La folie viking à son meilleur

 

Globi11-300x240

Les Îles Féroé sont un territoire qui relève de la juridiction du Danemark. Dans ce coin perdu non loin de l’Écosse, environ 1,500 globicéphales sont tués cruellement chaque année  non pas par nécessité économique ou pour nourrir des populations affamées. Non, ces dauphins sont tués par « tradition », un rite de passage sanglant qui remonte aux temps des Vikings… Cette orgie sanguinaire est nommé « Grind » en danois.

Globi2-300x200

 

J’ai vu la premier fois des images de cette horreur pendant ma jeunesse dans des reportages de la National Geographic à Télé-Québec (une chaîne de télévision québécoise). Il y a comme un air de ressemblance avec le massacre annuel de dauphins de Taiji au Japon. Ayant des préoccupations environnementales, j’estime que Véritas peut être un bon moyen de transmettre l’information étant donné que la majorité des lecteurs de Véritas sont européens.  Le « Grind », c’est l’Humanité à son pire, ce qu’elle fait toujours avec brio. Je me dis que si les humains mettaient autant d’efforts à faire le bien que le mal, nous pourrions vivre dans un paradis sur cette planète.

Globi3-300x180
Pourquoi cette tuerie?

Il faut savoir que c’est l’organisation de préservation de la faune Sea Shepherd qui a le plus contribué à mettre la lumière sur ce massacre dont tout le monde se foutait. En 1983, 1985, 1986 et 2000 l’équipe de Paul Watson est parti espionner les Danois des Féroé. La question ici, n’est pas que ce soit une chasse qui menace la population des globicéphales noirs d’extinction. On estime la population mondiale de globicéphales noirs à environ 1 million dans le monde. L’espèce est donc relativement en santé. Le problème est que c’est une massacre tout à fait inutile et gratuit d’une espèce sauvage. C’est de la cruauté envers les animaux à l’état pur. Le chiffre d’un million d’individus peut paraître gros (quoique c’est petit par rapport à l’espèce humaine) mais avec la taille de la mer à couvrir, la prédation, les accidents causés par le traffic maritime, la raréfaction de la nourriture, les échouages, les épidémies, les sonars basse fréquence, la pollution, l’avenir de l’espèce est quant même fragile comme celui de la plupart des cétacés. Aux Îles Féroé les gens ne semblent pas se poser de question d’éthique face à leur comportement. Ce genre de déni est répandu dans toutes les cultures où les animaux font les frais des traditions humaines.

Au nom de la tradition tout est permis ou presque. Cette chasse est considéré comme un genre de sacrifice rituel aux Îles Féroé. Le but étant de réssuciter un esprit communautaire (tout le monde ou presque participe à l’activité) menacé par la vie moderne où l’individualisme prime. Mais pourquoi alors ne pas organiser un gros pic-nic ou une autre activité qui rassemble les gens?

Pourquoi le monde entier laisse faire?

Le Danemark est un signataire de la Convention de Berne ainsi que la Convention de Bonn sur la Conservation des Espèces migratrices. Ces deux ententes sont supposées protéger le globicéphales mais probablement que les habitants des Îles Féroé ne savent pas lire tout comme leurs ancêtres les Vikings. En fait ils croient peut-être que le Moyen-Âge n’est pas terminé.

Globi6-300x201
La victime

Le globicéphale noir pèse environ 3 tonnes pour 5-6 mètres et est entièrement noir mis à part des petites taches blanches sur le ventre. Il se nourrit de céphalopodes (pieuvres et calmars) et de poissons (harengs, morues) qu’il peut aller chercher jusqu’à 600 mètres de profondeur. C’est une espèce migratrice qui parcourt de grandes distances et qui se rassemble en troupeaux familliaux dirigés par les aînés, généralement des femelles.

Moi je suis persuadé que les globicéphales sont des animaux qui nous dépassent sur plusieurs points. Ils ne font pas d’avions comme nous mais en ont probablement pas besoin pour être heureux. Ils nous surpassent sûrement en sagesse et en douceur. Dans le coin du Détroit de Gibraltar, les globicéphales repoussent parfois les orques de leur zone, au grand plaisir des dauphins, rorquals et cachalots du coin. Un peu comme s’ils voudraient un coin tranquille pour tous. Ils repoussent les orques ce qui donne une idée de leur détermination et de leur esprit de corps.

On sait qu’ils ont une structure sociale complexe, les mâles ne se reproduisent qu’avec les femelles des autres troupes pour éviter la consanguinité. En captivité les globicéphales sont les cétacés qui apprennent le plus vite, mieux que les orques et les dauphins, ce qui est une indication de leur intelligence. La Navy en a entrainé plusieurs pour retrouver des bombes dans l’océan, détecter des nageurs de combat ennemis ou placer des mines magnétiques sur les navires ennemis. Je trouve cela complètement stupide qu’on intègre de force un animal aussi gentil dans notre mégalomanie meurtrière.

On a affaire à un animal plus évolué qu’un singe. Je m’aventurerais jusqu’à dire qu’étant donné qu’un globicéphale vit avec sa famille toute sa vie et que des liens se tissent entre les individus, cet animal comprend sans doute le sens du mot « amour » et « affection ». Il est prêt à mourir pour aider les siens comme il le démontre à chaque année aux Îles Féroé et dans l’océan. Je crois aussi que ce dévouement pour les siens ne vient pas de l’instinct mais d’un attachement profond à un groupe, un peu comme nous face à notre famille. Mais c’est tabou de dire qu’un animal puisse avoir des sentiments comme nous puisque nous estimons que l’être humain est un être supérieur presque divin qui a le monopole absolue en ce qui a train aux émotions nobles. Les globicéphales semblent avoir une faiblesse qui joue contre eux, Ils suivent les ordres de leurs aînés d’une manière aveugle. Ceci cause des échouages quant le chef de la troupe est malade ou se trompe dans la navigation. Mais nous faisons de même avec nos propres dirigeants. Ils nous disent d’aller à la guerre pour eux et ont acceptent sans dire un mot au nom du patriotisme. On peut les trouver stupide de se laisser massacrer comme cela, mais ne faisons-nous pas la même chose quant nous allons à la guerre?

Ils ont probablement une culture (ils ont peut-être une « histoire », des rites…). Ils sont surtout sensibles et grégaires. Dès qu’un des leurs a des ennuis, la troupe entière accoure à la rescousse (on ne peut pas en dire autant des êtres humains). Le jour où les humains comprendront le langage des cétacés, les humains apprendront beaucoup de la mer et du vrai sens du mot solidarité.

Globi7-300x201
Le massacre

Une fois une troupe de globicéphales repérée en haute mer, les habitants souvent saouls des Îles Féroé attirent les globicéphales dans la baie. Il y a 21 plages « d’échouage » où les bêtes sont ensuite rabattues. Une fois les baleines dans les zones moins profondes, on commence à les frapper avec des gaffes et des couteaux. Les globicéphales meurent plus ou moins vite. Étant donné que ces cétacés sont une espèce grégaire, les souffrances et les cris de secours des individus blessés attirent tous les membres du troupeau dans la baie.

Le globicéphale est un mammifère avec une structure sociale aussi évoluée que l’être humain. Ils ont une structure familiale qui ressemble à la nôtre. Il y a des pères, mères, cousins, oncles, aînés. Rien ne se fait au hasart, même les accouplements sont réalisés entre individus de troupes différentes pour éviter la consanguinité. Cette solidarité entre les globicéphales joue cependant contre l’espèce quant elle a affaire aux êtres humains. Les individus blessés étant invariablement aidés par les individus pas encore blessés. Des familles entières de ce splendide animal sont ainsi exterminées au nom d’une tradition humaine sanglante viking anachronique.

Les enfants des Îles Féroé ont congé le jour de ce massacre afin que les adultes leur montrent c’est quoi des « vrais hommes ». On les met à califourchon sur les baleines mortes ou mourantes. En d’autres termes, on les habitue à la cruauté et à la vue du sang et à mépriser la vie des animaux sauvages. On devine que dans le temps des Vikings, l’activité devait avoir pour but de préparer le guerrier viking à commettre des atrocités et à s’habituer à la vue de carnages. Je ne crois pas qu’au Québec ou en France si des parents amenaient leurs poupons dans un abattoir voir des cochons se faire égorger, la société laisserait passer cela. Les parents seraient le jour suivant référés à la DPJ pour traumatisme à leurs enfants. Le plus stupide est que la viande des globicéphales est bouffée par les enfants mais elle est remplie de mercure et de toxines, la Mer du Nord étant une des mers les plus polluées du monde. Les enfants des Îles Féroé ont ainsi les taux les plus hauts élevés jamais observés dans le monde en terme de contamination par le mercure.

A la fin du bain de sang (expression qui porte bien son nom ici) un clan entier de globicéphales est anéanti. Les mères, pères, enfants, aînés ont entendu les cris de leurs semblables et sont arrivés à la rescousse de façon solidaire pour se faire ensuite égorger à leur tour. Plusieurs des personnes qui participent à cette pêche raconte souvent le plaisir qu’ils ont à tuer ces baleines et à arracher les foetus des mères globicéphales. Ceci me rappelle le comportement de certains chasseurs des Îles-De-La-Madeleine (Canada) lors de la chasse aux phoques. Le chef des chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine, Denis Longuépée est même venu aux Îles Féroé encourager les gens à faire ces massacres, car entre massacreurs d’animaux ont est souvent frères. Le pire est que c’est un massacre qui n’est pas fait pour la nécessité alimentaire (on pratique l’élevage du bétail dans le coin) mais pour le sport et la tradition. Moi je vois là une tache de plus dans le CV déjà assez sale de l’être humain.

Globi8-219x300
Cochons versus globicéphales

Vous avez sans doute noté cette contradiction de ma part, pourquoi Spacehippotame s’inquiète plus du sort des globicéphales que de celui des cochons qui souffrent eux aussi? La réponse est que je ne suis pas un animaliste-fanatique-extrémiste-végétalien. Je suis pragmatique. Je sais bien que l’humanité mérite de vivre autant que les autres espèces animales qui mangent aussi d’autres espèces animales. Mais nous avons des animaux domestiques que nous avons réservé pour notre alimentation. Ces animaux meurent dans les standards le plus acceptables possible. Tout n’est pas parfait mais en général les animaux domestiques meurent sans souffrir longtemps. Il y a des exceptions et des histoires d’horreur ici aussi, mais l’humanité doit manger également. Nos animaux domestiques sont aussi examinés étroitement pour vérifier les maladies qu’ils peuvent transmettre à l’Homme. Par contre je considère que nous n’avons pas besoin des animaux sauvages dans notre alimentation. C’est un leg que nous devons lèguer intact aux futures générations. L’Homme peut avoir ses coins réservés mais la Nature aussi. Ces espèces sauvages n’appartiennent pas juste à nous mais à l’Univers entier. Il y a probablement des espèces qui n’existent que sur cette planète parmi les milliards d’étoiles et nous devons avoir conscience de la chance que nous avons de possèder un tel trésor. Nous sommes responsable de millions d’espèces. C’est une grande responsabilité que nous devons assumer.

Il faut aussi dire que nous sommes 7 milliards sur Terre, ceci représente 21 milliards de repas par jour, ce qui est une pression gigantesque sur l’écosystème, surtout que nous ne sommes qu’une seule espèce. Si demain matin on se mettait à chasser des espèces sauvages par caprice alimentaire, en seulement quelques semaines, la plupart des mammifères sauvages serait rayés de la carte.  C’est pour cela que je m’obstine souvent avec des amis végétariens et que je leur dit que l’élevage des animaux domestique a en quelque sorte sauvé les espèces sauvages de l’extinction.  Bref je ne m’attarderai pas sur un débat sur le végétairisme ici. Chacun son choix alimentaire.

Globi9-300x201

 

Que pouvons nous faire?

D’abord en parler, il faut que l’information circule, que les gens en parlent autant que les frasques de Britney ou de Paris Hilton. Beaucoup de gens ne sont même pas au courant de ce massacre gratuit. Ensuite vous pouvez faire votre part en boycottant les produits venant du Danemark et des Îles Féroé. Une bonne chose à faire aussi est d’écrire un message à l’ambassadeur du Danemark de votre pays en lui disant votre intention de boycotter les produits de son pays pour protester contre cette chasse cruelle. Il ne faut pas négliger l’effet boule de neige. Internet est ainsi une merveilleuse arme pour faire passer rapidement l’information de pays en pays en un temps très rapide.

Il existe aussi une moyen constructif de donner du travail aux gens impliqués dans le massacre des cétacés: Le Whale Watching. Dans plusieurs coins où les baleines étaient autrefois massacrées, des excursions aux baleines sont organisées où le public a le loisir d’admirer ces animaux dans leur environnement dans un contexte paisible. Ici par exemple au Canada, les bélougas étaient autrefois chassés à l’explosif (souvent par avion!) car on les considéraient nuisibles. Maintenant, les touristes viennent en masse aux excursions admirer nos baleines et nos bélougas. J’ai la foi encore dans le changement sinon je n’aurais pas perdu mon temps à écrire ce billet.

Globi10-219x300

Sources:
http://faroes.org/cruelty.html
http://seashepherd.org/news/media_061129_1.html
http://www.protection-des-animaux.org/ipb/index.php?showtopic=12557
http://web.archive.org/web/20100325135637/http://feroe.ifrance.com:80/globicephale.htm
http://www.dauphinlibre.be/feroe.htm
http://web.archive.org/web/20111208050306/http://www.ambottawa.um.dk:80/en/

Discussion @ Forum ufologique

3 Comments

  1. Sheyla

    bonjour,
    bel article mais je trouve décevant votre phylosophie de vie quand vous dite que certains animaux peuvent vivre et d'autres peuvent mourir et souffrir pour satisfaire un petit plaisir gustatif. Sachez que nous n'avons pas besoin de manger des animaux pour vivre au contraire, notre santé s'en porte mieux sans!

    et un peu contradictoire de dir que les animaux que l'on mange sauve d'autres espèces sauvage car ironiquement, on détruit un nombre incalculable d,habitat pour produire et élever des animaux d'élevage.

    Et que dire du désastre écologique et la polution qu'engendre la viande! Non, vraiment vous n'ête pas cohérant dans votre discours.

    Tout de même, je vous laisse ces deux liens et bonne conscience.
    http://www.dailymotion.com/video/x39x5l_le-vrai-v
    http://www.viande.info/elevage-viande-gaz-effet-s

  2. Spacehippopotame

    Salut Sheyla j'ai souvent des conversations avec mes amies végétariennes
    écologistes qui ressemble à celle que j'ai avec vous. Parfois elle
    arrive à me faire filer "cheap". En gros je leur dit que je suis
    comme le vampire Blade. Blade est un vampire mais ça l'empêche pas
    de combattre d'autres vampires. Moi je suis un omnivore dans
    une masse de filles écolos souvent végétairiennes. Mais j'essais
    de diminuer fortement ma consommation de viande et je crois que
    cela devrait être un objectif réalisable pour les végétariens militants.
    Mais viser le viande 0 je crois que c'est de l'utopie et moi je
    me bat dans les batailles gagnables et je ne veux pas militer
    pour rien dans une cause perdue d'avance. Juste au USA je n'imagine
    pas dire aux gens d'abandonner la viande dans un stade ou tous le monde
    mange un hot-dog en regardant le Super Bowl. La réalité que je vois
    c'est un monde d'omnivore avec environ 10% de végétairiens.
    Pour vos liens merci, mes amies de facebook qui sont à 70% végétariens
    m'en donne aussi. Vous connaissez sans doute certaines de celles-ci.

    Je n'ai rien contre les végétariens mais je ne crois pas qu'à 7 milliards le végétarisme serait la solution. Présentement il y a juste 10% de végétariens et la majorité des terres agricoles sont explotés. Si demain matin tous les gens devenaient végétariens, ça ferait une demande d'augmentation des terres agricoles de 70% car comme il y aurait 70% de plus de monde qui mangent juste des légumes ça prendrait beaucoup plus de terres agricoles. Or ces terres n'existent pas., il faudrait raser des forêts pour nourrir le 7 milliards de végétariens, même la forêt vierge y passerait. Aussi la surexploitation des terres à cause de la demande des végétariens causeraient l'appauvrissement des sols. Sans compter que pour l'engrais ça prend de la poudre d'or qui vient des animaux. Notre nombre 7 milliards est anti-écologique que l'on soit omnivore ou végétarien. La providence a pas créé la viande pour rien ni les carnivores d'ailleurs. Cependant à 7 milliards, on a pas le choix de gerer serrer, c,est pourquoi je considère que la protection des animaux sauvages est prioritaire. C'est plate ce qui arrive aux porc mais il va en rester dans 300 ans. Ce n'est pas le cas des espèces animales sauvages.

    Ce serais beau que tous les gens deviennent végétariens demain matin
    mais LA RÉALITÉ de 2010 est qu'il y a une immense demande de viande.
    Les gens bouffent du poulets, boeufs, etc… Il est certain que demain
    matin ces gens vont continuer à manger de la viande. Moi je préfère que
    ces gens mangent de la viande de porc (des milliards d'individus)
    que de la viande d'une espèce dont il ne reste que 5,000 représentants.

    je trouve cela cruel les abattoirs et tous le reste mais c'est mieux
    que rien. Comme j'ai dit si demain matin on libérait les porcs, boeufs
    et tous les animaux, les gens mangeraient de la viande quant même
    et je mettraient à chasser des animaux sauvages. Ceci entrainerait
    la destruction de la biodiversité.

    C'est mieux qu'il y ait une dizaine d'espèces très nombreuses qui se font manger
    que des centaines de milliers qui sont peut nombreuses.
    Oui je sais que le mieux serait que tous le monde vire végétarien mais
    je ne rêve pas en couleur, ça ne se fera pas vite. Les habitudes
    alimentaires sont encore plus dure à changer que la cigarette.
    Des millions de dindes vont se faire tuer pour Nöel. Oui c'est
    affreux mais je préfère cela que des millions d'autruches sauvages.
    L'Homme a le droit d'avoir son monde mais il devrait laisser
    la Nature en paix considérant qu'il a suffisament de tout dans son monde.

    Comme j'ai dit je ne suis pas un fanatique végétarien, je n'ordonnerai pas
    au gens de manger du tofu demain matin mais d'au moins respecter la
    vie sauvage. Si l'Homme sauve la vie sauvage, il aura au moins sauvé
    quelque chose d'important. J'espère que tu comprends mon point de vue Sheyla.
    Je milite pour la protection de la biodiversité et je suis certains à 100%
    que s'il n'y avait pas d'animaux de ferme, tous les animaux sauvages
    serait éteint ou en voix d'extinction. Je suis juste réaliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *