Haute Manipulation : Greer et Disclosure

Pour la toute première fois aux Etats-Unis, plus d’une soixantaine de militaires, fonctionnaires, agents de renseignements et employés de l’industrie ont accepté de témoigner sur des opérations ultra-secrètes et de révéler la vérité sur les plus vastes programmes clandestins de notre histoire.
Ces témoignages explosifs issus de l’intérieur méme de l’état Américain constituent la preuve que les OVNIS sont une réalité, que certains sont d’origine extraterrestre et qu’il est fait usage, dans le cadre de programmes ultra-secrets, de technologies induisant des énergies et des modes de propulsion qui signifieraient pour l’homme la naissance d’une nouvelle civilisation – une civilisation sans pauvreté ni pollution – une civilisation capable de voyager parmi les étoiles. Et pourtant….

L’ensemble de la démarche de Greer est une désinformation orchestrée à  l’échelle planétaire. Je suis catégorique et je développerai cela plus loin. Ce pauvre éditeur français ne comprend pas dans quoi il a été impliqué.

Non, ça ne peut attendre. La machine Greer est lancée et il faut avertir le public au plus vite de ce à  quoi il va étre confronté. Regardez la quatrième de couverture de ce tome I. On évoque une avalanche de « témoignages explosifs ». L’éditeur m’avait dit « lisez les derniers témoignages, en particulier celui du  » Docteur B. « .
Greer le présente en disant « que c’est un ingénieur qui a travaillé sur des opérations ultra-secrètes presque toute sa vie ». Il est précisé, entre autre, qu’il a travaillé sur des systèmes à  « antigravité ».
Ce témoignage, c’est du pipeau, vent. Comme beaucoup de témoignages figurant dans le livre, il est anonyme. Mais on trouvera plein de phrases ronflantes. Je cite (page 338) :
DR.B : Je sais qu’il y a un certain nombre de gens avec qui je travaillais qui ont effectivement disparu au cours de certains programmes et dont on n’a plus jamais entendu parler. Ils ont tout simplement disparu. Il y a eu des preuves (…) de tout cela tout au long de mon travail. Vous savez, que des gens s’en vont, au cours d’un projet [et disparaissent]. Mais [pour me protéger de tout cela], j’éviterai de m’étendre plus sur une opération précise parce qu’il pourrait bien m’arriver des choses bizarres. Par conséquent, un tas de gens ont disparu, vous savez, qui étaient haut placés dans la hiérarchie.

Ce personnage ajoute, à  la page suivante :

  • J’ai beaucoup fait parler de moi du temps où j’étais dans l’Air Force parce que c’était pour moi la seule façon de rester en vie, et ça a marché.

et Greer d’ajouter :

SG : C’est aussi ce que j’ai fait.

Foutaise. Le fait d’étre médiatisé, aux Etats-Unis, n’a jamais empéché personne de se faire assassiner. Je vais vous citer deux exemples célèbres : Martin Luther King et le président Kennedy. Aux USA, méme le fait d’étre président du pays le plus puissant du monde ne vous protège pas des balles. Je suis convaincu, je l’ai dit dans un livre, que les USA ont développé des armements très en avance sur le reste du monde et très sophistiqués et je pense que des gens qui se hasarderaient à  bavarder à  ce propos ne vivraient pas longtemps. Pour vivre vieux il faut soit se taire, soit faire de la désinformation. C’est ce que fait Greer et c’est aussi ce que fait ce « Docteur B », qui se présente comme un surdoué qui a fait carrière dans la recherche militaire. A un moment il dit,

( Révélations, page 336 ) :

  • Les gens de chez « Hugues » traitaient de projets importants concernant l’antigravité. J’avais l’habitude d’aller chez eux, à  Malibu, où ils avaient un groupe de réflexion important. Je leur fournissais des idées parce qu’ils achetaient tout mon matériel. Mais le public américain n’entendra jamais parler de cela. J’ai des potes à  moi qui travaillent à  l’aérospatiale. On se retrouve de temps en temps. Eux, et un ami à  moi qui a piloté un disque. Vous avez probablement vu ce disque, vous savez, qui provenait de l’aire 51. Ce disque volant était équipé d’un petit réacteur au plutonium, qui produit de l’électricité, laquelle fait fonctionner ces plaques à  antigravité. On a également le niveau suivant de propulsion, qui est appelé à  « champs virtuels », qui sont des ondes hydrodynamiques.

Je vais citer la fin de son interview.

Dr B . Il y a des années un type m’a montré sa carte du gouvernement et tout ça. Il l’a dit « il y a une petite subvention de 50.000 dollars qu’on voudrait vous attribuer ». J’ai dit « Eh bien, c’est intéressant. Je n’ai jamais fait quoi que ce soit pour la NASA qui soit du long terme ». Il a dit comme ça « Tout ce que nous voulons c’est que vous trouviez une idée pour réduire la résistance de l’air sur des avions de ligne afin d’améliorer les économies de carburant réalisées sur un réacteur ». J’ai dit « Très bien. Je vais vous faire ça ». C’est également dans mon livre (lequel ? Si cet homme a écrit un livre, alors pourquoi Greer ne mentionne-t-il pas son nom ? ). J’ai des photos de ça. Je lui ai par conséquent monté une ébauche? J’ai pris un 737 et j’ai dit « faisons du moteur un générateur de jet de flammes, parce que c’est une très grosse source d’énergie statique. Il y a des millions d’ergs qui sont gaspillés à  partir de ce truc. On va fixer ça. On va mettre une charge positive qui va passer à  travers la partie avant de l’avion, le bord d’attaque et les ailes. On va mettre une charge négative sur les surfaces d’écoulement. On va le faire pour le gouvernail de direction, le gouvernail de profondeur et la partie avant des ailes.On utilisera du Mylar pour l’isolation. On utilisera des plaques de platine et de rhodium et on mettra une grosse charge positive. Plus le truc va vite et plus il expulse de l’énergie. Il va cracher un jet de particules positives sur l’avant et il va par conséquent réduire la résistance de l’air à  presque rien ». Ca commencera à  fonctionner autour de 200, 250 noeuds (370, 460 km/h, nous précise l’éditeur), juste après que le truc ait effectivement décollé. Quand il prendra de l’altitude, ce sera impressionnant. Je lui ai envoyé un certain nombre de croquis. Et le gars me rappelle au bout d’une semaine et me dit : « M. B tout cela est au-delà de ce que nous voulions que vous fassiez ». J’ai dit : « Et pourquoi pas ? Ca marchera ». Il a dit comme ça : « Oui, ça marchera, mais nous ne voulions pas quelque chose d’aussi technique ». Eh bien j’ai réalisé que c’était vraiment quelque chose d’étrange, cette conversation-là  il faudra que je vous montre sa carte avant que vous partiez.

Par conséquent j’ai ensuite parlé à  mes amis d’Aviation Weekly, à  Mark Mc Candlish et j’ai découvert que ce que je venais juste de faire c’était d’ébaucher les bords d’attaque d’un bombardier « B2 », sui est un supersonique. Je leur avais juste fourni l’ébauche de ce qu’ils avaient déjà , et ça les a foutus en boule parce que je leur avais fourni un concept classé, que je tenais des ateliers interdits de chez « Lockheed ». Ca venait d’un pote qui travaille là -bas et qui a fini par disparaître, au fait. Il avait commencé à  beaucoup parler, et il a disparu. Personne ne sait où il est allé. Son appartement était fermé. Il est parti du jour au lendemain. Ouais, c’était un contact majeur. C’est lui qui m’a parlé de « l’Aurora ».

Quiconque disposerait d’un minimum de connaissances en physique comprendrait que ces propos, qui ont tellement impressionné notre éditeur, sont dignes d’un pilier de bistrot. Pour le non-scientifique, je vais les commenter.

« Plaque à  antigravité », « champs virtuels », « ondes hydrodynamiques » : des mots qui ne veulent rien dire, extraits de bandes dessinées.

« faisons du moteur un générateur de jet de flammes, parce que c’est une très grosse source d’énergie statique. Il y a des millions d’ergs qui sont gaspillés à  partir de ce truc. On va fixer ça ». Des phrases dénuées de sens. Qu’est-ce que ça veut dire « faire du moteur d’un 737 un générateur de jet de flammes ». Rien. « Fixer ça » : comment ? Ce sont des propos de bistrot.

« Il va cracher un jet de particules positives sur l’avant et il va par conséquent réduire la résistance de l’air à  presque rien ». Mais d’où viennent ces charges positives ? Pourquoi est-ce que cela réduirait la résistance de l’air à  presque rien ?
« Plaque à  antigravité », « champs virtuels », « ondes hydrodynamiques » : des mots qui ne veulent rien dire, extraits de bandes dessinées.

Il y a une certaine transitivité. Bell est un charlot complet, un mythomane. Greer en est un autre. L’ensemble du projet Disclosure adhère à  cette constellation ovni-merchandising-méditation-régession vers les vies antérieures et cie qui est très active aux Etats-Unis. Comme dans le livre de Greer il n’y a pas que des témoignages comme celui de ce clown qu’est Fred Bell, dont on rechercherait sans doute en vain les publications scientifiques, on peut supposer que les « services » américains ont estimé qu’ouvrir quelques portes à  Greer et sa bande d’allumés était une excellente façon d’amener un discrédit total sur toute attitude conspirationniste. Ce qui est ennuyeux c’est qu’un éditeur français soit tombé dans ce panneau. Il ne doit pas étre le seul, d’ailleurs.

Je vais vous confier quelque chose. Avant la parution de mon livre, « OVNIS et armes secrètes américaines » j’ai proposé fin 2002 à  Szamès de lui passer de nombreux tuyaux, en lui expliquant par exemple pourquoi le bord de fuite du B2 est en Zig Zag, ce qui est de la simple aérodynamique (stabilité aux grandes incidences et non un critère de furtivité. Les enseignants de Supaéro étaient entièrement d’accord avec moi, en juin 2003, quand j’ai fait une conférence là -bas). J’ai proposé à  Szamès de lui fournir toutes les clés des problèmes de MHD qu’il avait lui-méme évoqué, soulevé dans un numéro de décembre 2000 de sa revue, à  propos de l’engin Russe Ajax. Szamès a éludé toutes mes propositions. Quand des lecteurs on demandé au rédacteur en chef d’Air et Cosmos pourquoi, en évoquant le redémarrage de la MHD en France il n’avait pas voulu parler de mes travaux, sa réponse a été :

  • Petit s’est trop intéressé aux ovnis…..

Maintenant vous comprenez. Air et Cosmos, à  propos de ce sujet ovni, est du côté de la désinformation et Szamès, petit pigiste, vendeur de chaussures, écrit ce qu’on lui dit d’écrire. C’est « oui aux lifters, à  l’effet Truc Machin, à  l’antigravité, mais non aux idées de J.P.Petit, trop dérangeantes ».

  • Depuis un demi-siècle il existe un groupe de gens, aux Etats Unis, qui connaissent toute la vérité sur le sujet ovni. Ils ont impulsé des opérations de « rétro-engineering » (développement de technologies inspirées de l’examen d’épaves d’ovnis ou du comportement de ces machines) qui ont porté leurs fruits, et ceci dans le plus grand secret. En parallèle ils ont financé de puissantes opérations de désinformation (…) pour discréditer le dossier ovni auprès de toutes les couches de la société. Ils opèrent à  l’insu méme des politiques. Lisez le dernier « discours à  la Nation » d’Einsenhower, où il avertit les Américains du danger que fait courir au monde un lobby militaro-industriel qui, selon lui, échappe déjà  à  tout contrôle. Il invente au passage ce mot, précise Greer, preuve qu’il l’a contemplé de près. Greer poursuit en précisant que des gens ont été assassinés pour que ce secret perdure. Ce groupe occulte détiendrait en outre des secrets permettant de faire fonctionner ces machines en produisant de l’énergie d’une manière totalement nouvelle, non-polluante, découverte qui pourrait bouleverser notre façon de vivre.

C’est … émouvant.

(Greer, Révélations page 33) :

  • Le fait méme que le gouvernement officiel- et les gardiens officiels de la vérité des médias et de la science-aient été dupés si longtemps est bien la preuve de la sophistication, de la profondeur, de l’ampleur et de l’omniprésence d’un programme secret sans précédent dans l’histoire.

(Greer, Révélations page 34) :

  • Et ainsi naquit l’opération secrète du millénaire.

(Greer, Révélations, page 36) :

  • C’est un Frankestein qui a été créé, sauf qu’il a maintenant acquis une volonté propre, quitté la table d’opération et, ayant brisé ses entraves, évolue maintenant parmi nous.

Greer accède, dit-il, alors aux plus hautes sphères du renseignement, de l’armée et de l’Etat.

Toujours page 36 :

  • En l’espace de quelques mois qui ont suivi cette rencontre de 1993 des membres de notre équipe et/ou moi-méme avons rencontré des fonctionnaires extrémement haut placés de la CIA, du Congrès, de l’Administration Clinton, des Nation-Unies, des états-majors, des armées d’Angleterre et d’ailleurs. … Les responsable militaires, du domaine du renseignement, de la politique et de la sécurité nationale convinrent quasiment sans exception que le temps était venu de dire la vérité.

C’est un festival. Cet homme, simple médecin de campagne au départ et père de trois enfants est décidément partout. Des gens « très haut placés », « très introduits » lui ont révélé des choses incroyables.

(Greer, Révélations, page 42) :

  • Nous avons appris de sources corroborant indépendamment les faits que depuis le début des années 90 2 vaisseaux spatiaux extraterrestres au moins avaient été pris pour cible et détruits par un système d’armes expérimentales basé dans l’espace.

(Greer, Révélations, page 46) :

  • Des vaisseaux spatiaux font leur apparition, lesquels sont récupérés en méme temps que des formes de vie décédées (dont une vivante).

(Greer, Révélations, page 47) :

  • J’ai demandé à  un physicien impliqué dans des opérations militaires de renseignement concernant les OVNIS, pourquoi nous tentions de détruire ces vaisseaux spatiaux avec des armes avancées implantées dans l’espace. Il est brusquement devenu nerveux et m’a dit « Les cow-boys qui lancent ces trucs sont tellement arrogants et tellement exempts de contrôle qu’ils considèrent toute violation de notre espace aérien par un OVNI comme une offense méritant une réaction hostile. Et si nous n’y prenons garde ils finiront par nous plonger dans un conflit interplanétaire.

Source ? Greer multiplie ce genre d’assertion sans en citer leurs auteurs.

Il évoque les pressions pour maintenir le secret, les menaces concernant non seulement les individus, mais aussi leur famille. On comprend que des telles « révélations » aient bouleversé notre éditeur français.

Il y a du vrai dans tout ce qui est dit. Mais précisément, le B.A.BA de la désinformation consiste à  étaler des vérités trop incroyables et des les faire formules par des gens non-crédibles. Si Richard Feynman tenait de tels propos, nous pourrions étre plus impressionnés. Mais Greer va s’empresser, soit qu’il soit complice, soit qu’il soit adroitement manipulé (soit les deux à  la fois, ce qui n’est pas incompatible) de fournir lui-méme les éléments de son propre discrédit. En 2003 il avait lors d’une interview en radio, déclaré qu’il avait rencontré un inventeur qui s’était avéré capable d’extraire de l’énergie à  partir du vide. Ce n’était pas, avait-il dit, un véritable scientifique, mais « quelqu’un qui a une bonne intuition des phénomènes électromagnétiques ». Il prétendait avoir tenu en main un appareil de la taille d’un rasoir électrique, capable, en la tirant « du vide ambiant » de fournir assez d’énergie électrique, de manière parfaitement gratuite et non polluante, pour pouvoir alimenter une maison. Il chiffrait en mois le temps qui allait s’écouler d’ici la mise en circulation et la commercialisation de cette fabuleuse invention. Il précisait au passage qu’il avait tenu à  s’exprimer sur une radio touchant l’ensemble du pays « pour protéger sa vie.

Dans un document plus récent (26 mars 2004) Greer fait marche arrière. On ne parle plus de cette machine miracle, ni de son inventeur autodidacte. Il écrit « Au stade où nous en sommes SEAS a identifié des scientifiques capable de développer des technologies propres à  remplacer complètement les combustibles fossiles. Nous estimons qu’une version de ces systèmes de production d’énergie pourrait étre préte dans un délai de 12 à  36 mois (les Américains aiment bien les chiffres précis, méme s’ils sont complètement bidons. Greer donne toujours des fourchettes dans ses prédictions. cela lui permet d’avoir l’air plus sérieux). Mais pour que cela se réalise il faudrait investir des millions de dollars en recherche et développement. Or ces recherches ne sont pas prises en charge par le gouvernement et les organismes de financement. Why ? Pourquoi ?

Il demande au public d’exiger que de telles recherches soient entreprises immédiatement. Greer possède probablement une personnalité de mythomane. Cette affaire le rend important. Si les choses échouent, cela sera bien entendu « parce que le lobby militaro-industriel paralyse toute action de ce genre ». Tout finira en eau de boudin. Mais le véritable but sera atteint : Associer ce conspirationisme, ces « révélations » à  l’image de personnages peu crédibles et de théories inconsistantes.

Bonne question. Au delà  : ce sujet OVNI est-il un sujet « sensible » ou une affaire dérisoire. Ceux qui désinforment ont tout fait et continuent d’oeuvrer pour que le discrédit continue de s’attacher à  ce dossier. Je vois que Jean-Jacques Vélasco, « directeur » (et unique membre) du SEPRA sort un livre en avril 2004 où il semble qu’il affirme, cette fois, que « Les OVNIS, ça existe ! ». Je me souviens d’une émission à  la télévision où Vélasco avait travaillé avec mes amis les frères Bogdanoff. C’était le Cnes qui avait écrit le synopsis de l’émission et ça remonte à  quinze ou vingt ans. Les message était « seul un pour cent des observations résiste encore à  l’analyse, mais un jour tout cela sera élucidé ».

J’avais dit à  Igor et à  Grichka : « mais pourquoi avez vous tourné un pareil document ». Réponse : « nous sommes en difficulté à  la télévision. On nous a proposé cela, à  condition que nous abondions dans le sens voulu. C’est Vélasco qui a écrit les dialogues ».

C’était l’époque où il était de bon ton d’enterrer le sujet OVNI et de mener une bonne chasse aux sorcières contre ceux qui voulaient « faire sortir le chat du sac ». Bounias (décédé en 2003 d’un cancer) et moi démarchions auprès du Cnes et de son conseil scientifique pour pouvoir y proposer des projets concrets. Il y avait eu Trans-en-Provence. Nous suggérions d’essayer de reconstituer le phénomène en insolant des luzernes témoins avec des micro-ondes pulsées, qui n’existent pas dans la nature. C’était un projet extrémement bon marché à  l’échelle de ce qui se gàche partout. Il fallait une petite source de micro-ondes de table, en prét. Bounias aurait fait les analyses biologique. Un affaire de 20.000 F. Nous fûmes éconduits. Motif allégué « vous n’étes pas du Cnes ».

En France, comment neutraliser quelqu’un ? Simple : il suffit de faire le vide devant lui. Mes derniers passages à  la télévision : chez Ruquier, Tapie (où on a prudemment coupé des passages où je répondais avec fermeté aux deux potiches du Cnrs que le réalisateur avait fait venir.

Ah, une anecdote en passant. René Pellat, qui était alors Haut Commissaire à  l’Energie Atomique (et ancien .. des tas de choses), avait accepté de venir. Tapie était tout excité. On lui avait réservé la loge du VIP, dans les studios. Soudain Tapie arrive, son portable à  la main défait, vingt minutes avant l’émission.

  • Petit, vous aviez raison. Pellat vient de se décommander en disant qu’il avait une réunion importante. Mais, je vous en supplie, ne le dites pas à  vos deux autres collègues (dont Couturier, astrophysicien, devenu directeur de je ne sais plus quoi). Ils n’ont accepté de venir que parce qu’on leur avait dit que Pellat venait. Si vous leur dites que celui-ci s’est désisté, ils vont se barrer et je n’aurai plus personne sur mon plateau, à  part vous, Louange et Bourdais.

Il y a des gens qui regardent ces émission et disent :

  • Alors, que fait-on ?
  • Mais rien, laissez-le parler. Sur de tels plateaux il perd des points en crédibilité. Les gens le perçoivent au mieux comme un original, un fantaisiste, au pire comme comme un énergumène, un type qui veut régler ses comptes avec la Terre entière. Quant aux scientifiques ? Aucun problème : ils sont totalement allergique au dossier et ça ne risque pas de bouger de ce côté-là .
  • Et ses déclarations sur les expériences nucléaires souterrains en France ?
  • Chez Tapie et Ruquier on a fait couper les passages. C’était du différé (il n’y a plus que du différé, maintenant). Laissez-le parler. Personne ne le croît. Les gens, on peut leur faire avaler n’importe quoi. Et tout le monde s’en fout. S’il se manque sur son site, collez-lui un nouveau procès en diffamation, ça l’occupera.

Greer ne dérange personne. Qu’il agisse de concert avec les structures qui, aux USA, pilotent ces opérations de désinformation ou qu’il soit manipulé, le résultat est le méme. Ce petit médecin de campagne, qui joue les « grandes gueules » fait parler de lui. Il publie un livre qui sera traduit en de nombreuses langues. Il gagne de l’argent et, franchement, dans ce qu’il raconte, il n’y a rien de concret. C’est peut étre aussi tout simplement un mythomane. C’est en tout cas un remarquable parleur. Moi, je dérange parce que j’apporte des éléments techniques précis, comme sur Aurora. Comme je l’ai dit dans mon livre, sur un plateau de télé je mettrais en déroute n’importe quel contradicteur qui s’aventurerait sur le terrain technico-scientifique. Sur un plateau ou dans une réunion où figurent des gens compétents. A Supaéro, en juin 2003, où des enseignants en mécanique des fluides étaient présent, je n’ai pas eu l’ombre d’une critique sur les thèses que je défendais.

Si Greer dérangeait, ah mon Dieu, ça ne durerait pas trois jours. Il serait adroitement menacé, sans que cela ne laisse de trace. Et il ne pourrait méme pas faire mention de cette menace.

Sources : Extraits du site : Jean Pierre Petit

Dans cette volonté de desciditer le phénomène Ovni, on est certain que la vérité n’est pas prète de sortir au grand jour. Cela fait plus de 50 ans que cela perdure, il est certain que dans 50 ans, on aura pas avancer d’un cheveu. La Manipulation de l’information n’a pas fini de nous surprendre.
On tourne autour du pot avec des alégations totalement fantaisistes. Pourtant l’ufologie existe.
Ainsi l’opinion publique est détournée du vrai problème. On fait croire certaines thèses. On y croit mais on est leurrer. Mais où est la réalité des choses ? Dans ce grand mensonge systémique, nous sommes toujours des pions avec lequel on fait joujou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *