Anahita, Ishtar et Vénus

Anahita était la déesse de l’eau, de la fertilité, de la sagesse, de la guerre et finalement de la planète Vénus. Sous la dynastie perse des Achéménides, elle fut intégrée au Zoroastrisme sous le nom de Yazata, une divinité mineure. Son association avec la guerre et la planète Vénus n’était pas important avec la période achéménides. Cela a conduit certains chercheurs à conclure que son culte et son personnage pourrait avoir été influencé par la déesse Ishtar. Etant associée à Ishtar, elle pourrait avoir acquis les caractéristiques d’un dieu Vénus/déesse Vénus, un type de dieu qui semble apparaître dans les cultures associées à la planète Vénus.

anahita-and-ishtar

L’histoire d’Anahita

Avant la période Achéménide, Aredvi Sura Anahita ou Ardwisur Anahid était principalement une déesse de l’eau. Ses deux noms habituels sont des titres qui viennent des mots aredvi et anahita. Anahita signifie fort ou puissant, sans tâche ou pure et aredvi signifie « moite o humide ». Ces trois mots du vieux-perse étaient tous utilisés pour décrire la déesse et furent finalement plus utilisés que son propre nom, Sarasvasti  qui signifie « elle qui garde les eaux ». On croyait que Anahita était la personnification de la rivière qui coule du légendaire Mont Hara jusqu’à la mer de  Vourukasa d’où, dit-on, vient toute l’eau de la Terre.

Elle était représentée comme une belle jeune fille qui portait des peaux de castors et montait un char tiré par quatre chevaux symbolisant le vent, la pluie, les nuages et la neige. On l’adorait comme déesse de la fertilité qu’elle donnait aux hommes et femmes. Elle donnait aux femmes le lait pour les nourrissons. Et comme l’eau est associée à la sagesse dans la culture perse et dans beaucoup d’autres cultures, les prêtres la priait pour sa sagesse. En Inde on la considérait comme une patronne de l’étude des Védas.

Plateau représentant Anahita
Plateau représentant Anahita

Au cours de la période achéménide, Aredvi Sura Anahita a été associé à une divinité iranienne occidentale appelée Anahiti, une divinité très populaire chez les Iraniens occidentaux et les Zoroastriens. Cette fusion d’Anahiti avec Aredvi Sura Anahita a fait qu’Anahita est devenue très populaire dans la Perse achéménide. Le premier prince achéménide à la reconnaître publiquement dans les inscriptions fut le roi Artaxerxès II. Il lui érigea aussi des statues de culte. La description d’Anahita a changé pendant ce temps, au lieu d’être représentée comme la personnification sauvage d’un fleuve furieux, elle a été représentée comme souveraine sereine avec une couronne d’or, des chaussures, un collier et des bijoux. Elle a également été associée à la planète Vénus et un de ses titres de cette époque était Anahid Abaxtari, un titre se référant à Vénus. Cette association avec Vénus provient probablement du fait qu’Anahiti, la divinité avec laquelle Aredvi Sura Anahita a été fusionnée, était une déesse de la planète Vénus. Cette dernière avec des liens directes à la déesse babylonienne Ishtar, également associée à Vénus quand elle apparaît dans le ciel du soir.

L’histoire d’Ishtar

Ishtar était à l’origine le nom akkadien ou sémitique de la déesse sumérienne Inanna. C’était une déesse de l’amour et de la fertilité. Les amants la priaient pour résoudre l’amour non partagé. Elle était la déesse protectrice des prostituées dans certaines régions. D’autre part, elle était aussi une déesse de la guerre et de nombreux rois mésopotamiens la recherchaient pour leur légitimité politique en tant que rois. Il y a des représentations d’Ishtar / Innana comme un guerrier dans la bataille enlevant des captifs. En plus de cela, elle a également été associée à la planète Vénus. Elle était censée imiter le mouvement cyclique de Vénus dans ses activités terrestres. Anahita, semble avoir été une tentative des rois persans pour incorporer une divinité étrangère populaire dans leur panthéon. Anahita a bientôt acquis les mêmes associations avec l’amour, la fertilité, la guerre, et la planète Vénus.

Les associations à l’amour, à la fertilité, à la guerre et à la connaissance semblent être des caractéristiques communes des dieux consacré à Vénus dans de nombreuses cultures. La déesse grecque Aphrodite ou la déesse romaine Vénus dont la planète tire son nom étaient bien sûr la déesse de l’amour, de la fertilité, de la beauté et de la sexualité. On croyait que l’étoile du soir était la forme céleste d’Aphrodite. Bien qu’elle ne soit pas directement associée à la planète Vénus, Freyja est une déesse de l’amour et de la fertilité avait de nombreuses similitudes avec Ishtar / Innana et Anahita. De la même manière qu’Anahita a un char tiré par des chevaux, Freyja a un char tiré par deux chats géants.

Le lion symbole du chat géant (détail du Portail D'Ishtar)
Le lion symbole du chat géant (détail du Portail D’Ishtar)

Shukra, un dieu hindou associé à la sagesse et l’illumination est une personnification de la planète Vénus dans l’astrologie hindoue. Ceci est semblable à l’association d’Anahita avec la sagesse. Même le méso-américain Quetzalcoatl, associé à Vénus et au soleil dans la mythologie mésoaméricaine, a des similitudes avec ce caractère de dieu de Vénus, spécifiquement le savoir. Quetzalcoatl est un dieu associé avec le vent et la pluie, les arts, l’apprentissage, la civilisation ainsi qu’à la planète Vénus. Son nom parmi les Maya est Kukulkan. La  différence est que tandis que la plupart des divinités du Moyen-Orient que j’ai mentionnées étaient associées à l’étoile du soir, Quetzalcoatl était associé à l’étoile du matin.

Ishtar portant son symbole
Ishtar portant son symbole

La raison de l’association de la planète Vénus avec l’amour, la fertilité, la guerre, la connaissance et la sagesse n’est pas claire. Ce ne sont là que quelques exemples et ce n’est peut-être qu’une coïncidence, mais il semble y avoir quelque chose à propos de la planète Vénus. Peut-être existait-il une divinité ancestrale associée à la planète Vénus dont proviennent certaines des autres divinités qui suscitent ces associations?

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *