La Pyramide de Bimini

Pourrait-il y avoir une pyramide de cristal dans les eaux au large de Bimini, qui serait l’un des vestiges de la civilisation perdue de l’Atlantide? La question pourrait être purement théorique, mais la question est des plus pratiques et des plus pertinentes: il existe un témoin oculaire, dont l’affirmation n’a jamais été démentie…et un objet.
L’histoire débute en 1970, lorsque le Dr. Ray Brown, un naturopathe de Mesa, Arizona, fait de la plongée à proximité des Bahamas, à vingt km d’un lieu connu sous le nom : « La Langue de l’Océan ». Brown et son groupe recherchaient des trésors, laissés à bord de galions espagnols coulés plusieurs siècles auparavant, qui gisent épars sur mes fonds océaniques. Une Tempête venait de frapper la zone et elle avait remué les fonds, ce qui signifiait que de nouveaux butins étaient susceptibles d’être découvert car le sable avait été dispersé et pouvait avoir exposé des portions de ces galions. Apparemment, la tempête avait jeté par-dessus bord des équipements et des biens de l’équipe, dont un appareil photo, ce qui explique que nous ayons seulement un récit et pas de photographie pour l’étayer.

Brown raconte qu’au cours de la plongée, il fut séparé de ses quatre compagnons de plongée. En essayant de les rejoindre, il remarqua une forme pyramidale en dessous de lui. Au cours d’une interview télévisée, pour la série « A la recherche de », Brown déclara que « nous avons trouvé des ruines et des constructions partout » ajoutant que « les bâtiments avaient un aspect égyptien ou classique. »

Il a calculé que la pyramide faisait 22 brasses à la base et qu’elle atteignait les 37 mètres de haut, bien que certaines parties soient cachées par les fonds marins. Il déclara que les joints entre les blocs des constructions étaient presque indiscernables, attestant ainsi de la bonne préservation de la structure et de la qualité de la construction. Il a écrit que la pierre angulaire ressemblait à du lapis-lazuli, un bleu intense et magnifique.

Mais plus important encore, Brown découvrit une entrée dans la pyramide, qu’il suivit pour arriver dans une petite pièce rectangulaire au plafond de forme pyramidal. Bien que Brown n’ait pas de lampe torche, il y avait cependant suffisamment de lumière à l’intérieur. Il décrivit une pièce qui n’avait ni algues ni autres matériaux attachés aux murs brillants. Mais ce ne sont pas les murs qui attirèrent son attention. Une tige métallique, de 7cm de diamètre, pendait de l’apex du plafond, à son extrémité il y avait une gemme à multiples facettes. En dessous, sur le sol, il y avait une pierre sculptée surmontée d’une pierre plate, qui supportait deux mains de bronze. Entre les deux mains, il y avait une sphère de cristal que Brown décida d’emporter. Avant, il essaya de déloger la tige métallique du plafond, mais il n’y réussit pas. Brown raconte qu’avant de quitter la structure, il entendit une voix l’avertissant de ne jamais revenir.

Une variante de la découverte apparue dans « Prepare for the Landings », où les auteurs Michaeel et Aurora Ellegion racontent qu’ils sont devenus amis de Brown dans les années 80 et qu’il révéla que la découverte avait été faite en 1968 et non en 1970. Qu’il était sur l’un des navires du célèbre plongeur français Jacques Cousteau. Que le site n’était pas au large des Bahamas, mais à 160 km à l’ouest vers Bimini sud. Mais en dépit, des circonstances et des localisations variées, tous les autres détails au sujet de la pyramide, et de ce qui s’est passé à l’intérieur sont identiques aux récits que Brown a constamment raconté au public. Lorsque le chercheur Greg Little enquêta au près de la Fondation Cousteau, il apprit que Brown n’avait jamais pris part à une expédition Cousteau. Mais, comme indiqué, à la télévision et au cours d’autres interviews, Brown a constamment indiqué qu’il avait fait la découverte en 1970, et non en 1968, et le fait que certains raconte son histoire différemment, des années après sa mort, n’est pas de la faute de Brown.
Les trésors extraordinaires ne demandent pas que des preuves extraordinaires, ils provoquent aussi d’extraordinaires émotions chez l’inventeur. Dans le cas de Brown, il a dit qu’il y avait de la peur. Peur que le gouvernement, qu’il soit local ou américain, ne lui confisque le cristal s’il le montrait au public. Mais vers 1975, il semble que l’importance de la découverte, et l’importance de la rendre public l’ait emporté sur la peur. Pourtant, il ne montrera la sphère de cristal qu’une demi-douzaine de fois, mais à chaque fois se fut…se fut riche en évènement, d’étranges activités y furent associées. Puis moins d’une décennie après avoir rendu public sa découverte, Brown disparut de la scène, emportant sa sphère avec lui. L’histoire resta et devint un récit souvent répété de la preuve d’une civilisation disparue, mais rien de plus.

Une partie du problème, et le problème de Brown, est que, même s’il y a un objet, nous n’avons que la parole de Brown. Il n’y a pas de photos de la pyramide, car Brown plongeait sans appareil photo. Personne n’a par la suite pu localiser le site, trouver les structures que Brown affirme avoir découvert. La sphère est remarquable, mais ce « n’est qu’une » sphère de cristal, sans pouvoir irréfutables qui convaincrait tout le monde que nous sommes en présence de l’un des plus importants artefacts antiques de la planète. Lors de son entretien avec Berlitz, Brown raconta que « Je ne suis pas la seule personne à avoir vu les ruines, d’autres les ont vues des airs et disent qu’elles ont 8 kilomètres de large et plus que ça en longueur. » Mais le problème est que si c’est vrai, aucun de ces témoins n’a été enregistrés n’en a parlé. Brown est un homme avec un artefact, et un récit des plus intéressants, un récit non corroboré. Cela veut dire, en dernière analyse, que la question posée est : est-il crédible ?

Puis le Dr. Brown disparut de la scène. Il mourut au début des années 90, et l’histoire du cristal fut mentionnée par quelques uns mais fut largement considérée comme une de ces histoires sans preuve car le destin de la sphère de cristal demeure inconnue.

Mais il y a quelques années, le cristal, aujourd’hui surnommé « l’Orbe d’Atlantis », refit surface dans les mains d’Arthur Fanning, un habitant de Sedona (Arizona) qui fait référence à l’objet comme « L’Œil de Dieu ». J’ai rencontré Arthur Fanning à Amsterdam, début novembre 2009, lorsqu’il fut invité à une conférence au Frontier Symposium 2009. Je pus voir la sphère en privé et passer un peu de temps avec le nouveau propriétaire. Arthur est venu sur Terre relaxé, pourtant il emporte la sphère partout avec lui, la gardant dans une poche de sa ceinture, conçue à cet effet. Il laisse les gens la regarder et l’entourer, invitant même les presque 500 participants d’une conférence à venir sur scène pour voir la sphère par eux-mêmes.

Lorsque je l’ai contacté pour vérifier certains détails sur la manière dont il était entré en possession de la sphère, Fanning dit qu’il avait personnellement connu Brown. Après une séance de channelling de Fanning, « il m’a invité dans la maison d’un ami pour me montrer la sphère en privé. Avant que Ray ne meure, DJ reçut la sphère. Il la garda pendant une semaine, mais l’énergie était trop intense et il me la donna. Il dit qu’il avait été guidé. » Fanning hérita d’une peinture que Ray avait commandé, et représentait la sphère à l’intérieur de la pyramide entre les deux mains qui la supportaient ainsi que la tige dorée qui descendait du plafond, qui avait une facette rouge au-dessus de la sphère.

Il ne fait aucun doute que la sphère de Fanning est bien celle de Brown, mais après avoir reçu l’objet il est clair, qu’il a fallu quelque temps à Fanning pour qu’il se décide à le montrer. Comme Brown, obtenir l’attention massive du public n’est pas son désir, bien qu’une fois qu’il a de l’audience, il permette à chacun de la voir, suivant le modus operandi de Brown. A chaque présentation, Fanning offre à chacun l’opportunité de vérifier les intéressantes caractéristiques du cristal de Brown : lorsqu’il est mis dans une position spécifique, trois objets en forme de pyramide apparaissent au centre du cristal. Avec un autre angle de vue, on dit qu’un œil humain se montre.

Lors des exhibitions de l’objet par Brown puis par Fanning, il y a des interprétations et spéculations sur la signification de ceci. Une association avec l’Atlantide est facilement esquissée, car il a été découvert dans une pyramide engloutie. Des expériences avec des aiguilles de boussole révèlent aussi que lorsque l’aiguille est proche de l’orbe, elle tourne à l’inverse des aiguilles d’une montre, mais si on la déplace de 5 cm de la sphère, elle tourne dans le sens des aiguilles d’une montre. Dans « A la Recherche de», Brown a montré que la sphère rejetait magnétiquement les objets, démontrant que la sphere n’était certainement pas un objet qu’il avait acheté dans une galerie marchande.

Lorsqu’elle fut mise en présence de la sphère, le medium Elizabeth Bacon pensa qu’il avait appartenu à Thot et que cet objet était d’une certaine manière associé aux Table d’Emeraude, bien que n’étant objectivement pas une Table d’Emeraude, on voit qu’il s’agit d’une sphère de cristal.

La route de Bimini

Se pourrait-il que le cristal de Brown soit un reste de l’Atlantide? Est-ce que la pyramide dans laquelle il l’a découvert est aussi un reste de l’Atlantide ? Le fait que l’histoire de Brown implique une pyramide engloutie au large de la côte de Bimini pose son histoire dans le royaume du médium américain Edgar Cayce,qui proclamait que la preuve de l’Atlantide serait découverte après 1968 au large de Bimini. Est-ce que l’histoire de Brown est l’accomplissement de cette prophétie, malgré le peu de résultat des prédictions de Cayce ?

Et que penser de Brown? Il ne l’a clairement pas fait pour l’argent. Mais souvent, les farceurs sont motivés par la célébrité, et dans l’affirmative, Brown a attaint son objectif. Il n’y a pas de photos. Il n’y a pas de témoins pour corroborer son récit. La question centrale reste donc : peut on faire confiance à Brown ?

Greg Little raconte qu’après une apparition dans une emission radio sur Coast to Coast dans laquelle il a abordé le sujet de la sphère de Brown, il reçut une email d’un homme agé qui déclara avoir été un ami d’enfance de Brown. Après avoir échangé quelques mail, il raconta que Brown lui avait confié que toute l’histoire était un canular que Brown avait concocté pour profiter de la controverse qui avait éclatée dans les média suite à la découverte en 1968 de la Route de Bimini.

Little ajoute qu’il n’y a pas de preuve pour soutenir l’affirmation que son contact connaissait Brown ou qu’il disait la vérité. Cependant, si Brown voulait entrer dans la controverse de la Route de Bimini comme preuve de l’Atlantide, il a attendu longtemps, sept ans, avant de commencer à montrer le cristal. S’il avait lancé dès 1970 son histoire, cela aurait paru logique. Mais avec le début de la saga Brown en 1975, il est clair que si c’est un canular, c’était une campagne en solo. De plus, Brown, lui-même, ne fait pas beaucoup de référence à Cayce, à la route de Bimini et autres mots à la mode qui aurait rendu son histoire plus sensationnelle et plus célèbre.

Certains de ceux qui ont étudié l’histoire, comme Greg Little, ont conclu qu’il s’agissait probablement d’un canular et ils ont désigné le point de faible de l’histoire : aucun des quatre autres plongeurs ne s’est jamais manifesté. Mais il existe une explication parfaitement normal à ceci, que Little ne semble pas avoir saisie. Quand Brown raconte l’histoire de base de la voix qu’il a entendu : « Vous avez ce pour quoi vous êtes venu. Maintenant partez et ne revenez pas », il extrapole que les autres plongeurs ont entendu la même voix, bien qu’ils ne soient pas à l’intérieur de la pyramide. Apparemment avertis que Brown a trouvé quelque chose mais pas eux, ils décident de revenir mais se noient au cours de cette plongée. La possibilité que les autres plongeurs soient morts explique bien sûr pourquoi aucun d’entre eux ne s’est manifesté. Cela pourrait aussi expliquer pourquoi Brown aurait attendu cinq ans avant de rendre public son histoire et cela pourrait être également la raison pour laquelle, si nous acceptons que la version d’Ellegion est juste sur certains points, Brown décida de changer la localisation de l’endroit où cela était précisément arrivé. En fait on pourrait même arguer que comme il avait été averti de ne pas revenir et que ceux qui l’avait fait était morts, il était prudent de ne pas donner une localisation précise sachant que les futurs plongeurs, même s’ils se contentaient de vouloir vérifier le récit de Brown pouvaient rencontrer un destin similaire. Bien sûr, d’un point de vue sceptique, l’idée que quatre personnes soient mortes et que Brown reste le seul témoin oculaire est la circonstance parfaite s’il s’agissait d’un canular. Mais un canular nécessite une motivation et l’un des dénominateurs clé de toute la saga de Brown et de la Sphère de Cristal est que personne n’a considéré Brown comme un escroc ou un farceur et que la manière dont il s’y est pris est clairement celle d’un homme qui possède un objet authentique et pas celle d’une personne qui sait avoir créé le canular parfait et qui va l’exploiter à fond.

Donc avec Brown, tout ce que nous avons aujourd’hui est une sphere, un objet muet, sauf pour ceux qui peuvent s’y connecter psychiquement, qui a des capacités anormales, mais que aurait besoin d’être testé plus avant dans le futur proche. Si oui, alors la Sphère de Cristal de Brown pourrait être classée parmi les artefacts anormaux réellement incroyables qui remettent en cause le paradigme actuel de ce à quoi ressemblait le passé de l’humanité. En fixant son intérieur, lorsqu’on voit trois pyramides, voyons nous aussi ce futur pour cet objet ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *