilles, il y avait de minces objets coniques qui sortaient, comme une carotte sur la tête d’un bonhomme de neige. Elles n’avaient pas d’yeux, elles avaient une peau grise ridée, des pieds ronds et des griffes en guise de main.

PascagoulaAccurso

 

Occupant de l’OVNI de Pascagoula tel que décrit pas Charles Hickson à Tony Accurso, dessinateur du  » Dick Carvett Show.(credit: Ralph and Judy Blum, Beyond Earth: Man’s Contact with UFOs)

Deux des créatures saisirent Hickson pendant que la troisième attrappait Parker, l’adolescent s’évanouit de frayeur. Hickson affirma que lorsque les créatures placèrent leurs mains sous ses bras, son corps s’engourdit et qu’alors ils l’emmenèrent dans une pièce très écalairée à l’intérieur de l’ovni, où il fut soumis à un examen médical par un appareil semblable à un oeil, qui tout comme Hickson flottait dans les airs.

A la fin de l’examen, les créatures ont simplement laissé Hickson flotté, entièrement paralysé hors les yeux, et elles allèrent examiner Parker, qui, pense Hickson, était dans une autre pièce. Vingt minute après que Hickson eut observé l’ovni, il était ramené dehors en flottant et il fut relâché. Il trouva Parker sanglotant et priant sur le sol à côté de lui. Quelques instants plus tard, l’objet décolla et quitta le site à toute allure.

N’attendant que d’être ridiculisés si ils racontaient à qui que se soit ce qui était arrivés, Hickson et Parker décidèrent au début de se taire; mais ensuite, parce que le gouvernement pourrait vouloir ou devrait être informé à ce sujet, ils téléphonèrent à Kessler Air Force Base à Biloxi. Là un sergent leur dit de contacter le shérif. Mais ne sachant pas comment les autorités locales recevrait leur histoire bizarre, ils se rendirent au bureau du journal local pour parler avec un journaliste. Quand ils trouvèrent les bureaux fermés, Hickson et Parker comprirent qu’ils n’avaient pas d’autres alternatives que de parler au shérif.

Le shérif, après avoir écouté leur récit, plaça Hickson et Parker dans une pièce équipée de micro. Il pensait que si les deux hommes étaient laissés seuls, ils révéleraient le canular, bien sûr cela ne se produisit pas. La presse locale rapporta leur histoire; les radios la reprirent et en quelques jours la Rencontre de Pascagoula faisait la une dans tout le pays. L’ Aerial Phenomena Research Organization (APRO), fondée en 1952, envoya dans le Mississippi un professeur d’ingénierie de l’Université de Californie pour enquêter. J. Allen Hynek, représentant l’Air Force, se déplaça également. Ils intérogèrent les témoins ensemble. Harder hypnotisa Hickson mais il dût mettre fin à la session quand Hickson devint trop effrayé pour continuer.

Hickson et Parker passèrent par la suite au détecteur de mensonge. Hynek et Harder croyaient le récit des deux hommes. Hynek a plus tard été cité comme disant:  » Il y avait certainement ici quelque chose qui n’était pas terrestre ».

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *