La machine, est elle en marche ?!?

!cid_004701c46fb5$c86459c0$14b24252@pbncomputerLa machine, est elle en route et en marche ?!?

Article transmis pas Kiser

Que dire ? si ce n’est qu’aujourd’hui beaucoup de rumeurs circulent. Les USA vont-ils continuer leur politique ? Bush voudrait reporter les élections de Novembre 2004 ? Beaucoup de bruits pour finalement certainement beaucoup d’intox. Mais tout de méme lors d’un soir de surf je suis tombé sur ce lien qui mérite certainement votre attention, je vous propose ici une traduction plus ou moins approximative de l’article original (en anglais) que vous pouvez trouver ici : http://joevialls.altermedia.info/myahudi/antichrist.html


Attaque par les airs sur les ETATS-UNIS pour octobre 2004 ?!?

Les terroristes d’Al Quaëda projettent de lancer l’opération « forteresse Amérique » avec plusieurs milliers de morts sur la côte Est américaine.

!cid_004301c46fb5$c86459c0$14b24252@pbncomputer

Partie Une, Copyright Joe Vialls, 16 Juillet 2004 ; Cet article est présenté par l’analyste Joe Vialls, qui à  publié les détails de l’invasion en Iraq, 14 mois avant qui ne se passe quelque chose !

 

 

Comparaison des compartiments de kérosène (à  gauche) lors de l’atterrissage et de l’accident de Dryden du Boeing 707-720 dans le lac Rogers en 1984, et (à  droite) le Boeing de American Airlines, un Boeing 767-222 éclatant dans le world trade center numéro 2, en septembre 2001.

Quand Benjamin Padilla avançait à  travers le macadam à  l’aéroport de Luanda en Angola le 25 mai 2003, il jeta un bref coup d’oeil sur les lettres d’enregistrement de l’avion par lequel il était sur le point d’embarquer. C’est à  dire le Boeing d’American Airlines 727-223 N84AA qui semblait bordélique après 14 mois d’inactivité en Afrique. Mais tout ceci pouvait étre trompeur.

Toutes les 15 jours depuis que l’avion était arrivé la première fois, les ingénieurs angolais avaient mis les moteurs en marche. Le générateur auxiliaire de bord était mis en fonction et ils avaient fait tourner les systèmes hydrauliques et électriques. Ils avaient utilisé une barre de remorquage pour faire rouler l’avion vers l’arrière, vers l’avant et ils suivaient à  pieds pour s’assurer que les pneus n’aient développé aucun aplatissement. La pression des pneus a été maintenue, le plein dans les réservoirs de carburant ont été régulièrement refaits, et le puissant avion de tri-réacteur a été maintenu en plein état opérationnel.

Cependant officiellement, l' »ingénieur de vol » avait été envoyé par les propriétaires américains de l’avion pour vérifier son état à  terre, Padilla ne s’attendait pas à  un ennui. l’équipage s’est tenu avec respect à  distance pendant que Benjamin s’élevait vers le haut des escaliers pour s’envoler, jetant un coup d’oeil brièvement sur les dix réservoirs auxiliaires du carburant 500-gallon en aluminium boulonnés au plancher de la carlingue avant d’entrer dans l’habitacle.

Les réservoirs auxiliaires étaient la partie la plus importante de ce Boeing 727. Adapté par des Africains du sud habilités travaillant pour le groupe de terroriste Sioniste de EL ALqueda, ils ont été conçus pour donner le N84AA et quatre autres avions de sa gamme. Bien que la série des Boeing 727-200 ait normalement un vol maximum de 2.500 milles, ces cinq avions spéciaux seraient capable chacun de voler 4.750 milles en vitesse économique de croisière. Comme si pour souligner ce point, N84AA avait pris 94.000 # [ environ 14.000 gallons ] de carburant du Jet A1 le jour d’avant.

Avec le générateur auxiliaire de bord, Benjamin Padilla a démarré les trois moteurs principaux de Pratt et de Whitney JT8D-1 et puis à  libéré les freins. Officiellement il nota à  la tour de contrôle de Luanda pour le « taxi tests », N84AA à  lentement roulé hors de son emplacement et a tourné au sud sur la piste de l’aéroport. Benjamin a légèrement augmenté la vitesse à  l’extrémité de la piste principale, qui était commodément dégagée de l’autre avion. Sans prendre la peine de s’arréter, il a glissé les commandes de puissance entièrement vers l’avant dès que le Boeing est entré sur la piste, et les trois Pratt et Whitneys sont entrés en focntion avec un hurlement sourd.

Quand N84AA avait décollé de la piste, Benjamin a rétracté le train d’atterrissage mais a maintenu le nez vers le bas. De source angolaise officielle sur le Boeing 727, il avait été volé par une personne ou un groupe de personnes inconnues, et le pilote n’a eu aucune intention de donner sa position et son parcours à  quelqu’un autrement que par erreur. En tournant vers l’Ouest, en gardant l’avion en dessous des 1.000 pieds, Benjamin vola 100 milles au dessus de l’Océan Atlantique Sud avant de tourner vers le nord, s’élever en altitude et finir sa course sur une piste d’atterrissage militaire hors d’usage dans la Guinée équatoriale.

!cid_004401c46fb5$c86459c0$14b24252@pbncomputer

 

Benjamin Padilla n’était pas un criminel, mais en travaillant dans les drogues plutôt que dans l’aviation commercial, il était considéré comme une « mule », c.-à -d. fortement payés mais entièrement disponible parce qu’il n’a aucune vraie idée de qui étaient les patrons réels. Benjamin pensait qu’il récupérait un avion volé et le livrait aux nouveaux propriétaires, mais c’est tout qu’il a su. Après le débarquement dans la République de la Guinée, Padilla a été détourné pendant un moment, puis payé et permis de continuer son chemin sans soupçons et sans entrave.

Comme chaque lecteur sait, une organisation avec les ressources aussi importantes que AL Qaïeda à  New York et à  Tel Aviv, ils n’avait aucun besoin de voler leur propre avion d’un aéroport africain dans les bois où elle pouvait facilement payer un Boeing 727, ce qui nous apporte un motif pour cette phase de l’opération. En premier lieu, Benjamin Padilla était simplement un porteur qui ne pouvait probablement pas compromettre une future opération s’il venait à  étre attrapé, parce qu’il ne savait rien du tout à  propos de l’affaire. Ainsi les vrais patrons étaient assurés de leur anonymat, et l’opération demeurerait sécurisée.

Puis dans un délai de 24 heures ce vieux Boeing 727 disparaissait à  partir d’un aéroport africain obscur dans lequel presque personne n’avait entendu parler, les médias occidentaux ont commencé à  spéculer sur l’avion, qu’il pouvait avoir été volé par des ‘terroristes ‘, et en particulier par des terroristes d’Al Qaëda pour l’usage de cibles occidentales dans une ré exécution possible du 9-11. Apparemment cette couverture accidentelle massive des médias était une pure relation non publique. En effet, N84AA serait lié à  des terroristes musulmans projetant prétendument d’attaquer l’Amérique.

En réalité, Le El Al’eda avait toujours l’intention d’employer N84AA et quatre autres Boeing 727 pour attaquer les cibles civiles des ETATS-UNIS sur la côte Est américaine, mais d’abord, il dû augmenter le profil « musulman » évident de N84AA. En outre, AL Quaeda a dû installer des systèmes de télécommande NASA-Dryden dans chacun des cinq avions. Quand ces avions devraient finalement s’approcher de la côte Est américaine à  basse altitude avec leurs charges de guerre, leurs « pilotes » s’assiéraient confortablement à  bord d’un avion de ligne à  longue portée adapté par Al Quaeda, 600 milles en mer, contrôlant facilement chaque avion avec les télécommandes et les écrans de télévision.

Boeing 707 télécommandé avec Dryden étant délibérément posé et accidenté dans le lit à  sec du lac Rogers en 1984.

!cid_004501c46fb5$c86459c0$14b24252@pbncomputerPour comprendre la pleine importance de la menace que fait face actuellement l’Amérique, il est essentiel de comprendre la technologie employée pour piloter à  distance de grands avions multi-moteur comme le Boeing 707 et 727, particulièrement dans le contexte de la fausse frappe prévue « par Al Qaeda » sur le littoral oriental américain. Dryden fait partie d’un groupe fortement réservé qui inclut également la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) et Boeing aviation. Opérant dans un environnement Top Secret, ce groupe était responsable du contre système sophistiqué de détournement de « Home Rune » développé vers la fin des années 70, conçues pour permettre aux autorités américaines de dépasser le directeur de vol sur tous les modèles de Boeing 757 et 767, afin de récupérer à  distance l’avion détourné pour un atterrissage sûr à  un aéroport ami.

Aux étapes préliminaires de développement il n’y avait aucun Boeing 757 ou 767 déjà  en existence, et quoi qu’il arrive le groupe n’aurait pas été disposé à  sacrifier un avion de centaines de millions de dollars, dans un essai destructif dans le lac Bed. Donc tous les premiers essais ont été effectués sur un vieux avion sacrificatoire comprenant des « light drone » , des cadres d’avions, et finalement deux avions de ligne normaux type Boeing 707, dont un a été filmé sous la couverture technique d’un exercice de sûreté. Le film de celui ci et de son crash télécommandé à  distance d’un Boeing 707 est montré ci-dessous.

Le groupe de Dryden/DARPA/Boeing a toujours fortement préservé le sujet de ses autres activités aussi bien; des activités qui ont inclus la restauration secrète d’un « Concorde » vieillissant russe pour des raisons non informelles, bien que qu’on soupçonne que les 96 thermocouples installés sur son aile gauche aient été saboté concernant la zone de l’aile en feu sur le Concorde 4950 du 25 Juillet 2000, qui a détruit l’avion et a presque réussi à  assassiner le Président Jacques Chirac de France, quand arriva son avion sur la piste de gauche de son Boeing présidentiel 747. Les services secrets français et russes ont tous les deux été convaincues que l’Amérique a joué un rôle direct dans cette terrible atrocité, mais ont manqué de très sérieuses preuves requises pour le prouver.

Il serait peu raisonnable de supposer que le mythique « Al Qaeda » pourrait obtenir le système sophistiqué digital Top Secret « Home Run », et aussi parce que ce système numérique serait inutile sur le vieil avion analogue au Boeing 727, le dernier système de Dryden a été choisi pour l’opération. Plusieurs systèmes de télécommande de Dryden avaient été déjà  donnés à  l’état juif par les contribuables américains inconscients, et ceux-ci ont été adaptés et seraient en service sur l’avion d’attaque par des techniciens d’Israël en Afrique occidentale du nord.


Dryden : le vol télécommandé
!cid_004801c46fb5$c86459c0$14b24252@pbncomputerhttp://joevialls.altermedia.info/films/rogerslake.wmv

Reprendre l’avion pour « Al Qaeda » de vieux Boeing 727 en Afrique occidentale était d’importance primordiale pour Al Quaeda. Avant que les Sionistes aient finis, leur intention était que le cerveau de cette organisation impliquant ces avions de ligne à  des terroristes musulmans qui « détestent l’Amérique ». Pour commencer, le 28 juin 2003, des médias occidentaux ont soudainement déclaré que N84AA avait été repéré à  Conakry (République de Guinée), repeint avec l’enregistrement 3XGOM de Guinée :

En outre, il devenait évident que le dernier numéro d’enregistrement sur la queue du jet était N84AA. Avant d’ étre repéré à  l’aéroport international de Gbessia, l’avion volé utilisé l’aéroport militaire situé à  peu de kilomètres de l’aéroport international.

 

http://joevialls.altermedia.info/films/rogerslake.rm

!cid_004901c46fb5$c86459c0$14b24252@pbncomputerPersonne ne sait avec certitude combien de temps le Boeing 727 est resté à  Conakry avant sa disparition de l’aéroport international de Luanda avant d’étre repéré. Aujourd’hui, la seule organisation terroriste avec un outil aussi puissant pour imaginer un tel vol aussi important est Al Qaeda. Beaucoup sont suspects à  Conakry : l’union libanaise des commerçants a des liens économiques forts avec des organismes religieux divers qui sont basés au Liban tel que le Hamas, le Jihad islamique, le Hezbollah et beaucoup d’autres groupes minuscules de fondamentalismes. Le Mafia ‘Cosa Nostra autour du Général Lansana Conte et au delà  de n’importe quel doute a pu volé ce jet, la plupart du temps probablement pour une entreprise criminelle telle que la drogue, faire de la contrebande d’armes ou le terrorisme. » La réussite d’un tel acte ne peut étre que la vengeance. Combien de terroristes trempent ils dans cette organisation professionnelle ? En considérant particulièrement cela, « la conduite d’Al Qaeda manoeuvrant l’avion, qui transporte des « aides » illégales au Libéria par l’intermédiaire de l’aéroport de N’Zérékoré dans la partie orientale de Guinée achetant des diamants et or des rebelles libériens. » N’importe qui avec une carte pourra voir que le vol de Conakry vers Beyrouth touche la frontière israélienne, démontre que n’importe quel des cinquante combattants positionnés des F15 Américain pouvaient frapper cet avion imprudent d’Al Qaeda. Ils ne pouvaient pas le faire aussi facilement. 3XGOM a été remis aux pilotes israéliens, parce que l’avion était piloté par des pilotes israéliens de lignes aériennes d’El Al. En fait, 3XGOM est un des cinq avions totalement différents du Boeing 727 peint dans des couleurs identiques de cinq bandes qui ne sont plus utilisées par les différentes armées en Afrique occidentale du nord.

Des systèmes analogues de télécommande de vol exigent beaucoup d’attention par de vrais équipages avant d’étre mis dans le cockpit, et chacun des cinq avions était ou est toujours programmé pour faire douze voyages au minimum aller retour Conakry à  Beyrouth. Tous les vols sont complètement automatiques et commandés par un avion de chasse, mais les pilotes israéliens en phase d’essai sont à  bord et encore capables de prendre les commandes en cas d’urgence, et, si nécessaire, ils peuvent affiner l’air à  bord des systèmes pour assortir le calibrage de l’avion de chasse. S’il y avait eu un doute que ces avions attaquent les USA, ce doute a disparu, depuis le 6 juillet 2004.

L’Iran a finalement manqué de patience avec les croisés ‘chrétiens’ qui le poursuivent sur son arrière, et a fait une mise en demeure il y a quelques jours à  l’Amérique et à  Israël que leurs jours dans la région du Moyen-Orient sont comptés. Dans une menace à  peine voilée qu’il pourrait bientôt utiliser les missiles de croisière thermonucléaires russes imparables d’un « coup de soleil » contre les envahisseurs. « Kayhan » de l’Iran a dit ceci : est-ce que l’Orient islamique est devenu un piège volatil et cahotique, et au loin avec la plus grande simplicité, il y aura beaucoup de futures victimes ? En effet, les 80 années de la Maison Blanche de la règle exclusive sont susceptibles de devenir les 80 secondes d’enfer qui brûleront jusqu’aux cendres tout qui a été construit. « aujourd’hui nous avons en possession des missiles intelligents à  longue portée qui peuvent atteindre plusieurs des intéréts Américains et du pays sioniste dans notre région. Ainsi, si les ennemis montrent de la stupidité et font une éventuelle erreur vers l’Iran, l’Iran emploiera certainement tous les moyens et toutes ses possibilités à  sa disposition. » Ainsi le Cabal sioniste sait trop bien qu’il vit déjà  ses dernières heures. Quatre-vingts secondes s’avère étre le temps exact requis pour un événement nucléaire afin de vitrifier complètement Tel Aviv et Haïfa. La seule manière de recruter des Américains à  la cause diminuante du sionisme est à  d’abord de sacrifier quelques milliers d’entre eux dans des circonstances épouvantables sur le littoral oriental de l’Amérique. Puis, et seulement puis, parmi le choc et l’horreur terrifiante pourraient convaincre les américains en général que le vrai ennemi est El AL’eda plutôt que Al Qaeda.
Traduction par les outils linguistiques de http://www.google.fr/ arrangé par Kiser et Fred

Source :http://joevialls.altermedia.info/myahudi/antichrist.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *