Alfred Nobel, marchand de canons et philanthrope


Alfred Nobel le créateur d’un prix  philanthropique dont les fonds proviennent de la lucrative industrie de la guerre.

Saviez-vous que le créateur du fond pour  les prix Nobel était loin d’être un ange. Alfred Nobel a ramassé une immense fortune en vendant des armes et en profitant des guerres dans le monde. La vie du type fait davantage penser au personnage machiavélique de Monsieur Burns dans les Simpsons qui vendait des obus aux nazis mais qui est obsédé par l’image de marque dont les gens ont de lui. Le Prix Nobel est une récompense entachée par l’industrie de l’armement. On pourrait même dire que le montant de la récompense est en quelque sorte de l’argent sale ramassé grâce aux guerres lucratives dont a profité Alfred Nobel. D’un autre côté le père de la dynamite semblait trouver important de valoriser ses causes nobles.

Nobel vu par lui-même

En 1887 à l’âge de 54 ans, l’inventeur de la dynamite se décrit lui-même de cette façon: «Alfred Nobel, créature pitoyable qui aurait dû être étouffée par un médecin compatissant lorsqu’il fit son entrée criarde dans cette vie. Ses plus grandes qualités : garder ses ongles propres et n’être jamais un fardeau pour personne. Grande faiblesse : n’avoir ni femme ni enfant, ni une disposition ensoleillée ni un appétit robuste. Evénements importants dans sa vie : aucun.» Ce qui ressort nettement de sa personnalité c’est son retrait par rapport à l’espèce humaine. Même enfant, il ne jouait pas avec les autres enfants.

Alfred Nobel le père de la dynamite

Dès 1862, Alfred Nobel un chimiste, industriel et fabriquant d’armes (son nom est associé aux fameux canons bofors) se concentre sur la conception d’explosifs et l’amélioration technique de la nitroglycérine qui à son époque, était difficile à transporter car les explosions accidentelle arrivaient souvent. Nobel a d’ailleurs perdu son frère cadet Emil lors d’une explosion  de nitroglycérine dans une des usines de la famille. Avec une réputation de savant fou, il continue ses recherches parfois sur une peniche (qui aimerait avoir comme voisin un type qui fabrique des explosifs?).

Il mélange donc la nitroglycérine peu stable au Kieselhuhr (terre absorbante, un solide inerte) qui rend la matière explosive plus sécuritaire  pour le transport et la manutention. Il adjoint à ce mélange un détonateur et son invention qu’il nomme «dynamite» est breveté le 25 novembre 1867. Il teste son invention dans une carrière, cette trouvaille aidera par la suite l’industrie minière et les travaux publics mais aussi marquera l’histoire humaine pour des raisons moins nobles. En 1875 il perfectionne son invention et  brevette la «dynamite extra Nobel», un explosif à puissance décuplée. Il invente également la  balistite (mélange de nitroglycérine, de nitrocellulose et de camphre), poudre à canon sans fumée pour remplacer la poudre noire. Vint ensuite le développement de la dynamite-gomme, qu’il appelle gélatine explosive, qui est utilisable sous l’eau. En tout. Nobel dépose quelque 300 brevets ce qui le place après Edison qui lui en aurait déposé un millier.
La création de la fondation Nobel

Un fait de sa vie privé explique peut-être qu’il existe un prix Nobel de la paix. En 1876, il engagea comme secrétaire une autrichienne dont il devint amoureux, Bertha Kinsky, une femme décrite comme étant belle et cultivée. Il n’obtint jamais les faveurs de Kinsky car celle-ci retourna en Autriche pour se marier. Cependant la dame en question devint une activiste pour la paix plus tard et reçu même en 1905 le prix Nobel de la paix créé par Nobel. Il y a donc des fortes possibilités que cette femme ait eu assez d’influence sur Nobel pour l’inciter à créér un prix Nobel de la paix.

C’est un peu par un concours de circonstances que la fondation pour le Prix Nobel existe. Nobel a passé sa vie entière à faire fortune avec les armes et les guerres et les morts qui vont avec, mais il semble qu’il était un homme soucieux de l’image qu’il laisserait à sa mort un peu comme le personnage de Monsieur Burns dans les Simpsons qui crée des événements  le mettant en vedette dans  la célèbre série américaine de dessins animés. Un jour un journal fit publier par erreur une fausse nouvelle nécrologique annonçant son décès avec le texte: «Le marchand de la mort est mort. Le Dr. Alfred Nobel, qui fit fortune en trouvant le moyen de tuer plus de personnes plus rapidement que jamais auparavant, est mort hier» 1 Le texte incisif de cette nouvelle le poussa sans doute à laisser au monde une meilleure image de lui, quoi qu’il en soit, le 27 novembre 1895, au club suédo-norvégien de Paris, Alfred Nobel rédigea son testament où il légua la totalité de sa fortune pour la création d’un fond philanthropique, le prix Nobel. Alfred Nobel meurt l’année suivante le 10 décembre 1896, à San Remo d’un ACV.
Les controverses sur le Prix Nobel
Les premiers prix furent remis en 1901 à des personnes ayant apporté le plus grand bénéfice à l’humanité et jusqu’à nos jours la tradition se poursuit. On remet les prix le 10 décembre de chaque année, jour de la mort de Alfred Nobel. En tout une somme de 1 million d’euros environs est remise pour être partagée entre les lauréats.

Bien que le Prix Nobel soit remis la plupart du temps à des personnes méritantes, on peut s’interroger sur l’ethique du jury qui attribue le prix. Avant le déclenchement de la  Deuxième Guerre Mondiale, 3 prix Nobel furent alloués à des savants allemands de l’Allemagne nazie, Richard Kuhn (prix Nobel de chimie, 1938), Adolf Butenandt (prix Nobel de chimie,1939), Gerhard Domagk (prix Nobel de physiologie ou médecine,1939). En 1994 le prix Nobel de la paix a été remis conjointement à Yasser Arafat, Shimon Peres, et Yitzhak Rabin «pour leur avancée remarquable dans les négociations de paix entre Israël et la Palestine». Considérant que ces personnes ont toutes été impliquées dans la mort de personnes on peut se poser des questions sur le choix des candidats.

Par exemple, remettre le prix Nobel de la Paix à un ancien terroriste comme Yasser Arafat est ridicule. Même si dans ses dernières années en politique il n’a pas commis d’attentat terroriste lui-même, il reste que sa carrière de terroriste dans sa jeunesse ne peut être effacé comme ça. Il était le symbole du terrorisme palestinien dans les années 1970. Plus près de nous, on peut penser au récipiendaire du prix Nobel de la paix 2009, Barrack Obama, «pour ses efforts extraordinaires afin de renforcer la diplomatie internationale et la coopération entre les peuples». Si on oublie les bombardements de l’aviation américaine en Libye et en Afghanistan et au Pakistan, Obama mérite peut-être ce prix. De façon sarcastique on pourrait ajouter que les Etats-Unis utilisent beaucoup la dynamite qu’à inventé Nobel en politique étrangère….
 Sources:
1-       Golden, F., «The worst and the brightest», Time Magazine, 16 octobre 2000.
2-       http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Nobel
3-       http://nobelprize.org/alfred_nobel/will/will-full.html
4-       http://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_Nobel_de_la_paix
5-       http://www.prix-nobel.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *