Le Requin Blanc est-il un mangeur d’hommes?

requinblancLa plupart des gens ont déjà leur idée en tête sur les requins. L’image la plus répandue est que ce sont des animaux qui attaquent gratuitement et raffolent de la chair humaine, un peu comme le requin dans Jaws. Bien que les plages du monde regorgent de millions de baigneurs, les attaques de requins sont très rares. Des milliers de nageurs dans le monde se sont sans doute fait suivre de très près par un Requin Blanc sans s’en rendre compte. Le Requin Blanc n’aime pas la chair humaine malgré la réputation non méritée qu’il traîne. Les faits démontrent qu’il déteste nous manger. Pour évaluer ses proies, le Requin Blanc ne dispose pas de bras comme nous, sa mâchoire lui sert donc de sens du toucher, ce qui explique certaines attaques.

Erreur sur la personne

 La plupart des attaques et probablement toutes les attaques de requin blanc sont des méprises avec des otaries et des lions de mer, les proies habituelles du Requin Blanc. Les surfeurs sont des personnes à risque pour les attaques à cause de la planche de surf qui rappelle un gros poisson et de la couleur noire des costumes de plongée qui rappelle la texture de la peau des otaries. La plupart des attaques se résument à une grosse morsure, le Requin Blanc mord et dit « Beurk » et il s’en va. Mais souvent, vu la puissance de la dentition de ce requin, cela suffit pour entraîner le décès du nageur par hémorragie. Si le Requin Blanc était un réel mangeur d’hommes, le buffet serait servi pour lui sur les centaines de plages du monde. Il y aurait des centaines sinon des milliers de morts par année et les plages seraient perpétuellement fermées étant donné qu’il serait attiré par nous. Il ne perdrait pas son temps à courir des poissons mais se taperait juste des humains bien engraissés.
Pourtant ce n’est pas ce qui se produit. Il faut comprendre que depuis des millions d’années, le Requin Blanc a acquis des habitudes alimentaires basées sur la prédation des mammifères marins. Quant un Requin Blanc nous voit, il est dérouté, nous ne représentons pas une proie habituelle pour lui. Il peut bien sûr arrivé qu’un Requin Blanc dévore sa victime comme il le ferait avec une otarie mais ce genre d’attaque est extrêmement rare. Dans ce cas précis, il est possible que la rareté des proies rende le Requin Blanc moins sélectif dans ses goûts alimentaires et plus menaçant pour l’Homme. On a peut-être affaire aussi à des individus plus agressifs que les autres, comme cela se voit avec d’autres animaux (ours, lion, etc…).
Dans une vie, les chances d’être attaqué par un humain sont largement supérieur à la probabilité d’une attaqué par un requin. Plus de personnes dans le monde meurent par année en recevant une noix de coco sur la tête que par une attaque de requin. Plus de personnes dans le monde meurent par année en tombant dans leur baignoire. Si vous voulez des chiffres, entre 2003 et 2005, il y a eu 1,662 meurtres commis dans la ville « civilisée » de New-York. Des humains qui en tuent d’autres souvent juste pour leur voler 5$ pour acheter de la drogue. Je ne parlerai pas des milliers de guerres que les humains ont fait entre eux dans leur belle histoire. Considérant qu’il y a sans doute des millions de requins d’espèces « dangereuses » en tout dans les mers du monde, les 5 attaques mortelles de requin par année font de cet animal une créature plutôt paisible. En fait la créature qui tue le plus dans le monde est… le redoutable moustique, qui transmet maladies mortelles et épidémies et provoque des millions de décès annuellement dans le monde.

Menace d’extinction du Requin Blanc

Entre 1980 et 1990, on parle d’une baisse de 94% de la population du requin blanc en Australie, un véritable génocide. En avril 2006, la population de Requin Blanc (Carcharodon carcharias) de l’Atlantique a été classée comme étant en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Un film comme Jaws a beaucoup fait pour démoniser cet espèce, on s’est servis de l’image projeté du requin dans ce film pour légitimer une pêche sportive abusive du Requin Blanc.

Des faits intéressants sur le Requin Blanc (carcharodon carcharias)

Le but de mon article n’est pas de montrer toute la biologie du Requin Blanc mais de montrer des faits méconnus sur ceux-ci. Le Requin Blanc dans sa jeunesse fréquente les eaux de surface, là où les rencontres avec les humains arrivent souvent. Les plus vieux (donc les plus gros) se tiennent dans les eaux plus profondes. Des indices portent à croire que le requin blanc change se sexe pendant sa vie. Les plus gros requins blancs capturés étant toujours des femelles, on suppose qu’ils sont donc mâles dans la jeunesse et deviennent des femelles en vieillissant. D’autres espèces de poissons ont ce genre de fonction de « changement de sexe » qui procure un avantage évolutif. Ceci permet aux femelles d’avoir une meilleure chance de mettre bas. La taille d’un requin blanc peut varier entre 3 et 6 mètres mais il existe probablement des spécimens plus gros étant donné que les spécimens plus âgés vivent dans les profondeurs pour ne plus revenir en surface.
Un requin blanc mange des otaries, des marlins et espadons, des thons et d’autres requins. Parfois il peut attaquer des dauphins malades, des baleineaux et par mégarde des humains. Le Requin Blanc a un prédateur, l’orque. On a déjà vu en Californie une femelle orque réduire en pièce un Requin Blanc pour protéger son petit. Contrairement à la réputation de machine à bouffer du Requin Blanc, celui-ci peut être 1 mois sans rien manger. Il dispose d’un odorat supra-développé et d’une forme archaïque d’écholocation comme les cétacés. On estime que le Requin Blanc possède la pression de mâchoire la plus puissante du monde animal, soit 2 tonnes.

Les moeurs sexuelles sont mal connues. On suppose que la parade amoureuse a lieu au fond de l’océan et que celle-ci est passablement violente si on considère les cicatrices que portent les femelles sur elles. Une femelle Requin Blanc peut avoir de 2 à 10 petits. Il y a aussi du cannibalisme intra-utérin chez les petits, les gros dévorant les petits… S’il est chanceux le ti-requin peut vivre jusqu’à 40 ans. Un Requin Blanc peut sentir une goutte de sang parmi 4,6 millions litres d’eau. Donc, c’est pas une idée pour une fille que d’aller dans une plage fréquentée par les requins pendant sa « semaine maudite ». C’est pas sûr que le Requin Blanc attaquera mais il vous sentira de loin ça c’est sûr.

L’ancêtre probable du Requin Blanc

 

requinblancmegalodon

Un Mégalodon en haut, un Requin Blanc et un nageur en bas.

Si le Requin Blanc n’est pas si redoutable que cela en tenant compte des statistiques, on ne peut en dire de même de son cousin de la Préhistoire, le Carcharodon Mégalodon. Ce poisson était un monstre d’environ 20-30 mètres qui nageait dans les océans il y a 16 millions d’années. On estime que la taille du Mégalodon était semblable à celle d’une baleine bleue, ce qui en fait le plus grand poisson prédateur n’ayant jamais existé. La taille d’une seule dent d’un Mégalodon donne une idée de la dimension de la créature qui devait sans doute être le fléau des mers à son époque. La puissance de mâchoire d’un Mégalodon a été estimée entre 12 et 20 tonnes, soit assez pour arracher la nageoire arrière d’une baleine d’un seul coup. D’ailleurs il est presque certain que les baleines figuraient au régime alimentaire de cette créature cauchemardesque. Par rapport au Mégalodon, le Requin Blanc fait presque figure d’animal sympathique.

Heureusement pour nous baigneurs, le Mégalodon est une espèce éteinte depuis 10,000 ans. Les scientifiques ont pensé que la cause de son extinction a été les changements climatiques océaniques ainsi que la concurrence des mammifères marins chassant en groupe (orques, cachalots). Des rumeurs laisse penser que l’espèce n’est peut-être pas tout à fait éteinte. Plusieurs témoignages ont eu lieu concernant un gigantesque requin de 20 mètres mais entièrement blanc. Lors d’un exploration scientifique dans le Pacifique au XIXème siècle (navire Challenger), on a retrouvé des dents neuves de requin d’une taille de 12,5 centimètres qui sont peut-être des dents de Mégalodon. Sans compter les dents de Mégalodon datées de 5,000 ans retrouvées au large de Victoria. En 1980 au large du Queensland et de la Nouvelle-Galles du Sud, un Requin Blanc de 27 mètres aurait été aperçu, bref ce ne devait probablement pas être un Requin Blanc mais un Mégalodon. Note à mon agenda, canceller mes vacances de plongée au Queensland.

dentmegalodon54444
Une dent fossile de Mégalodon.

Il est très possible que le Mégalodon, le grand cousin du Requin Blanc existe encore dans le Pacifique. Cependant, c’est probablement un poisson qui chasse dans des grandes profondeurs, ce qui explique pourquoi on ne le rencontre jamais en surface. Il y a des rumeurs qui disent que le Commandant Cousteau lui-même aurait aperçu un Mégalodon au court d’une plongée au large de Djibouti. Le célèbre océanographe aurait dit que l’humanité n’était pas prête pour une telle découverte. Possiblement que Cousteau ne voulait pas que le fameux poisson ne finisse en bête d’aquarium et qu’il a gardé sa découverte secrète. La découverte d’un Mégalodon vivant ne serait pas une surprise pour la science puisqu’on a retrouvé en 1938 un véritable fossile vivant le Cœlacanthe, qui vivait il y a 360 millions d’années. On a même retrouvé 2 espèces différentes de ce poisson.

Les causes principales de décès aux États-Unis et les chances de mourir par une cause précise dans une vie

  • Maladie cardiaque
    652,486 cas par année 1 chance sur 5
  • Cancer
    553,888 cas par année 1 chance sur 7
  • Accident automobile
    44,757 cas par année 1 chance sur 84
  • Foudre
    47 cas par année 1 chance sur 79,746
  • Attaque de requin
    1 cas par année 1 chance sur 3,748,067

Sources:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *