Bouclier spatial : ce que les Etats-Unis préparent

Pour intercepter toute attaque, le président Georges W. Bush propose un parapluie antimissile qui n’est rien d’autre qu’une version modifiée du fameux projet de bouclier spatial. Le Canada s’abritera-t-il en dessous?
L’agenda Bush On ignore encore la configuration finale qu’aura le bouclier antimissile. Mais on sait enfin à  quoi ressemblera son déploiement initial. > Dès l’automne 2004, six intercepteurs de missiles intercontinentaux (d’une portée supérieure à  5 500 km) seront installés près de Fort Greely, en Alaska, et quatre autres sur la Vandenberg Air Force Base, en Californie. Quatorze autres suivront en Alaska avant la fin de 2005. > Jusqu’à  20 intercepteurs de missiles de courte et moyenne portée seront installés d’ici la fin 2005 sur des croiseurs équipés du système d’armement à†gis. Ils seront aussi munis de radars. > Des missiles Patriots de troisième génération, pouvant étre déplacés par avion plutôt que par transport terrestre, seront déployés. > Des systèmes de détection au sol, dans l’espace et en mer seront utilisés. Cela comprend le système actuel de satellites d’alerte rapide, plusieurs radars existants qui seront mis à  niveau et la construction d’ici la fin de 2005 d’un nouveau radar haute définition (bande X) déployé en mer. Pour la suite, on promet davantage d’intercepteurs et de Patriots, de radars améliorés et de systèmes de détection plus avancés, mais sans offrir trop de précisions. On espère pouvoir mettre en marche d’ici 2007 un système de défense qui intercepterait en haute altitude les missiles à  courte et moyenne portée, ce qui permettrait de défendre un territoire plus vaste qu’avec le Patriot. On veut toujours développer d’ici 2007 un laser aéroporté qui serait embarqué à  bord d’un Boeing, et, à  une date indéterminée, des intercepteurs capables de frapper les missiles dès leur lancement. Info Cybersciences

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *