Démons, par le docteur De Limbes…

Après avoir étudié et pratiqué la médecine, et s’étre spécialisé en réanimation et en anesthésiologie, le Dr de Limbes se lance dans l’étude du mental. Celle-ci durait déjà  depuis 8 ans, quand il réalise après un an et demi de recherches, une thèse de Doctorat basée sur des travaux relatifs à  la personnalité multiple.
Voici un article edifiant que je conseille a tous de lires!

Démons Par le Dr Jean-Luc de Limbes

Après avoir étudié et pratiqué la médecine, et s’étre spécialisé en réanimation et en anesthésiologie, le Dr de Limbes se lance dans l’étude du mental. Celle-ci durait déjà  depuis 8 ans, quand il réalise après un an et demi de recherches, une thèse de Doctorat basée sur des travaux relatifs à  la personnalité multiple.

Si la possession par le diable faisait partie du folklore d’antan, la possession par des entités extraterrestres fait partie de notre actualité. Certains d’entre eux incorporent l’homme, en chassent l’àme et la colle sur un de nos congénères. Nous comprenons mieux le but des abductions pour études. Les conséquences que ce type de manipulation soulève, deviennent vertigineuses de plus, elles n’entraînent pas la mort, mais laissent perdurer la souffrance. Déjà  des centaines de milliers de gens en sont atteints. Cette pathologie a été étiquetée par nos psychiatres: Maladie de la personnalité multiple ou Trouble dissociatif de l’identité.

Depuis plusieurs années déjà , les ennemis de la race humaine tentent de se rapprocher d’elle par des techniques peu orthodoxes : abductions pour études, fécondations et réimplantations, avortements.. Ainsi, la découverte de la manipulation des àmes s’est faite à  ce niveau par l’apparition d’une nouvelle pathologie de masse appelée trouble dissociatif de l’identité. L’existence de ce problème s’étend à  la planète entière.

Les psychiatres se sont groupés en association sous le terme Multiple Personnality Disease (MPD), font des congrès a Chicago et Amsterdam… Des critères stricts les définissent dans la bible psychiatrique de référence mondiale : le DSM IV. Ils se manifestent comme l’alternance de différentes personnalités présentant chacune une identité propre. Chez le méme individu existe donc un total changement du comportement, tant affectif qu’intellectuel ou l’amnésie et la mutation mentale sont les garants de l’individualité de ses personnalités appelés alters.

Certains psychiatres considèrent ce phénomène comme étant d’une extréme gravité. Il atteint des sujets très hypnosensibles. Ils constituent, toujours d’après eux, une épidémie alarmante. Ces individus sont repérés par le changement qu’ils produisent chez une méme personne: – changements radicaux de comportements, amnésies de période de temps plus ou moins longue pouvant atteindre un an. – pathologies différentes ou opposées d’une personnalité à  l’autre pour un méme corps, allergie fluctuante et alternante au méme produit. Curieusement l’apparence d’erreurs répétées du diagnostic en défini la certitude. Autre paradoxe cette « maladie » est parfois diagnostiquée non par les effets produits sur le malade mais par ceux s’attaquant au médecin; perte de la notion de temps, perte de la pensée, endormissement .. Cette affection est capable chez le méme individu de représenter à  elle seule la majorité des pathologies psychiatriques car les alters allant parfois jusqu’à  un nombre de cent et plus, peuvent étre atteints d’une pathologie différente. De plus, il est curieux de constater, qu’en général, c’est le médecin qui découvre que son patient est « malade » et non le sujet lui-méme. L’individu premier propriétaire du corps est souvent dépressif et angoissé.

Mais à  quoi reconnaît on ces individus dans la vie de tous les jours :

Le changement de personnalité entraîne un changement de voix durable. Ils se font appelés par un autre nom, tous leurs goûts changent, ainsi que leur tendance sexuelle. Ils peuvent se comporter comme des femmes dans un corps d’homme, achetant des vétements correspondant à  leur àme et non à  leur corps. Ils changent de lunettes s’ils en portaient car leur vue se modifie. Ils disent avoir un certain àge et leurs comportements correspond à  l’àge annoncé: certains se disent plus vieux qu’ils ne sont, fument alors qu’il ne l’ont jamais fait ou inversement. D’autres peuvent enseigner certaines matières scientifiques et mathématiques alors qu’ils étaient des littéraires. Ce sont en fait des individus totalement différents dans un méme corps. La prévalence du phénomène serait de 1 pour 10000 habitants. Cet état résulte, en partie, de tortures infantiles. Qui a appliqué ces tortures et pourquoi, ou qui était à  la place de l’humain pour le faire ou le manipuler ? Hélas, maintenant, nous en avons la réponse … Les foyers de multiplication de MPD se révèle toucher les lieux, les pays où les affaires d’Extra-terrestres sont les plus vives.

Pour en revenir aux « hommes » étrangers, comment les reconnaître:

  • Leur taille est moyenne.
  • Ils ne rient ou ne plaisante jamais, ou cela parait forcé et non naturel.
  • Ils ne se relaxent pas et pensent qu’à  chercher ou à  étudier de nouvelles techniques.
  • Ils ne sont pas intéressés à  la sexualité ou seulement pour sujet d’étude. Ils ne jouissent pas et ne sont pas intéressé au plaisir

eur créativité est nettement inférieure à  celle de l’homme et leur intelligence n’a, en rien, à  étre enviée par nos hommes de sciences.

Ils se débarrassent des corps humains comme d’une vieille chaussette, ayant la possibilité d’en prendre un autre plus jeune. Mais la raison essentielle de ce mouvement est que le corps tend à  se modeler à  l’àme qu’il héberge. Et prend l’aspect de téte de rat ce qui n’est pas sans passer le plus inaperçu. Les dernières réalités qui voient le jour se résument à  une fusion de l’étre humain. Non pas comme on le pense en créant des mutants génétiques mi hommes mi étrangers, technique qui s’est effectuée dans les temps anciens, créant des monstres divinisés, mais en pénétrant délibérément dans le mental puis dans enveloppe humaine. Avouons que pour étudier discrètement l’homme, un aspect que tout le monde remarque est peu recommandable.

Leurs techniques de fusion :

Toute fusion d’une àme avec une matière, nécessite une résonance magnétique similaire, au moins en partie, des deux systèmes. Ainsi, le code magnétique des gènes « muets » des cellules vivantes, doit étre, au moins partiellement, en harmonie de résonance avec le code « génétique » émetteur de l’àme du sujet qui veut s’incarner.

Pour arriver à  suivre cette première règle, les étrangers font des greffes contenant une partie de leur génome sur les tissus animaux et humains. Les greffes endo-utérines, foyer d’une fusion naturelle entre la matière génétique et l’àme sont la cible de leurs premières études. Les gros animaux en font les premiers les frais pour une raison de dimension plus aisé du matériel à  étudier. Chez l’homme, les zones endo-intestinales et cutanées suivent ces premières études, puis les greffes endo-utérines réalisent la fin de la première phase. Pour obtenir une efficacité plus rapide, suivent les greffes par injections de cellules étrangères par voie veineuses puis rachidienne. Mais pour permettre une greffe, l’affaiblissement voire la neutralisation du système immunitaire est nécessaire. Les cellules étrangères imperméables sont alors couplées aux germes transformés en anti-cellules de défenses humaines. La mise en place de virus mal contrôlés, comme celui du SIDA, eut des conséquences désastreuses. Ce pàle cousin mieux maîtrisé, ainsi que les études de germes à  tropisme nerveux, tel celui de la lèpre (bacille de Hansen), permettent de résoudre la difficulté d’un rejet pour les injections rachidiennes.

Au total, cela ramène, la future fusion permanente de l’étranger, à  une simple piqûre, indolore et invisible. Cette injection intraveineuse ou mieux intratéchale sous occipitale, de cellules en quantité plus ou moins massive, constitue une sorte de « vaccination » qui, au lieu de constituer un rejet par fortification des défenses, déclenche un affaiblissement immunitaire et une porte ouverte vers la possession étrangère. Le problème suivant, se résume à  savoir à  partir de quelle quantité de cellules étrangères et quel lieu anatomique humain, est le plus à  méme de réaliser la meilleure fusion d’une àme étrangère avec le corps de l’homme. Ce ratio cellulaire se calcule par rapport à  la masse du sujet à  envahir. L’injection « envahissante » constitue l’aboutissement de la première étape de recherche, acceptée pour sa rapidité, sa discrétion et la capacité d’ajustement balancé de la quantité cellulaire à  introduire.

L’étape suivante s’occupe de l’installation de l’étranger dans le mental de l’homme. Elle nécessite l’enlèvement de son àme, maître du système nerveux central. La première méthode, pour effectuer cette opération, est d’appliquer à  l’individu, une violente douleur. Cette torture croissante présente l’inconvénient d’étre longue, d’obtenir un corps baigné d’adrénaline, épuisé, qui demande de surcroît une période de repos. La seconde technique, plus efficace, consiste à  une fréquence donnée, à  appliquer de violents flashes lumineux dirigés vers le visage. Ce rayon cible permet plutôt que d’illuminer tous les environs par sa puissance, de pointer l’individu à  atteindre. La douleur déclenchée est telle que la dissociation àme-corps s’effectue. La troisième méthode, comporte l’émission d’un son rythmée à  fréquence donnée, coordonné en phase avec un système magnétique puissant. Il permettent, sur plusieurs personnes, de réaliser une dissociation naturelle. Elle s’effectue, parfois pendant le sommeil.

Le décollement àme-corps basé sur l’attache magnétique, réalisé au moyen de ce leurre magnéto-sonore, dévie l’àme de son site originel, l’attire mollement afin de la laisser en équilibre entre le corps et l’émetteur. Cette méthode fait d’une pierre deux coups :

  • On endort les autres habitants du lieu frappé. Si du bruit résonne tant que l’application sonore et magnétique est maintenue, personne n’est repéré. Raisons pour lesquelles les interventions sont préférées de nuit. Ce système magnétique présente l’avantage de suspendre l’activité des moteurs et des alarmes des maisons dans un rayon préétabli
  • La personne ciblée sent son corps (en fait son àme) soulevé et emmené. Parfois les deux corps, physique et àme sont empruntés. Souvent, elle entend les pensées des étrangers environnant lui parler dans sa téte, ceux promus à  prendre sa place, s’essayent en fait, par des paroles rassurantes, au contrôle mental de leur cible. L’ excès de stress entraîne une dissociation naturelle chez l’individu. Ce dernier demeurant truffé d’adrénaline, la fusion avec son corps ou du moins son mental est difficile, d’où la nécessité d’opérer en douceur. L’absence de l’àme maîtresse du corps peut durer plusieurs jours, plusieurs semaines ou années, soit seulement quelques heures, donnant l’impression de temps perdus. Temps mis à  profit pour faire quelques « essayages » et essais techniques.

Bien que le retour de l’àme dans son corps originel entraîne une amnésie naturelle des événements passés pendant l’absence, la mise en place de souvenirs artificiels est tout de méme implantés par trois séances d’hypnose successives. Celles-ci permettent de leurrer les individus à  la recherche par l’hypnose de précisions sur le temps volé. (Hypnose régressive !)
Si cette seconde étape est simple, la troisième est la plus litigieuse et la plus importante. Elle consiste en la mise en place de l’àme de l’étranger dans celle de l’homme. Après l’adéquation des tailles de chaque individu avec son hôte correspondant, une période d’adaptation équivalente à  celle d’apprendre à  parler et à  marcher se poursuit.

Si les tailles diffèrent, nous retrouvons le méme problème que chez l’enfant qui grandit trop vite, une inadaptation au corps, une phase d’adaptation intellectuelle plus ou moins longue pour intégrer son schéma corporel. La taille qu’ils préfèrent endosser, car ressemblant le plus à  la leur, est celle de l’homme ou de la femme, d’environ de 1.40 à  1.50m. Enfin, l’individu totalement incarné, peut déambuler parmi nous sans se faire remarquer ou presque. L’ancienne àme hôte, propriétaire légal du corps, est fixée sur un autre corps humain servant de réservoir…Le « réservoir » est très hypnosensible et fragile. Pour les autres àmes moins « chanceuses » quelques essais sont effectués, laissant lors de leur remise en place des séquelles indélébiles et souvent incompréhensibles aux médecins.

Bien que cette technique soit au point, il existe le problème des « déchets » en excès : l’accumulation d’àmes dans d’autres corps humains. On sait qu’une àme laissée en stand by, en suspension, se recolle sur son corps d’origine, à  moins de la recoller sur un autre. Si par hasard, elle se réincarne dans son corps elle se retrouve avec l’étranger, ce qui donne pour l’homme, la sensation de possession, le « pot aux roses  » est alors découvert. Tandis que si l’àme transmigre contre une autre, comme chez le médium, la dernière arrivée ne peut rester trop longtemps dans le nouveau corps, n’y trouvant aucune de ses cellules vivantes pour s’accrocher.

Si, sur l’élément « reservoir », tout au début, l’alternance est forcée par des cellules humaines injectées, la répétition de l’imprégnation de l’àme sur le corps investi, facilite la résonnance entre le corps et cette àme hôte nouvelle qui s’habitue. Ainsi se forme de véritables grappes d’àmes humaines accrochées à  un seul individu qui en subit l’alternance.

Pourquoi font ils cela?

Pas pour prendre la terre d’assaut ou l’envahir afin que nous soyons des esclaves, comme le raconte de mauvais thrillers de science fiction, ceci aurait été fait depuis longtemps s’ils l’avaient voulu, mais pour, éventuellement, bénéficier du contrôle de son esprit. Chose qu’ils n’auront jamais. Et surtout pour retarder l’évolution de l’Homme. Curieux pour des gens qui semblent donner des informations essentielles à  la progression de l’individu. Mais tout progrès mal assimilé pousse l’homme à  la catastrophe. Voilà  résumé le problème de plus en plus préoccupant dont la race humaine aura à  faire face dans les mois futurs:

  • Des hommes et des femmes réceptacles d’àmes différentes, des corps rejetés comme des guenilles. Au total certains ont en charge une misère aiguë et une des plus grande souffrance humaine jamais vécue par l’étre inconscient; celle de voir violer son mental !

Dr Jean-luc de LIMBES.

Biographie

Etudes de médecine générale traditionnelle, remplacements dans sa région. Puis passe à  Paris avec succès son diplôme de Spécialité en Anesthésie Réanimation . Pratique pendant plusieurs années au SAMU de Toulouse y étudie la médecine hyperbarre. Médecin régulateur du SAMU du Tarn. Pratique l’anesthésie loco-régionale, obstétricale, infantile, à  l’hôpital d’Albi, à  l’hôpital militaire Larrey à  Toulouse et dans différentes cliniques du territoire: Rodez, Albi, Toulouse, à  l’île de La Réunion, Castres, Montauban, Carcassonne… Pratique la réanimation dans différentes cliniques du midi Toulousain. Participe au secours aux noyés par hélicoptère avec la Gendarmerie de Bayonne. Suite à  la rencontre de personnes « différentes » décide de changer d’orientation. Après un an et demi d’études psychiatriques sur le sujet, il publie une thèse sur les personnalités multiples, sous le titre de trouble dissociatif de l’identité. Se recycle dans une médecine essentiellement psychosomatique, pratique l’analyse mentale de sujets qui lui ont permis d’arriver aux conclusions actuelles, effectue différentes formes de nouvelles psychothérapies. Son activité sportive favorite est délaissée à  la méme période que l’Anesthésie Réanimation, alors qu’il était premier dan d’Aïkido (ceinture noire).
Ses passe-temps favori :
– Ecrire des livres
– Faire des conférences et des séminaires sur le mental et les moyens de se défendre contre toutes les formes d’entités: son principal cheval de bataille.

Note de Neonyss
Désolé a tous pour la longueur du texte!
Je pense que ce texte est a prendre avec attention. A l’heure qu’il est aucune nouvelle de ce docteur « De Limbes », affaire a suivre donc…
Bon week-end a tous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *