L’Ecologie et Vous

Tout le monde s’intéresse à  l’écologie mais personne ne veut descendre les poubelles.
Jean Yanne….
Le monde est en pleine dérive…
Je n’ai plus le courage de m’intéresser à  l’actualité. C’est toujours la méme chose. Je n’en peux plus. Je suis complètement révoltée par tout cela. J’arrive pas à  comprendre qu’on en soit arrivé là . C’est tellement con. Et personne ne fait rien pour que ça s’arréte.
Réchauffement de la planète.
A la fin de ce siècle, il n’y aura plus de glace sur le pôle nord.
Les glaciers fondent. La production d’électricité hydraulique est à  son maximum. La Suisse exporte (cher). (tant mieux doivent-ils penser, ceux à  qui ça profite). Mais ça ne continuera pas éternellement.
Il fait trop chaud pour les centrales nucléaires. Elles rejettent de l’eau anormalement chaude dans les fleuves : les poissons meurent.
Les niveaux des lacs baissent : on a retrouvé des bombes de la deuxième guerre mondiale dans le lac de Constance.
Les vendeurs de frigos sont heureux. Ceux de climatiseurs aussi. Et de boissons…
Pics d’ozone, mesure prise : limiter la vitesse sur les autoroutes a 80 km/h, en Suisse, seulement dans les cantons italiens. Personne ne sait si cela à  une efficacité.
Les paysans qui n’ont plus de réserves de fourrage vendent des bétes pour en acheter. Mais comme la récolte a été mauvaise pour tout le monde, on ne tiendra pas longtemps.
Feux de foréts. Quelqu’un sait-il quelles sont les motivations des incendiaires ? Et ce que l’on fait à  ceux qu’on attrape ? Moi j’en ai aucune idée. Par contre j’ai quelques idées pour leur faire passer l’envie : on pourrait les brûler vifs ou les forcer à  faire le boulot des pompiers…
Dans plusieurs cantons les enfants on recommencé l’école. Les parents d’élèves se plaignent, dans certaines écoles il n’y a cours que le matin. Tant pis pour les autres.
Les conditions de travail ne sont pas meilleures, à  part pour ceux dont le bureau et climatisé. Les ouvriers sur les chantiers n’ont rien à  dire…
Face à  cela, l’inaction de ceux qui en ont le pouvoir de faire changer un tout petit peu les choses. En Suisse, on s’est longtemps étonné du silence des verts, pour qui il y avait là  l’occasion de se montrer un peu. Ils n’ont pas proposé de solutions convaincantes, à  part peut-étre l’idée de baisser le prix de l’abonnement général (titre de transport permettant d’utiliser la quasi totalité des transports publics en Suisse) pour inciter les gens à  ne pas utiliser leur voiture. C’est un début. Rien de plus.
C’est curieux que je puisse me sentir plus victime que coupable. Mais faisant partie aussi de l’espèce humaine je me dois d’assumer pour les erreurs de mes ancétres. Payons, puisqu’il le faut ! Je ferais mieux de cacher mon envie d’aller déterrer quelques aïeux pour leur faire regarder le monde dans lequel on vit aujourd’hui si je ne veux pas qu’on me conduise à  Marsens (hôpital psychiatrique du coin). Pourtant j’en ai vraiment envie.
Autre envie : sortir mon grand copain Bush de son bureau climatisé et le faire travailler toute la journée sur un chantier… pareil pour tous ses copains de politiciens de n’importe où dans le monde.
La pollution, ça irait peut-étre mieux si tout le monde faisait un effort. Prenons l’exemple typique des fraises espagnoles. Dès le début du printemps, arrivent dans les supermarchés (je parlerais plus tard de Carrefour envers lequel j’éprouve des sentiments proches de la haine), des fraises à  peine mûres et qui n’ont aucun goût cultivées dans des serres. Ces trucs arrivent d’Espagne par camions entiers avec leur lot de CO2. Allez savoir pourquoi, mais les gens les achètent (l’offre crée la demande) malgré qu’elles coûtent cher et qu’elles soient à  la limite de l’immangeable. Plus tard, les fraises nationales sont mûres, mais plus personne ne les achète car les gens ont passé leur envie de fraises. Conclusion : interdisons les importations de fraises et d’autres légumes ou fruits qui poussent dans le pays. Extension : apprenons aux gens à  manger des fraises au moment de la saison des fraises, des tomates à  la saison des tomates, etc. Triple avantage : l’Espagne garde son eau pour éteindre ses feux de forét au lieu de s’en servir pour arroser des légumes, diminution des émissions de CO2, et c’est mieux pour l’économie locale…
Carrefour, multinationale française, a racheté il y a deux ans les supermarchés Jumbo en Suisse. Depuis cette date, progressivement, certains produits de marque suisse on été remplacés par leurs équivalents français. Vu comme ça, c’est pas bien grave, mais cela implique des importations (camions, CO2…), et c’est un manque à  gagner pour les entreprises suisses, ajoutons aussi le sentiment d’envahissement français parfois mal vécu par la population.
La cercle vicieux du climatiseur : C’est un appareil polluant rejetant des gaz à  effet de serre dont on se servait déjà  il y a 50 ans alors qu’on en avait pas besoin. Résultat : aujourd’hui c’est presque obligatoire d’en avoir un si on veut pas crever de chaud. (à  moins d’avoir une chambre au sous-sol).
L’hypocrisie des gens : ils se plaignent qu’il fait trop chaud. Pourtant toutes les initiatives visant à  établir des journées sans voitures sont rejetées. Aux dernières votations, l’un des objets était de mettre en place 4 dimanches par an sans voiture : rejeté massivement. Is attendent pour bouger leur cul, les gens ? Que quelqu’un le fasse à  leur place ? Que je vienne crever les pneux de leurs satanées bagnoles pour les contraindre à  prendre le bus ? C’est quand ils veulent… J’arrive.
Je pourrais continuer comme ça pendant plusieurs heures, mais j’ai plus envie. Dernière chose : vous avez encore envie de mettre au monde des enfants dans cette merde ? Je sais bien qu’il faut faire confiance à  l’humanité, mais quand je vois ça, je ne veux plus croire en rien.
La canicule de cet été, c’est la conséquence de la polution d’il y a 150 ans (prouvé à  75%) ; je laisse imaginer à  ceux qui en ont le courage, le jour ou le monde devra assumer la polution d’aujourd’hui…
Je sais que ce que j’ai écrit n’est ni clair ni structuré… mais je suis énervée. Les choses sont venues comme ça.

Ecrit par Antigone, le Jeudi 14 Août 2003, 17:30 dans la rubrique « Lu, entendu, vu « .

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *