Bourdonnements souterrains

Pendant de nombreuses années, les géologues et les géophysiciens ont étudié divers endroits où d’inexpliqués « bourdonnement » ont été signalés. Taos, Nouveau-Mexique est parmi les endroits les plus célèbres où les habitants ont rapporté un étrange bourdonnement venant du sous sol, ainsi que les zones de l’ouest de la Grande-Bretagne, et d’autres endroits  comme Sausalito ont rapporté des bourdonnements similaires d’origine inconnue.

Veritas Europe forum ufologique francophone: bourdonnements.

L’année dernière, une étude présentée dans le Geophysical Research Letters a suggéré que la cause sous-jacente du mystérieux « bourdonnement » était de l’activité microsismique causée par les vagues de l’océan, résultants des ondes océaniques profondes se déplaçant à travers les crêtes et d’autres formations géologiques le long du fond de l’océan. Ce processus, ainsi que les collisions entre les courants océaniques profonds, peut entraîner des ondes sismiques qui sont censées se traduire par des bourdonnements à certains endroits.

bourdonnement
Taos

Cependant, dans la littérature scientifique relative aux bruits anormaux dans la nature, il y a aussi des cas où les sons en question semblent tout à fait différent. Deux cas de bruit qui, plutôt que d’être simplement des « bourdonnements » mystérieux, résonnent comme des sortes moteurs, ont été signalés à la fin des années 1970, enregistré par le physicien William R. Corliss. Le premier des deux incidents s’est produit dans le Colorado en 1970. Il a été rapporté par un certain T. Adams et un groupe de campeurs qu’il avait rejoint lors de la nuit en question:

Nous campions sur le versant ouest de Sangre de Cristos, au nord-ouest du Blanca Mount et au sud de Sand Dunes, nous avons entendu les sons en 1970. Deux ou trois nuits de suite, ça démarrait après minuit et se calmait un peu avant l’aube. Ce n’était pas assez fort pour couvrir la conversation, mais cela résonnait certainement comme une sorte de moteur, avec comme un type de dynamo plaintive en lui. Et d’autres ont dit que cela semblait parfois encore plus fort avec une oreille posée sur le sol. On pourrait facilement imaginer le bruit venait de sous la surface, mais savoir si c’est le cas ou non est pure spéculation. « 

Un incident similaire a eu lieu près de Yakima, Washington, à l’automne de 1978, comme le rapporte un des agents de lutte contre les incendies opérant près de la réserve indienne de Yakima:

En Septembre 1978, le bruit des turbines ou de moteurs souterrains a été entendu à Sopelia Tower à la limite sud de la [réserve indienne Yakima] pendant sept heures (d’environ 21:00 à 4:00 nuit du 3-4 septembre). Selon [une déclaration de WJ Vogel, chef des pompiers de l’agent de contrôle], le bruit était semblable à une «turbine» ou aux «hélices désynchronisées d’un avion multi-moteur. Quand on l’a laissé sortir de la station de surveillance, le chien des guetteurs d’incendie a montré de l’anxiété et la sentinelle a senti des vibrations à peine perceptibles sous ses pieds quand il était sur une dalle de béton. La sentinelle a dit qu’elle avait entendu le même son au cours de l’été 1978, mais toujours pendant la journée.

Comme le premier de ces deux rapports semble l’indiquer, ceux qui ont entendu les « moteurs mystèrieux» ne sont pas tout à fait certain que les sons venaient d’en bas; le deuxième rapport indique une légère vibration rapportée par le témoin, ainsi que la marque distinctive d’une «perturbation animale» indiquée par le comportement de son chien.

Bourdonnements

Pendant des années, beaucoup ont spéculé que les bourdonnements étranges de ce genre pouvaient indiquer des installations souterraines, dans le style de celles dont on a longtemps affirmé l’existence dans des sites de haute sécurité comme la Zone 51 au Nevada. Cependant,  se pourrait-il que l’hypothèse des courants des profondeur de l’océan hypothèse puissent expliquer certains de ces sons mystérieux? Selon le journal Geophysical Research Letters, les microséismes causés par cette activité en haute mer peuvent varier de 3 à 10 secondes, avec une périodicité sismique pouvant durer jusqu’à près de 300 secondes. Cependant, même les auteurs de l’étude ont exprimé que des aspects  sismiques plus longs ont été «fortement débattus», indiquant qu’ apparemment des opinions divergentes quant à savoir si nos opinions actuelles au sujet de ces phénomènes sont en effet concluantes.

Bien qu’il reste une solution possible au mystère, il peut y avoir d’autres facteurs qui contribuent à ces mystèrieux bruits « sous terrains ». Parmi les origines envisagées, des facteurs allant de lignes de transmission enterrées , des radars à impulsions, au fonctionnement réel de certains moteurs au loin, ont été proposées. Quelle que leur origine (s) puisse(nt) être, les sons restent un mystère propre, mais ils ont peut-être une certaine importance géophysique encore à déterminer.

Source

Voir également: Etranges bruits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *