Chimpanzés: un mystérieux comportement

Je marchais maladroitement à travers le sous-bois dense, essayant en vain de passer cinq bonnes minutes sans me prendre dans les épines qui menaçaient chacun de mes mouvements. C’était ma première mission sur le terrain dans les savanes de la République de Guinée. L’objectif était de filmer et de comprendre un groupe de chimpanzés sauvages qui n’avait jamais été étudié auparavant. Ces chimpanzés ne sont pas assez chanceux pour profiter du confort d’une zone protégée, mais ils mènent leur existence dans des parcelles de forêts entre les fermes et les villages.

chimpanzés

Nous nous sommes arrêtés dans une clairière dans la brousse. Je poussai un soupir de soulagement, aucune épine en vue, mais pourquoi nous étions nous arrêtés? Je me dirigeai vers l’avant du groupe pour demander au chef du village et à notre guide légendaire, Mamadou Aliou Bah. Il m’a dit qu’il avait trouvé quelque chose d’intéressant – quelques marques anodines sur un tronc d’arbre. Quelque chose que la plupart d’entre nous n’aurait pas encore remarqué dans l’environnement complexe et désordonné de la savane l’avait arrêté dans son élan. Certains, dans notre groupe de six, ont suggéré que des porcs sauvages avaient fait ces marques, en se grattant contre le tronc d’arbre, d’autres ont suggéré que c’était des adolescents déconnant.

Mais Allioh eut une intuition – et quand un homme qui peut trouver un seul cheveu de chimpanzé tombé sur le sol de la forêt et peut repérer les chimpanzés à des kilomètres avec son œil nu mieux que vous ne le pouvez (avec des jumelles coûteux) a une intuition, vous écouter cette intuition . Nous avons mis en place une caméra dans l’espoir que ce qui avait fait ces marques allait revenir et le faire à nouveau, mais cette fois nous allions tout filmer.

Une première mondiale

Les caméras à détecteur de mouvement commencent à filmer automatiquement lorsque un mouvement se produit en face d’elles. Pour cette raison, elles sont un outil idéal pour filmer la faune menant sa vie sans aucune perturbation. Je pris des notes pour revenir au même endroit deux semaines plus tard (c’est à peu près la durée de vie des batteries) et nous sommes retournés dans la jungle.

Chaque fois que vous revenez vers ce type de caméra, il y a toujours un sentiment d’excitation dans l’air au sujet des mystères qu’elle pourrait contenir – en dépit du fait que la plupart de vos vidéos consiste en branches se balançant dans le vent fort ou des vaches errantes qui lèchent avec enthousiasme la lentille de la caméra , il y a une anticipation incontrôlable au sujet de ce quelque chose d’étonnant qui pourrait avoir été filmé.

Ce que nous avons vu sur cet appareil était exaltant: un grand chimpanzé mâle se rapproche de notre arbre mystérieux, fait une pause d’une seconde. Il regarde ensuite rapidement autour, saisit un énorme rocher et le jette toute sa force au niveau du tronc d’arbre.

Rien de tout cela avait été vu avant et ça m’a donné la chair de poule. Jane Goodall a découvert que les chimpanzés sauvages utilisaient des outils dans les années 1960. Les chimpanzés utilisent des brindilles, des feuilles, des bâtons et certains groupes utilisent même des lances pour obtenir de la nourriture. Des pierres sont également utilisées par les chimpanzés pour casser des noix et ouvrir de gros fruits. De temps en temps, les chimpanzés jettent des pierres pour montrer leur force afin d’établir leur position dans une communauté.

Mais ce que nous avons découvert lors de notre étude maintenant publiée n’est pas été événement ponctuel aléatoire, c’est une activité répétée sans lien clair avec l’obtention de nourriture ou de statut – ce pourrait être un rituel. Nous avons cherché dans la région et nous avons trouvé beaucoup plus de sites où les arbres avaient des marques similaires et dans de nombreux endroits des tas de rochers avaient été accumulés à l’intérieur des troncs d’arbres creux – ce qui rappellent les piles de roches que les archéologues ont découvert dans l’histoire humaine.

Les vidéos affluèrent. D’autres groupes de travail de notre projet ont commencé à chercher des arbres avec des marques révélatrices. Nous avons trouvé le même comportement mystérieux dans de petites poches de la Guinée-Bissau, du Libéria et de la Côte d’Ivoire, mais rien de cela plus à l’est, en dépit de la recherche sur toute la zone de répartition des chimpanzés à partir des côtes occidentales de la Guinée vers la Tanzanie.

Des arbres sacrés

J’ai passé plusieurs mois dans la zone, ainsi que de nombreux autres chercheurs, à essayer de comprendre ce que ces chimpanzés faisaient. Jusqu’à présent, nous avons deux théories principales. Le comportement pourrait faire partie d’une démonstration de force mâle, où la forte détonation quand un rocher frappe un arbre creux ajoute à la nature impressionnante. Cela pourrait être particulièrement probable dans les zones où il n’y a pas beaucoup d’arbres avec de grosses racines que les chimpanzés auraient normalement battues avec leurs puissantes mains et les pieds. Si certains arbres produisent un son impressionnant, cela pourrait accompagner ou remplacer les pieds tambourinant lors d’une démonstration et des arbres avec notamment une bonne acoustique pourraient devenir des endroits populaires où revenir.

D’autre part, ce pourrait être plus symbolique que cela – et faire davantage penser à notre propre passé. Le marquage des voies et des territoires avec des panneaux tels que des tas de pierres fut une étape importante dans l’histoire humaine. Déterminer si les territoires des chimpanzés sont en relation avec les sites de jets de pierres pourraient nous donner une idée pour savoir si tel est le cas ici.

Encore plus intriguant que cela, nous avons peut-être, nous trouvé la première preuve que des chimpanzés créent une sorte de sanctuaire qui pourrait indiquer des arbres sacrés. Les autochtones d’Afrique de l’Ouest ont des collections de pierre dans des arbres «sacrés» et des collections de pierres artificielles sont couramment observées à travers le monde et semblent étrangement similaire à ce que nous avons découvert ici.

S
Jet de pierre,en action et sur site. Ligne du haut: un mâle projetant une pierre Ligne du bas: Pierres accumulées dans un arbre creux

Un monde disparaissant

Pour percer les mystères de nos parents les plus proches, nous devons faire de la place pour eux dans la nature. En Côte-d’Ivoire seule, les populations de chimpanzés ont diminué de plus de 90% au cours des 17 dernières années.

La combinaison dévastatrice de l’augmentation du nombre d’humains,  de la destruction de l’habitat, du braconnage et des maladies infectieuses menacent gravement les chimpanzés. D’éminents scientifiques nous avertissent que, si rien ne change, les chimpanzés et d’autres grands singes n’existeront plus dans 30 ans à l’état sauvage. Dans les forêts non protégées de Guinée, où nous avons d’abord découvert ce comportement énigmatique, la déforestation rapide a rendu la zone proche inhabitable pour les chimpanzés qui y vécurent et y prospérèrent. Laisser les chimpanzés à l’état sauvage continuer la spirale vers l’extinction ne sera pas seulement une perte critique pou la biodiversité, mais une perte tragique pour notre propre patrimoine, aussi.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *