Conscience de groupe: les effets physiques

En 1998, des scientifiques ont commencé une expérience pour voir s’ils pouvaient physiquement détecter un changement dans la conscience mondiale lors d’événements émotionnels à grande échelle tels que des catastrophes naturelles. En décembre 2015, ils ont terminé la collecte de données venant de 40 pays répartis dans le monde à travers 500 événements majeurs.

Conscience

Comment marche l’expérience?

Les données proviennent de générateurs d’événements aléatoires (regs). Ce sont des machines qui produisent continuellement des bits au hasard à chaque seconde. C’est comme une pièce dans un flipper: il y a un 50 pour cent de probabilité pour qu’elle se retrouve dans un sens ou dans l’autre.

De précédents expériences à Princeton University avaient suggéré que l’intention humaine pourrait influencer les bits à dévier des règles du hasard. En d’autres termes, si quelqu’un voulait que ce soit pile, c’était plus susceptible d’être pile.

Le Dr Roger Nelson a coordonné ces expériences à Princeton pendant plus de 20 ans. Il a continué à diriger le projet Global Consciousness (affilié à Princeton), qui applique les mêmes principes mais à plus grande échelle.

Le projet a mis en places ces Regs dans le monde entier pour voir s’ils dévieraient du hasard lors d’événements mondiaux importants. Nelson et ses collègues ont décidé que, après 500 de tels événements, la première phase de l’étude prendrait fin.

Le premier de ces 500 événements a été les attentats contre les ambassades américaines à Nairobi et en Tanzanie en 1998. Le dernier était un « événement » complexe le 12 décembre 2015. Deux événements majeurs ont coïncidé: un accord a été conclu lors du sommet mondial sur le changement climatique à Paris et le même jour avait lieu une des plus grandes séance de méditation au niveau mondial.

Bien que les chercheurs aient étudié les «effets» des événements individuels comme ceux-ci, ce sont les données statistiques provenant de nombreuses années et de nombreux événements qui étaient importantes.

Les résultats

Nelson a écrit dans un billet du blog de Global Consciousness Project (GCP): « Le résultat est une confirmation définitive de l’hypothèse générale … que de grands événements sur la scène mondiale qui rassemblent les gens dans les pensées partagées et des émotions synchronisées sont en corrélation avec des changements de comportement de notre réseau de sources aléatoires « .

Il a également expliqué sur le site de GCP: « Il y a beaucoup de répétitions d’événements ou de types d’événements, tels que le Nouvel An, les fêtes religieuses, des organisations de méditations géantes, et malheureusement aussi les attaques terroristes et des catastrophes naturelles. Donc, nous avons beaucoup de répétitions, et en effet, nous voyons que le faible signal qui est par ailleurs noyé dans le bruit statistique sort de ce contexte bruyant pour faire une ligne de fond statistique convaincante « .

L’année dernière, lors d’une conférence Society for Scientific Exploration il a indiqué que la chance contre le hasard était de milliards contre un.

Le GCP est entré dans la phase suivante de cette année: approfondir  les corrélations découvertes dans les données de REG.

D’autres explications à ces anomalies?

Dans un article de 2010 intitulé «Explorer la conscience planétaire, » Nelson a expliqué comment le GCP avait examiné d’autres explications pour la variance du hasard.

« On pourrait supposer que le résultat est dû à des défauts expérimentaux tels que le blindage insuffisant de … [REG] venant de l’arrière plan des champs électromagnétiques ou de biais dus à des erreurs méthodologiques.

La conception de GCP répond à ces éventualités en protégeant physiquement les RNG des champs électromagnétiques et par des opérations logiques dans le logiciel qui annulent les biais de sortie résultant de facteurs environnementaux « .

L’équipe de Nelson choisirait des événements majeurs pour alors regarder l’écart au hasard (50:50) au cours de cette période de temps, plutôt que de regarder des déviations ou des pointes sur les REG puis d’essayer de trouver un événement mondial correspondant.

Cette dernière méthode aurait pu conduire à des sélections biaisées-la possibilité que les chercheurs aient pu trouver un événement mondial  un jour donné pour correspondre à la pointe sur les REG.

Comment la conscience affecte-t’elle les machines?

Le lien entre une machine REG et la conscience humaine est incertaine. Cela fait partie de ce que GCP espère approfondir, mais Nelson maintient: « ‘ »La corrélation est clairement liée d’une certaine façon à la conscience et peut-être à ce que nous avons sur le plan opérationnel défini comme« conscience globale.  »

Il ne peut que spéculer, mais il imagine que la conscience pourrait être un champ qui devient plus cohérent au cours de ces événements mondiaux. La conscience est peut être le « siège d’un champ d’information actif non locale», dit-il, remarquant que ce n’est pas une construction physique standard, bien définie.

« Un tel champ pourrait en quelque sorte être absorbé par les dispositifs des REG, » a-t’il dit, « Ils montrent alors des modèles là où il ne devrait pas en exister. »

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *