Espion psy

Dans les années 70, le Stanford Reseach Institue développa un protocole qui, espéraient-ils permettrait aux gens d’accéder à leur talent psychique intérieur, dans le but de voir des cibles distantes (dans le temps et dans l’espace) sans utiliser les cinq sens normaux. Bien que de tels talents aient été signalés à travers l’Histoire, connu sous le nom de « clairvoyance voyageuse», les chercheurs du SRI ont donné à leur propre protocole, un nom spécifique : vision à distance.

La CIA s’est intéressé aux recherches sur la vue à distance du SRI, car préoccupés que les Soviètiques aient déjà de tels capacités, et elle finance une étude de 50 000 $ dont le but était de nouvelles expérimentation et l’affinage du protocole. A la fin des années 70, l’US Army s’est jointe à la partie avec son propre projet de vision à distance.  Au cours des années 80, l’armée poursuivit le projet sous divers noms de projets, qui était souvent regroupé sur le nom du plus renommé : le Projet Star Gate.

Le premier homme recruté dans le programme de vision à distance de l’armée fut Joseph McMoneagle, encore aujourd’hui, on se réfère à lui simplement en tant que « Remote viewer N°1. » Affecté dans la première unité de renseignement psy, basée à Fort Meade, Maryland, McMoneagle note que sa décision de rejoindre le projet, après 20 ans comme sous officier de renseignement fut simplement guidées par la préoccupation de la sécurité de son pays :

Lorsqu’on m’exposa pour la première la possibilité que la vision à distance soit une menace au niveau renseignement, j’ai pris cela au sérieux parce que la preuve déjà existante était déjà significative et elle demandait à être prise avec attention.

Des décennies plus tard, après avoir poursuivi l’étude et la pratique de la vision à distance, McMoneagle dit qu’il est « plus convaincu que jamais qu’il y a quelque chose en cours, que nous devrions être très préoccupés par cela… la plus grande menace… La plus grande menace pour mon pays et probablement la seule grande découverte dans l’histoire de notre espèce… la vision à distance, lorsqu’elle est utilisée correctement, a la capacité de contributions largement destructrices et créatives dans notre développement. »

La vidéo de l’entretien :

Le protocole de Stanford :

http://www.firedocs.com/remoteviewing/answers/crvmanual/index.html

http://www.dailygrail.com/Mind-Mysteries/2012/8/Man-Was-Psychic-Spy-the-US-Government

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *