Etranges partenaires pour des manœuvres militaires

Un officier américain, désirant garder l’anonymat, a affirmé que des aliens participèrent à  un exercice militaire qui eut lieu dans l’Arkansas il y a plusieurs années.

« Il y a des choses dont je ne puis parler, cependant je pense que je puis dire quelque chose. Des troupes aéroportées effectuèrent cet exercice du 15 avril au 5 mai 1992. Cela se passa dans le périmètre de la base militaire de Fort Chaffee. L’exercice reçut le nom de code de Opération Curtain [opération rideau]. Des unités spéciales des troupes aéroportées du Venezuela, de l’Equateur, des USA et de Porto Rico y prirent part. Les troupes  furent envoyées dans des marécages, dans une zone retirée de la base. Les hommes reçurent l’ordre d’empêcher la destruction d’un pont postiche construit pour l’exercice.

L’officier déclara : « Aucune des unités ne parvint à  empêcher l’explosion du pont. Ni les américains, ni les vénézuéliens, ni les équatoriens ne parvinrent à  détecter « l’ennemi ». Personne ne comprit comment les saboteurs atteignirent le pont sans être interceptés par les meilleures unités. Et pourtant, c’est arrivé ! »

Des commandos de Porto Rico encerclèrent le marécage et attendirent l’ennemi. Vers 00h30, un bruit étrange se fit entendre à  une certaine distance. Les soldats pensèrent que l’ennemi avait atteri de l’autre côté du marais. Tout le monde était prêt à  le rencontrer. La seule chose que nous ne savions pas était le temps qu’il lui faudrait pour traverser le marais. Avant le début de l’exercice, les commandos avaient reçu l’ordre de ne pas utiliser des appareils de vision nocturne. Cependant, un sergent américain parmi les portoricains possédait un de ces appareils.

Bientôt, les soldats perçurent des bruits étranges provenant de l’autre côté du marais. Ces bruits devinrent de plus en plus audibles. Tout le monde regardait dans cette direction mais personne ne pouvait voir quoi que ce soit. Soudain, tout le monde sentit la forte odeur du marécage. Un des officiers portoricains perdit patience et demanda au sergent américain de lui passer la lunette de vision nocturne. Balayant le paysage, il aperçut trois petites créatures. Elles étaient visiblent à  l’oeil nu. L’officier passa la lunette à  un autre officier, et ainsi de suite. Tout le monde finit par apercevoir le curieux ennemi.

Finalement, les hommes prirent contact avec le Commandement. Le QG garda le silence longtemps et enfin donna l’ordre d’observer attentivement les créatures, sans les molester. Ces êtres ressemblaient à  des petits hommes d’environ un mètre de haut. Dans la lunette de vision, ils apparaissaient entièrement blancs. Il y en avait un assis sur une souche, comme s’il observait les autres qui rampaient. Je crus d’abord qu’ils portaient des sortes de casques. Et puis je réalisai que ce n’était pas des casques, mais leurs longues têtes de forme ovoàde. Je pouvais même voir leurs grands yeux noirs dépourvus de pupilles. Il me sembla aussi qu’ils avaient deux petits trous à  la place du nez. Je n’ai pas vu la bouche. Ils n’avaient que quatre doigts aux mains.

L’officier dit aussi qu’un hélicoptère arriva peu après et emmena les « petis êtres ». Le Commandant donna à  tout le monde l’ordre strict de concerver le silence sur cet événement. Cet officier américain fut impressionné par ce qu’il vit. Il n’en dit mot à  quiquonque pendant deux ans. Qui étaient ces créatures ? Que faisaient-elles parmi les militaires ? Quel fut la suite de tout ça ?

Source : Pravda, 4 septembre 2002, site web http://english.pravda.ru/main/2002/09/04/35979.html

NEXUS n°24 (Janvier – Février 2003), page 60.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *