Le réve lucide

Bien que le terme d’hallucination s’applique à la façon dont nous vivons généralement nos rêves en général, il existe une situation d’exception qui met en cause nombre d’hypothèses sur la nature du sommeil et les capacités du cerveau. Cette exception significative est qu’il arrive parfois en rêve que nous sachions parfaitement que nous sommes en train de rêver. Cet état mental remarquable est dénommé  » rêve lucide  »

Les rêveurs lucides disent être en pleine possession de leurs facultés cognitives (c’est là le sens du mot  » lucide « ) : ils sont à même de raisonner clairement, de se souvenir de leur vie de veille et d’agir à volonté – de manière réfléchie ou selon des plans d’action établis avant le sommeil. Ils n’en demeurent pas moins profondément endormis, vivant de manière intense dans un monde onirique qui semble étonnamment réel.

Différentes méthodes pour aboutir à des rêves lucides

Outre le fait de prêter attention à ses rêves et de prendre l’habitude de se les remémorer voire de les consigner dans un journal, il existe différentes méthodes pour parvenir à un rêve lucide :

 

  • L’autosuggestion : se coucher en affirmant « je vais me souvenir de mes rêves et je ferai des rêves lucides »
  • L’endormissement conscient : essayer de maintenir la conscience éveillée alors que le corps s’endort, par exemple en se concentrant sur les phosphènes (tches lumineuses qui apparaissent lorsqu’on ferme les yeux) puis les images hypnagogiques puis en rentrant dans le rêve
  • La méthode
    MILD (induction mnémonique de rêve lucide) de Stephen Laberge :

     

  1. Tôt le matin, au réveil spontané à la suite d’un rêve, repasser le rêve plusieurs fois dans son esprit jusqu’à ce qu’il soit bien mémorisé.
  2. Une fois recouché et prêt à se rendormir, se dire mentalement :  » Lors de mon prochain rêve, je veux me souvenir de prendre conscience que je suis entrain de rêver. »
  3. Se visualiser de retour dans le rêve que l’on vient de répéter ; alors seulement s’imaginer en train de prendre conscience que l’on est, effectivement en train de rêver.
  4. Répéter les étapes 2 et 3 jusqu’à ce que l’intention soit établie de façon claire, ou jusqu’à l’endormissement.

071611_1836_Lervelucide1

Et après ?

Parce qu’ils savent que le monde onirique est purement imaginaire, les rêveurs lucides possèdent une maîtrise tout à fait remarquable du contenu de leurs songes: ils peuvent le transformer (en faisant apparaître ou disparaître à volonté des personnages ou des objets oniriques, par exemple) et transgresser les lois physiques (voler ou transpercer la matière, par exemple), facultés qui sembleraient magiques, voire impossibles dans le monde matériel.

En conséquence, ce qui survient en rêve, lucide ou non, est en grande partie déterminé par nos attentes. Dans les rêves ordinaires, nous sommes limités par nos présupposés sur les choses possibles provenant de notre expérience passée du monde matériel. Puisque les rêveurs lucides savent que la gravitation n’existe pas en rêve, rien ne les empêche de voler; et ils volent effectivement avec délice.

Que pouvons-nous faire au sein d’un rêve lucide ? Il n’y a pas d’autres limites que notre imagination :

  •  Vivre un fantasme
  • Interprétez le rêve directement
  • en demandant carrément aux personnages et aux objets ce qu’ils représentent
  • Stimuler sa créativité
  • Vaincre ses peurs : ce qui nous effraie est une partie de nous-même, faire face au monstre suffit pour le rendre inoffensif
  • Développement personnel : utiliser les rêves pour partir à l’exploration de nous-même. Demander à rencontrer un guide ou un ange

Le guide du rêve des Senoï

Le peuple des Senoï forme une grande tribu, composée d’environ 12000 membres, vivant dans la jungle des montagnes malaises. La spécificité de cette tribu réside dans l’importance qu’elle donne aux rêves, pour en faire un instrument de cohésion sociale : tous les rêves sont discutés en groupes chaque matin, de façon à en prendre très tôt le contrôle. De cette façon, les expériences oniriques sont changées en instruments réels et transposées à l’état de veille, de manière créative, originale et pacifique.

Voici un extrait de « la créativité onirique » de Patricia L. Garfield, qui récapitule les enseignements des rêveurs Senoïs, pour nous permettre de prendre nous aussi le contrôle de nos rêves.

· Affronter et vaincre le danger.

· Rechercher le plaisir.

· Aboutir à une issue positive et en tirer matière à création.

Applications des règles générales à des situations spécifiques : la relation agressive.

 

  • Victime d’une agression, faire preuve d’une agressivité réciproque. Attaquer son ennemi. Si nécessaire, se battre à mort : la mort de l’ennemi libère une force positive provenant de la partie de soi-même investie dans l’image antagoniste. L’essence de l’ennemi supprimé engendre un personnage positif, un allié.
  • Si nécessaire, appeler à l’aide d’autres personnages. Continuer le combat jusqu’à leur arrivée. Tout personnage qui nous agresse ou simplement refuse de nous aider, même s’il se présente en ami, doit être traité en ennemi. Les personnages ne sont nos ennemis qu’aussi longtemps que nous les craignons.
  • Après avoir affronté le danger et soumis un agresseur, le contraindre à nous remettre un présent : ce peut être une Å »uvre artistique, tels un poème, un chant une danse, un dessin, une peinture, etc. ou bien quelque chose d’utile, comme une invention ou la solution d’un problème. Si nécessaire, négocier pour l’obtenir. Sa valeur doit être telle que le groupe social s’accorde à la reconnaître.
  • Après une agression onirique, certaines actions doivent être menées à l’état de veille : si un ami s’est montré agressif ou non coopératif en rêve, l’en avertir au réveil afin qu’il puisse corriger son image (si l’on n’a pas contre-attaqué, décider de le faire dans les prochains rêves). Si l’on a agressé ou refusé d’aider un ami en rêve, se montrer amical envers lui le jour suivant. Si l’on a constaté que l’une de nos connaissances était agressée en rêve, l’en prévenir au réveil (dans les prochains rêves, éliminer l’agresseur avant qu’il n’attaque).

     

Application des règles générales à des situations spécifiques : relation sexuelle.

 

  • Si un contact sexuel agréable survient en rêve, l’intensifier et le poursuivre jusqu’à l’orgasme. Ne pas craindre ce qui peut apparaître comme une relation incestueuse ou inconvenante, car il s’agit de parties de soi-même qui doivent être intégrées. On ne vit jamais trop d’amour en rêve. Demander à l’amant(e) de faire un cadeau du type décrit ci-dessus.

     

Application des règles générales à des situations spécifiques : la chute et le vol.

 

  • Si on tombe : continuer à dormir, se détendre, et, dans le rêve, atterrir.
  • Lors des prochains rêves, essayer de voler au lieu de tomber.
  • Si on vole : poursuivre cette expérience et en vivre pleinement les sensations agréables.
  • Que l’on tombe ou vole, essayer d’atteindre un lieu intéressant.
  • Découvrir en ce lieu quelque chose de beau ou d’utile.

     

Application des règles générales à des situations spécifiques : relation amicale.

 

  • Si une image se montre amicale, accepter son aide.
  • Faire preuve de reconnaissance envers elle.
  • Lui demander un cadeau.
  • Partager et utiliser ce présent.
  • Demander aux personnages amicaux de nous servir de guides.

     

Autre règle

 

  • Si on rêve de nourriture, la partager avec d’autres personnages oniriques.

     

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *