Eminem met la révolution

Au delà  d’une musique que l’on aime ou pas, ici ce n’est pas la question, Eminem aura fait fort avec son dernier album où il ne pardonne personne. Ainsi il s’attaque à  Michael Jackson, Madonna et Georges Bush.

Il n’hésite pas à  ridiculiser M. Jackson et de s’en prendre violement à  G. Bush. Bush n’aura il pas dit : « Eminem est la plus grande menace pour les enfants américains depuis la polio ».

Eminem met la révolution par des paroles très dures envers les Etats Uniens et leur président. Mais de tout ceci, d’où vient Eminem, et quelles sont ces dernières provocations. Qu’est ce que cela couve ?

Sa vie

Qui n’a pas déjà  entendu parlé de Marshall Mathers (alias Eminem) ?

Bien qu’aujourd’hui ses disques se vendent très bien, sa vie n’a pas toujours été aussi facile. Sa mère n’était àgée que de 16ans lorsqu’elle a mis au monde le petit Eminem. Il a ensuite grandi sans père. Il déménage tout le temps : d’un an à  5 ans, il habite à  Détroit, puis de 5 à  9 ans, au Kansas et enfin il est retourné à  l’Est de détroit. Il grandit dans des quartiers chauds où la race dominante était noire. Il a donc commencé le rap très jeune. Il a découvert le Hip-Hop en écoutant Ice-T à  9 ans et ne l’a plus jamais quitté. Il commence à  écrire ses premières rimes à  l’àge de 12 ans. Il est découvert à  14 ans par des producteurs de Détroit (F.B.T. Funky Bass Team).

Il fait ensuite parti d’un groupe, Soul Intent avec le DJ Buttafingas. Mais ce rap ne lui convient pas.

Il finit par faire un album solo, Infinite, enregistré seulement à  Détroit mais qui malheureusement n’a pas bien marché. Eminem a tout de suite pensé qu’il devait changer quelque chose. Il qualifie cet album de démo, d’essai. Pour lui c’est une grande expérience. C’est dans cet album qu’il essaye de se trouver. Il a ensuite donné son album à  Wendy Day de Rap Coalition qu’il a rencontré par hasard. Comme elle lui dit qu’il a toutes ses chances aux Olympics Rap (en 1997) de Los Angeles, Eminem s’inscrit. Et il a eu raison puis qu’il termine deuxième.

Il sort un deuxième album, slim shady EP. C’est de cet album qu’est né Slim Shady.  » Slim Shady c’est juste les pensées diaboliques qui me trottent dans ma téte. Des choses à  lesquelles je ne devrais pas penser. Ce n’est pas pour étre artificiel, mais les gens devraient étre capable de différencier quand je suis sérieux de quand je pète tout. C’est pourquoi plusieurs de mes chansons sont drôles. Je pense que j’ai un sens de l’humour morbide.  »

Eminem fait parti de plusieurs groupe :

  • Bad Meet Evil composé de Royce Da 5’9 un rappeur de Détroit. Royce fut le seul shady LP.à  étre invité sur the Slim
  • D-12 (dirty dozen) composé de : Eminem, Dirty Harry, Big Proof, The Con Artist, Denine Porter (producteur), The idiotic Bizarre, Peter S. Bizarre, Swift ou Swifty McVeigh et Conniver).
  • The Outsidaz composé de Pace Won, Young Z, Rah Diggah (du Flip Mode Squad), Slang Ton (R.I.P), D.U, Yah Lover, Axe, Az Izz, Bizarre Kid, Denz et DJ Mohammed.

Fin 98, Dr Dre trouve une cassette d’Eminem dans les CEO D’interscop Records. Il trouve ça bien. Mais c’est lorsque Eminem passe à  la radio (Wake Up Show) que Dre décide de rentré tout de suite en contact avec le rappeur. Eminem signe avec l’étiquette de Dre Aftermath en janvier 1999.

Son dernier clip « Just lose it » est diffusé depuis plus d’un mois et fait déjà  couler beaucoup d’encre. Cette fois-ci, Eminem n’hésite pas à  parodier des stars comme Michael Jackson ou Madonna.
En effet, Eminem a pris l’habitude de s’en prendre à  des stars et va jusqu’à  les parodier à  la perfection. Les nouvelles cibles du rappeur blanc sont une nouvelle fois des gros poids lourds de l’industrie musicale. Après Britney Spears, X-tina Aguilera et les Backstreet Boys, c’est au tour de Michael Jackson et Madonna d’étre ridiculisés par The Marshall Mathers.

Dans le clip, on peut y voir Eminem courant nu dans la rue, ou alors déguisé en Jackson, avec veste rouge à  paillette et pantalon noir, imitant tant bien que mal les fameux pas de danse que nous connaissons tous de la star. Dans un registre différent, Eminem se moque également du Père Noël, de Mc Hammer, un pseudo-rappeur des années 80 passés aux oubliettes depuis belles lurettes, de Paris Hilton, qui est une véritable star aux Etats Unis depuis sa participation à  l’équivalent de « La Ferme célébrité ».

La chanson « Mosh » d’Eminem qui a fait l’objet d’une fuite dans Internet s’attaque ouvertement au président américain George W. Bush et le rappeur a expliqué son point de vue au magazine Rolling Stone dans une interview qui paraîtra le 5 novembre.

« Bush est présenté comme un héros, mais il a envoyé nos troupes en Irak où les soldats meurent sans raison. Je pense qu’il a créé un dégàt, il a agi trop vite et s’est tellement gouré qu’il ne sait plus quoi faire. Il y a des jeunes encore adolescents ou au début de la vingtaine qui devraient avoir un avenir devant eux. à‡a ressemble à  un deuxième Vietnam. Bin Laden nous a attaqué et nous attaquons Saddam. Expliquez-nous pourquoi, donnez-nous des réponses. »
Eminem avoue qu’il votera pour la première fois cette année, lui qui àgé de 32 ans. « Peu importe quelle sera ma décision, je voudrais voir Bush quitter. Je ne veux pas voir mon petit frère se faire enrôler de force quand il aura 18 ans. Les gens pensent que leurs votes ne comptent pas, mais les gens doivent aller voter. Chaque putain de vote compte », ajoute-t-il.

Homophobe, raciste, violent, misogyne, anti-britney, anti-moby, anti-américain, anti-médias, anti-lui-méme ( ?!) … Et encore ! La liste s’allonge de jour en jour. Mais comment ce type de personnage controversé a pu vendre près de onze millions de CD à  travers le monde ? Comment peut-on étre fan de EMINEM ?

Chaque fois que vous passez entre la R1 et la R2 (Les résidences sur le campus de l’école) vers le coup de treize heures, vous vous demandez qui c’est ce débile qui balance du EMINEM à  fond la caisse … A se demander si je ne vais pas me crever les tympans avec ça !

Si vous prenez ce personnage au sérieux, c’est que vous vous mettez du côté des médias qui font véhiculer cette image de lui.Marshall a eu besoin de s’extérioriser, il s’est réfugié dans Slim Shady. Il n’est pas raciste. Comment peut-il l’étre alors qu’il ne hante qu’avec les « noirs » et qu’il s’est marié avec une superbe « blanche » blonde ? Il n’est pas misogyne. Comment peut-il l’étre alors qu’il essaie d’éduquer sa fille du mieux qu’il peut ?

C’est vrai que quand il sent que Slim Shady en a fait trop, il corrige … Après le succès phénoménal de « The Real Slim Shady » (à  comprendre : le vrai provocateur) où il insulte les homosexuels, il corrige après en chantant avec Elton John.

Marshall mathers appelle les « kids » (comme il surnomme ses fans les plus jeunes) « to stand up to fight and to say something you might not like … ». Il accuse méme les Etats-Unis de faire le parallèle entre Saddam et lui  » When I say Hussein, you say Shady ! » (Square Dance).

Mais le comble dans l’affaire, c’est quand il va se déguiser en ben Laden et provoquer les USA dans le clip de « Without me » ! Alors que le pays est encore traumatisé par les événements du 9/11.

A côté des provocations de Slim Shady, il dédie quand méme une chanson à  sa fille sans laquelle il ne peut vivre. Il s’adresse aux « kids » en leur demandant de faire la différence entre le hip hop et la réalité dans « When the music stops » : un titre révélateur. Avec son groupe D12 (Dirty dozen : les « douze salopards »), il les met en garde contre l’utilisation des armes. D12 étant son groupe constitué de six chanteurs, chacun dédoublé en deux personnages.

On peut conclure donc en disant que EMINEM est en fait un triple personnage dont chacun est spécial. Le jeu consiste dans détection de qui est-ce qui chante. Personnellement, à  côté des paroles parfois délirantes, c’est tout l’univers qu’il a créé que je trouve amusant. Et comme on dit … « the show must go on » …

Dans ses albums, Eminem joue 3 rôles :

- Marshall Mathers : la personne civile au passé difficile, garçon timide et sympathique (ex : Rock Bottom, Hailie’s Song, Stan…).

- Eminem : le show man, celui qui est perçu par le monde entier. On peut dire qu’Eminem regroupe Marshall Mathers et Slim Shady (ex : Renegade, Say Goodbye To Hollywood, White America, Soldier…).

- Slim Shady : alter ego de Marshall Mathers, on pourrait méme dire son opposé. Personnage vicieux et pervers qui se moque du monde entier et méme de Marshall Mathers. Une sorte d’anti-Super Héro. C’est aussi une critique de la société américaine (ex : My Name Is, Criminal, Kill You, Without Me…).

 » Sur scène, je suis l’Américain moyen, étroit d’esprit et conservateur, qui rejette tout ce qui est différent. Ce rôle est symbolisé par l’alter ego que j’ai crée dans mes chansons : Slim Shady. J’aime endosser ce personnage, juste pour montrer aux gens à  quel point ils sont ridicules. Certains ne me comprennent pas et prennent cette ironie au pied de la lettre…  » – Eminem

Eminem, malgrés sa provoque qui fera vendre, il aura pris une position politique et clairevoyante de cette société états unienne malade d’elle méme, qui reste nombriliste à  outrance. Cet Eminem là  va déranger plus d’un dans cette société guerrière de Georges Bush. Montrerait il des signes d’une société au bord d’une guerre civile ?

Si ce n’est une révolution qui sommeille, c’est un bien un empire en décadence que nous voyons fondre devant nous. Certains intellectuels avertissaient dès 1989 après la chute du mur de Berlin :

Paul Kennedy : « Les Grands Empires entrent en décadence »,

Norman Spinrad : « Dans 10 ans, ce sera l’apocalypse aux Etats Unis »,

Jim Jarmusch : « L’Amérique doit faire sa perestroïka »,

Sources : http://www.chez.com/oriane0901/ / http://www.chartsinfrance.net/actualite/article.php3?id_article=649 / http://www.musiqueplus.com/fr/nouveautes/nouvelles/3158 / http://www.lemague.net/dyn/article.php3?id_article=512 / Actuel N°244

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *