Le lait: le poison blanc

Le pus, le sang, les antibiotiques, et les substances cancérigènes présentes dans le lait, la fatigue chronique, l’anémie, l’asthme et les troubles auto-immunes causées par la consommation de lait font qu’il n’est pas bon pour le corps.

Lait: le poison blanc
Lait: le poison blanc

Vous prenez du lait? Si non, vous pouvez remercier votre bonne étoile. Parce que si vous le faites, la recherche médicale montre que vous êtes susceptible d’être en proie à l’anémie, à des migraines, à des ballonnements, à des gaz, à de l’indigestion, à de l’asthme, au cancer de la prostate, et à une foule d’allergies potentiellement mortelles – surtout si vous êtes une personne de couleur.

Ignorant cela, le gouvernement déclare que le lait est essentiel à une bonne santé, et il subventionne l’industrie du lait à hauteur de milliards de dollars, et il exige du lait dans ses programmes de repas scolaires publics. Et des célébrités collabos aux moustaches de lait nous disent que le lait est riche en protéines, en calcium et en vitamines – et très cool pour démarrer la journée.

Ils oublient de vous parler des dangers de ce verre de blanc apparemment inoffensif. autrefois critiqué par les naturopathes et les végétaliens,  les effets sur la santé du lait sont maintenant décriés par de nombreux médecins traditionnels. La moustache de lait prétendument à la mode est en fait une couche de crème de mucus, des bactéries vivantes, et de pus.

L’ancien maître de conférence en pédiatrie de l’Université Johns Hopkins, Frank Oski, MD a même écrit un livre intitulé Ne buvez pas votre lait » qui accuse le lait commercial aux hormones de tous les maux dont souffre votre enfant. Soixante pour cent des infections de l’oreille chez les enfants de moins de six ans sont induites lait, et la consommation de lait est la cause numéro un de l’anémie ferriprive chez les nourrissons aujourd’hui, selon l’Association américaine de pédiatrie.

Mais le lait est aussi une question raciale. Près de 90 pour cent des Afro-Américains et la plupart des Latinos, des Asiatiques et des Européens du Sud manquent des gènes nécessaires à la digestion du lactose, le sucre primaire du lait. La réponse de l’industrie laitière est classique: ils ont lancé de nouvelles campagnes en faisant valoir que les non-blancs pouvaient digérer le lait s’ils le prenaient à petites gorgées tout au long de la journée. Il y a une industrie en plein essors faisant 450 millions $ par an en barattant des produits conçus pour minimiser l’intolérance au lactose.

L’intolérance au lactose est « l’allergie alimentaire, » la plus commune, mais l’appeler une allergie est prendre une vue « blanc-centrique » qui banalise le fait que la plupart des habitants de la planète ne sont pas biologiquement conçu pour digérer le lait.

Le lait n’est pas bon pour le corps, mais pour la grande majorité des habitants de la planète – les personnes de couleur – c’est une catastrophe de santé publique.

Aucun autre animal ne boit le lait de vache, pas même les veaux une fois qu’ils sont sevrés. Le regretté Dr Benjamin Spock, la principale autorité des Etats-Unis pour  les soins de l’enfant, a dénoncé l’alimentation « colle de vache » pour les enfants, en disant qu’il pouvait causer de l’anémie, des allergies et du diabète et, à long terme, rendre les enfants obèse et des maladies cardiaques, et nombre de causes premières de décès dans ce pays.

La plupart des protéines tant vantée du lait sont contenues dans la caséine – qui est aussi une matière première pour la colle commerciale. Non digérée, elle colle tout simplement aux parois intestinales et bloque l’absorption des nutriments.

Les grands médias et le gouvernement ignorent les études médicales montrant que le lait est une menace grave pour la santé, en partie parce que les gens de couleur en sont les principales victimes. L’institutionnalisation du racisme est mis en évidence par la déclaration de la porte-parole du Département américain de l’Agriculture Eilene Kennedy sur le lait, que la pyramide alimentaire préconisée par le gouvernement est destiné à « la majorité des Américains ». Ca ne parle pas à tous les Américains.

L’USDA continue d’exiger que les programmes de repas scolaires incluent du lait à chaque repas, et recommande que nous glougloutions du lait pour le calcium, même si les études de Harvard montrent une augmentation de l’ostéoporose et des ruptures d’os chez les personnes qui consomment du lait. Il dit que nous devrions boire du lait pour prévenir les maladies du cœur (et c’est repris par Larry King), même si les gras saturés constitue 55 pour cent des solides du lait.

Le lobby laitier ment pour assurer ses profits. Il bénéficie directement des prix de soutien exagérées du gouvernement pour cette «aliments santé». Le gouvernement verse plus d’un milliard de dollars par an pour les excédents de beurre. Une étude du General Accounting Office (GAO) a conclu que la réduction du système de soutien des prix du gouvernement aurait fait faire aux consommateurs une économie nette de 10,4 milliards $ entre 1986 à 2001. Et l’USDA paie des prix gonflés pour acheter des produits laitiers aussi bien aux femmes pour les nourrissons et les enfants (WIC) et les programmes fédéraux de repas à l’école – traient les contribuables et effectivement les amènent à payer pour l’empoisonnement de 26 millions d’enfants en âge scolaire.

Le lobby du lait a scié son chemin dans les hautes sphères du pouvoir. Des membres du personnel sous Richard Nixon ont été inculpés pour avoir accepté 300 000 $ du lobby laitier pour que le fait fasse partie du programme de repas scolaires.

Le Dr Robert Cohen, du Dairy Education Board, une organisation à but non lucratif dédiée à dénoncer le lobby du lait, soutient que les spectaculaires 52 pour cent de hausse de mortalité par l’asthme chez les enfants des minorités à New York a coïncidé avec le surplus de lait, de fromage et de beurre qui leur est injecté dans les repas scolaires gratuit et les petits déjeuners bradés des programmes de l’USDA. L’incidence du décès par asthme est peut-être encore plus élevé, car l’asthme n’est pas une maladie à déclaration obligatoire, et les décès à cause de l’asthme sont parfois certifié comme étant des maladies cardiovasculaires.

Il y a aussi un lien direct entre la consommation de lait et le cancer de la prostate chez les Afro-Américains, qui ont la plus forte incidence de cette maladie dans le monde. Une étude sur le cancer a montré que les hommes qui ont déclaré boire trois verres ou plus de lait entier quotidiennement ont un risque plus élevé de cancer de la prostate que les hommes qui déclarent ne jamais boire de lait entier.

La controversée hormone de croissance bovine (BGH) – interdite dans la plupart des pays – est pompée dans vaches laitières américaines pour augmenter le rendement annuel (50.000 livres de lait par vache aujourd’hui par rapport à 2000 livres en 1959). Le lait des vaches traitées avec la BGH est susceptible de contenir le pus de leurs mamelles puisque l’hormone provoque la mammite, ou infection de la mamelle. La BGH utilise les propriétés d’un produit chimique (IGF-I) favorisant une tumeur qui est impliquée dans une augmentation explosive du cancer du côlon, du muscle lisse et du sein.

Les antibiotiques que les producteurs de lait utilisent pour traiter les infections causées la BGH chez les vaches apparaissent dans leur lait et accélérent grandement la résistance à la plupart des antibiotiques, un état de choses potentiellement mortelle. Le Center for Science in the Public Interest  signale que 38 pour cent des échantillons de lait dans 10 villes ont été contaminés par les sulfamides et autres antibiotiques.

Une riposte commence. Les manifestants ont piqueté la campagne planifiée de promotion du lait du maire de New York Rudolph Giuliani avec une photo du maire portant une moustache de lait avec la légende, « Ai je le cancer de la prostate? » Giuliani (qui, comme son père, a un cancer de la prostate) a arrêté la campagne. Et les médecins du Comité de médecins pour une médecine responsable (PCRM) ont persuadé le maire de Washington, DC Anthony Williams de ne pas déclarer le 11 mai «Journée du chocolat au lait » en présentant des preuves que le lait est nuisible, en particulier aux personnes de couleur.

Le PCRM – composée de certains des plus grands médecins aux Etats-Unis – a fait beaucoup de campagne dans la presse de santé et des consommateurs. Il a mené une action juridique avec succès en 1999 pour que les dérivés des produits laitiers soient optionels dans les lignes directrices fédérales sur les aliments. La campagne a été soutenue par un certain nombre d’organisations et d’éminents leaders des droits civiques, dont le Congressional Black Caucus, la NAACP, Martin Luther King III, Jesse Jackson, Jr., l’association médicale nationale hispanique, et l’ancien chirurgien général Joycelyn Elders.

Le lobby laitier reste chaleureux avec la plupart des praticiens médicaux pour perpétrer sa propagande «boire du lait. Pourtant, pas un des 1.500 documents énumérés en médecine qui parlent lait pointent sa bénignité –  mais évoque le pus, le sang, les antibiotiques, et les substances cancérigènes dans le lait, ou la fatigue chronique, l’anémie, l’asthme et les troubles auto-immunes provoqués par la consommation du lait .

Le temps est venu pour l’industrie laitière de faire face au genre d’examen au quel les compagnies de tabac font face aujourd’hui. Pendant ce temps, jetez le jus de meuh, le poison blanc.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *