Le Nouvel Ordre Mondial et sa « Nouvelle Guerre Humanitaire »

Sans blague retenez votre souffle, Obama et ses alliés parlent maintenant d’une « Guerre Humanitaire »!

Oui, vous avez bien lu!

La guerre « humanitaire » qui a débuté la semaine dernière en Libye deviendra-t-elle un autre « Iraq »? En 2003, la France avait refusé de participer à la guerre en Iraq, mais cette fois, avec le président Sarkozy, elle y est au premier plan. On peut laisser le bénéfice du doute à Sarkozy et ses alliés, en particulier le premier ministre britannique Cameron et le président états-unien Obama, alors que ce sont eux les dirigeants et les connaisseurs. Leur objectif était d’aller empêcher le dictateur Kadhafi de tuer des innocents dans la population. Il est donc correct de dire que cette guerre, dont certains appellent « humanitaire », est aussi une guerre préventive, alors que l’on voulait la semaine dernière agir rapidement afin d’empêcher Kadhafi de massacrer ses citoyens, en d’autres mots, prévenir le pire.

En 2003, la guerre en Irak avait aussi pour but de prévenir. En premier lieu, le but avoué était d’empêcher Saddam Hussein d’utiliser des supposées armes de destruction massive contre d’autres états, mais aussi envers sa propre population. De plus, l’alliance britanno-américaine à ce moment-là n’avait pas hésité à dire que Saddam Hussein était un dictateur et que ce dernier avait tué beaucoup de gens parmi ses concitoyens auparavant, et donc qu’il y avait la possibilité que Saddam Hussein sévisse à nouveau. Aujourd’hui, tout le monde sait qu’il n’y avait pas d’armes de destruction massive en Irak. Le pire, c’est qu’environ un million de civils irakiens ont perdu la vie depuis.

Il est encore trop tôt pour se prononcer sur la situation en Libye. Cette fois, c’était peut-être vrai que le dictateur Kadhafi avait débuté à tuer des milliers d’habitants et qu’il avait l’intention réelle de continuer. Il est difficile de faire la différence entre le vrai et le faux après tant de mensonges et d’omissions volontaires de la part de plusieurs médias et de certains politiciens concernant des évènements similaires du passé.

Dans le cas de la Libye, ce qui est vérifiable, c’est le fait que Kadhafi est un dictateur. Personne ne peut remettre cela en question. Ce dernier, jusqu’en 2004, était sur la liste noire des acheteurs d’armes potentiels, c’est-à-dire qu’il y avait un embargo sur la Libye concernant la vente d’armement. Depuis 2004, jusqu’à la semaine dernière, Kadhafi était un dictateur. Il l’est toujours au moment d’écrire ces lignes.

Depuis 2004, le dictateur est tout bonnement devenu l’ami, du moins le partenaire, de plusieurs représentants européens, en particulier Nicolas Sarkozy, actuel président de la France, et Silvio Berlusconi, celui de l’Italie.

Dernièrement, les médias on montré un Nicolas Sarkozy déterminé à aller sauver les Libyens. Avait-il quelque chose à se reprocher? Cette guerre est préventive, mais aurait-on pu « pré-prévenir » avant d’en arriver là? Est-ce que Sarkozy avait l’impression que Kadhafi était tellement armé qu’il n’y avait pas une minute à perdre avant d’intervenir militairement en Libye?

Fort possiblement, car il semble que la France, selon un article du Guardian1, aurait vendu à elle seule pour plus de 200 millions en armement au dictateur Kadhafi depuis 2004. Cela porte à croire que les dictateurs sont moins « dictatoriaux » lorsqu’ils moussent les exportations françaises et européennes.

En ce qui a trait à l’Italie, toujours selon le Guardian1, on rapporte qu’elle aurait vendu pour plus de 270 millions d’euros en armement à la Libye, donc à Kadhafi le dictateur. De plus, Berlusconi signait en 2008 « un « accord d’amitié et de coopération » destiné à régler le contentieux sur l’époque coloniale qui empoisonnait leurs relations.2 » Cet accord avait permis d’importants investissements. Il est certainement respectable, pour développer une bonne relation, de signer ce genre d’accord afin de rétablir une confiance mutuelle. Du reste, cette réconciliation nouvelle ne justifiait certainement pas le commerce des armes. C’est quand même assez surprenant que l’Italie ait vendu autant d’armes à un dictateur de son voisinage. La Méditerranée sépare peut-être la Libye et l’Italie, mais ils sont quand même voisins. Puisque l’Italie sert présentement de base terrestre aux opérations militaires en Libye, il est fort probable que la réconciliation vient d’échouer.

Cette guerre aurait peut-être pu être évitée si l’Europe n’avait pas aidé la Libye à se réarmer ou s’armer davantage. Dans la vie, embargo ou pas, il y a des choses qui vont de soi. Par exemple, personne ne laisserait ses enfants en compagnie d’un pédophile, même si ce dernier est supposément réhabilité parce qu’il n’est plus en prison. Surtout, personne ne le laisserait en présence d’enfants tout en lui vendant du viagra. Ce serait évidemment immoral. Alors, pourquoi avoir armé Kadhafi depuis 2004 alors qu’il était toujours un dictateur parmi sa population?

Autre raison:Khadafi voulait nationaliser son pétrole

Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a déclaré mercredi que son pays exportateurs de pétrole et d’autres étaient à la recherche dans la nationalisation des entreprises étrangères en raison de faibles prix du pétrole et a suggéré Tripoli pourrait ne pas s’en tenir à des quotas de production de l’OPEP.

Prenant la parole via une liaison satellite de la Libye à des étudiants de l’Université de Georgetown à Washington, il a appelé le prix actuel du pétrole « insupportable. »

Le pétrole a été à environ 44 dollars le baril mercredi, moins d’un tiers du prix en Juillet de 147 $.

« Nous ne serions pas respecter les règlements de l’OPEP parce que notre survie dépend de pétrole », a déclaré Kadhafi, sans fournir de détails sur la façon la Libye pourrait ne pas s’en tenir à des quotas de l’organisation de producteurs de pétrole.

Le mois dernier, la Libye a dicté aux compagnies pétrolières à réduire la production par 270.000 barils par jour à partir de Janvier 1, plus de la bordure du trottoir il doit faire en vertu d’un accord de l’OPEP de prix à la pompe .

Kadhafi, qui décide de la politique pétrolière de la Libye, de récents rapports visés journal libyen sur la nationalisation en raison des prix du pétrole trempage.

Les rapports, y compris dans le document principal État considéré comme le porte-parole de Kadhafi, a déclaré cette semaine le Congrès populaires de base, haut dirigeant de la Libye et des organes législatifs, devraient voter de nationaliser les compagnies pétrolières lors de leur rencontre dans les prochains jours.

« Les pays exportateurs de pétrole peut se déplacer vers la nationalisation en raison de la baisse rapide des prix. Ceci est mis sur la table et on discute sérieusement», a déclaré Kadhafi intermédiaire d’un interprète.

«Le pétrole peut-être devrait être détenu par des sociétés nationales ou le secteur public à ce point, afin de contrôler les prix du pétrole, la production de pétrole ou peut-être de l’arrêter, at-il dit aux étudiants. « Nous pouvons refuser de le vendre à ce prix très bas. »

La Libye espère : UNE HAUSSE DES PRIX…rien de moins!

Petro-Canada, un des plus grands producteurs étrangers de pétrole Libyen, a déclaré qu’il n’a pas entendu parler de la nationalisation de ses intérêts dans le pays d’Afrique du Nord.

« Nous continuons à avoir une relation de coopération avec le gouvernement de la Libye, à la fois la signature d’accords et de contrats de l’été dernier la mise en œuvre», a déclaré Andrea Ranson, porte-parole de la compagnie basée à Calgary.

En Juin, Petro-Canada a signé six exploration à long terme et de contrats de production avec la compagnie pétrolière d’Etat, la Libye a déclaré qu’elle conduirait à un doublement de la production là-bas.

Les entreprises américaines ConocoPhillips, Hess et Marathon Oil Corp sont actives en Libye en vertu d’un consortium appelé Oasis Group avec Libyan National Oil Corp entreprises des États-Unis Autres participants y sont ExxonMobil, Chevron et Occidental.

Kadhafi a déclaré qu’il espérait nationalisation pourraient être évités par une augmentation des prix.

Al Quaida,la CIA et l’OTAN sont des alliés des rebelles

Des renseignements sur les rebelles luttant en Libye de MouammarKadhafi a montré «La Brillance» d’Al-Qaïda ou de la présence du Hezbollah, le commandant de l’OTAN des opérations a dit,mais les autorités américaines a dit qu’il n’y avait aucune indication de groupes militants jouant un rôle important en Libye.

«Nous étudions de très près le contenu, la composition, les personnalités, qui sont les leaders de ces forces de l’opposition, » l’amiral James Stavridis, l’OTAN commandant suprême allié en Europe et commandant de l’US European Command, a déclaré dans son témoignage devant une audience du Sénat américain sur Mardi.

Mais plusieurs responsables de la sécurité nationalerapidement et fermement nié que Al-Qaïda ou le Hezbollah ont été fortement impliqués.

« Si quelqu’un pense qu’il ya un grand nombre de terroristes d’Al-Qaïda en cours d’exécution du mouvement rebelle enLibye, alors Churchill n’a jamais fumé un cigare dans sa vie,«dit l’un des responsables des rebelles.

Personne ne dit qu’il n’y a pas une poignée relative desméchants en Libye. Après tout, il ya toujours eu crétins dans le pays, « le fonctionnaire a déclaré à Reuters.

»Mais revenons réel ici. Il s’agit, à sa base, un soulèvementanti-Kadhafi enracinée dans l’opposition majeure à un régime répressif qui a brutalisé son propre peuple depuis des décennies. »

L’ambassadeur américain aux Nations Unies Susan Rice ont convenu que toute participation d’Al-Qaïda avec les rebelles a été limitée.

Interrogée si elle avait vu aucune preuve à l’appui de l’évaluation Stavridis, Rice a déclaré à Fox Nouvelles: «Je me plais à croire que je lis beaucoup de la même étoffe et non. »

Secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a égalementprécisé les feux follets d’informations sur Al-Qaïda et le Hezbollah qui avait fait allusion à Stavridis n’étaient pasfondées sur l’intelligence dur.

« Nous n’avons pas d’informations précises sur des personnes précises de toute organisation qui font partie de cela, maisbien sûr, nous sommes encore à connaître ceux qui sont le premier Conseil national de transition, dit-elle à Londres aprèsune conférence sur la Libye .

Les troupes de Kadhafi mardi inversé la charge de l’ouest desforces rebelles comme des puissances du monde se sont réunis à Londres plus d’une semaine après les États-Unis et d’autres pays a lancé une campagne militaire visant à protéger les civils libyens.

«De très Petits nombres»

« Pensez en termes de très petits nombres de rebelles libyenns qui sont affiliés à Al-Qaïda », qu’un responsable américain familieravec des rapports internes du gouvernement a déclaré à Reuters. « Bien qu’il existe des connexions limitées, ne pense pas que les rebelles sont en quelque sorte d’être dirigé par al-Qaïda. C’est tout simplement pas le cas. »

Même que la lutte contre les rebelles de Kadhafi, mieux armés,les troupes les mieux organisés, Stavridis a déclaré le leader libyen était susceptible d’aller si la coalition a présenté unegamme de puissance militaire pour porter contre lui.

«Si nous travaillons tous les éléments de la puissance, nous avons une chance plus que raisonnable de Kadhafi quitter,parce que la communauté internationale tout entière est ligués contre lui, dit-il.

Le baiser de la Mort …du Nouvel Ordre Mondial:Berlusconi d’Italie enserre Khadafi de Libye!

Sarkozy ,l’Illuminati et Khadafi ,le Guide Suprême du Peuple Libyen,de bons vivants qui aiment recevoir…en charmantes compagnies!

Le dictateur maintenant « honni » lui qui était tellement aimé avant,pour ses cadeaux, son argent,…ses filles, ses réception et surtout « son pétrole »!

Par Michel Duchaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *