Le cancer des Tropiques


Question de mettre un peu de soleil dans cet hiver long et  froid, Véritas jette un regard rapide sur l’histoire de la Polynésie française, sans doute l’endroit le plus paradisiaque du monde si on exclut la présence de Godzilla, le célèbre iguane marin devenu géant à cause des radiations causées par les essais nucléaires français.


Nous allons vous raconter l’histoire de l’atoll de Moruroa, un paradis sur Terre nucléarisé par la folie de destruction des hommes. Des générations de baleines ont vu la mer être illuminée par des explosions brillantes comme des soleils. Les conséquences des explosions ont détruit les coraux, tuées des animaux terrestres et marins en quantité, causées des malformations génétiques chez les humains. La France a fait des essais nucléaire  en négligeant les conséquences de ceux-ci sur la population indigène locale. Nous devons nous poser des questions sur l’état mental des humains qui ont  détruit un paradis pareil pour tester des armes nucléaires.

Une vahine, habitante de Polynésie Française avec une tortue de mer.

L’atoll de Moruroa en Polynésie française, un paradis transformé en enfer nucléaire en 1966.

Le 2 juillet 1966 les Français ont fait leur premier essai nucléaire aérien à Moruroa en Polynésie. Des retombées radioactives ont frappé les archipels habités de la Polynésie française dès ce moment. Tahiti a reçu le 17 juillet 1974 des taux de radioactivité de 7 fois la normale. En tout, 46 essais nucléaires aériens ont eu lieu en Polynésie, le plus puissant étant un essai d’un engin de 2600 kilotonnes (bombe H) à Fangataufa. De 1975 à 1996, on est passé à 146 essais nucléaires souterrains, en général toujours à Moruroa ou Fangataula.
En 1985, des nations ont voulu dénucléariser le Pacifique Sud par le traité de Rarotonga mais la France n’a pas voulu suivre. Cette même année, des commandos de la DGSE (équivalent de la CIA pour la France) ont coulé le navire-amiral de Greepeace, le Rainbow Warrior, venu espionner les essais nucléaires français. Un des membres de l’équipage du navire de l’ONG a alors été tué.
Ces essais nucléaires ont aussi généré comme effet secondaire un activité OVNI importante dans la région. Ce qui m’amène à penser que l’une des tâches des OVNIs serait peut-être le nettoyage des dégâts que l’on cause. Par exemple, les traces de radioactivité des OVNI souvent relevée au sol pourrait être une conséquence de cette activité de nettoyage de radiations et ne pas venir de l’OVNI lui-même… Ce qui expliquerait la présence de ces OVNIs lors d’essais nucléaires ou près de centrales nucléaires ou de mines d’uranium.


La France en 1996 a signé le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires. Les victimes des essais nucléaires de Moruroa ont un site web qui traite de la question, le site Moruroa e tatou qui parle des conséquences des essais nucléaires sur les humains

http://www.moruroaetatou.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *