Les Yézidis, une histoire

Yezidis :Mithra et le sacrifice du taureau
Mithra et le sacrifice du taureau

Pendant des siècles, les Yézidis ont suivi le commandement simple du Kitab al-Jilwa, également connu sous le nom de Le Livre de l’Apocalypse: « Honore mon symbole et mon image. » Qui sont exactement les Yézidis et quelle est l’image qu’ils honorent? La réponse dépend de à qui cela est demandé.

Leurs plus proches voisins appellent parfois les Yézidis les adorateurs du Diable. D’autres prétendent qu’ils sont des musulmans hérétiques ou des chrétiens hérétiques. D’autres encore pensent que les Yézidis sont une émanation de la religion zoroastrienne de Perse. La vérité est assez compliquée, comme l’est si souvent la vérité.

La grande majorité des Yézidis vivent dans la région montagneuse du Kurdistan sur les frontières de la Turquie, de la Syrie et de l’Irak. Ethniquement, les Yézidis sont kurdes: ils vivent au Kurdistan et parlent kurde. Pourtant, leurs croyances religieuses sont distinctes de celles de leurs compatriotes kurdes.

Généralement, les historiens, les anthropologues et les sociologues classent les Yézidis comme un groupe religieux. Certes, la Yézidis considèrent leur identité religieuse comme le facteur le plus important pour définir le yézidisme. Pour être Yézidi, il faut être né dans la foi – aucune conversion n’est possible. En outre, on considère que les Yézidis qui se marient hors du groupe n’appartiennent plus au groupe.

Les Yézidis prétendent que leur religion est âgée de plus de 6000 ans, précédant le judaïsme, le christianisme et l’islam. Cela semble indiquer que ceux qui croient les Yézidis sont des musulmans ou des chrétiens hérétiques ont tort. En même temps, les Yézidis et les chrétiens de la région ont un lien étroit. Au XIXe et au début du XXe siècle, lorsque l’Empire ottoman a persécuté la minorité chrétienne arménienne, les Yézidis ont entrepris d’aider les Arméniens ainsi que d’autres chrétiens. Ces dernières années, les chrétiens irakiens ont aussi recherché l’aide des Yézidis quand ils se sont sentis menacés par le gouvernement irakien.

Ces liens étroits avec différents types de chrétiens dans une zone à prédominance musulmane semblent indiquer un lien entre le yézidisme et le christianisme.

Deux femmes Yesidies. Fin du XIXème siècle ou début du XX
Deux femmes Yesidies. Fin du XIXème siècle ou début du XX

Les deux systèmes de croyances partagent certaines coutumes. Comme presque tous les chrétiens, les yézidis pratiquent le rite du baptême: l’immersion dans l’eau à des fins de purification rituelle et comme signe d’appartenance au groupe. En avril, aucun Yézidi ne peut se marier, Les chrétiens orthodoxes ont tendance à ne pas se marier au printemps, aucun mariage n’est célébré durant les cinquante jours de carême qui précèdent la fête de Pâques. Les femmes yézidis teignent des œufs dans des couleurs primaires vives pour célébrer le fête printanière du Nouvel An, tout comme de nombreux chrétiens orientaux le font pour la fête printanière de Pascha (Pâques). La couleur rouge est mise en valeur lors des fêtes yézidies du Nouvel An. Les femmes décorent leurs maisons et les tombes de la famille avec des fleurs rouges. Dans un étrange parallèle, certaines communautés orthodoxes utilisent uniquement la couleur rouge pour leurs œufs de Pâques, au moment de mourir.

Dans le même temps, certains aspects du yézidisme semblent provenir à la fois du judaïsme et de l’islam. Comme les Juifs et les Musulmans, les Yézidis ne mangent pas de porc et ils ne portent pas de peaux de porc. Un certain nombre d’autres de leurs tabous portent sur la nourriture et les vêtements: ils ne peuvent pas manger de  laitue, de chou, de gombo, de citrouilles, ou de la viande de gazelle entre autres aliments. Ils ne peuvent pas mélanger des éléments qui sont considérés comme opposés l’un à l’autre. Tout comme les Juifs ne se mélangent pas la viande et les produits laitiers. Les lois alimentaires sont courantes dans de nombreuses religions, mais il est intéressant de noter les parallèles avec les coutumes juives et musulmanes.

Le Jeûne yézidi du Sacrifice a clairement une origine juive. Dieu demande qu’Abraham sacrifie son fils. À la dernière minute, Dieu se laisse fléchir et permet à Abraham de remplacer son fils avec un agneau. Chaque mois de février, les Yézidis commémorent l’expérience d’Abraham en sacrifiant un agneau. D’autres aspects de l’histoire des origines yézidies ont des racines dans la tradition juive. Les Yézidis croient qu’ils sont les descendants d’Adam mais pas de Eve. Selon eux, Adam a placé sa graine dans un pot. Il a ainsi créé un fils et une fille par lui-même sans l’aide d’Eve. Ces deux enfants sont les ancêtres de tous les Yézidis tandis que les juifs, les musulmans et les chrétiens sont les descendants des enfants qu’Adam et Eve ont engendré.

Ainsi, les Yézidis ne sont ni juifs, ni musulmans, ni chrétiens mais leurs pratiques religieuses reflètent l’influence de tous ces systèmes de croyance. Dans le même temps, les croyances yézidis contiennent des éléments de croyances religieuses bien antérieures.

En octobre, tous les Yézidis qui le peuvent, se rendent dans la ville sainte de Lalish au nord de l’Irak. Ils y célèbrent la fête de sept jours. Chaque jour a ses célébrations et ses pratiques particulières. Le cinquième jour de la fête, un taureau est libéré par les portes du sanctuaire religieux dans les rues de la ville. Les fidèles chassent le taureau, le dirige vers le sanctuaire de Cheikh Shem où il est pris, abattu et cuisiné. La viande de taureau est ensuite répartie entre les pèlerins. Cette pratique très ancienne a des parallèles dans le mithraïsme romain. Mithra est souvent représenté abattant un taureau et partageant sa viande avec le soleil. Les archéologues ont découvert les têtes complètes de plusieurs taureaux avec leurs cornes à Catalhoyuk, un site néolithique de Turquie orientale datant d’entre 7500 et 5700 avant notre ère.

Tauwus ou Taus est dépeint comme un paon
Tauwus ou Taus est dépeint comme un paon

Le respect des Yézidis pour les serpents et les oiseaux peut aussi représenter les restes de croyances religieuses bien antérieures. Les dieux du Moyen-Orient apparaissent souvent sous la forme de ces animaux ou comme une combinaison de ces animaux et d’humains: le dieu Horus, un des plus anciens dans le panthéon égyptien, était représenté comme un homme à tête de faucon. Certains chercheurs soutiennent que le système des castes yézidi ainsi que la croyance en la réincarnation peuvent refléter l’influence de l’hindouisme.

L’accusation la plus importante contre les Yézidis, l’affirmation selon laquelle ils sont des adorateurs du diable, est celle qui recueille le plus d’intérêt. Le mythe fondateur yézidi concernant la création du monde, est à l’origine de cette accusation.

Selon le mythe yézidi, Dieu a créé sept êtres angéliques, dont le chef était nommé Tawus Malik, l’Ange Paon. Tawus Malik, comme Lucifer dans la croyance juive et chrétienne, se rebella contre Dieu. Cependant, dans le yézidisme, quand Dieu jeta Tawus dans le feu à cause de cette rébellion, Tawus passa 40.000 ans à pleurer. Ses larmes éteignirent les flammes de l’enfer et démontrèrent son repentir. Réconcilié avec Dieu, Tawus fut nommé responsable des affaires quotidiennes du monde. En tant que second de Dieu, Tawus contient à la fois le bien et le mal, la lumière et l’obscurité. C’est cette relation avec Tawus, que les chrétiens, les juifs et les musulmans identifient avec Lucifer qui a mené aux accusations que les Yézidis adoraient le diable.

Conclusion sur les Yézidis

Les Yézidis ne sont pas des hérétiques juifs ou chrétiens. Ils ne sont pas une secte de l’Islam, ils ne sont pas des zoroastriens. Enfin, ils ne sont en aucun cas des adorateurs du diable. Au contraire, ils appartiennent à une religion syncrétique qui incorpore des croyances très anciennes et des influences plus récentes. Aucune religion n’existe isolément ou sous une forme statique et immuable. Comme d’autres systèmes de croyances religieuses, le yézidisme a changé et a grandi en rencontrant d’autres croyances, différentes.

Source

Quelques informations complémentaires:

Sur Tauwus ou Taus, nous pouvons noter :

Tawus Ibn Kaysan (arabe: طاووس بن كيسان) (mort en 723) était l’un des Tabi’in, l’un des narrateurs de hadith, et un compagnon du quatrième imam chiite, Ali Zayn al-Abidin (mort en 713 c.) . Ses autres noms sont « Tawoos » ou « al-Taus, ». الطاووس ( alttawus) signifie littéralement « le Paon ».

Le nom de l’ange original semble donc perdu. Mais nous avons un indice.  Dans la théologie zervaniste, Angra Mainyu (Arhiman) après avoir choisi le mal dit: « Ce n’est pas que je ne peux pas créer quelque chose de bon, mais je ne le veux pas. » Pour prouver cette capacité, il créa un paon.

Dernier point le Yazdanisme serait la religion originale ayant évolué au cours de son histoire et de ses contacts avec les autres religions du Prôche Orient

Dans les théologies Yazdani, un Dieu transcendant et absolu (HAK ou Haq) englobe l’univers tout entier. Il lie le cosmos avec son essence, et se manifeste comme le Heft Sirr (l’ «heptade »,  » les Sept Mystères », « les Sept Anges »), qui soutiennent la vie universelle et peuvent s’incarner dans les personnes, les babas (« Portails » ou « Avatar »). Ces sept émanations sont comparables aux sept aspects Anunnaki de Anu dans l’ancienne théologie mésopotamienne, et ils comprennent Melek Taus (l’ « Ange Paon « ou » Roi « ) qui est identique à l’ancien dieu Dumuzi fils de Enki et la divinité principale dans la théologie Yézidi, et Shaykh Shams al-Din, « le soleil de la foi », qui est Mithra.

Voir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *