Le chant des baleines

En 1966, l’ingénieur du son militaire Frank Watlington a entendu quelque chose de bizarre lors de l’enregistrement d’explosions sous-marines:

Le chant des baleines

Frank a passé les enregistrements au biologiste Roger Payne. Après quelques écoutes, il a découvert que ce n’était pas des sons aléatoires mais des vocalisations complexes émises par des créatures potentiellement aussi intelligentes que les humains. Les enregistrements ne sont pas les seules données que Payne a partagé avec le monde, Il a imprimé les échographies du chant des baleines, illustrant leur structure comme des unités, des phrases et des thèmes.

Depuis la découverte par Payne des propriétés du chant des baleines, la fascination des humains pour les baleines s’est développée. S’il n’y avait pas eu sa découverte, ces grandes bêtes auraient pu devenir un bon souvenir, chassées jusqu’à l’extinction. Heureusement les baleines nagent encore parmi nous, chantent les une aux autres, et nous alléchent avec la perspective de communication inter-espèces.

Étrangement, les échographies ressemblaient à une partition de chants grégoriens. Ces neumes évoluent en notes de musique d’aujourd’hui. Maintenant David Rothenberg et Mike Deal ont normalisé la notation du chant des baleines pour la consommation humaine.

les notes du chant des baleines
les notes du chant des baleines

La rangée du haut contient des exemples individuels de chaque unité. Les glyphes colorés ci-dessous ont été créés en traçant le « moyenne » des formes qui résultent de la superposition des nombreuses occurrences de la même unité à travers l’enregistrement de Knapp.

Parce que la notation musicale standard est, en substance, faite de délais et de symboles de note tracés le long d’un un axe vertical de fréquences de hauteur, nous pouvons faire correspondre le son des baleines à leurs fréquences correspondantes sur les portées musicales. Espérons que cela donne au chant des baleines un contexte plus familier .

Ceci n’est pas la première tentative de l’humanité pour mettre le chant des baleines dans un contexte anthropomorphique. Marc Fischer utilise des ondelettes, une fonction mathématique utilisée en traitement du signal pour visualiser le son.  Au Aguasonic Accoustics, on  met en images le chant des baleines et des dauphins dans des mandalas magnifiques comme celui ci-dessous. La cerise sur le gâteau, ils montrent aussi les «rimes» et les unités de parole qui excitaient Payne.

Le chant des baleines en image
Le chant des baleines en image

Allons plus loin dans l’étrange, regardons les ondes sonores dans la vidéo du chant des baleines bleues. Si vous louchez, vous pouvez faire apparaître un visage dans certaines parties de l’échographie. Cela pourrait être un indice de la méthode de communication entre baleines. Les baleines utilisent les sons non seulement pour communiquer, mais aussi pour chasser et naviguer avec sonar actif. Le Sonar est l’utilisation d’ondes sonores et en écoutant l’écho, on peut «voir» le monde. Le sonar est assez sensible, pour que les dauphins puissent différencier les poissons avec leurs clics et leurs sifflets.

Mais qu’en est-il si ces vocalisations ne sont pas une langue comme nous la connaissons, mais sont des images ou des hologrammes sonores?

Chaque gémissement, chaque grognement, chaque click, et chaque sifflet, ajusté par la tonalité, le rythme et le tempo, pourrait générer une image ou une animation. Au lieu de dire «Une bande d’orques a tué le vieil ‘Humphrey », les témoins créeraient la scène dans une chanson. Comme la chanson se propage à travers le groupe,  de variations se produisent .Ce pourrait être la preuve que les baleines collaborent, embellissent, ou brodent comme au jeu de téléphone. Voilà un énorme bond de logique, mais comment pourrait-on vérifier l’hypothèse que la chanson baleine est une image?

En remettant le chant des baleines dans un contexte humain, on considère chaque unité du chant des baleines comme un pixel. Avec suffisamment de pixels, une image se forme, mais seulement si on connaît le modèle correct pour la trame. Prenez le message d’Arecibo à titre d’exemple. Il est de 73 lignes par 23 colonnes, faisant jusqu’à 1679 pixels. Si les terriens ne donnent pas ces dimensions aux extraterrestres, ils pourraient bousiller l’image ci-dessous.

Le message d'Arecibo
Le message d’Arecibo

Dans ce cas, les dimensions correctes sont simplement transposées faisant du message du charabia. Si les ingénieurs audio jouent avec le chant des baleines, l’accordent aux fréquences spécifiques des baleines, une image pourrait émerger. En bref, les humains ont besoin de penser comme une baleine plutôt que comme un cerveau humain dans le corps d’une baleine. Si nous sommes en mesure de communiquer avec les cétacés, ce pourrait être un grand pas pour le SETI si jamais nous devions intercepter leurs communications.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *