Des Pyramides à  Jérusalem ?

Des découpes sur des os datant de l’antiquité dans un musée d’art de Cincinnati démontrent une pyramide et un tombeau complété de Jérusalem selon l’université du professeur Steven dans cette ville. Cette Université a été la première à  identifier la signification des gravures. La découverte s’ajoute aux petites images gravées qui montrent Jérusalem au premier siècle de notre ère. Un petit coffre en pierre ou en os a été découvert avec ses ossements…

 

Après avoir décrypté les os plus précisément, Le Professeur Steven Fine a réalisé que cela dessiné sur le coté de l’os une description insolite d’un bàtiment reposant sur un large piédestal et complété de trois triangles représentant les pyramides antiques ou bien des cônes, placé sur un tombeau. « j’ai immédiatement su que je regardais l’image stylisée d’un tombeau massif de Jérusalem du premier siècle, la période du Rabbi, il fut connu simplement comme Hillel, et de Jésus de Nazareth, » indique t-il.

Selon Fine, les élèves ont trouvé des images des mausolées complétés avec des simples pyramides sur quelques autres os ces dernières années, mais celui à  Cincinnati est unique parce qu’il montre trois pyramides.

Par le passé, on a déjà  trouvé des « traces » de pyramides. Un exemple est le tombeau du premier-siècle des rois, l’endroit ou fut enterré la reine d’Adiabene et de son fils. L’ancien auteur Josephus Flavius et de sources rabbiniques décrivent comment la famille royale de ce lieu central asiatique converti au judaisme. Ils notent que leur tombeau a été surmonté par trois pyramides. Seulement des fragments des pyramides de ce tombeau ont été trouvés, et aucun tombeau n’est encore debout aujourd’hui à  Jérusalem. Le tombeau de Zechariah et le tombeau de Jason tous les deux ont des pyramides simples ; le tombeau d’Absalom est couronné par un cône simple.

Les défunts étaient mis dans un tombeau puis un an plus tard, leurs os étaient récupérés pour étre mis dans une caisse en bois, voir en os. C’est ainsi que l’on a trouvé cet Os mystérieux.

Le Moyen Orient n’a pas fini de dévoiler des mystères. Il est fort probable que le jour où l’on pourra pratiquer des fouilles sous le mur des lamentations ainsi que les lieux religieux saints environnants, des découvertes sans aucune mesure seront faîtes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *