Le Général Leclerc

arton773Leclerc(Philippe de Hauteclocque, dit). Belloy-Saint-Léonard, 1902-près de Colomb-Béchar, 1947. Maréchal de France rallié à  la France Libre il combattit au Fezzan et en Tunisie de 1940 à  1943. Il débarqua en Normandie en 1944 et entra à  Paris puis à  Strasbourg à  la téte de la 2ème division blindée, qu’il conduisit ensuite jusqu’à  Berchtesgaden. Il commanda les troupes d’Indochine en 1945 puis fut inspecteur des troupes d’Afrique du Nord. Il décéda dans un accident d’avion. Il fut nommé Maréchal à  titre postume par le Général De Gaulle. Et là  commence une polémique sur sa mort plus qu’étrange avec une odeur de complot… Avec Lui la Guerre d’Indochine et d’Algérie auraient pu étre évitées.

Rappel de la 2eme DB de Leclerc :   Sur leur lancée, les « Frenchies » conquièrent le Fezzan à  coup de Raids Eclairs, puis font tomber Tripoli. En 1943, la force L devient la 2ème D.B. Leclerc est promu au grade de général, à  la téte d’une vraie unité constituée de 16.000 hommes, 4000 véhicules dont 160 Sherman M4A2 et M4 A3. Le temps pour le personnel de s’instruire au service de ce matériel flambant neuf, dans la poussière d’Assi BenOkba, et la division est transférée à  Glasgow et Hull en avril 1944. En effet; le 5 de ce mois, le général Giraud reçoit confirmation, ainsi qu’il l’a demandé aux alliés, qu’une grande unité Française participera aux opérations dans le nord de la France. Ce sera la 2ème DB. Il sort grand héro national de l’après guerre.   en 1941, dans le Fezzan. On reconnait le futur Général Massu au centre de la photo.

2db29

 

Pour De Gaulle : Nommé général de brigade, puis sous-secrétaire d’Etat à  la Défense Nationale dans le cabinet Reynaud en juin 1940. Il refuse la défaite et l’armistice et lance de Londres le 18 juin 1940 un appel à  la résistance. Il devient le chef de la France Libre. Il préside ensuite à  Alger en 1943 le Comité Français de Libération Nationale, devenu en juin 1944 Gouvernement Provisoire de la     République Française qui s’installe en France après la libération de Paris en août 1944. Il démissionne en janvier 1946. Il est le fondateur et le chef du Rassemblement du Peuple Français(RPF) de 1947 à  1953.   Il sort également grand héro national à  l’après guerre.

Le Général Leclerc et le Général De Gaulle se sont rencontrés à  l’école de Saint Cyr en 1922. Une Rivalité de Saint Cyrien qui s’est complétée pendant la deuxième guerre mondiale par une compétence commune. Mais la mort tragique de Leclerc dans un avion qui explosa en plein vol à  Colomb Béchar au dessus du Sahara, le 28 novembre 1947 apporte un doute. Les premiers commentateurs radio de l’époque ne manquent pas de le soulever. Les témoins de ces annonces radios, encore vivants, apportent encore plus le doute en confirmant ces faits. Leclerc aurait il géné De Gaulle dans son ascention politique car il était réellement trop brillant ? Une mort trop rapide à  l’age de 45 ans.

On peut dire que cet homme est très brillant, en effet il sort de l’Ecole militaire de Saint-Cyr en 1924, de l’Ecole d’application de la cavalerie de Saumur en 1925, sert au Maroc où il participe à  des opérations de pacification et revient en tant qu’instructeur à  Saint-Cyr. Nommé capitaine en 1934, il réussit en 1938 le concours de l’Ecole de guerre, dont il sort major en 1935. Capitaine d’état-major à  la 4e division au début de la Seconde Guerre mondiale, il combat sur le front belge. En mai 1940 il rejoint les lignes françaises, capturé par les allemands il s’évade et retourne au combat.   Farouchement opposé au mouvement nationaliste, il entre en désaccord avec l’amiral Thierry d’Argenlieu et le titre de haut-commissaire que lui offre Léon Blum. Il est nommé inspecteur général des forces françaises d’Afrique du Nord en juillet 1946.

7146

 

Après des études au collège Stanislas et au lycée Saint-Charles de Saint-Brieuc, Georges Thierry d’Argenlieu (1889-1964) entra à  l’Ecole navale. En 1911, l’enseigne de vaisseau d’Argenlieu prit part au Maroc à  la première guerre de sa vie. Il y fit connaissance de Lyautey. En 1920, jeune lieutenant de vaisseau depuis 1917 en poste à  l’état-major de l’amiral Lacaze, préfet maritime à  Toulon, il quitta l’uniforme et entra dans l’ordre des Carmes. Le second conflit mondial le rappela sous les drapeaux. Il rejoignit en 1939 l’état-major de Cherbourg avec le grade de capitaine de corvette. Fait prisonnier, il s’évada du camion qui le conduisait vers l’Allemagne. En 1940, il rejoignit à  Londres de Gaulle, qui le nomma haut-commissaire pour le Pacifique en 1941. Commandant des Forces navales françaises libres en Grande-Bretagne en 1943, chef de la mission navale du 19 juillet 1943 au 18 août 1944, Thierry d’Argenlieu conduisit de Gaulle en France à  bord de La Combattante et entra le 25 août 1944 à  Paris à  ses côtés. Amiral Nord et chef d’état-major général adjoint (19 août 1944-9 avril 1945), il prit provisoirement en main le commandement de la marine nationale. Il fut promu vice-amiral en décembre 1944. Vice-président du Conseil supérieur de la marine et inspecteur général des forces maritimes, l’amiral Thierry d’Argenlieu fut nommé par de Gaulle haut-commissaire en Indochine, en août 1944. Il reprit ensuite la vie monastique.   Ce proche de De Gaulle aurait pu étre le déclencheur de la suppression de Leclerc ?

P15bis (1)

 

La thèse de l’explosion du réservoir d’essence en plein vol est trouble. L’opposition de l’amiral Thierry d’Argenlieu et du Général Leclerc pose plus de questions que de réponses. Et son refus du titre de Léon Blum donne une impression d’un Homme qui ne voulait pas entrer dans le « moule » proposé par les politiques de l’Epoque.   «Deux politiques sont concevables, sinon pareillement praticables : restaurer par tous les moyens, les armes si nécessaire, la domination française ou rechercher un accord avec les nationalistes par la négociation. Ces deux politiques sont personnifiées par deux hommes également investis de grandes responsabilités : l’amiral d’Argenlieu incarne la première; la seconde revient au général Leclerc, qui s’est vite convaincu de l’impossibilité d’une reconquéte militaire et qui préconise la recherche d’une entente – Jean Sainteny en est l’exécutant convaincu» écrit encore René Rémond. Tandis que l’amiral Thierry d’Argenlieu, que le général a nommé gouverneur général de l’Indochine, songe à  une restauration pure et simple du protectorat, le général Leclerc, en charge des affaires militaires, revient en France avec la conviction qu’il est urgent de négocier et qu’il faut se résigner à  la décolonisation.

On connait la suite des évènements en Indochine, la Guerre dura jusqu’au 21 juillet 1954 où les accords de Genève donnèrent raison à  Leclerc. Les accords d’Evian à  propos de l’Algérie donnèrent également raison à  Leclerc. Leclerc était réellement génant en 1946 ! La décolonisation, c’était impensable. De Gaulle n’avait il pas tout fait pour reconquérir les territoires d’outre mer dès 1945 ? Si on avait écouté Leclerc, il est fort probable que 2 guerres auraient pu étre éviter : L’Indochine et l’Algérie.   Dès le 24 mars 1945, alors qu’il s’appréte à  prendre le pouvoir en France à  la faveur de la Libération du pays par les Anglo-Saxons, le général de Gaulle déclare son intention de restaurer l’autorité de la France en Indochine dans le cadre d’une fédération de colonies et de protectorats qui comprendrait les trois provinces du Viét-nam (les trois Ky; Tonkin, Annam et Cochinchine) ainsi que le Cambodge et le Laos.

leclerc_indo (1)

 

«De Gaulle, qui entend rétablir la France dans toutes ses positions d’avant guerre, envoie un corps expéditionnaire afin de reconquérir l’Indochine; entreprise difficile à  mener à  douze mille kilomètres de distance» écrit l’historien René Rémond.   La mort du héro français libérateur de la France en 1944, la disparition du Maréchal Leclerc arriva à  point nommé. Tragique fin pour un grand nom de l’histoire de France.   22 mars 1946, le général Leclerc en présence de Giap, passe en revue les troupes françaises et vietnamiennes .   Le général Leclerc n’a pas été compris ni suivi sur le règlement de la question indochinoise. Il s’est heurté à  l’amiral d’Argenlieu qui avait tout pouvoir et appliquait la politique du GRPF. Leclerc n’avait pas les coudés franches et son drame était d’étre en avance sur son temps. S’il était pour le retour de la présence française en Indochine, il était favorable à  une évolution du statut de l’Indochine. Il a su s’élever au-dessus de la perspective militaire, négocier avec l’adversaire, dont il n’ignorait pas qu’il était communiste, pour sauver les intéréts français. Léon Blum confiera en juin 1949 que  » le libérateur de Paris aurait été (.) le pacificateur de l’Indochine « , soulignant ainsi la lucidité de Leclerc. Son action était très à  contre-courant de celle de ses contemporains. Durant cette période difficile, il a pris toute sa dimension de militaire et d’homme politique.

Sources :

http://hsgm.free.fr/biographies.htm /http://perso.wanadoo.fr/stephane.delogu/2db-origines.html / http://www.histoire-en-ligne.com/article.php3?id_article=207 / http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/967.html / http://www.herodote.net/histoire03091.htm / http://www.paris.fr/musees/memorial/annales_musees/comunique_presse/com_indo.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *