La Fin de l’Empire Inca

Les Incas

Les Incas sont apparus au Pérou au début du VIII ème siècle après J.-C. au coeur des Andes ; ils n’étaient alors qu’une des nombreuses tribus qui peuplaient le pays. Vers la fin du VIII ème siècle, ils arrivent dans la vallée de Cuzco (au Sud du Pérou) ; au XII ème siècle l’Etat inca est fondé par Manco Cà¡pac qui devient le premier des treize souverains de la dynastie inca. Leur territoire, limité alors au bassin de Cuzco et aux régions voisines, ne cesse de s’agrandir au fur et à  mesure des conquétes entre 1455 et 1522. Les Incas imposent alors par les armes leur pouvoir à  tous les autres peuples de la vallée de Cuzco.

A la fin du XV ème siècle, l’Empire inca (Tahuantinsuyu, ou Empire des Quatre Quartiers), était alors à  son apogée, et sa société hiérarchisée comportait une organisation complexe. Cet empire s’étendait des rivages du Pacifique jusqu’à  la forét amazonienne en passant par les hautes vallées des Andes, et incluait non seulement le Pérou, la majeure partie de l’Equateur, l’Ouest de la Bolivie, mais aussi le Nord-Ouest de l’Argentine et la moitié Nord du Chili.

Après une grave période de guerre civile de trois ans, de 1528 à  1531, et d’épidémies qui affaiblirent l’Empire inca, le conquistador espagnol Francisco Pizarro en entreprit la conquéte. La mort d’Atahualpa, le dernier souverain inca, marqua l’écroulement définitif de ce puissant empire le 29 août 1533. Le Pérou devint alors la vice-royauté de la Nouvelle-Castille, et Lima la nouvelle capitale en 1535.

On retrouve les vestiges de l’extraordinaire culture des Incas, où la religion tenait une place majeure, dans la plupart des villes incas, et notamment à  Cuzco et à  Machu Picchu.

La religion

La création du monde inca

Viracocha, l’un des sept Incas légendaires, créa d’abord le ciel et la terre, peuplée d’une humanité qui vivait dans les ténèbres. Pour l’expiation d’une faute mystérieuse, il métamorphosa les premiers hommes en statues de pierre. Puis le dieu sorti du lac Titicaca inventa le Soleil, la Lumière, la Lune et les Etoiles, sculpta dans le roc les ancétres du genre humain, assignant à  chacun une portion de territoire où il devait se rendre. Son oeuvre achevée, l’Etre Supréme, ayant jeté son manteau à  la surface de la mer, s’éloigna en direction du soleil couchant. Les plus graves défectuosités de la nature s’expliquent par la présence d’un personnage maléfique aux côtés du dieu : Taguapica, fils méchant et perpétuel contradicteur de son père, s’est appliqué à  détériorer le monde au fur et à  mesure que Viracocha le créait. Cet Etre Supréme relevait d’une théologie qui concernait avant tout le clergé, les seigneurs et l’entourage immédiat de L’Inca.

Le culte du Soleil

La religion tenait une place prépondérante dans la culture inca. Le Soleil, Inti, apparaît comme la divinité tutélaire ; le culte qui lui était voué le distinguait des autres puissances divines traditionnellement vénérées dans les Andes en ce qu’il était étendu à  tout l’Empire. Pachacà¡mac était l’un des principaux lieux de cérémonie de la côte centrale du Pérou, où des monuments étaient érigés à  la gloire du Dieu Soleil. Sa représentation, le punchao, était celle d’une statue en or à  forme humaine, surmontée d’un disque en or, et conservée à  Cuzco dans le Coricancha, le célèbre Temple du Soleil qu’aucun autre édifice religieux inca ne surpassera en force majestueuse. L’importante féte de l’Inti Raymi, fixée au solstice d’été, était dédiée au dieu et constituait l’une des principales dates du calendrier inca.
Info:  http://www.art-precolombien.com/incas.shtml

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *