Col Dyatlov: les théories

Voici une récapitulations des différentes théories explicant ce qui s’est passé au Col Dyaltov.

Le déshabillage paradoxal

Je pense que cela peut être exclu en toute sécurité. Bien que certaines personnes attribuent le fait que certains des touristes portaient très peu de vêtements  au déshabillage paradoxal, c’est assez facile de réfuter dans ce cas. Le déshabillage paradoxal se produit quand un corps subit l’hypothermie. Le corps, sentant qu’il est proche de la mort, passe en mode d’auto-préservation et utilise les muscles pour restreindre le flux sanguin vers les extrémités afin de garder le noyau du corps chaud. Finalement, les muscles qui ont restreint le flux sanguin s’épuisent, et en conséquence beaucoup de sang se précipite soudain vers les extrémités. Cela peut faire que la personne se sente surchauffée, et donc enlèvent ses vêtements. Cela peut aussi la faire se sentir désorientée.

Col Dyatlov: les théories

Il est vrai que certains des touristes – Krivonischenko et Doroshenko, par exemple – ont été découverts portant très peu de vêtements mais pas les autres. En fait, les vêtements Krivonischenko et Doroshenko ont fini sur les autres touristes, parfois enlevés à l’aide d’un couteau. Ceci suggère que non seulement les touristes n’ont pas enlevé leurs vêtements, mais qu’ils ont pris les vêtements de leurs camarades décédés pour essayer de se garder au chaud.

Une avalanche

Ceci est une théorie très commune qu’on rencontre forcément quand on discute de l’incident du Col Dyatlov. En fait, certaines personnes ne jurent que par cette théorie et ne cherchent aucune autre explication. En partie, cela fait une certaine quantité de sens. L’avalanche qui est suggérée comme étant la cause de la fuite de groupe Dyatlov n’est pas l’événement géant, bouleversant que j’avais imaginé lors de la première audience de cette explication, mais plutôt une avalanche plus petite, parfois désigné comme un  glissement de neige. C’est le cas où seule une petite quantité de neige se met en mouvement. Tassée, même une petite quantité de neige peut faire beaucoup de dégâts. Cela aurait été suffisant pour effrayer les randonneurs et éventuellement les blesser. Cela pourrait certainement expliquer pourquoi ils ont fui leur tente avec une telle hâte, sans prendre la peine de se rhabiller ou même mettre leurs chaussures. Mais cette théorie commence à pendre l’eau, à mon avis.

Tout d’abord, si les blessures des touristes avaient été causées par une avalanche, comme certains l’ont suggéré, ils auraient été sévèrement handicapé immédiatement. Le crâne Thibeaux-Brignolle a été sévèrement écrasé, et il serait soit sont mort lors de l’impact soit il aurait perdu connaissance. Zolotarev aurait probablement continué pendant un certain temps avec ses côtes cassées, mais les blessures de Dubanina étaient si graves que la plupart des experts, qui ont consulté les rapports s’accordent sur le fait qu’elle n’aurait pu survivre que pendant 10-20 minutes. Un de ses côtes avaient transpercé son cœur; elle souffrait évidemment énormément.

Col Dyatlov: les théories

Deuxièmement, les touristes sont descendu de la montagne d’une façon plutôt ordonnée; en marchant, pas en courant. grâce à l’étrange météo de la journée – une chute importante de neige poudreuse, un dégel court avec des températures proches du point de fusion de neige; une vitesse de vent certaine; et une baisse de la température après le dégel – les traces de randonneurs ont été préservées pendant plusieurs semaines, assez longtemps pour qu’elles soient encore très claires quand les équipes de recherche les ont trouvés. Ces pistes indiquent clairement que les randonneurs ont quitté la tente d’une façon ordonnée, en marchant pas en courant.

Troisièmement, il n’y avait absolument aucun signe d’avalanche. La tente était encore solidement fixée au sol et mis à par que les chutes de neige sur le toit qui avait fait s’effondre le centre de la tente à, tout était dans l’état où elle avait été laissée. Rien n’avait basculé dans la tente ou avait été éparpillée, à la manière dont on pourrait s’y attendre si une avalanche était survenue.

Alors peut-être qu’il n’y a pas eu d’avalanche, mais les touristes pensaient qu’il allait y en avoir une? Le vent hurlant dans les montagnes peut être trompeur, après tout. Si tel est le cas, cependant, alors après avoir constaté leur erreur pourquoi ne sont-ils pas retournés à la tente? Pourquoi sont-ils aller si loin? En plus de tout cela, il est intéressant de noter que les touristes avec les pires blessures semblent avoir été les derniers à mourir. Je prends cela comme une preuve assez révélatrice contre la théorie d’avalanche. En outre, les experts qui ont étudié la topographie et dit que, si une avalanche à Elevation 1,079 n’était pas impossible, elle était hautement improbable.

Un incident militaire (attaque ou accident)

Ceci est une autre théorie largement répandue, mais c’en est aussi une autre qui ne correspond pas du tout aux faits. Il y a eu de nombreux rapports à l’époque de la mort du groupe Dyatlov de lumières oranges étranges  dans le ciel. Beaucoup prétendent que ces orbes volantes seraient en quelque sorte responsables de ce qui est arrivé au groupe Dyatlov. elles ont été signalées le 17 Février et le 31 Mars à nouveau. Je voudrais souligner que ces observations ont eu lieu après la mort de Dyatlov et ses camarades. Il y avait – et il y encore – des rumeurs que les boules de feu ont été vues sur la nuit même de la disparition du groupe Dyatlov. Un autre groupe de l’UPI, dirigé par un homme nommé Shumkov, a affirmé les avoir vus le soir même. Après enquête, on a découvert que le groupe Shumkov n’avait abandonné sa randonnée qu’après  le 1/2 Février et  la mort des membres du groupe Dyatlo. En outre, E. Buyanov a trouvé un lien direct avec deux lancements de missiles de combat R-7 de Tyuratam vers le champ cible  de Kura au Kamtchatka. Le calendrier de ces lancements correspond exactement au signalement de « boules de feu » dans le ciel au-dessus de l’Oural.

Col Dyatlov: les théories

Maintenant, c’est de l’Union soviétique que nous parlons, il n’est donc certainement pas impossible que le gouvernement aie expérimente une sorte d’arme – nucléaire ou non – sous le radar, sans passer par les canaux nécessaires et sans que personne ne le sache . Mais la vérité est qu ils avaient déjà désigné des zones où ces sortes de tests secrets étaient effectuées. En outre, c’était une époque, connue de « détente », où les Soviétiques refoulés avaient finalement réussi à se débarrasser de l’oppression rigide de Staline. Avec la mort de Staline, des choses comme l’art, la poésie et le sport étaient devenus important chez les gens – en particulier chez les jeunes. Le tourisme était énorme à l’époque. Et le mot tourisme en 1959 la Russie ne signifiait pas la même chose que cela signifie aujourd’hui en Amérique. Les touristes étaient essentiellement  des aventuriers, explorant et cartographiant les confins inconnus de leur pays. C’étaient des gens durs; ils devaient l’être pour survivre. Et en 1959, au milieu de ce «dégel» dans la répression stalinienne, les montagnes de l’Oural  grouillaient littéralement de ces touristes. Il y avait au moins trois autres groupes de l’UPI dans l’Oural cet hiver là – éventuellement plusieurs autres. Pourquoi l’Union soviétique aurait choisi de tester des armes – ou quelque chose d’autre, d’ailleurs – dans un endroit avec un trafic touristique élevé?

Dans une note intéressante, l’investigateur principal de l’affaire, Lev Ivanov, a donné une interview dans les années 90, une fois qu’il n’a plus été tenu au secret, affirmant qu’il croyait que les orbes avaient une corrélation directe avec la mort des touristes. Il a également mentionné que l’Union soviétique l’avait forcé à retirer toutes les références aux objets volants inconnus – et à tout autre phénomène étrange – de son rapport officiel.

Infrasons (naturel, par opposition à arme)

Je suis tombé sur cette théorie en lisant ce que je considère comme le meilleur des livres en anglais concernant l’incident Dyatlov Pass (‘Dead Mountain: The Untold True Story du col de l’incident Dyatlov »par Donnie Eichar). Cette théorie postule que les infrasons – non pas une arme, mais un phénomène naturel – est ce qui a fait courir les touristes hors de leur tente ce soir-là. Bien évidemment, il a mis un grand nombre d’éléments dans son enquête, allant jusqu’à la consultation de spécialistes dans ce domaine, il n’a pas tout expliquer. Selon les spécialistes que Eichar consulté, Elevation 1097, en forme de dôme, est parfaite pour la production de ce qui est connu comme une allée de tourbillons de Karman, qui est essentiellement un phénomène de infrasons naturel qui peut provoquer de très réels effets secondaires physiques: malaise, nausées, et même carrément la panique et l’hystérie. Cela expliquerait pourquoi le groupe s’est frayé un chemin hors de la tente et ne s’est pas arrêté pour mettre des vêtements chauds ou des chaussures. Cependant, cela n’explique pas pourquoi les touristes descendaient la pente en marchant plutôt qu’en courant. S’ils étaient vraiment au milieu d’une sorte d’hystérie, il est probable qu’ils auraient tout quitté en courant, fuyant dans de nombreuses directions différentes.

maxresdefault

Cette théorie suggère également que les touristes ont subi leurs blessures en tombant dans le ravin. Je ne suis pas expert médical, mais je – et beaucoup de ceux qui sont des experts médicaux – trouvent qu’il est difficile d’attribuer ce types de blessures à une chute. Il ne peut pas expliquer pourquoi seules les personnes dans le ravin avaient de telles blessures graves, mais ces types de blessures ne sont pas susceptibles d’être provoqués par une chute. Pour une raison, une chute dans un ravin avec suffisamment de force pour casser des côtes et briser le crâne de Thibeaux-Brignolle aurait certainement laisser derrière elle une sorte de marque extérieure, et pourtant il n’y avait rien. Les blessures étaient exclusivement internes. D’autre part, les blessures subies par Dubanina et Zolotarev ont été décrites comme n’ayant pas avoir été provoquées par un événement unique. Peut-être qu’ils ont rebondi quand ils sont tombés dans le ravin? Possible, mais, avec l’absence de marques externes, hautement improbable – j’irais jusqu’à dire presque impossible. En outre, Kolevatov, la quatrième touriste qui a été trouvée dans le ravin, n’avait pas été blessé comme les autres. Peut-être que les autres sont tombés et pas lui? Ou peut-être est-il est sur l’un des autres, amortissant le choc pour lui-même et blessant plus gravement l’autre?

Un point plus révélateur de cette théorie est que, quand les gens tombent, sauf s’ils sont inconscients, il y a l’instinct naturel de lever les bras pour essayer d’arrêter la chute. Donc, à moins Dubanina, Thibeaux-Brignolle et Zolotarev étaient déjà inconscient au moment de leur chute sinon ils auraient probablement subi quelques blessures au bras. Mais aucun d’eux n’en a, ce qui indique qu’ils ne levaient les bras pour essayer d’arrêter leur chute. Et s’ils étaient inconscients avant de tomber, cela indiquerait que quelqu’un les avait jetés ou les avait poussés dans le ravin.

Même si je pense que cela est la plus probable de toutes les théories que j’ai rencontrées, il y a encore quelques pièces qui ne correspondent pas tout à fait au puzzle.

Des Mansis ou des prisonniers échappés

Initialement, les enquêteurs ont suspecté une tribu indigène locale appelée les Mansi, qui avait donné à Elevation 1079 le nom sinistre Kholat Syakhl, ou Montagne des Morts. On a suggéré que peut-être les touristes s’étaient aventuré à tort sur un terrain sacré ou qu’ils avaient offensé le Mansi de quelque manière. C’est assez évident pour la plupart des gens – les enquêteurs inclus que cela était peu probable, car ils ont rapidement abandonné cette pist . Les Mansis sont par nature un peuple amical. En dépit d’avoir perdu de plus en plus de leur terre natale, ils seraient, en général, cent fois plus susceptibles d’aider quelqu’un qu’ils ont trouvé sur la montagne plutôt que de le tuer. Et il n’y avait pas de lieux indigène à proximité qui avaient un sens sacré pour les Mansi. Alors que la plupart des gens pensent encore que Kholat Syakhl est considéré comme maudit par les Mansi, ce n’est pas du tout le cas. La montagne n’est en aucune façon sacrée ou maudite, et les Mansi ne la considère pas et ne l’ont jamais considérée comme telle. En fait, un natif de Vijay, Vladimir Androsov, a déclaré dans une interview de 2011-2012, « Je ne sais pas ce que vous lisez, mais je répète que, hors le groupe Dyatlov et un homme qui a disparu en 1972 sur Lenchi-Syahl , personne s’est jamais perdu dans notre région. En 1970, deux touristes non enregistrés semblaient perdus, mais ensuite ils ont rencontré les Mansi, qui chassaient le cerf dans les montagnes. Un seul soldat est mort sur le mont Chistop; il est allé dans la forêt et s’est perdu « Une fois qu’il est devenu clair que le Mansi ne risquaient pas d’être impliqué -. pour ne pas mentionner qu’on a découvert que les touristes avaient découpé leur moyen de sortie de la tente en non pas quelqu’un avait coupé son chemin pour y rentrer – cette idée a été abandonnée par les enquêteurs officiels.

0_99885_f8bcff81_XXL

Une autre suggestion est que des prisonniers de l’un des goulags à proximité se soient échappé et aient assassinés les touristes. Les Goulags étaient des camps de prisonniers qui étaient assez gros pendant le règne de Staline, et ils étaient certainement des endroits désagréables. En 1959, l’utilisation des goulags avait diminué, mais il y avait des camps encore en fonctionnement. Pourtant, le goulag le plus proche de Elevation 1079 était à Vijay, et qui est assez loin. Il n’y a aucun sens pour quelqu’un s’échappant d’un goulag de courir à une mort certaine dans la taïga et les montagnes gelées. Et aucun prisonniers n’a été porté disparus pendant cette période. Cela ne signifie pas que cela n’a pas eu lieu, mais rien n’a été rapporté.

La preuve la plus éloquente contre cette théorie est qu’il n’y avait absolument aucune trace d’étrangers présente sur le site. Il n’y avait d’empreintes de personne d’autre que des touristes. Rien n’avait disparu. Certains rapports affirment qu’il y avait une paire de lunettes et une paire de chaussettes que personne ne reconnaissait, mais c’est logique. Yuri Yudin avait été amené à identifier les affaires de tout le monde, ce qu’il a fait au mieux de ses capacités, mais c’était un jeune homme en deuil et il ne pouvait pas avoir prévu de  se rappeler toutes les choses que ses amis avaient apportées avec eux. En outre, rien dans la tente n’a été pris. Leur nourriture, de l’argent, des vêtements, et des documents importants ont tous été récupérés – sauf un journal appartenant à Kolevatov. Yuri Yudin se souvient distinctement de Kolevatov l’emportant pour le voyage.

Assassiné pour avoir vu quelque chose qu’ils ne devaient pas

Même maintenant, des décennies après la chute de l’Union soviétique, les gens sont très méfiants à l’égard de celle-ci. Je ne ai pas appris grand-chose à l’école, je dois l’avouer, mais même ainsi, je l’ai instinctivement détesté. Peut-être que j’ai inconsciemment ramassé toute la méfiance de la génération de mes parents? Je ne suis pas sûr. Mais en tout cas, les gens avaient des motifs de se méfier de l’Union soviétique. C’était un gouvernement qui était prêt à mentir et à assassiner pour atteindre ses objectifs. Beaucoup de gens – moi y compris – n’écarte pas qu’il aie assassiné un groupe de touristes tout simplement parce qu’il avait vu quelque chose qu’ils ne devaient pas avoir. Mais je vais répéter ce que je disais plus tôt dans la section relative à un accident ou à un test militaire secret: pourquoi l’Union soviétique aurait fait quelque chose qu’ils ne voulaient pas que les gens voient dans un endroit où les gens étaient censés être? Non seulement les Monts Oural grouillent de touristes que l’hiver, mais Dyatlov avaient enregistré leur voyage au Sverdlovsk Tourist Club – ils ont dû le faire afin de recevoir la documentation appropriée. Donc, le gouvernement savait exactement où le groupe Dyatlov allait être. Il est vrai que le groupe a dévié un peu de son itinéraire prévu en manquant la passe entre les Elevation 1 079 et 880 (car Elevation 880 était incorrectement indiqué à l’époque), mais ils n’auraient pas dévié assez pour faire une différence dans ce cas.

Victims_of_Soviet_NKVD_in_Lvov,_June_1941

Bien qu’il semble peu probable que le gouvernement aie tué les touristes, les blessures que Dubanina, Zolotarev, et Thibeaux-Brignolles ont subi pourraient être expliqué par la présence d’un autre être humain. Ce qui me porte à  prochaine théorie.

Des espions du KGB infiltrés

Zolotarev est naturellement le membre le plus mystérieux du groupe Dyatlov. Il était plus âgé que les autres d’une bonne dizaine d’années, et, contrairement aux autres, il avait pas de liens avec l’UPI. Il avait prévu de voyager avec un groupe différent, mais il avait opté pour l’expédition de Dyatlov à la dernière minute. La raison qu’il avait donnée était qu’il voulait aller visiter sa mère malade et l’itinéraire du premier groupe ne lui convenait pas. Mais l’itinéraire de ce premier groupe était seulement différent de quelques jours, et cette différence est devenue encore moindre une fois que Dyatlov a repoussé leur retour à Vizhay du 12 Février au 14 Février, il aurait probablement vu sa mère au même moment, quel que soit expédition qu’il aie rejoint. On a suggéré que Zolotarev était un agent secret de KGB – il avait été dans l’armée pendant plusieurs années, après tout – et il avait opté pour l’expédition de Dyatlov pour se rendre à un endroit précis dans l’Oural. Peut-être même à dessein a-t’il manqué la passe entre les Elévations 1 079 et 880 afin d’arriver là où il devait être.

Selon cette théorie, Zolotarev était censé se présenter comme un espion aux Américains, alimentant en fausses informations sur l’Union soviétique des agents américains qu’il rencontrait dans l’Oural. On a même suggéré que Krivonischenko ou Kolevatov – voire les deux – était dans le coup. Krivonischenko travaillait à Chelyabinsk-40, et Kolevatov avait quitté un poste pépère dans un laboratoire secret de Moscou pour passer à Sverdlovsk et assister à UPI. De ce que je comprends, en 1959, Moscou était l’endroit où être. C’était comme un club d’élite où personne n’est autorisé à entrer. Il fallait être né dedans. Très peu de gens ont réussi à quitter la ville. Kolevatov est l’un des rares qui l’a fait. Les gens soulignent combien il était illogique pour lui d’avoir atteint un poste important dans une grande ville et tout laisser derrière pour être comme tout le monde.

La camera manquante de Zolotarev
Cette photographie montre ce que certains prétendent être une caméra non comptabilisée. Le procès-verbal indique que c’est un masque de ski.

Krivonischenko a été trouvé avec de la mousse venant de sa bouche, ce qui peut être causé par une pression sur la cavité thoracique. Apparemment, cela est une méthode de torture largement utilisé au sein des unités militaires à travers le monde. Je suis porté à croire qu’il est également possible de briser les côtes et d’écraser des crânes sans laisser de traces externes -. Quelque chose à quoi des agents secrets seraient probablement formés. Puis ils ont enterré ceux avec les blessures les plus distinctes sous la neige, en espérant que cela prendrait plus de temps à découvrir ces corps et qu’au moment où ils seraient trouvés, la décomposition masquerait la présence d’une personne extérieure.

Ceci est une théorie incroyablement intéressante et bien pensée, mais encore une fois ce n’est pas une à laquelle je crois. Il n’y a tout simplement aucun signe de quelqu’un d’autre présent dans le camp et dans les zones avoisinantes. Certains ont suggéré que les espions avaient tout nettoyé derrière eux, supprimant leurs empreintes et tout signe qu’ils avaient pu être là. Mais pourquoi auraient-ils retirer soigneusement leurs propres empreintes et laisser derrière celles des touristes? En fait, pourquoi auraient-ils laissé les corps? Les gens disparaissent tout le temps sans laisser de trace; laissant derrière soi des preuves accablantes semble peu probable.

Un combat entre les touristes eux-mêmes

Honnêtement, pour moi, cette théorie est carrément insultante pour la mémoire des touristes, mais c’est tout de même une théorie alors je vous la présente. Ces neuf hommes et femmes étaient incroyablement travailleurs et intelligents. Ils avaient un but: ils voulaient obtenir leur certification de niveau III, qui était le plus haut niveau de difficulté dans le tourisme de ski et qui leur permettrait de former d’autres personnes. En dépit d’être jeune, ils étaient tous intelligents, matures, et logiques. Dubanina et Kolmogorova n’avaient pas été sexuellement actives au moment de leur décès cela a été vérifié lors de l’examen post-mortem. Yuri Yudin a également soutenu que tous les touristes étaient vierges et ne buvaient pas – qu’il est inclus Zolotarev dans cette déclaration générale est inconnu, mais peu probable, vu que Zolotarev avait près de 40 au moment de l’incident.

 

4eaf0dd1eead911-29400026

Certains suggèrent que d’un triangle amoureux – ou même quadrilatère – a tourné autour Kolmogorova. Elle était sortie auparavant avec Doroshenko et les événements entourant leur rupture ne sont pas connus, mais on dit qu’ils étaient en bons termes après. Il y a également eu des rumeurs qu’elle était amoureuse de Dyatlov. Quelque part sur le long du chemin, on a suggéré que Zolotarev l’aimait aussi. Mis à part la relation précédente de Kolmogorov avec Doroshenko, tout le reste est de la spéculation.

Une autre théorie est que Krivonischenko aurait commencé une bagarre. Il était connu pour avoir la mèche courte et un tempérament chaud, après tout. Lors de leur première nuit à dormir dans la tente, le groupe l’avait élu à l’unanimité à dormir à côté du poêle – sans le consulter sur la question. Alors que l’on pourrait penser que dormir à côté de la cuisinière serait idéal, c’était loin d’être le cas. Le poêle a une chaleur insupportable, et dormir à côté de lui aurait été misérable. Krivonischenko est devenu tellement furieux d’avoir été contraint de dormir à côté de la cuisinière qu’il a fait tout une scène, affirmant que les autres l’avaient «trahi». Il marmonnait sur le sujet depuis un certain temps, empêchant les autres de dormir. Ceci a été écrit dans leurs journaux.

Mais même si une bagarre avait éclaté au sujet de Kolmogorova – très peu probable – ou à cause de l’humeur de Krivonischenko, il est peu probable qu’ils se soient frayés un chemin hors de la tente. Il est encore plus improbable que tous les neuf soient sortis, loin de la tente, sans se rhabiller. Même si un ou deux s’étaient battus dans la nuit sans rien d’autres que leurs sous-vêtements, les autres auraient eu le bon sens de mettre leurs vêtements chauds et de passer par l’avant de la tente pour aller les chercher. Ces personnes étaient intelligentes, pas stupides.

Attaqués par des animaux sauvages

Les ours hibernent pendant l’hiver; cela est de notoriété publique. Quand ils entrent dans ce profond sommeil, le corps ralentit son métabolisme. Ceci est une technique de survie lorsque la nourriture est rare, généralement pendant les mois d’hiver. Dans certains endroits où la nourriture est abondante pendant l’hiver, un ours peut se réveiller de cette hibernation. Parfois, si il y a assez de nourriture, l’ours n’hiberne pas du tout et peut être très actif dans l’hiver. Donc, il est possible qu’il y aie eu un ours errant autour de l’Oural pendant l’hiver 1959. Et les loups sont certainement les chasseurs d’hiver qui sont connus pour étendre leur terrain de chasse lorsque la nourriture se fait rare.

2800557775_small_1
Cela étant dit, il n’y a vraiment rien qui suggère que des animaux étaient présents et ont attaqué le groupe Dyatlov. Il n’y avait absolument aucun signe de présence d’animal et, plus précisément, aucune des blessures constatées sur les victimes n’aurait pu être causé par un animal.

Des ovnis

Je vais être honnête – je ne sais pas la première chose sur les ovnis. Bien que je pense vraiment qu’il existe d’autres formes  de vie intelligente quelque part dans le nombre infini d’univers – peut-être même certaine avec la technologie suffisamment avancée pour pénétrer notre galaxie – Je ne crois pas l’un d’eux choisirait de s’arrêter sur notre planète. Je pense que la chance des extraterrestres soient impliqués dans l’incident Dyatlov est hautement improbable. Je ne vais pas aller aussi loin que dire c’est impossible, mais je ne suis pas vraiment celui qui est fan de conspiration extraterrestres.

théorie : ovni

Beaucoup de gens utilisent les observations de boules de feu dans le ciel au cours de février et mars de 1959 comme «preuve» que les extraterrestres étaient impliqués. Comme je l’ai signalé dans une section précédente, les boules de feu « ont été » suffisamment expliqué par des lancements de missiles d’essai et cela n’a rien à voir avec des extraterrestres. Je suis sûr que tout amateur hard-core des conspiration extraterrestres pourrait souligner: « Mais que faire si le gouvernement a menti sur le tir de test pour couvrir l’activité extraterrestre? » Je suppose que je n’ai pas de bonne réponse à cette réponse même si je pense que cela semble peu probable .

Il y avait une petite quantité de rayonnement découvert sur les vêtements de certains des touristes. Certaines personnes prétendent que cela aurait pu provenir des extraterrestres. Le rayonnement trouvé, qui, à l’époque, était considéré comme beaucoup plus élevé que la normale, est maintenant considéré comme bien dans les normes par les scientifiques modernes. La petite quantité de rayonnement, tout confondus, n’aurait en aucune façon affecté la santé des touristes. Yuri Yudin, lorsqu’on l’interroge sur les traces de rayonnement trouvés, a expliqué que les lanternes qu’ils utilisaient émettait une petite quantité de rayonnement qui pourrait expliquer les restes trouvés sur les vêtements. Bien que je trouve cette explication plus qu’un peu insuffisante, je trouve ça plus crédible que la participation extraterrestre.

J’ai lu une version romancée de l’incident qui tournait autour de la théorie de la participation extraterrestre qui était assez divertissant – en fait, je ne pouvais pas poser le livre – mais cela ne veut pas dire que j’y crois. Je sens cette théorie comme étant plus à la recherche des semblants, en essayant de trouver toute sorte d’explication pour l’inexplicable.

Yeti

Les touristes, lors leur dernier jour en vie, ont fait  un journal blague appelé «La Soirée Otorten. » C’était probablement une référence à un journal qui était populaire à l’époque que l’on pourrait comparer aux tabloïds d’aujourd’hui. Dans leur journal fait maison, il y avait un commentaire qui affirmait: «Nous savons maintenant que les hommes des neiges existent. »

Théorie : yeti

Certains prennent cela à l’extrême et suggèrent que le groupe a effectivement vu un abominable homme des neiges ou yeti dans l’Oural. Je pense que cela est probablement prendre le commentaire à la lettre. En prenant en considération les autres articles dans le journal – qui comprenaient une mise à jour sur le dossier temps pour assembler le réchaud, entre autres – il est assez clair que ce journal était tout dans le ton du bon amusement. Ils étaient heureux, ils étaient en bonne santé, et ils avaient un bon moment. Peut-être qu’ils ont discuté de la légende du yéti – ils n’avaient pas apporté de radio et ils avaient caché la mandoline de Slobodin, de sorte que leur seule forme de divertissement était un bon vieux débat démodé et la discussion – et c’était juste une bonne blague. Ou peut-être qu’ils faisaient référence à eux-mêmes en parlant d’hommes des neiges. Si vous avez vu l’une des photos prises lors de l’expédition, ils ont de la neige et de la glace dans les cheveux et les poils du visage. Se référer à eux-mêmes comme des hommes des neiges aurait été une bonne blague pour eux.

Si vous voulez prendre cette théorie au sérieux, je vais aussi souligner le manque d’empreintes ou de tout signe d’une attaque d’un animal.

La Dame d’or

Ce n’est pas une théorie commune mais je la trouve créative.

Les premiers rapports de la Dame d’or ont été trouvés au 14ème siècle dans les Chroniques de Novgorod. On la décrit comme étant une idole semblable à une Madone. Elle se trouve à Yugria, près d’Ob. Les rapports de l’époque affirment que Obiens et Yugriens la vénèrent. Elle était consultée par des prêtres sur ce qu’ils devaient faire spirituellement, et elle répondrait. On croyait que l’idole était cachée dans une clairière secrète dans les montagnes de l’Oural, gardé par des gardiens héréditaires qui portaient les livrées rouge et lui apportaient les offrandes du peuple. Seuls les gardiens et les prêtres étaient autorisés à voir l’idole.

Théories : la dame d'or

Beaucoup de gens aujourd’hui – je ne sais pas si cela est une croyance partagée par nos ancêtres – pensent que la Dame d’or était une représentation physique de la déesse des Mansi Kaltesh, qui est la terre-mère et l’épouse du dieu Mansi Nuri-Turum. La légende raconte qu’elle avait besoin de se défendre contre des entités hostiles – la légende ne précise pas si ces entités étaient spirituelles ou physiques – et son mari Nuri-Turum avait créé pour elle le menkui. Les Menkui sont des loups-garous surnaturels, dont on dit qu’ils ont survécu au Déluge des temps bibliques.

Dans cette théorie, le groupe Dyatlov serait tombé sur la clairière secrète où la Dame d’or restait et vu l’idole interdite, se condamnant donc à mort. Les menkui auraient effrayé les touristes dans leur tente, et soit les menkui soit Kaltesh elle-même les auraient blessés – probablement surnaturellement.

Je ne crois pas que la Dame d’or aie tué les touristes de Dyatlov, mais je trouve que c’est une histoire intéressante. Mais encore une fois, je tiens à souligner que les touristes marchaient et ne courrait pas loin de la tente; en outre, il n’y avait pas de traces extérieures, humaines ou animales.

Un feu du poêle maison

Le poêle que le groupe utilisait lors de leur expédition avait été conçu et réalisé quelques années auparavant par Dyatlov lui-même, et je suppose que ce serait une théorie assez décente pour expliquer pourquoi les touristes ont quitté la tente, sauf qu’il n’y avait absolument aucun signe d’incendie. Rien dans la tente n’avait été brûlé.

Théories : la tente

Certains vêtements, ainsi que Krivonischenko et Doroshenko, portaient des brûlures, mais celles-ci sont facilement expliquées; ils s’étaient tenus trop près du feu vers le bas à côté du cèdre. En outre, le poêle était soigneusement rangé et il n’y avait qu’une seule pièce de bois de chauffage, de sorte que les touristes n’avait pas l’intention d’allumer un feu sur la pente d’Elévation 1079. Cette théorie est facilement réduite et est le plus souvent exclue des listes en raison de l’absence de preuve.

Source

12 Comments

  1. Ch holz

    Bonjour. Il est évident qu’en 1959, en URSS, personne ne pouvait trouver LA RÉPONSE, car on ( c.-à-d. L’ex URSS ) ne voulait pas que l’on comprenne. L’enquête s’est effectuée sous une véritable chape de plomb, et a été totalement asphyxiée. De plus, l’émotion engendrée par la découverte des 9 jeunes, décédés a empêché toute réflexion rationnelle. Le lieu où s’est produit le drame, Kolath Syakhl, ( montagne des morts ), et l’otorten, ( n’allez pas là-bas ) a fait dévier l’esprit humain vers toutes ces théories aberrantes que vous évoquez. Et pourtant, c’est en regardant les photos des équipes de secours, que j’ai compris que ceci n’est rien d’autre qu’un crime parfait commis par d’autres hommes, au fin fond de l’Oural, par – 30 degrés, et sans aucun témoin.

  2. tu

    Je suis affairé du peu de sens critique des gens qui émettent ces théories, bien au chaud derrière leur ordinateur, sans jamais avoir été sur place, sans jamais avoir eu en main la moindre photo authentique, sans avoir jamais étudier les éléments constitutifs, ceux qui ont été recueillis sur place. Les théoriciens du net relaie, encore et toujours, les théories fumeuses de ceux qui pensent comme eux.

    Aucune théorie ne cherche à répondre aux sept questions de Quintilien, aucune méthodologie, rien. On voit sans arrêt les mêmes commentaires, la même approche des éléments en fonction de la théorie que l’on défend, occultant le reste et cherchant à faire passer les autres pour des ignares, le tout agrémenté de commentaires personnels dénués de toute pertinence. On part dans une direction jusqu’à ce qu’on se heurte à une impossiblité, alors on part ailleurs et tout le monde finit par se perdre tant les incohérences deviennent flagrantes. Plus je cherche et moins je trouve un travail méticuleux à lire, je ne parle même pas des commentaires. Tous les sites sont de la même trempe et aucun ne fait simplement l’inventaire des faits tels qu’ils sont. Derrière toute ses pseudo enquêtes, il manque une réelle étude qui certe, n’apporterait pas la vérité, mais permettrait de repartir sur des faits réels, des chiffres tangibles, plutôt que sur des éléments tronqués.

      1. tu

        Ce n’était pas mon propos. Car ce n’est ni la théorie que l’on choisit de défendre ni même le fait que ce ne soit qu’un résumé d’un article qui me pose problème. Mais c’est de lire des gens qui bavassent des mots déjà mâchés sans la moindre analyse critique pour asseoir une opinion tranchée qui m’insupporte.
        Une théorie est censée être une connaissance vraisemblable, étayée par une résultante de faits qui convergent ou divergent et non l’opinion niaise d’un citadin replet. Là se touvait ma critique.

  3. Ch holz

    Permettez-moi de rebondir sur les propos hautains, et dédaigneux proférés par TU, qui sonnent à mes oreilles comme une véritable insulte. Qui êtes-vous, monsieur  » nombril du monde  » pour juger les gens sans les connaître ? Vos allégations périssables sont formellement contestées. Pour votre gouverne, sachez que ce que j’ai écrit le 07 avril 2017, résulte de 6 mois de réflexion. Je vais d’ailleurs vous en dire plus, sans aucune prétention, car c’est par défi personnel que j’ai creusé cette affaire avec acharnement. Il est établi, de par l’enquête, pour mémoire, que la mort dramatique des ces 9 jeunes ne peut avoir pour origine, ni une avalanche, ni une explosion, ni un yéti, ni une attaque des mansis, ni une attaque d’animal sauvage. Les meurtres surviennent de surcroît, sur le mont Kolath Syakhl, désigné par les mansis, comme étant la montagne des morts. D’où la naissance de toutes ces suppositions, telles le surnaturel, la porte de l’enfer… L’enquêteur principal, Lev ivavov, était persuadé que des ovnis étaient impliqués, car la cime des pins était brûlée. Ce n’est pas cela du tout. Il convient donc de gommer toutes les théories émises depuis 58 ans. Pour trouver la réponse, je prends appui, une fois de plus sur des faits issus de l’enquête, à savoir un des corps avait les yeux manquants, un autre la langue coupée, le visage taillade. Pour faire ce genre de chose, il faut un couteau ! Et qui sur terre utilise cet objet ? Uniquement l’homme. Par ailleurs il s’agit d’actes de torture, de barbarie, de cruauté dont seul l’homme est capable. Je pars donc du principe que ce sont d’autres hommes qui sont intervenus. Quand il y a crime, il y a forcément un mobile. J’insiste également sur l’extrême violence des meurtres, ce qui traduit une grande colère de la part des agresseurs, ils sont venus la pour punir quelque chose de très très grave… Comme une trahison. Le secret de l’affaire se trouve donc dans le groupe des 9 jeunes. Pour trouver le mobile, il faut chercher l’intrus. En 1959, tous avaient entre 21 et 25 ans… Sauf 1 qui en avait 37 ! ZOLOTARYEF. Cet homme est donc le seul qui avait vécu assez longtemps pour avoir commis à l’encontre de l’URSS, des choses d’une gravité extrême. Cet homme était dans l’armée, c’était un espion, mais il a trahi l’URSS. C’est donc pour l’éliminer lui, qu’ils ont organisé, planifie, et orchestre cette attaque, menée à la perfection, dans la nuit du 01 au 02 février 1959. Les 8 autres n’avaient rien fait de mal, mais ils se trouvaient la, avec ce type, et ont été éliminés pour ne laisser aucun témoin. Je poursuis avec l’analyse de la tente. Il apparaît que la toile fut découpée au couteau de l’intérieur, de façon horizontale, à hauteur de l’arête. Puis pour fuir, les jeunes l’ont déchirée à partir de ces coupures faites au préalable. Cette nuit-la, le groupe est sous la tente. Ils entendent un bruit sourd qui s’approche, et qui devient toujours plus fort. Le bruit provient de partout, à cause de L’Echo. La peur à déjà envahi le groupe, et personne n’ose sortir. Alors ils découpent ces entailles en haut de la tente. Le bruit, ce sont des helicopteres en approche. Ce qu’ils voient par les entailles, personne sur terre ne l’a jamais vécu. Ils sont à présent en panique totale, voir en état de choc… Deux d’entre eux s’échappent en sous vêtements, d’autres avant de se sauver attrapent dans le noir un vêtement, au hasard. Ce qui explique que certains portaient les vêtements des autres. Le groupe d’attaque n’a jamais mis pied à terre, c’est pour cela que les enquêteurs n’ont trouvé aucune trace, sauf celles des ràndonneurs qui fuyaient. Ceux qui les ont attaqués sont vous l’aurez compris l’élite des forces spéciales du Kgb. Igor Dyatlov avait préparé son expédition bien à l’avance, et avait déclaré, comme il se doit la randonnée à l’office de tourisme de sverdlovsk, plusieurs mois avant. Les services secrets étaient donc au courant de tout. Ils savaient que le groupe allait démarrer sa ràndo, le 27 janvier. Partant de la, il n’est pas très dur de calculer la distance parcourue par jour. Ceux qui ont attaqué, ont laissé le groupe marcher pendant 6 jours, pour qu’il soit déjà bien épuisé. Au départ du groupe Dyatlov, toute la logistique était déjà en place ; le groupe d’attaque était déjà en planque dans un rayon de moins de 10 kilomètres, en contre bas du Kolath Syakhl. Il y a une photo, avec un personnage qui épie le groupe. Les enquêteurs pensaient à un yéti. Mais pas du tout. Il s’agit bel et bien d’un homme en train de vérifier la progression du groupe. Je ne vais pas vous décrire l’attaque, puisque je suis, selon les propos de Tu, un citadin replet qui bavasse dans le vide ! Mais je puis vous dire que l’attaque de cette nuit dépasse largement les meilleurs films de  » James Bond  » jamais produits. Je vous laisse deviner la suite, en vous rappelant que vous devez justifier, les corps écrasés par haute pression, la cime des arbres brûlées, la radioactivité, les brûlures sous les mains de certains, les blessures sur les mains de Dyatlov, et j’en passe. Ah, et à propos, mon cher Tu, sachez que le citoyen replet, fait des ràndos de 40 Km/ jour. A bon entendeur, salut.

    1. tu

      Bonjour Monsieur Ch holz,
      Vous avez pris mes propos pour une attaque personnelle mais il n’en était rien car je parlais au sens global. Cependant, je vous remercie de m’avoir conforté dans mon idée en nous révélant vos six mois de réflexion. Ce que je suis Monsieur, c’est un enquêteur au sein d’un organisme gouvernemental. Ce n’est en rien une prétention plus haute mais la raison pour laquelle je me permets de mettre en doute la sagacité des Sherlock Holmes de salon. Les gens ne font pas preuve d’une mauvaise foi mais tout comme vous, il pense qu’en lisant un bon polar et en regardant des séries, ils feraient de meilleurs enquêteurs. Pour illustrer cela, je vais me permettre de reprendre vos mots.
      1. « Il est établi, de par l’enquête….ne peut avoir pour origine, ni une avalanche, ni une explosion, ni un yéti, ni une attaque des mansis, ni une attaque d’animal sauvage. »
      Je vous rappelle ici que c’est la conclusion officielle du rapport d’autopsie et non celui de l’enquête, celle dont vous remettez en cause la conclusion puisque différente de la vôtre. Ainsi, vous n’êtes déjà pas honnête envers ceux qui vous lisent car vous écrivez une fausse vérité.
      2. « je prends appui, une fois de plus sur des faits issus de l’enquête, à savoir un des corps avait les yeux manquants, un autre la langue coupée, le visage taillade. Pour faire ce genre de chose, il faut un couteau ! Et qui sur terre utilise cet objet ? Uniquement l’homme. Par ailleurs il s’agit d’actes de torture, de barbarie, de cruauté dont seul l’homme est capable »
      Vous prenez appui sur les faits qui vous arrangent ! Les corps dont vous parlez, ont été découvert après avoir passé un mois sous la neige, dans une rivière (ils ont séjourné dans l’eau). Premièrement, le rapport d’autopsie ne dit pas que la langue a été arrachée, il dit qu’elle est « absente » et c’est un détail qui a son importance car il n’y a rien, mis à part votre propre certitude, qui n’étaye le fait qu’elle a été coupée. Quant aux éraflures, pourquoi ne pourraient-elles faites qu’avec un couteau (le rapport dit « éraflures et non coupure ». Je pense qu’un médecin légiste, même en 1959 était capable de faire la différence) ? Vu avez peut-être vu des photos auxquelles personnes n’a eu accès, car d’expériences et dans un milieu montagneux comme celui dans lequel ils évoluaient, je vois plusieurs causes possibles (branches, neige, chute, pierre). Et qui a dit que ces éraflures ont été faites le jour du meurtre ? Pourquoi ne pourraient-elles pas être ante-mortem ? Et en finalité, vous occultez sciemment d’autres faits pour lesquels vous n’avez pas de réponses comme les côtes cassées sans marques externes, ni la poussière radioactive, entre autres.
      3. « ZOLOTARYEF » « le groupe marcher pendant 6 jours, pour qu’il soit déjà bien épuisé »
      J’aime beaucoup le ridicule de votre théorie : Zolotaryef est un espion, ok. Le gouvernement veut l’éliminer, ok. Les autres sont justes des dommages collatéraux, mais pourquoi pas après tout. Le crime parfait ?!?! Le NKVD qui a fait disparaitre des milliers de personnes aux yeux et au su de tous, les emmenant chez eux, devant leur famille (lisez des témoignages comme celui de Soljenitsyne) mais ils se serait ennuyés à suivre un unique type sur un parcours d’une centaine de kilomètres par -30° pour l’éliminer et tuer au passage huit autres personnes qui n’avaient rien à voir avec un commando? Vous trouvez ça sérieux ?
      4. « ce sont des helicopteres en approche »
      Je ne reviendrai pas sur les appareils en service. En revanche, je mets en avant deux détails : le premier, la dernière photo prise par le groupe se situe aux alentours de 17h00 selon enquête, d’après la luminosité. Sur celle-ci on voit le groupe planter sa tante. Le deuxième, l’heure à laquelle plusieurs montres se sont arrêtées, soit 20h15. Ce qui veut dire que votre attaque a dû se passer de nuit car en plus, ils sont censés être couchés. Hormis, comment des hélicoptères en 1959 volaient-ils de nuit et comment ont-ils repéré une tente à moitié enterrée sous la neige ? Et ne me répondez pas : « mais avec des projecteurs » ou je me mets à rigoler. (plongez le nez dans un ou deux livres d’histoire aéronautique)
      5. « Le groupe d’attaque n’a jamais mis pied à terre, c’est pour cela que les enquêteurs n’ont trouvé aucune trace »
      Donc comment ont été faites les blessures si aucun soldat n’a mis pied à terre ? Par magie ou avec une arme secrète que vous tirez de votre chapeau ? S’ils ont fui à l’arrivée des hélicoptères, selon vos propres déclarations, il a bien fallu que quelqu’un les suive pour les tuer.
      6. « Igor Dyatlov avait préparé son expédition bien à l’avance, et avait déclaré, comme il se doit la randonnée à l’office de tourisme de sverdlovsk, plusieurs mois avant. Les services secrets étaient donc au courant de tout. » « le groupe d’attaque était déjà en planque dans un rayon de moins de 10 kilomètres »
      L’enquête et les journaux des membres de l’expédition démontrent que le groupe avait pris du retard et qu’il s’était trompé à deux reprises de chemin. Il n’était donc pas où vos militaires les attendaient.

      7. « L’enquêteur principal, Lev ivavov, était persuadé que des ovnis étaient impliqués, car la cime des pins était brûlée. Ce n’est pas cela du tout » Je vous laisse deviner la suite, en vous rappelant que vous devez justifier, les corps écrasés par haute pression, la cime des arbres brûlées, la radioactivité, les brûlures sous les mains de certains, les blessures sur les mains de Dyatlov, et j’en passe.
      En conclusion, vous faites un gros tas de tout ce qui ne colle pas à votre théorie. Et bizarrement, tout ce qui ne colle pas devient une invention du gouvernement.
      Je réitère donc ma citation : « ce qui est pratique quand on a une conviction, c’est qu’on n’a plus besoin de réfléchir »
      Mon cher Monsieur, nous ne sommes mêmes pas penchés sur tous les autres détails qui ne s’emboîte pas mais au vu des premiers éléments, je ne vais pas aller plus loin. Je vous invite à relire ma critique, peut-être que cette fois, vous la comprendrez.
      « Aucune théorie ne cherche à répondre aux sept questions de Quintilien, aucune méthodologie, rien. On voit sans arrêt les mêmes commentaires, la même approche des éléments en fonction de la théorie que l’on défend, occultant le reste et cherchant à faire passer les autres pour des ignares, le tout agrémenté de commentaires personnels dénués de toute pertinence. On part dans une direction jusqu’à ce qu’on se heurte à une impossiblité, alors on part ailleurs et tout le monde finit par se perdre tant les incohérences deviennent flagrantes. Plus je cherche et moins je trouve un travail méticuleux à lire, je ne parle même pas des commentaires. Tous les sites sont de la même trempe et aucun ne fait simplement l’inventaire des faits tels qu’ils sont. Derrière toute ses pseudo enquêtes, il manque une réelle étude qui certes, n’apporterait pas la vérité, mais permettrait de repartir sur des faits réels, des chiffres tangibles, plutôt que sur des éléments tronqués. »
      8. Ah, et à propos, mon cher Tu, sachez que le citoyen replet, fait des ràndos de 40 Km/ jour
      M. Ch Holz, une personne peut faire 40km/jour ce n’est pas ce qui l’empêche d’être replète. Votre réponse illustre à elle seule l’extrapolation que vous faites de ce que vous lisez, vous vous laissez emporter et répondez à côté.

  4. Ch holz

    Ré-bonjour, monsieur Tu. Tout d’abord merci pour votre réponse, qui nécessite de ma part de poursuivre, en devenant plus modeste sur mes propos, que je vais déqualifier d’affirmation, puisque rien ne peut être prouvé 58 ans Apres cet événement. Admettons donc une attaque, par les airs, commanditée par l’URSS, pour abattre ce type, ZOLOTARYEF, ce qui pour vous semblé peu probable. Bien. De mon point de vue, j’ai néanmoins la conviction que cette affaire à pour toile de fond une affaire d’espionnage, et de trahison. Mais, comme vous le disiez, le but ne doit pas être d’imposer aux gens une théorie, d’autant plus que la plupart se fiche au plus haut degré, d’un crime qui remonte à 58 ans. Je poursuis donc dans l’optique d’une attaque de nuit par un groupe de soldats aguerris, venus de nuit par les airs, ce qui vous parait du délire. Mais pour étayer ma théorie, je vous rappelle le contexte de 1959. En pleine guerre froide, l’URSS, trahie par un des siens, veut au travers de l’affaire Dyatlov, montrer le sort qu’elle réserve aux traîtres, pour être très claire vis à vis de ceux qui se permettraient de trahir. Cette attaque constitue donc un message d’avertissement. J’insiste sur les points suivants : dès le début de l’enquête, un enquêteur trop zélé se voit écarté, dès que lev ivavov fait état de boules de feu, il reçoit l’ordre de tout boucler, fin mai. Un enquêteur refuse de signer le rapport. Le lieu de drame est interdit pendant 3 ans. Un journaliste russe publié en 1967, un livre intitulé  » de la plus grande complexité  » il meurt en 1980 lors d’un accident de voiture, et tous les documents qu’il a recueillis disparaissent. Je vais malgré tout poursuivre ma délirante démonstration, en vous donnant mon avis sur la dernière photo, prise par un des jeunes, depuis la tente, qui est décrite comme une boule de feu qui fonce vers les ràndonneurs dans la nuit. Ce que les jeunes voient depuis les entailles, et qui a motivé leur fuite, ce sont des jets de feu, comme si des dragons venaient les attaquer. En réalité, c’est le groupe d’attaque, qui arrive par les airs, et qui actionne des lance flammes. Le liquide enflamme tombe à leur insu sur la cime des arbres, ce qui corrobore la constatation de Lev ivavov,  » le sommet des pins était brûlé  » À 50 kilomètres au sud, se trouve un autre groupe qui aperçoit également ces boules de feu, qu’il pense être des ovnis. Les jeunes en panique, courent sur la pente du mont Kolath dans tous les sens, poursuivis par le groupe d’attaque, avec les helicopteres en sustention. Le but étant de les épuiser et de les faire périr par le froid. Durant la poursuite, ils parviennent à forcer certains jeunes à monter à bord des hélicos ; ce serait là que la fille a eu la langue coupee, un autre les yeux arrachés. Les jeunes avaient des brûlures sur la paume des mains, il s’agit de blessures défensives, qui peuvent s’expliquer ainsi : depuis les hélicos, le groupe d’attaque les poursuit à coup de lance flammes, pour se protéger le visage, le réflexe, consiste à lever les mains, pour tenter de stopper le jet de feu. Le groupe d’attaque avait reçu l’ordre de ne tirer aucune balle, pour qu’on ne puisse pas les identifier. Il me reste à vous expliquer la façon avec laquelle ils ont écrasé trois des victimes avec une pression enorme. En résumé, la photo prise par les jeunes à travers les entailles de la tente serait le jet de feu d’un lance flammes, qui subit l’apesanteur. Je sais, vous allez me dire, c’est délirant, mais c’est la seule explication qui tienne la route, sur la base d’une intervention humaine, et non extraterrestre. Désolé. Les ovnis, je n’y crois pas. Pour infos, le télescope dernière génération, a détecté une planète située à 40 années lumière, qui serait similaire à la terre. Je vois donc assez mal, des extraterrestres traverser l’univers pendant des milliers d’années, pour venir en Oural, retirer une langue, arracher des yeux, bref tuer 9 ràndonneurs, juste pour le fun. Je vous laisse donc démonter ma théorie. Mais si c,est le cas, présentez m’en une autre qui soit plus fiable svp. Bien à vous. Ch

  5. Ch holz

    Navré, mais je me suis permis de réfuter la théorie de l’avalanche. Et à juste titre, vous m’en faîtes reproche. Vous voudrez donc bien me dire si tout cela résulte d’une avalanche, la raison pour laquelle, le groupe découpe les entailles horizontales pour observer quelque chose au dehors ? Ils seraient donc sous la tente, assoupis, endormis, fatigués par 6 jours de marche, auraient perçu le bruit d’une avalanche, et au lieu de fuir à vitesse grand V, découpent des entailles pour voir la masse de neige arriver sur eux ? Mais l’enquête a révélé que, je cite  » la tente était toujours en place, ainsi que toutes leurs affaires ; les traces de pas des ràndonneurs dans la neige étaient toujours bien visibles ; au lieu choisi du campement, la survenance de la coulée de neige n’était pas possible. Parlons à présent d’une explosion de missile, ou d’essai d’armes… Donc on maintient l’explosion d’un engin qui survient. Idem, expliquez-moi pourquoi, les jeunes, sensés être morts, ou blessés par l’explosion auraient l’idée de découper ces entailles horizontales ? Il est clairement établi via l’enquête que si explosion, il y a eu, rien n’avait été touché aux alentours de la tente ; pas un arbre déchiqueté, pas de trou forme au sol par l’impact, aucun morceau de métal, retrouve dans les corps a l’autopsie, pas de neige déplacée. Dites moi donc très franchement votre sentiment sur ce qui précède ?

  6. Ch holz

    Je rajoute qu’a ekaterinbourg, la fondation DYATLOV, dirigee par Yuri kuntsevich insiste auprès de l’état, pour que l’enquête soit réouverte, qu’on leur fournisse des éléments encore tenus au secret. Toujours selon ma théorie de l’attaque par un commando, sur ordre de l’état russe, ils n’obtiendront jamais rien ! Jamais un état ne va avouer avoir tue de ses propres concitoyens pour raison d’état. Si commando, il y a, soyons précis. Ils ont pris les meilleurs ; ce sont des hommes qui en 1959, devaient avoir entre 45 et 50 ans, pour qui la seule famille est l’armée, leur dieu, l’URSS. Ce sont des hommes qui avaient combattu les nazis, et ecrase la werhrmacht. Pour eux, l’être humain ennemi, n’est qu’un morceau de viande à hacher. Réfléchissez encore sur l’attaque supposée par hélicoptère. Cet appareil est le seul qui aurait permis une attaque éclaire de nuit à un commando, doté de lance flamme. Ne sous estimez surtout pas les pilotes et les militaires, capables des meilleurs exploits et de la pire cruauté pour punir une trahison. Et même si les 8 autres étaient innocents, rien ne les aurait arrêté. L’hélicoptère est le seul appareil, qui permet un vol stationnaire au raz du sol, en sustentation. Ce qui implique que les assaillants, après avoir poursuivi les jeunes, ont pu en attraper certains, et les faire monter à bord. Rappelez vous que DYATLOV et un autre du groupe avaient des blessures sur les mains, comme un boxeur. Et je ne pense pas qu’ils aient combattu un yéti. Il est ensuite aisé de monter de quelques mètres, et de pousser un corps d’assez haut pour l’achever. Jusqu’à présent, ma therorie de fou tient compte des éléments de l’enquête, et justifie, l’absence de trace, la pointe des pins brulee, la photo de la boule de feu qui descend vers le groupe, la paume des mains brulee, les blessures sur le dessus des mains de DYATLOV, les boules de feu vues par l’autre groupe a 50 km au sud… Je garde le meilleur pour la fin, les corps écrasés par très haute pression, comme dans un accident de voiture. La mystérieuse force irrésistible inconnue qui a tue les ràndonneurs. Mais si vous voulez défendre la therorie du yéti, allez-y !

  7. tu

    Cher Monsieur Ch Holz,
    Je me permets de répondre à l’invitation qui m’a été faite :
    Zolotaryef a commis quelque chose de grave, peut-être mais quoi et qu’est-ce qui vous pousse à le croire ? Nous savons qu’il n’appartenait pas au groupe de base mais qu’il est venu par la suite afin de pouvoir rendre visite à sa famille, selon le propre dire des autres membres. Il était suffisamment entraîné et expérimenté pour être accepté parmi eux parce qu’il était moniteur dans un centre de loisirs et qu’il avait déjà fait plusieurs randonnées. Dans le livre « UTEO », il est dit que c’est un personnage énigmatique parce qu’on ne sait rien de lui. Le seul fait qui pousse à voir en lui un passé trouble, ce sont ses tatouages qui, à l’époque, étaient très mal vu. Pourtant, aucun des trois observé lors de l’autopsie n’a pu être mis en lien avec une détention. Suite à cela, qu’est-ce qui permet de penser, qu’un type qui travaille dans un centre de loisir, aurait eu accès à des informations d’une telle importance qu’on ait préféré le tuer après l’avoir suivi par -30, au lieu de l’arrêter (avant ou après sa randonnée) de l’interroger pour savoir ce qu’il avait dit et à qui, comme la logique pourrait nous laisser à penser ?
    1. « je vous rappelle le contexte de 1959 » « le sort qu’elle réserve aux traîtres, pour être très claire vis à vis de ceux qui se permettraient de trahir »
    Nikita KHROUCHTECHEV dirige l’URSS en 1959 soit depuis six ans, à la suite de la mort de Staline. KHROUCHTECHEV est considéré, à la fin de son mandat en 1971, comme l’homme qui apporta l’ouverture et le changement de mentalité de l’URSS. Cette période s’appelle communément le « dégel » et c’est justement dans sous une telle ère d’un enquêteur du parti peut se permettre de refuser de signer un rapport (sans disparaître) ; que des familles peuvent s’opposer à enterrer leur enfant loin de chez eux (et qu’elles aient gain de cause). Cela montre tout sauf une fermeture rigide sous une chape de plomb.
    Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi un enquêteur gradé voué à sa patrie, qui a très certainement aidé à étouffer d’autres affaires avant celle-ci, aurait tout d’un coup refusé de signer son rapport, de ne plus faire qu’un avec son parti ?
    2. « Cette attaque constitue donc un message d’avertissement »
    Un avertissement pour qui ? Le principe même d’une punition est qu’elle soit corrélée par un fait démontré pour être justifiée. Si un élément est absent cela n’a aucun sens. S’il avait été condamné à mort pour espionnage par un tribunal, là, ça aurait été un avertissement, pour les autres. Mais dès l’instant où il est mort sait qu’on sache par qui ni pourquoi, ce n’est pas un message.

    3. « Un journaliste russe publié en 1967, un livre intitulé » de la plus grande complexité » il meurt en 1980 lors d’un accident de voiture, et tous les documents qu’il a recueillis disparaissent. »
    Et alors ? Si le gouvernement avait voulu le tuer, il l’aurait fait avant la sortie de son livre ou alors il l’aurait interdit comme il l’a fait avec des centaines d’autres (c’est d’ailleurs ce que les amis de l’auteur avaient décrété, selon Wiki). Vous pensez que l’Etat l’aurait tué treize ans plus tard ?
    4. « la dernière photo, prise par un des jeunes, depuis la tente, qui est décrite comme une boule de feu »
    Il s’agit d’une photo. Les appareils ayant été saisis pour l’enquête, personne ne sait si elles sont toutes là et si c’était bien la dernière.
    5. « c’est le groupe d’attaque, qui arrive par les airs, et qui actionne des lance flammes »
    Petit un, je reviens d’abord sur le fait que les hélicoptères ne volaient probablement pas de nuit en 1959 car pour ce faire, il faut soit disposer d’appareil permettant de voir la nuit pour le pilote (vision nocturne) soit en utilisant des instruments d’aide à la navigation (le système de localisation militaire russe pour l’aviation GLONASS n’est pas complètement efficient en 2017 alors je n’ose imaginer ce qu’il en était en 1959 au milieu de l’Oural), soit se repérer au sol (par les lumières d’une ville, par exemple, ce qui n’est pas notre cas), ou dernière solution, voler avec un projecteur (dite-moi si vous en voyez d’autres). Comprenez M. Ch Holz que je préfère m’appuyer sur la technique pour asseoir un problème, plutôt que sur la capacité d’un pilote russe à manœuvrer sa machine.
    Petit deux, le lance-flammes est une arme d’infanterie qu’on connait pour son utilisation limitée mais impressionnante qui sert principalement à nettoyer une tranchée ou un bunker que les armes conventionnelles ont plus de mal à atteindre. Un commando serait donc malaisé de l’utiliser sur un espace ouvert, sans parler de la dangerosité de le manipuler sous le souffle d’un rotor d’hélicoptère qui ferait dévier le jet. Sans parler des aspirations d’air pour les turbines. C’est peut-être mon côté terre à terre, je pense que vous devriez en parler à un pilote pour voir s’il vous soutient. Avez-vous déjà vu des blessures causées par un lance-flamme ? Si oui, trouvez-vous qu’elles ressemblent à celles sur les photos ? Pourquoi tous les corps ne sont-ils pas brûlés ? Je veux dire que s’ils venaient effectivement les tuer, comme tous les meurtres avec préméditations, ils ont dû prendre le temps de choisir leur arme. Alors pourquoi un lance-flammes, quel intérêt ? (c’est une des questions de Quintilien).
    En plus, il y a un autre point qui ne colle pas selon moi : les gens ont vu le liquide qui tombe, projeté depuis l’hélicoptère, n’est-ce pas ? Alors, à combien de kilomètres, au maximum, les témoins qui ont rapporté les observations devaient-elles se trouver pour réussir à voir un jet de liquide inflammable sortir d’un tuyau de jardin depuis leur emplacement ? A moins que la lumière ait été d’une extrême incandescence, cela ne devait pas dépasser une dizaine de kilomètres, quinze, tout au plus (donnez-moi votre propre estimation est nous aviserons car on parle ici d’un homme 170cm avec un lance flamme dans le dos, assit sur le bord d’un hélicoptère) Comment se fait-il qu’elles n’ont pas témoigné du bruit des pales?
    Et petit trois, i
    6. « le but étant de les épuiser et de les faire périr par le froid »
    Quel intérêt ? Pourquoi avoir pris un lance-flammes si le but était de les faire courir ? Vous-même, M. Ch Holz, si vous aviez été le chef de ce commando, vous leur auriez donné l’ordre d’agir ainsi ?
    7. « ils parviennent à forcer certains jeunes à monter à bord des hélicos »
    Sans mettre un pied à terre ?
    8. « la fille a eu la langue coupee, un autre les yeux arrachés »
    Je croyais que c’était après Zolotaryef qu’il en avait. Hors, ce n’est pas lui qui a été le plus mutilé.
    9. « lance flammes, pour se protéger le visage, le réflexe, consiste à lever les mains, pour tenter de stopper le jet de feu »
    Si tel avait été le cas, les éclaboussures d’un jet tombant depuis le ciel leur aurait à coup sûr touché aussi la tête, les habits, le haut du torse. Essayez l’expérience avec un liquide épais et vous verrez si vos mains parviennent à empêcher votre tête d’être mouillée. Il ne peut pas s’agir d’une matière.
    10. « l’ordre de ne tirer aucune balle, pour qu’on ne puisse pas les identifier »
    Pourquoi ne pas avoir emporté les corps et fait disparaître les traces ? Ce n’aurait pas été plus simple ?
    11. « a photo prise par les jeunes à travers les entailles de la tente »
    Là, vient un point sur lequel j’émets un doute. Ces entailles, qui sont souvent citées, personne n’a jamais pu prouver à quoi elles ont servi, ce n’est qu’une pure spéculation. D’une part, par il est inscrit dans un des journaux qu’ils avaient cousu la tente eux-mêmes à partir de tissu et qu’ils avaient dû la recoudre durant le voyage. On peut donc penser que la toile n’était pas solide ou que quelque chose l’avait endommagé (la façon de l’entreposer, par exemple). Une référence est également faite sur la chaleur qui régnait sous la tente quand le poêle fonctionnait, raison pour laquelle personne ne voulait dormir à côté. On peut penser que l’air pouvait être suffocant de chaleur et qu’une évacuation artisanale ait été pratiquée pour diminuer la température élevée.
    Voyez-vous, ce qui ne me convient pas, c’est de penser qu’il observait dehors comme la plupart des gens le pensent. Cela reviendrait à dire qu’ils avaient peur. Pourtant, rien ne le laisse présager parce que quand on a peur, on se prépare au danger. Ainsi, je pars du principe qu’ils n’auraient pas dormi nu, n’auraient pas placé leur tente là où ils l’ont mise. Pour l’instant, aucune mention n’a été découverte, dans les journaux que l’on connait sur une quelconque peur ou angoisse. Idem sur les traces de pas, elles ne ressemblent pas à des traces de panique. Elles sont nettes, à distance égales et laissent dubitatif sur une éventuelle poursuite.
    12. « pour infos, le télescope dernière génération, a détecté une planète située à 40 années-lumière, qui serait similaire à la terre. Je vois donc assez mal, des extraterrestres traverser l’univers pendant des milliers d’années »
    Qui vous dit que nous sommes au même niveau technologique que vos êtres à 40 années-lumière ? Une telle affirmation est prétentieuse quand on sait qu’il y a moins de deux cents ans on ne savait même pas faire voler un avion.

    13. « présentez m’en une autre qui soit plus fiable svp »
    Pour construire une théorie, il faut des faits authentiques, quantifiables sur lesquels se reposer et c’est toute la différence entre vous et moi. Comme expliqué lors de mon premier post, je ne veux plus que toutes ces théories bancales qui ne reposent sur rien de tangibles, sauf ce que les autres ont déjà dit ou écrit. C’était là mon unique déclaration qui a conduit à cet échange.
    14. « vous m’en faîtes reproche. Vous voudrez donc bien me dire si tout cela résulte d’une avalanche »
    Vous faites erreur, je n’ai rien reproché, j’ai mis en avant le fait que c’est le médecin qui a autopsié les corps qui a écrit que les blessures ne pouvait pas avoir été causées par une avalanche. L’enquête en soi n’a pas formellement démenti l’avalanche, elle ne s’y est pas intéressée car le rapport du médecin l’excluait mais d’autres personnes oui
    15. « Jamais un état ne va avouer avoir tué de ses propres concitoyens pour raison d’état. »
    Et jamais un Etat ne reconnaitra qu’il n’a pas de réponse à donner aux familles. Imaginez un instant que l’Etat russe n’ait rien à voir dans ces évènements. Pensez-vous que la grande Russie aurait avoué son impuissance, aurait proclamé, en pleine guerre froide, qu’elle était incapable d’assurer la sécurité du territoire ? Que pensez-vous qu’elle aurait fait ? Moi, je pense qu’elle a d’abord cru à un meurtre, crime sordide comme le monde en connait au quotidien. Pour trouver le coupable, elle a envoyé son meilleur enquêteur pour rendre une justice rapide et rassurer les familles, le peuple russe et le monde entier que la mort de neuf personnes ne peut pas rester impunie en Russie, sans se douter un instant qu’ils n’allaient pas réussir à résoudre cette enquête.
    C’est ce qui explique que tout le monde a pu lire les autopsies, les tests de laboratoire, les analyses, etc. Parce qu’il n’y avait rien à cacher. Mais quand leur meilleur enquêteur s’est retrouvé confronté aux mêmes éléments que nous avons en partie sous les yeux et qu’il en a informé sa hiérarchie, c’est là qu’ils ont compris que la situation allait leur échapper. Je pense que c’est ce qui les a poussés à vouloir cacher leur impuissance et pouvoir enquêter en pensant qu’il s’agissait sans doute de technologie américaine. Ainsi, ils ont fermé la zone pendant trois ans pour pouvoir en scruter le moindre centimètre carré, allant jusqu’à prélever certains arbres. En finalité, je pense que l’état ne connait que peu de chose supplémentaires et qu’il n’y a que son ignorance qu’il continue de cacher. J’espère que l’avenir nous dira qui de nous deux a eu raison et peut-être, qui sait, qu’un peu de nos deux observations se mêleront.

  8. Ch holz

    Mon cher monsieur, une fois de plus, je vous remercie pour la pertinence de votre analyse. Je vous propose donc de faire comme à l’école et d’effacer le tableau noir. Nous allons donc porter un raisonnement cartésien dans le but de trouver une issue possible à cette affaire qui résiste depuis 58 ans. Dépoussiérons tout d’abord l’affaire de toutes ces théories ayant trait au paranormal, à la science fiction, et aux êtres mythiques. Je remets donc mes helicopteres dans leur hangar, et je mets mon groupe d’attaque dans sa caserne. Qui est le groupe Dyatlov ? Toute narration évoque un groupe de 9 jeunes étudiants, de l’école polytechnique de l’Oural, parti faire une randonnée. Je Refute, et je rectifie ainsi  » 8 jeunes étudiants + un homme de 37 ans, que je soupçonne avoir eu un passé trouble  » ce passé trouble pourrait être la cle de l’affaire, mais nous n’avons aucune preuve. Pensez-vous que je sois suspicieux envers l’ex URSS ? Dès le début de l’enquête, un enquêteur trop zélé est écarté de l’affaire ; un autre enquêteur refuse de signer le rapport, et se retire de l’enquête ; l’enquêteur en chef, LEV IVANOV, reçoit l’ordre de boucler l’enquête 3 mois après la découverte des premiers corps, alors que rien n’est résolu. Et il y a, bien après ce journaliste qui veut comprendre, et qui rassemble une masse d’éléments en 1967, mais qui meure en 1980, et qui plus est, tout le dossier qu’il a constitué disparaît. Je rajoute à cela, la zone du drame interdite pendant 3 ans, et interdiction de parler de l’affaire. Et les familles des victimes ? Voilà, on vous restitue les corps, ils sont morts d’hypothermie. D’hypothermie ? Oui mais, et les yeux manquants, la langue qui n’est plus là, les 3 corps broyés avec une force telle que les os ont perforé les organes, les mains brûlées, les marques sur les poings de DYATLOV, le coup porte à la tête ? Ne posez plus de questions dorénavant, ils sont morts des suites d’une force irrésistible inconnue. Il n’y a pas de partie coupable. Je trouve que cela fait beaucoup de coïncidences, et surtout pas mal de zone d’ombre. Vous appelez cela une enquête ? Pourrait-on se permettre de penser, comme certains enquêteurs de l’epoque que l’état à quelque chose à se reprocher ? L’état serait commanditaire, selon cette théorie, et superviserait l’enquête, on mettant tout en œuvre pour que personne ne comprenne. Même de nos jours, 58 ans Apres, on sollicite l’état pour obtenir des informations, réouvrir l’enquête… Mais rien, pas de réponse. Donc une enquête bâclée et toutes les preuves enfouies a jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *