Catharisme et Mort Joyeuse – Union des temps.

La religion cathare s’est développé en parallèle d’autres courants dans le pays du languedoc. Montségur est facilement traduisible par ‘Mont sur’, ou encore haut-lieu….haut-lieu du Catharisme.

C’est un courant fascinant qui a impliqué des Hommes en tant qu’Hommes, et la Foi en tant qu’enjeu politique, et l’on retrouve dans cette tragique histoire d’autres signes de ce qui, dans notre étude, nous intéresse; la détournement de valeurs et de symboles dans la continuité de l’extension de la religion catholique apostolique et romaine.

Au XII éme siècle, plusieurs groupes de personnes en Occitanie se sont sentis appelés par une ‘vision’ différente de la religion chrétienne basée sur une interprétation quasi a la lettre des évangiles . Les textes de l’ancien testament ayant été traduit en langue vulgaire, ces personnes se sont aperçus que le dieu de l’ancien testament ne pouvait être le dieu du nouveau testament, celui annonçant le christ. Les textes a cette époque étaient très importants; aussi en sont-ils arrivés a une sorte de dualisme, par le fait qu’il y avait selon eux, deux créations.

La première, de la Nature , mauvaise, ou tout ‘survis’ et se tue, ou la souffrance règne en maîtresse absolue.

La seconde, de l’Esprit, appartenant au Véritable Dieu.

Est-il vraiment besoin de rappeler que la Tradition védique accorde une place similaire a la Composante double du monde, aspect statique mâle Purusha assimilable a la nature, et aspect femelle prakriti dynamique assimilable a l’esprit, s’unissant cycliquement.

Entre 1100 et 1190 cette vision s’est répandue dans la pays du Languedoc.

Ils s’appelaient eux-mêmes ‘Bons chrétiens’ ou on les surnommait les ‘Parfaits’. Ils n’auraient jamais prétendus être ‘parfaits’, pourtant, ils étaient la survivance a cette époque des Écoles des Mystères de l’antiquité.

Ce dualisme très ancien, initialement indo-européen forgera le zoroastrisme, quelque 7 ou 8 siècle avant le christianisme. La citation du fronton du temple de Delphes;

 »Connais-toi, et tu connaîtras les secrets de la Nature et de Dieu » ainsi que le début de l’apocryphe de Thomas :  » Jésus a dit que celui qui cherche ne cesse jamais de chercher jusqu’à ce qu’Il trouve, et quand il aura trouvé il sera bouleversé, et il régnera sur le Tout.  » , illustrent bien le Sens Initial de ces courants qui demeurent avant tout, initialement, comme il faudra s’en souvenir par la suite, des religions intérieures.
La vérité ultime ne saurait être entrevue par la seule rationalité, mais dans la quête du Dieu de l’immédiate Présence.

De cette Tradition intérieure et complète des Écoles des Mystères de l’antiquité , Jésus est présenté comme  »Un  » envoyé éminentissime du plan Divin et non pas comme le seul Fils-Dieu.

Les Cathares étaient contemporains des Chevaliers de l’Ordre du temple.

Or, les ‘albins’, les ‘purs’ (Albigeois) ont été seuls décimés par les foudres de Simon de Monfort, petit seigneur de la Région parisienne, lors de la fameuse et tragique Croisade contre les Albigeois.

L’inquisition sera le début du siége de Montségur, principal bastion de survie des familles et habitants Cathares entre les mains du mot ‘hérésie’.

En 1244, après un siège ‘facile’ , on demande simplement aux cathares d’abjurer leur Foi. Ainsi brûleront 215 de ces personnes devant la montagne de Montségur.

On retrouve une similitude entre le culte d’Ormus et d’Ariman dans le mazdéisme, et cette forme de combat perpétuel entre la lumière et l’obscurité. Une forme de culte solaire propre a nombre de civilisations (pré-incaiques, indo-aryennes, etc).

ette relation terre-ciel (cosmotellurique) est illustrée par nombre de lieux étant située de manière calculée selon les constellations; c’est la relation terre-ciel , et tout le sens du château de Montségur, ainsi que celui de Religare , en latin signifiant ‘relier’, a la base du mot Religion….

En regardant la disposition des archères de la salle principale du château de Montségur on remarque que les alignements de deux de l’axe Est-ouest sont légèrement décalés. En réalité, c’est parce-que le 21 juin, au lever du soleil, on peut apercevoir le rayon de lumière sur le mur d’en face, privilège accordé au solstice d’été. Les bâtisseurs connaissaient les secrets d’une telle construction…

Rappelons a ce titre que les solstices ont une signification particulière dans l’ésotérisme; la porte du solstice d’Hiver, appelée Devayana dans la tradition Hindoue, ou la ‘porte des dieux’, par laquelle passe l’Avatara (raison pour laquelle on fait naître le christ au mois de décembre).

Et au mois de Juin, la ‘Porte des Hommes’, par laquelle nous quittons la dimension terrestre lorsque nous avons parcouru un certain chemin de réalisation; chemin par lequel les cathares sont passés après l’épreuve du feu…

Détenteurs d’un savoir différent, les cathares croyaient en la réincarnation. Ils voulaient, de fait , revenir au christianisme primitif qui était réincarnationiste jusqu’au IV siècle. Il est intéressant de noter que cette notion a été abolie par Hélène, la mère de Constantin, qui voulait se faire diviniser ainsi que son fils. Or, ou était la divinité si on se retrouvait dans le corps d’un autre ?

Ces ici le concept de la mort Joyeuse; concept tout d’abord christianisé dans lequel Jésus célèbre la scène dont Joseph d’arimathie recueille le sang.

La seconde version, c’est l’émeraude tombée du front de Lucifer (ou d’Ariman)

Il est amusant de constater que la science d’aujourd’hui rejoint ces conclusions, qui peuvent nous apparaître comme des paradoxes; pourquoi deux aspects différents de la nature ? pourquoi deux versions de la Mort Joyeuse ?

Grâce aux travaux d’Einstein, nous savons que le relatif et l’absolu ne sont plus incompatibles. Il y a une vitesse absolue qui est celle de la lumière (300000 km/s), et le temps, de fait, devient aboli a cette vitesse la, le relatif rejoint dés lors l’absolu. Il est bien sur possible d’extrapoler ce fait aux émanations relatives de nos cerveaux (dont nous connaissons les ondes alphas, bêtas, correspondant aux longueurs d’onde de l’activité cérébrale selon son mode, éveillé, sommeil, etc.) Ces émanations  » ondulatoires » dont notre science n’entrevoit qu’une partie a travers les domaines vibratoires et éléctro-magnétiques, sont peut-être simplement la résonance d’une onde alpha absolu ET relative – qui apparaîtrait donc comme l’onde divine par excellence.

Nos ondes cérébrales composant l’aspect inconnu de l’Homme en tant que corps énergétique pourraient, de fait , être une partie abrégée d’une onde divine dans laquelle elle peut évoluer en toute liberté, ou plutôt adéquation en ce Principe.

La mort Joyeuse serait-elle le processus selon lequel l’homme, par des techniques diverses , de méditation ou autre, parviendrait a mettre en osmose son intellect avec, d’une part, les atouts spirituels profonds qu’il a en lui (prédispositions) et la Source de laquelle toute création est issue ?

Celui-là est ainsi comme Lucifer qui, avant la chute, était une entité, un égo, en liaison étroite dans l’état de connaissance avec le Principe.

Les cathares étaient-ils détenteurs d’un tel secret , a considérer des persécutions qu’Ils ont subi ? Il est possible qu’une tradition donnant une priorité a la Compréhension Globale et non purement intellectuelle, dans le sens d’accomplissement de l’Homme et du sens de sa réalisation, soit une raison des obstacles qui se sont mis devant eux.

L’inquisition du silence continue, mais pourtant le message de ces gens n’est pas perdu même passés tout ces siècles. De par le monde, une résurgence d’une conception plus unifiée du monde refait surface, conception d’ailleurs non démentie par la science moderne. Si les traditions disent juste, il existe deux moyens de parvenir au Salut – ou encore d’échapper au cycle du Karma. L’illumination en serait un.

Le second concerne la Connaissance, la Gnose.

Prismes, aspects et reflets de cette Gnose sont entrevus, de-ci de la, très timidement par nos corpus de connaissances actuels, et les Cathares permettent de se souvenir qu’une cohésion dans la Foi est nécessaire entre ces connaissances pour lier le ciment de ce qui sera la dépouille du ‘vieil homme’.

Dire que depuis nous avons évolué en connaissance, démontre que le sens de ce mot a bien été perdu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *