La pollution issue du pétrole

La combustion du pétrole telle que nous la connaissons actuellement pose de graves problèmes d’environnement, car elle rejette dans l’atmosphère, en grande quantité, des produits nocifs pour l’écosystème et pour la planète. Les capacités d’absorption de la planète sont dépassées depuis le début des années 90 et les derniers dérèglements, certains parlent d’aberrations climatiques, témoignent du malaise de notre planète. (Econologie)

Alors que certains scientifiques nous mettent en garde d’une possible réaction très soudaine du climat dans les années à  venir, voilà  ce qui continue d’être fait et voici ici les effets sur l’Homme. Le plus grand fléau du XXème siècle, j’ai nommé le Pétrole…

Certains scientifiques, en minorité, formulent des explications « cycliques  » ou extérieures; ceci alors que le lien entre les polluants et effet de serre est clairement établit. Même si celui entre catastrophes naturelles et effet de serre reste encore à  prouver, le bon sens suffit pour voir que l’équilibre favorable à  la vie (extrêmement rare dans l’Univers) de notre planète se dérègle dangereusement.

Aujourd’hui c’est tout cet équilibre mondial qui est menacé par les énergies fossiles polluantes qui rejettent dans l’atmosphère les produits que la terre avait absorbé pendant des millions d’années. En effet, les énergies fossiles constituent la réserve naturelle de carbone enfouie dans le sol, et à  ce titre, c’est la mémoire carbonique de la terre. Il aura fallu 400 Millions d’années à  la Terre pour créer ces réserves pétrolifères et moins de 200 ans à  l’homme pour les épuiser, c’est à  dire instantanément à  l’échelle géologique.

Ces rejets gazeux polluent directement l’homme qui les respire et indirectement la planète; avec, dans les 2 cas, des conséquences gravissimes déjà  perceptibles et dont l’importance ne peut, malheureusement, qu’empirer vu l’évolution actuelle. Ceci avec des coûts médico-sociaux induits considérables. Dans le cas de la France, ces coûts s’élèveront à  des milliers de fois les crédits alloués à  la dépollution et la recherche en énergie nouvelle.

Pollution directe

Conséquences directes des polluants issus de la combustion des énergies fossiles sur l’homme  .

Pollution indirecte : l’effet de serre.

Inondations recouvrant des régions entières, tempêtes particulièrement violentes, températures jouant au yoyo ! Voici trois exemples du dérèglement climatique perceptibles en France. Notre planète est malade et elle nous le montre. En effet, l’effet de serre, gravement accentué par l’activité humaine liée à  la combustion d’énergies fossiles, a de graves conséquences sur le climat planétaire. On constate que la température moyenne de l’air au niveau du sol a augmenté de 0,6°C environ depuis le début du siècle, et que les records de chaleur (enregistrés par l’homme) sont tous concentrés dans les dernières années. Les analyses historiques de la température montrent une hausse brutale de la T° moyenne à partir des années 1850, soit quelques décennies après le début de la 1ère révolution industrielle et la combustion massive de charbon.

En regardant précisément les dernières années, il est difficile de croire que le XXI ème siècle ne connaitra qu’une hausse de 1.5° à  2.5°. Les températures semblent s’emballer depuis 10 ans.

En rejetant dans l’atmosphère les polluants définis plus haut, l’homme ne fait pas que se détruire lui même, il bouleverserait l’équilibre naturel de régions, puis à  encore plus grande échelle, de la Terre toute entière. La principale conséquence est l’effet de serre qui se traduit par une augmentation trés brutale, à  l’échelle géologique, des températures.

Les principales conséquences (catastrophes) climatiques de l’augmentation des températures moyennes (effet de serre et activités humaines) sur la planète seraient :

  • de nombreuses tempêtes, exceptionnelles par leur intensité ou leur fréquences (phénomènes méconnus comme « el niño » et « la niña »)
  • des innondations (ou sécheresses): fréquentes en France. Plus de 600 morts en Algérie en Novembre 2001.

-fontes des glaces: au rythme d’augmentation actuel des températures, 95% de la masse des glaciers alpins aura fondu en 2100 (92% de la masse du glacier du Mont Kenya a déjà  disparu). Pour la première fois (Eté 2000) on a observé de l’eau liquide au pà´le Nord.

  • Abérations météorologiques : périodes pluvieuses en été et vagues de chaleur au printemps, températures jouant au yoyo…
  • Baisse des durées d’enneigement… (avec les conséquences touristiques que cela induit, dans les vosges par exemple, la neige est absente depuis 10 ans)

-Ou au contraire durée d’enneigement considérablement augmentées par le dérèglement des courants marins, en particulier du Gulf Stream. S’il n’existait plus il y aurait une période de 4 à  6 mois par an d’eneigement sur l’Europe jusqu’en Grèce. Et au contraire, une grâve élévation des température en Amérique (New York qui est pourtant à  la lattitude de l’Espagne connait depuis toujours de longues périodes d’eneigemment)

  • propagation des maladies tropicales dans les pays tempérés
  • disparition de nombreuses espèces, sensibles aux températures (insectes) mais surtout dont l’écosystème ou la chaîne alimentaire est menacée par les changements climatiques

  • élévation du niveau des océans, plus par la dilatation de l’eau des océans que la fonte des glaces terrestre ou polaires

  • à  terme 92 Millions d’humains potentiellement victimes d’une élévation de 50 cm du niveau des océans. (Chaîne alimentaire rompue, delta inondés..); imaginez ce nombre pour 2 ou 3 mètres d’élévation

Cette liste n’est pas exhaustive et certainnes conséquences de l’effet de serre sont encore inconnues. Quoiqu’il en soit les coûts humain et financier seront gigantesques.

Avec l’aimable autorisation de l’association éconologie de Dearcham sur Veritas.

Source :

http://web.archive.org/web/20040129071557/http://www.econologie.com:80/pollution.htm
http://www.econologie.com/index.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *