Le réchauffement de la planète ? Une imposture !

Le réchauffement global de la planète est une escroquerie intellectuelle.

Le climat se réchauffe dans certaines régions… mais se refroidit ailleurs. L’idée selon laquelle l’Homme influencerait l’évolution climatique planétaire est un leurre.

Bref, les prévisions alarmistes ne sont que des « Nostradameries », accuse cet universitaire lyonnais, Marcel Leroux, auteur de nombreux ouvrages scientifiques.

Décoiffant !

Question
Le monde scientifique semble unanime sur le fait que la planète se réchauffe et sur les conséquences à  venir : fonte des pôles, montée du niveau des océans…
Marcel Leroux
C’est un mensonge, un psittacisme* du « climatiquement correct ». Et méme s’il arrivait, ce réchauffement serait plutôt un bienfait : il s’accompagnerait d’un plus grand confort de vie dans les régions froides, d’une diminution des budgets de chauffage, d’une plus grande clémence du temps et d’une extension des terres cultivables. Ainsi, dans les années 1930 à  1960, une élévation régionale de la température a permis aux foréts canadiennes et scandinaves de s’étendre vers le nord. Et au Sahel d’accroître la pluviométrie, permettant aux populations d’empiéter sur un Sahara devenu plus fertile. Mais le réchauffement global n’est pas démontré. Entre 1960 et 1990, on observe des réchauffements et des refroidissements selon les régions. Des baisses de température touchent l’Europe du Nord, le nord de l’Asie ou la Vallée du Nil, tandis que l’ouest de l’Amérique du Nord ou l’Ukraine se réchauffent. Sur la décennie passée, les observations sont de méme nature.
Question
Mais les prévisions pour le siècle qui vient parlent d’une augmentation importante, de l’ordre de 5 à  6 °C…
Marcel Leroux
Comment peut-on accorder du crédit à  des modèles météorologiques incapables de reconstituer l’évolution du climat au cours du dernier siècle, qui ne parviennent pas à  prédire le climat à  plus de trois jours… et qui auraient la prétention d’annoncer des températures de la Terre en 2100 ? De toute façon, il n’existe pas de climat global terrestre, seulement des climats régionaux. Une moyenne planétaire n’a aucune signification climatique.

 

Question
Il n’empéche que l’Humanité n’avait jamais généré, avant la révolution industrielle, une telle pollution.
Marcel Leroux
Depuis 150 ans, la Terre n’aurait connu (apparemment) qu’une hausse présumée comprise entre 0,4 et 0,8 °C. Or, on pollue moins l’atmosphère aujourd’hui qu’à  l’époque du charbon, méme s’il est indéniable que dans les villes, la pollution est importante. Personne n’a jamais démontré que les actions humaines pouvaient élever la température.
Question
Si l’imposture est si évidente, pourquoi n’a-t-elle pas encore trouvé de véritable opposition ?
Marcel Leroux
Souvenez-vous de la sécheresse du Sahel, dans les années 70, qui fut attribuée à  l’activité des pays industrialisés. L’idée du réchauffement de la planète, elle, a été relancée après la grande sécheresse de 1988 aux Etats-Unis. Des lobbies (écologistes en particulier) en ont profité pour nous replonger dans la psychose climatique. De méme, plus personne ne parle du trou dans l’ozone : on sait que c’était un mensonge. L’affaire avait été montée par DuPont de Nemours qui avait besoin d’accuser les CFC pour mieux vendre ses substituts. Tout cela me fait penser aux prédicateurs américains qui rendent l’Homme responsable de tous les maux de la Terre. Il y a dans ce mouvement une vraie dimension psychologique et sociologique. Mais aucune réalité scientifique.
Question
Cette fois, à  qui profiterait le mensonge ?
Marcel Leroux
A des groupes de pression comme, par exemple, la caste du nucléaire : EDF ne cesse de nous dire qu’elle produit une énergie sans effet de serre ! L’angoisse face à  l’avenir sert aussi les médias : faire peur aux gens a toujours fait vendre du papier. Pour Météo France, le catastrophisme est aussi le meilleur bailleur de fonds : il l’aide à  financer ses ordinateurs.
Question
La multiplication des phénomènes naturels violents est-elle un effet du réchauffement de la planète ?
Marcel Leroux
Non. Sous nos latitudes, on sait que c’est le froid qui commande la violence des perturbations : les tempétes se produisent plutôt en hiver. La multiplication, réelle, de ces phénomènes, serait donc à  rechercher plutôt dans un refroidissement du climat… et pas le contraire. Un refroidissement que les Canadiens et les Américains des Rocheuses ont d’ailleurs relevé depuis quelques années.
Question
N’étes-vous pas fatigué de précher dans le désert ?
Marcel Leroux
Je ne préche pas dans le désert. Je fais beaucoup de conférences. Mais nul n’est prophète en son pays. Il est vrai que la thèse du réchauffement de la planète est beaucoup plus critiquée aux Etats-Unis qu’en Europe.

Psittacisme : répétition mécanique de phrases entendues, sans que le sujet les comprennent (phénomène normal chez les enfants, fréquent chez les débiles mentaux). Petit Robert.

Source  : Propos recueillis par Didier Durand

Note  : Autre son de cloche, vous ne trouvez pas  ?

Sur cet épineux problème, faudrait peut-étre ne pas tomber dans ce psittacisme mis en valeur par Marcel Leroux, non  ?

 

Padré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *