Explosions nucléaires antiques

Les ruines du Mohenjo Daro et celles d’Harappa, sont des énigmes de notre science actuelle. Elles nous font revoir l’entièreté des théories régulières sur l’évolution et l’histoire de l’Homme. En 1920, un groupe d’archéologues met la main sur ce qui sera peut être les origines de l’inde antique et Védique.

Au 4ème millénaire, la vallée de l’Indus connaît une forte densité de population due à la diversification de l’agriculture et la domestication des animaux. Cette population vient des montagnes du sud de l’Afghanistan et du Baloutchistan et va fonder la civilisation d’Harappa ou civilisation de l’Indus. A partir de – 3000, cette région devient un axe d’échanges commerciaux transitant par voie terrestre, fluviale ou maritime. Il s’agit d’un véritable réseau d’agglomérations, parmi lesquelles Harappa, 20 000 habitants environ (Pendjab actuel), Mohenjo-Daro, 40 0000 habitants sont de grandes cités (superficie entre 100 et 200 hectares). Les contacts sont abondants avec les Elamites du plateau iranien, et les sumériens. L’écriture utilisée par cette civilisation Harappéenne n’est toujours pas déchiffrée.

Il faut ainsi se rendre compte du niveau atteint par cette civilisation a travers, entre autre, la complexité de leur urbanisme. On peut comparer Mohenjo Daro aux grandes villes américaines. D’ailleurs, les archéologues l’ont surnommé « le Manhattan de l’âge de bronze ». En effet, on peut voir une douzaine d’artères tracées au cordeau traverser la ville du nord au sud, coupées d’est en ouest par des rues plus étroites qui délimitaient des pâtés de maisons. Cela évoque le quadrillage du prestigieux quartier new-yorkais.

Les rues étaient pavées avec des centres administratifs imposants. Il y avait des rangées de petites maisons en briques dotées de toilettes privées et d’égouts.

Pourquoi donc une civilisation si bien installée et évoluée, s’éteindrait-elle à partir de 1600 ans avant notre ère ?

Les scientifiques Davenport et Vincent ont déclaré que la ville de Mohenjo-Daro avait été ravagée suite à une explosion nucléaire. Oui, et selon des faits très troublants. Ils ont trouvé de grosses strates de glaise et de verre vert. Les archéologues supposent qu’une très forte température a fait fondre de la glaise et du sable qui ont durci immédiatement après. De semblables strates de verre vert ont été retrouvées dans le désert du Nevada après chaque explosion nucléaire. L’analyse moderne a confirmé que des fragments de la ville avaient fondu au contact d’une très haute température. Les douzaines de squelettes qui ont été trouvés dans la région de Mohenjo-Daro présentent une radioactivité excédant la norme de presque 50 fois.

Relisons maintenant quelques lignes du Maharabhata, ouvrage de l’Inde védique dont le sanskrit aurait été apporté par les Aryens de Bactriane a l’époque de l’extinction de cette civilisation de l’Indus;

« Quand la coquille a touché le sol, le ciel est devenu obscur, les tornades et les tempêtes ont ravagé les villes. Une horrible explosion a brûlé des milliers de gens et d’animaux, les réduisant en cendres. »

Le Maharabhata, ainsi pour la première fois, pourrait passer de  »récits épiques » a Ouvrage de Science, nous éclairant ainsi quant a la véritable nature de leur Vimanas, ou autres inventions théoriquement fonctionnelles mais abandonné de l’intérêt général en raison d’une certaine rigueur académique….

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *