Bienvenue en République de Bananes

Je n’ai plus envie de rire.

Si je ne méfiais pas des « récupérateurs », j’irais signer l’appel des Inrockuptibles contre les atteintes menées actuellement à  l’intelligence : attaques contre l’éducation, la recherche, la culture tous azimuts et tous secteurs confondus. Ils ont raison : sauf que les Inrocks ne font pas preuve de leur lutte contre la bétise, eux-mémes qui se les jouent salonnards, promoteurs des mafias culturelles diverses, vendeurs de pensées marketing jetables, exploiteurs de pigistes. Pourtant, oui, il y a atteinte à  l’intelligence…

L’édition est un secteur industriel qui exclut, qui ruine, qui formate le Verbe et la pensée contraire aux normes du code-barre consensuel (Beigbeder cherche des « produits littéraires »), le journalisme est pathétique livré qu’il est aux soucis financiers qui le contraignent à  étre putassier, superficiel ou inabouti… La télévision, seule source d’information pour des millions de personnes, est clairement devenue un outil de manipulation et de propagande. La censure économique sévit partout.

Mais aujourd’hui, ce n’est pas tout : les individus, comme l’écrivain Cesare Battisti, servent aujourd’hui d’instruments à  des intéréts ou des ententes quasi mafieux, à  une idéologie obtuse et rétrograde, à  des plans de communication destinés à  accélérer l’amnésie provoquée par l’enchaînement des malversations qu’on nous fait subir.

On laisse mourir 15 000 personnes durant la canicule et on nous tanne avec les 148 de l’avion perdu en mer d’Egypte… Ecran de fumée ! Démagogie, cynisme, hypocrisie, manipulation ! On s’occupe de notre « sécurité », de notre santé, de notre corps (il faut maigrir maintenant. C’est vrai qu’on a arrété de fumer!), mais la société n’a jamais été aussi violente qui nous accule à  une précarité extréme, qui est préte à  nous faire basculer dans les situations les plus cruelles (chômage coupé, sécurité sociale attaquée, soins médicaux « quantifiés » et « qualifiés » -la PMSI), si elle ne finit pas -la boucle étant bouclée-, par nous embastiller dans des geôles surpeuplées.

Ce pays, dirigé par une clique de multi-casserolés est devenu une république bananière livrée au dépeçage, à  la malhonnéteté, au mensonge, à  la bétise. Le reste non, n’est plus littérature. On en perd totalement le sens de l’humour. On se sent impuissants… Il est vrai que les choses sont continuellement en train de se passer. Il faut arréter le temps, la torrentielle régression. Il faut reprendre parole.

Swift, reviens, ils vont avoir notre peau !

Tenons bon,
Francis

source : http://www.francismizio.net/

Il est évident que la République des Bananes n’est pas née d’aujourd’hui. Devant ce texte d’un ton très actif sur la dernière année, le problème de la République des Bananes est née depuis 50 ans. Un problème cultivé depuis par les gouvernements successifs. Aujourd’hui la République des bananes fait parti de l’Euro Bananes. Plus on est nombreux plus les bananes seront fructueuses et calorifiques. Messieurs dames, nous ne voulons pas de climatiseurs pour les bananes. Elles chauffent au bon soleil des représentants des Euros. Elles sont cueillies quand elles sont encore bien fermes. Puis elles sont transportées dans des chambres positives dans de nombreux transports de planqués très bien payés par de petites mains bien délicates dont tout le monde s’en fout. Ces petites mains payées pour un cent d’euro de la journée. Dont on taxe au demi cent d’euro tout salaire de la journée. Il faut remplir les caisses des milles milliards d’euros de dettes. Mais on s’en fout aussi car les petites mains payent avec leurs cents d’euros qui fabriquent les bananes. Heureusement qu’il y a ces bananes, sinon que ferions nous sans elles. Il est probable que nous ne pourrions pas rembourser nos milles milliards d’euros de dettes. Le Président local explique sa soupe actuelle de bananes à  la télévision. Les employés restent hébétés devant autant de promesses. Pendant ce temps les bananes partent vers d’autres horizons de gloire et de beauté.

Le lendemain nos petites mains reprennent leur travail habituel d’un dodo, métro et boulot pour rapporter ces cents qui manquent dans les caisses. Les Bananes n’attendent pas ! Si elles sont cueillies trop mures, elles ne pourront pas étre dégustées à  temps. Enfin elles arrivent dans le ventre de nos amis les gros bras. Ah ils sont enfin rassasiés. Les gros bras vont pouvoir en avoir de plus gros encore maintenant. En effet, ils viennent de trouver un nouveau truc pour que la banane soit plus rentable. Ils vont nous faire croire que les ànes volent.

Personne n’y croyait, et bien maintenant tout le monde est convaincu : Les Anes Volent. La publicité engagée n’est rien comparé au profit prévu. Les petites mains vont étre taxé par des sous taxes de taxes enflées par l’arrière des taxes que l’on n’avait pas vu nous taxer. Ainsi les bananes seront plus rentables. Que ne ferait on pas sans les gros bras et notre Président local.
Bon Appétit
Fred

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *