Leonard Stringfield: de la nourriture pour ET?

L’une des plus étranges histoires d’OVNI enregistrées nous provient de feu Leonard Stringfield, qui, pendant la Seconde Guerre mondiale et les années suivantes immédiates, était attaché à la 5ème US Air Force dans une unité de renseignement militaire. Le 28 Août 1945, en volant dans un C46 au-dessus de Iwo Jima, Japon à environ 10.000 pieds, Leonard Stringfield et le reste de l’équipage a rencontré trois OVNIs en forme de larme qui affectèrent les moteurs et l’équipement de navigation de l’avion et entraîna presque la mort violente de tous ceux qui étaient à bord. Heureusement, quand les OVNIS ont quitté la zone, le pilote a réussi à reprendre le contrôle de l’avion et la catastrophe fut évitée. Ce fut cette expérience qui a conduit Stringfield à consacrer une grande partie de sa vie post-militaire à essayer de démêler les complexités du mystère OVNI. Bien que Stringfield ait principalement axé ses recherches sur les rapports d’ovnis écrasés détenus par le gouvernement des Etats-Unis, c’est un cas de nature très différente – qui a été porté à l’attention de Stringfield en 1989 – qui se démarque vraiment par des dangers mortels.

Leonard Stringfield

la source de Leonard Stringfield pour cette histoire est un officier militaire de haut rang que Stringfield décrit comme un individu entièrement fiable qu’il connaissait depuis plusieurs années. Après une profonde réflexion, l’informateur de Stringfield décida de dire la vérité sur un événement choquant que se serait produit quelque part au Cambodge pendant la guerre du Vietnam. C’était Avril 1972, et un groupe d’élite des opérations spéciales hautement qualifiés, dont le confident de Leonard Stringfield était membre, se trouva impliqué dans rien de moins qu’une confrontation violente et sinistre avec un groupe d’extraterrestres qu’il est préférable d’appeler bouchers cosmiques.

Lorsque les événements se sont produits, l’équipe faisait prudemment et tranquillement son chemin dans une zone fortement boisée du Cambodge, une région d’une importance stratégique. L’emplacement en question, on le soupçonnait, abritait un poste d’écoute nord-vietnamien qui interceptait activement les messages radio militaires classifiés américains. Mettre fin au dispositif ennemi avec un préjudice extrême était bien à l’ordre du jour. Le destin est intervenu, cependant, et la mission n’a jamais été accomplie. Ce qui est arrivé, cependant, est quelque chose de bien pire que tout ce que l’équipe aurait pu envisager, même pendant la plus violente de toutes les confrontations avec les troupes nord-vietnamiennes.

Leonanrd Stringfield

Quand l’unité a atteint une clairière, ils ont été choqués de voir poser sur le sol de la jungle, et directement en face d’eux, une machine de forme circulaire très réfléchissante, d’un diamètre d’environ 50 pieds et un train d’atterrissage tripode. En effet, le vaisseau était si brillamment réfléchissant qu’il agissait pratiquement comme un miroir. Curieusement, un bourdonnement profond émanait de l’appareil futuriste, ce qui a provoqué des sentiments de désorientation et des nausées chez certains membre de l’équipe. Mais ce ne fut pas tout: autour du véhicule il y avait un certain nombre de personnages humanoïdes qui ne pouvait être décrit que comme extraterrestre; leurs têtes étaient grandes et glabre, et leurs yeux  étaient tout à fait noir. Mais ce n’est pas tant l’apparition des créatures qui paralysa l’équique. Au contraire, c’est que ce que les extraterrestres faisaient: à savoir, charger de manière systématique nombre de parties de corps humains et de cadavres humains nus dans de grands bacs métalliques et les sceller. Les corps, dit l’informateur de Stringfield, étaient un mélange de ce qu’on a jugé être des soldats vietnaniens et américains blancs et noirs.

À son crédit, l’équipe américaine garda son sang-froid, se positionna tranquillement parmi le feuillage environnant pour se couvrir, et ne tarda pas à ouvrir le feu sur les voleurs de corps aux yeux d’insect. Pour l’essentiel, cela s’est avéré être tout à fait inutile, les créatures semblaient être protégées par des costumes qui étaient quasi-blindés. Néanmoins, on dit qu’un a été tué par un tir ami, et trois par des tirs à la tête. Un des soldats auraient perdu la vie, tandis que plusieurs des hommes ont été significativement brûlé par une arme de type « rayon » qui tirait de l’intérieur de l’OVNI. Avec un mort et plusieurs blessés graves, l’équipe a rapidement reculer, à ce point, les extraterrestre – voyant leur chance – ont fait de même et ont couru vers leur vaisseau. Une ouverture est apparue sur son côté et l’équipage s’est précipité à bord, tout en tirant les bacs à l’intérieur aussi. La porte s’est fermée brusquement et l’OVNI a pris son envol, accélérant à une vitesse incroyable après avoir dépassé la luxuriante canopée de la jungle. En quelques secondes, il était hors de vue.

Leonard Stringfield

L’équipe traumatisée a rapidement contacté par radio le camp où ils étaient stationnés et ils ont expliqué la nature mortelle de ce qui venait d’avoir lieu. Il semble que les échelons supérieurs de l’armée aient pu avoir eu une connaissance préalable d’événements potentiellement similaires: lorsque les faits ont été relayés, les membres indemnes de l’équipe ont été rapidement transportés vers une base militaire dans le sud du Vietnam, où ils ont été interrogés par un mystérieux groupe d’individus qui était composé d’agents de renseignement, plutôt que de personnel militaire. Les membres survivants de l’unité ont été mis en garde contre les conséquences graves, voire mortelles, qui pourraient résulter s’ils osaient rendre public ce qu’ils avaient vu et savaient. Certains des hommes, Stringfield en a été informé, ont été soumis à des techniques profondes d’hypnose qui ont permis de créer des «histoires de couverture ». La raison: aider à enterrer les vrais souvenirs profondément dans le subconscient.

Bien sûr, les histoires de ce genre sont aussi fascinantes que frustrantes: une source anonyme, aucun moyen de vérifer l’histoire, et une histoire dont les proportions sont au-delà de la controverse. Malgré l’objet indéniablement sensationnel, Leonard Stringfield a toujours supporté l’histoire, et sa source de haut rang, jusqu’à sa mort en 1994. Letaux et mortels extraterrestres? Peut être…

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *