John Kerry le va t’en guerre

kerry_ambiguouslygayNous n’oublirons pas que Kerry a avoué faire parti de l’ordre de Yale.

C’est un John Kerry ayant connu le feu des balles et prét à  conduire l’Amérique dans la bataille contre le terrorisme qu’a décrit mercredi John Edwards.

«Résolu. Fort. n’ont-ils pas les traits qu’il faut à  un commandant en chef ?», a demandé le candidat à  la vice-présidence américaine dans un discours prononcé au troisième jour de la Convention nationale démocrate à  Boston.

En dépit d’un bon futur président, on a l’impression que le 1er venu fera l’affaire.

 

 

 

On racontera :

 » John Kerry offre l’espoir, pas la peur « , a par ailleurs déclaré Ted Kennedy.  » Aujourd’hui, la seule chose que nous ayons à  craindre, c’est quatre années supplémentaires de George Bush « , a-t-il poursuivi. Désormais, la bataille ne concerne plus uniquement deux hommes, mais deux partis, voire méme deux conceptions de l’Amérique et de la sécurité, plus que jamais thème central de la campagne.

Et pourtant :

POLITIQUE INTERNATIONALE :

John Kerry : était favorable à  la guerre.

Si Kerry veut jouer au grand mou, il devrait se rappeler d’un certain Al Gore. La volonté de rechercher le consensus mou est assez périlleuse, non dans une probable dégringolade électorale (Al Gore s’était redressé quelques semaines avant l’élection) mais dans le manque de visibilité qu’elle entraîne. L’élection se jouera à  la marge. Et on peut fort bien penser que la radicalisation des derniers spots du net de bush (voir sur www.georgewbush.com) va détourner quelques électeurs centristes. Kerry ne devrait donc pas rejouer la partition consensuelle qui était celle des démocrates de 2000, il devrait suivre une voie d’alternative crédible en montrant qu’il est sûr de ses choix, ce qui jusqu’à  présent est l’apanage de w bush.

Vive la guerre !

Kerry n’existe pas, de plus ses positions de fond sur le conflit israelo-palestinien et l’Irak sont les mémes que celle de Bush.

La seul chance pour Kerry de gagner est de jouer le Tout Sauf Bush, et donc d’attendre en espérant que les mauvaises nouvelles vont continuer à  s’amonceler sur la bande de Bush. Ce sont les habituels abstentionnistes, exaspérés par Bush, qui pourraient étre motivés pour se déplacer et faire gagner Kerry

Il peut étre aidé pour cela par les médias, notamment le Washington-Post et le NY Times qui viennent récemment de réaliser à  quel point ils ont été des outils de propagande de l’administration dans le lancement de la guerre d’Irak. Ils ont fait leur mea-culpa et semblent decidés à  attaquer sur chaque mensonge ou omission ou inexactitude de l’administration.

En définitive, ce sont peut étre ces mémes media qui ont alimenté l’hystérie de l’aventure irakienne qui vont demain en faire tomber son prédicateur en chef. Drôle de démocratie !

Le temps est venu pour nos médias de parler de la campagne des élections américaines.

La réélection de Bush serait certes une catastrophe, mais heureusement, il semble que John Kerry soit en possibilité de le battre malgré un budget de plus ou moins 15 millions de dollars contre les 330 millions de Bush.

Pourtant, ne nous leurrons pas, l’éventuelle arrivée de Kerry ne sera qu’un moindre mal. Certes, il promet de remettre les relations entre les USA et les institutions européennes au beau fixe, de respecter les traités internationaux, etc. Mais c’est oublier ses propos douteux à  propos de l’invasion en Irak. S’il se scandalise justement des nombreuses pertes américaines inutiles là -bas, il mentionne peu le calvaire subi par les irakiens et l’état de chaos prévisible qui s’y est installé préférant exalter son passé « glorieux » de soldat au Vietnam (où, dans le fond, il ne faisait rien d’autre que massacrer du Viet-Cong) et, surtout, de prétendre qu’avec la force militaire que possède les USA, il est incompréhensible que ce conflit s’enlise et que les moyens existent pour terminer ce conflit en une journée. Comprenons-nous la méme chose ?

De plus, Kerry a déjà  promis une augmentation du budget militaire de 6 milliards de dollars (« Je construirai une armée américaine plus forte. ») de façon à  remettre au goût du jour une énorme force de dissuasion. Va-t-il encore ponctionné le budget alloué aux écoles, aux universités, aux bibliothèques ?

Kerry, opposé aujourd’hui à  Bush, a pourtant soutenu le répressif Patriot Act de l’administration Bush, il a également voté pour les coupures d’impôts des riches.

Le danger que représentent les faucons de Bush sera peut-étre écarté. Mais ne seront-t-ils pas remplacés par une autre race de rapaces ? Le temps nous le dira.

Bref nous ne sommes pas sortis de l’auberge entre un Georges Bush qui semble médicalement peu fiable, et un John Kerry qui parait également va t’en guerre.

sources :

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *