La grotte de Lovelock

Les Paiutes, une tribu amérindienne indigène  du Nevada, ont une tradition orale qu’ils ont racontée aux premiers colons blancs de la région au sujet d’une race de géants blancs aux cheveux roux, ou «barbares» que leurs ancêtres dénommaient  » . Si-Te-Cah « L’histoire a été écritz en 1882 par Sarah Winnemucca Hopkins, fille d’un chef indien Paiute dans son livre: « Life Among the Piutes: Their Wrongs and Claims. » Ces «géants» y sont décrits comme étant méchants, antipathiques et cannibales. Dans cette histoire, les Paiutes parlent d’une grande bataille qui a eu lieu sur le site connu aujourd’hui sous le nom de Grotte de Lovelock  et qui a entraîné leur extermination. Pendant la première partie du 20e siècle, des archéologues ont trouvé des milliers d’artefacts à l’intérieur de cette grotte menant à une longue fouille du site et à certaine spéculation sur la réalité de la légende Paiute.

Grotte de Lovelock
Grotte de Lovelock

« Si-Te-Cah» ou Saiduka se traduit littéralement par «tmangeurs de scirpe» en langage Paiute du Nord. Le scirpe est une plante d’eau fibreuse, que, selon la légende, les géants tissaient en radeaux pour échapper aux attaques des Paiutes. Ils utilisaient les radeaux pour naviguer sur ce qui restait alors du lac Lahontan, un ancien lac qui recouvrait la plupart du nord du Nevada au cours de la dernière ère glaciaire. Le conte Paiute continue, après des années de guerre, toutes les tribus de la région se sont réunies pour se débarrasser des Si-Te-Cah. Un jour, comme les tribus pourchassaient les derniers géants roux survivants, ceux-ci se réfugièrent dans une grotte. Les Paiutes exigèrent que leurs ennemis sortent de la grotte et combattent, mais les géants refusèrent. La coalition de tribus se mit à tirer des flèches sur eux tout en allumant un grand feu à l’entrée de la grotte. La fumée fit fuir quelques-uns qui périrent sous une pluie de flèches tandis que les autres étaient brûlés vifs ou asphyxiés. Au fil du temps, l’entrée de la grotte s’effondra, ne la laissant accessible qu’aux chauves-souris et la coupant de tout contact humain.

Sarah Winnemucca, Paiute écrivain et conférencier, aux côtés de son père et chef Poito Winnemucca des indigènes Paiutes dans le Nevada. circa 1,882
Sarah Winnemucca,  écrivain et conférencière Paiute, aux côtés de son père le chef Poito Winnemucca des Paiutes du Nevada. circa 1,882

La grotte de Lovelock, aussi dénommée Bat Cave, Cave Horseshoe, Sunset Guano Cave et Indian Cave, est situé à 20 miles au sud de la moderne Lovelock, Nevada. C’est une grotte très ancienne qui est antérieure à l’arrivée des humains sur le continent et qui au cours de la préhistoire était sous le lac Lahontan. En 1886, un ingénieur des mines de Lovelock nommé John T. Reid s’est fait raconté la légende par les Indiens locaux, ce qui l’amena à aller sur le site pour prouver sa réalité. Reid n’a pas réussi la fouille archéologique qu’il a commencé immédiatement, mais deux mineurs, James Hart et David Pugh, ont réalisé la valeur du guano et ont créé une entreprise qui commenca l’exploitation en 1911. Ils ont extrait une couche de guano de la grotte d’environ trois à six pieds de profondeur, en utilisant la pelle et la pioche  et avec peu d’égard pour les artefacts, et ils ont livré quelque 250 tonnes de guano à l’ Hawaian Fertilizer Company à San Francisco.

Extérieur de la Grotte Lovelock
Extérieur de la Grotte de Lovelock

Alfred Kroeber, fondateur du département d’anthropologie de l’Université de Californie a été contacté par Hart et Pugh quand ils ont signalé avoir trouver des artefacts préhistoriques. Cela a entraîné la première fouille archéologique de Lovelock en 1912 dirigée par LL Loud lui aussi de l’Université de Californie. Une deuxième fouille a eu lieu en 1924 et après avoir terminé les fouilles, Loud a collaboré à un rapport qui fut publié en 1929. Ce que LL Loud avait trouvé était tout simplement incroyable. Environ 10.000 pièces archéologiques furent découvertes, dont des outils, des os, des paniers et des armes. Selon le rapport, 60 momies de taille moyenne ont été découvertes. Des leurres de canard (parmi les plus anciens connus au monde avec des plumes encore attachés) et une sandale de plus de 15 pouces de long ont été excavés. Une pierre en forme de beignet avec 365 encoches taillées sur l’extérieur et 52 encoches correspondantes à l’intérieur a été découverte, que certains scientifiques pensent qu’il s’agit d’un calendrier.

Fait intéressant, la datation au radiocarbone fait lors des visites de suivi ont permis de trouver: de la matière végétale datant de 2030 avant JC, un fémur humain datant de 1450 avant JC, du tissu musculaire humain datant 1420 avanc JC et de la vannerie datant de 1 218 avant JC Les archéologues ont conclu que l’occupation humaine de la grotte de Lovelock, par cette culture, avait commencé en 1500 avant JC. Les anthropologues d’aujourd’hui appellent le peuple qui vivaient dans la région la Culture Lovelock couvrant une période de 3000 ans. De nombreux archéologues croient que la culture Lovelock a été remplacée par celle des Paiutes du Nord.

Leurre canard

Il y a un débat quant à la véracité des allégations formulées concernant les Géant de la grotte de Lovelock. Pendant les fouilles initiales, il y a eu des rapports concernant des restes momifiés être de deux géants roux, une femelle mesurant 1.98 m, et un mâle, mesurant plus de 2.40m. Cependant, aucune preuve ne subsiste. Dans son livre, Sarah Winnemucca Hopkins ne mentionne pas des géants, mais  fait  référence aux «barbares». Les sceptiques affirment que la coloration chimique par terre après l’enterrement est une raison probable pour que les restes momifiés aient les cheveux rouges et non noirs, comme la plupart des Indiens de la région. Une étude effectuée à l’Université du Nevada indique que les «géants»mesuraient environ 1.80m, et non pas jusqu’à 2.40 comme ce qui avait été affirmé.

combat à la grotte Lovelock
Représentation des autochtones combattant les géant roux à la grotte de Lovelock, Nevada.

Pour d’autres, la découverte de sandales de 38 cm à la grotte de Lovelock est une preuve suffisante de la réalité du conte Paiute. Dans un article publié dans le Nevada Review-Miner en 1931, en Février et Juin de la même année, on signale que deux très grands squelettes ont été retrouvés dans le lit d’un lac asséché près de Humboldt Lovelock, Nevada. L’un mesurait 2.60 m et on l’a décrit plus tard comme ayant été enveloppé dans un tissu de gomme semblables à celui des momies égyptiennes. L’autre mesurait prétendument près de 3 m. Un autre élément de preuve en faveur des géants de la grotte Lovelock est un ensemble d’images montrant une empreinte de main, de plus du double de la taille de la main d’un homme normal imprimée sur une pierre dans la grotte qui a été publiée par les enquêteurs sur le Bigfoot, MK Davis et Don Monroe en 2013.

Des crânes ont été découverts sur la frontière Pérou/Bolivie près du lac Titicaca, avec des affirmations qu’il s’agissait de géants avec des cheveux roux et des crânes allongés. Les légendes racontent que les Indiens Uros faisaient des bateaux de roseaux et vivaient sur des îles du lac Titicaca comme ceux des Paiutes. Les Incas les ont apparemment contraint à vivre de cette façon un peu comme les ancêtres des Paiutes l’ont apparemment fait avec les géants du lac Lahontan.

Aujourd’hui, la plupart des artefacts originaux trouvés dans la grotte Lovelock (mais pas de géants) peuvent être vus dans un petit musée d’histoire naturelle situé à Winnemucca, au Nevada. Des objets tels que les leurres de canards sont  au Smithsonian Museum à Washington DC, et  de la vannerie et des os appartiennent au Nevada State Museum. Le site est important dans un contexte archéologique, car c’est un exemple de preuve qui s’est avéré, et qui a été scientifiquement analysé pour confirmer la légende que les Paiutes anciens racontaient aux enfants des tribus depuis des années, même si tout n’est pas tout à fait exac. LePhoebe A. Hearst Museum of Anthropology de l’Université de Californie a publié un document sur la grotte Lovelock en 2005 qui dit ceci: «Le site a été largement fouille et de nombreux matériaux demeurent dans des collections privées. La grotte de Lovelock, malgré des années de destruction, est l’un des sites les plus importants de l’histoire de l’archéologie en Amérique du Nord. » La grotte de Lovelock a été officiellement désigné site historique en 1984.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *