Les extraterrestres qui sont parmi nous et les MIB

Par Christian MACÉ

(Révisé le mercredi 24 août 2005)

Nous n’avons que trop tendance à  » classer  » certains incidents importants ou simples faits divers, qui finissent ainsi par sombrer dans l’oubli. Nous allons ressortir pour vous ces  » affaires non classées  » à l’aspect inquiétant.

Les lecteurs pourront exercer leur sagacité sur ces faits bizarres à tous points de vue, qui, jusque là, faisaient partie du  » domaine réservé  » des… ufologues avertis !

De quoi s’agit-il ?

LES HOMMES EN NOIR

Il nous faut évoquer ces angoissants personnages qui sont venus, plus d’une fois, rendre visite à certains témoins d’observations OVNI, …  » les Hommes en noir  » !

 » Ils  » ne se déplacent pas pour des faits mineurs, mais pour des affaires qui doivent revêtir, pour ceux-ci, une extrême importance quelque part…

Remettons nous en mémoire certaines de leurs interventions…

Le 26 mars 1880, à Galisteo Junction, au sud de Santa-Fe, Nouveau-Mexique, quatre hommes virent un OVNI au dessus de leur village ; un objet en tomba, une espèce de vase couvert de hiéroglyphes incompréhensibles.

Citation :  » Les témoins l’avaient porté dans la seule boutique du village, qui faisait également office de lieu de réuni on, afin de prouver qu’ ils avaient bien vu  » quelque chose « . L’objet y était resté deux jours, jusqu’à ce qu’un homme se disant  » collectionneur  » se présentât pour l’acheter. Il en offrit une somme astronomique, dit-on… « , page 146 du livre de Jean Prachan  » Le Triangle des Bermudes, base secrète des OVNI « , Éditeur Belfond, 1978.

Autre citation, page 146 du même livre :  » On sait, par exemple, qu’en 1897, au Texas, un  » homme en noir  » s’empara d’un morceau de métal retrouvé par les témoins du passage d’un OVNI après que celui-ci l ‘eut laissé tomber.  »

À noter que la CIA n y était pour rien, puisque cette Agence fut créée en… 1947 !

Aux USA, 21 juillet 1947, Mr Dohl, à bord du bateau de patrouille du port de Tacoma, au large de l’île Maury, vit six OVNI, dont un laisse tomber de la matière.

Il reçut la visite d’un  » homme en noir « , qui avait décrit l’incident, aussi nettement que s’il avait été assis près de Mr Dohl sur le bateau ! Le mystérieux personnage lui intima l’ordre de se taire ! Enquête sur place du célèbre Kenneth Arnold. Voir son livre  » The Coming of the Saucers  » écrit avec Ray Palmer, édition à compte d Auteur, Amtierst, Wisconsin, 1952.

En 1951, USA, au large des côtes de la Floride, l’équipage d’une vedette aperçoit un OVNI. L’océan alentour était couvert de poissons morts, le ventre à l’air. Soudain, un avion apparut à l’horizon et le mystérieux objet s’éleva dans l air où il disparut en quelques secondes.

À peine la vedette avait-elle regagné son port d attache à Key West (extrême sud de la Floride), que les membres de l’équipage furent accostés par un groupe d hommes d’allure officielle vêtus de noir. Ils posèrent mille questions concernant leur observation en pleine mer. Selon l’un des témoins, on aurait dit que « ces hommes  tendaient à discréditer la validité du témoignage des marins » ! Voir page 147 du même livre de Jean Prachan.

En janvier 1952, Albert K. Bender, avait créé l’organisme  » International Flying Saucers  » (Bureau international pour les soucoupes volantes), qui éditait le magazine  » Space Review  » (Revue de l Espace)… moins de deux ans plus tard, bien qu’elle fut en plein essor, l’association dût brusquement fermer ses portes ! L’ultime numéro du magazine publiera le communiqué suivant :  » Il n’y a plus de mystères des soucoupes volantes : on sait déjà d’où est venu la solution, mais toute révélation à ce sujet est interdite par ordre d’une autorité supérieure. Nous aurions aimé raconter toute l’histoire dans  » le bulletin de l’espace « , mais en raison de la nature de cette information, il nous a été conseillé de n’en rien faire à notre grand regret.  » Voir page 100 du livre  » Extraterrestres et Soucoupes Volantes « ,

Éditeur Le Livre de Paris-Hachette, 1979.

Bender révélera plus tard qu’il avait dû suivre  » les recommandations  » de trois  » hommes en noir « , aux yeux brillants, capables de se  » matérialiser  » et  » dématérialiser « , doués du pouvoir télépathique !

Voici maintenant un autre cas tout aussi édifiant, qui avait été transmis à titre privé (moyennant la garantie de l’anonymat) au docteur J. Allen Hyneck, consultant pendant 20 ans à l’US Air Force, en matière d OVNI.

L’incident eut pour témoins quatre hommes, dont deux d’entre eux ont un poste relevant de la sécurité militaire (page 172, livre de J. Allen Hyneck  » Les OVNI, mythe ou réalité ? « , Éditeur Belfond, 1974).

Fin novembre 1961, Paul Miller et ses trois amis revenaient chez eux, à Minot (Dakota du Nord), après une partie de chasse. Ils virent un OVNI atterrir, et arrivés sur les lieux, ils constatèrent la présence de quatre humanoïdes autour de l’engin. Pris de panique, Paul Miller tira sur l’ une des  » créatures « , avec un fusil Hornet 22, un Winchester modèle 43, équipé d’une lunette Weaver K-4 !
Après leur retour, ils se rendirent compte… qu’une période de temps manquait ! … Les quatre amis décidèrent de ne parler de l’incident à personne.

Pourtant, le lendemain matin, trois hommes vêtus de noir se présentèrent au domicile de Miller, juste avant qu’il ne parte au travail. Ils se disent envoyés par un bureau gouvernemental, sans d’ailleurs pouvoir le prouver. Ils affirment être au courant de l’incident par un  » rapport « . Apparemment, ils connaissent tout de Miller : son travail, ses loisirs, ce qui s’est passé la veille…  » Tiré de  » Hommes en noir : Trois ténébreuses affaires « , page 102 du livre  » OVNI, un dossier brûlant « , Éditions Atlas, 1984.

La relation de ces événements est mentionnée de façon complète dans le livre de J. Allen Hyneck et Jacques Vallée  » Aux limites de la réalité « , Éditeur Albin Michel, 1978, pages 149 à 161.
La voiture utilisée par ces  » hommes en noir « , devait être une Plymouth 61, une voiture de série.
Comme on vient de le voir, et comme on le verra encore, ces  » inquiétants Agents  » sont très bien renseignés. De surcroît, ce sont manifestement des imposteurs qui veulent nous induire en erreur, et qui peuvent opérer aussi… en uniforme !

En novembre 1966, deux femmes, dont Mme Ralph Butler, observent des OVNI à Onatonna (Minnesota). L’amie de Mme Butler servira en quelque sorte de médium à ce moment, car une étrange voix métallique posant des questions, surgira de ses lèvres ! Par la suite, dés qu’elles essaient de parler de l’affaire à d’autres personnes, elles se mettent toutes les deux à souffrir de maux de tête épouvantables !

En mai 1967, un mystérieux personnage rend visite à Mme Butler. Il dit être le commandant Richard French ; il mesurait environ 1,75 m, avait le teint olivâtre et une figure pointue, aux cheveux bruns et longs. Il portait un complet gris, une chemise blanche, une cravate noire ; tout était flambant neuf. Il conduisait une… Mustang blanche, dont le mari de Mme Butler avait noté le numéro… On découvrit par la suite que c’était une voiture louée à Minneapolis ! Voir pages 107-108 du livre  » Extraterrestres et Soucoupes Volantes « , Éditions Le Livre de Paris-Hachette, 1979.

Complément d’information à noter avec force. Il s’avéra ensuite que le bureau de l US Air Force du Minnesota employait bel et bien un certain Richard French. Mais une photo de celui-ci permit à Mme Butler d affirmer catégoriquement que l’homme qu’elle rencontra… n’était pas celui de la photographie ! ! !

En 1965, Rex Heflin prit plusieurs photos d un OVNI avec son Polaroïd, en Californie. Il reçut la visite d’un homme prétendant appartenir au NORAD ( Commandement de la Défense Aérienne de l Amérique du Nord), à qui il remit les originaux des photographies. Ils ne lui seront jamais retournés, et par la suite le NORAD démentira que ses représentants soient allés lui rendre visite !

Le 11 octobre 1967, un officier d aviation en uniforme se rend chez Rex Heflin, en soirée, et présente ses pièces d’identité. Mme Heflin les examine attentivement. Elles étaient au nom du capitaine C.H. Edmonds, du Bureau des Affaires Spatiales de la Division Organisation… Celui-ci pose un certain nombre de questions, dont :  » Allez-vous essayer de récupérer vos originaux ?  » L’officier aurait alors demandé au témoin ce qu il savait… du Triangle des Bermudes ! ! ! L’entretien eut lieu devant l’entrée de la maison.

Dans la rue, une voiture arrêtée, avec sur le siège arrière quelqu’un, et une lumière violette !…

Quand les enquêteurs de la Commission Condon (université du Colorado) vont suivre cette piste, ils découvriront que des quatre  » C.H. Edmonds  » sur l’annuaire des officiers, aucun n’a le grade correspondant et ne s’écrit ainsi ! ! !

Voir page 106 du livre  » Extraterrestres et Soucoupes Volantes « , Éditions Le Livre de Paris-Hachette, 1979.

Le  » Rand Daily Mail  » du 31 janvier 1967 fait état de ces  » mystérieux personnages « . Il cite le colonel George Freeman, porte-parole du Project Blue Book, organisme de l’Armée de l Air des USA, pour l’étude des OVNI.

 » Ces hommes n’ont rien à voir avec l US Air Force « , a déclaré le colonel Freeman, et  » Nous n’avons rien pu découvrir à propos de ces hommes. Nous serions heureux d’en arrêter un  » a conclu le colonel Freeman.

Il cita un cas, parmi d autres, où des officiers de police et d’autres témoins d une observation, au New Jersey, avaient déclaré qu un homme en uniforme de l Air Force, leur avait ordonné de dire  » qu’ils n’avaient rien vu du tout  » et qu’ ils ne devaient plus désormais discuter ou parler de cet incident ! ! !
Les Anglais et Américains nomment les  » Agents inconnus « , les  » Silencers « , ceux qui essayent de réduire au silence les témoins d’observations ou d incidents.

Ils semblent travailler par étapes :

Il y a  » la recommandation « , puis  » la menace « , et enfin  » les représailles finales  » ! ! !

Pour l’exemple, la mésaventure arrivée au docteur Reilly H. Crabb, directeur de la  » Borderland Sciences Research Foundation « , Inc., Vista, Californie. Dés qu il reçut la lettre d’un ami lui certifiant avoir observé avec un collègue détective le décollage d un OVNI, le docteur Crabb fut constamment harcelé téléphoniquement. Sans cesse, une voix masculine lui conseillait de ne pas rendre public le témoignage de son ami ! ! ! Puis, il échappa de justesse à un attentat, sous les roues d une grosse limousine noire ! Peu après, un individu fit feu sur lui, alors qu’il prenait un café dans son local habituel. !

Pour couronner le tout, sa maladie entraîna la perte de son emploi à l université ! Il connut les plus grands soucis familiaux, et tous ses déboires entraînèrent en fin de compte le départ de son épouse !
C’est ainsi, qu’une fois de plus, les  » Hommes en noir  » avaient atteint leur but :  » domestiquer  » les témoins non disciplinés ! ! !

Voir  » Ufologia  » n° 27, 3ème trim. 1981, pages 12-13, article de Peter Krassa  » En marge du phénomène OVNI : les manipulations ténébreuses des hommes en noir… « …

D’après les nombreux témoignages recueillis, les sinistres  » hommes en noir  » portent un costume sombre, d une coupe démodée avec des chapeaux noirs ; ils sont tirés à quatre épingles ! Les voitures utilisées sont quelque peu démodées où l’on trouve des Cadillac, limousines, etc…

Un ufologue français très connu, a été confronté au phénomène des  » hommes en noir « . Dans le même bâtiment qu’il habitait à Limeil-Brévannes, dans le Val de Marne, il y avait trois personnages lugubres à tête de croque-mort qui habitaient un appartement… au-dessus de chez lui !
Il y a quelques années, dans l’Oise, sa propre épouse vit un étrange personnage, portant un col roulé… en plein été, qui s’était  » dématérialisé  » !

Les brochures  » Le MJ 12  » et  » Opération Cheval de Troie, la Terre aux mains des petits gris « , Éditrice Louise Courteau, Québec, évoquent les  » hommes en noir  » souvent aperçus avec… des cols roulés !
MYSTÉRIEUX PERSONNAGES

Dans la mouvance des  » hommes en noir « , il nous faut parler d’étranges personnages à l’allure insolite, et tout aussi très bien renseignés.
Ils doivent nous capter mentalement grâce à leurs Pouvoirs Paranormaux…

Le docteur Herbert Hopkins est un médecin réputé. En septembre 1976, il travaille sur un cas OVNI, dans le Maine, aux USA. Il recevra la visite d’un homme habillé en noir, avec un maquillage… Celui-ci dira  » Mon énergie diminue, je dois partir maintenant. Au revoir « . Il gagnera la sortie, s’enfoncera dans l obscurité, et disparaîtra dans un brillant éclat de lumière blanche…

Quelques jours plus tard, Maureen, la belle-fille du docteur, devait recevoir une visite au moins aussi étrange. Un couple, cette fois ! Âgés d’une trentaine d années, ils portaient des vêtements démodés. La femme avait un air bizarre, avec sa poitrine tombante et ses hanches curieusement faites. Tous deux marchaient à petits pas, comme s’ils avaient peur de tomber ! Voir page 103 du livre  » OVNI, un dossier brûlant « , Éditions Atlas, 1984.

Le chercheur OVNI Bruce Cathie, ancien commandant de bord de l’aviation civile Néo-zélandaise, a été confronté, lui aussi, à un couple bizarre ! C était un matin de février 1969, à Mangere, l’aéroport d’Auckland. L’homme était grand, dégingandé, avec des membres longs et filiformes. Le plus étrange était sa tête : à peu près parfaitement sphérique, et aussi nue qu’une boule de billard ! Avec une peau bronzée et lisse. Sa compagne était plus petite, avec un visage long, presque en lame de couteau !

Avec une chevelure d’un noir de jade, lui tombant sur les épaules, selon une mode remontant à plusieurs années !

L’homme photographia Bruce Cathie. L’homme et la femme disparurent subrepticement ! Pages 80 à 83 du livre de Bruce Cathie  » Harmonic 695 « , Éditrice Sylvie Messinger, 1981…

Le 6 juin 1977, Caroline Coombs reçoit la visite de deux mystérieux personnages, presque jumeaux, très bien renseignés, eux aussi. L’un d eux exprima le besoin de se rendre d’urgence à une sorte de rendez-vous, à Croesgock, petit village du Pays de Galles ! Étrange coïncidence, un vacancier, Mr Smith, vit un énorme vaisseau spatial en vol stationnaire, à deux cents mètres d’altitude, au début du mois d’avril 1977 à… Croesgock ! ! !

La voiture utilisée par les deux visiteurs, était une voiture de sport  » futuriste « , très silencieuse. Voir pages 159 à

162 du livre de Peter Paget  » Le dossier secret des OVNI gallois « , Éditions Du Rocher, 1983.
Dans  » LDLN  » n° 332, Joël Mesnard, évoque aux pages 29 à 36, d’ « étranges personnages  » :

Suzanne habite la région de Chantilly (Oise). En 1959, peut-être au printemps, un jour vers 13 h, Suzanne prit un train direct, qui devait l’amener à la gare du Nord, à Paris. Dans ce train bondé, deux jolies jeunes femmes blondes, comme des soeurs jumelles… Elles disparurent brutalement !

Le lendemain, un dimanche, Suzanne se rendit à la messe de 8 h. Présence des deux femmes blondes… à cet endroit ! Puis, disparition sur place ! ! !

Le 22 mai 1976, Mme Annick Dargaud assiste à une réuni on publique du Groupe OVNI  » GEPA  » à Paris. Présence de deux belles blondes  » insolites  » accompagnées de deux hommes vêtus peut-être de costumes sombres. Les quatre personnes, au bout d une demi-heure, peut-être… n étaient plus là ! ! !

Dommage pour moi ; j ai été membre du G.E.P.A. (1970 à 1974) et j ai assisté aussi à des réuni ons publiques du GEPA à la même adresse… mais je n ai pas eu la chance de rencontrer d’aussi belles blondes ! ! !

Mme Marlynda Hollinger, connue sous le nom de Mamouchka, fut confrontée elle aussi, à une très jolie femme blonde insolite, au cours de la deuxième quinzaine de septembre 1988, vers 15 h ou 16 h. Présence aussi d’un personnage masculin, aux vêtements de couleur sombre. Eux aussi étaient très bien renseignés ! Ils étaient à bord d une très grosse et très belle voiture, gris métallisé. Cela se passa dans l’Hérault.

Nicole et Jean-Claude habitent à Noyon, dans l’Oise. Fin octobre, au tout début de novembre 1992, Jean-Claude promène sa chienne vers 13 h 30 dans un chemin qui borde des jardins, près du canal du Nord. Il vit alors un… « homme en noir  » ! Taille : 1,80 m. Couleur générale : noire, jusqu au ras du cou. Coiffé d’une sorte de canotier. Des yeux comme deux points noirs, profonds. On aurait cru voir du vide ! ! !

Fin des infos de Joël Mesnard.

Autre cas :  » Un jeune couple, Peter et sa femme Frances, furent confrontés à une rencontre rapprochée OVNI avec effets parapsy, pendant la nuit du 30 au 31 mai 1974 :

Ils circulaient à bord de leur voiture Peugeot 404, sur le trajet de Salisbury (Rhodésie) à Durban (au Natal, Afrique du Sud), lorsqu’ils furent témoins d événements extraordinaires peu communs !

Par la suite, mis sous hypnose profonde par le docteur Obertik, membre de la société pour la recherche psychiatrique de l ‘Afrique du Sud, Peter fera la révélation suivante à propos de ces extraterrestres :

Docteur O. : Dites-moi, Peter, sont-ils nombreux parmi nous à passer inaperçus ?

Peter : Des milliers (?)

Dr O. : Sont-ils parmi nous ?

Peter : Ce sont des employés de bureau, des dactylos, des hommes d affaire, des étudiants, des chargés de cours, des éboueurs, etc.

Dr. O. : Si vous voulez entrer en contact avec eux et apprendre leurs connaissances, nous les donneront-ils ? Entrent-ils en contact si vous le voulez ?

Peter : Ils n’entrent en contact que quand ils le veulent, et en influençant les autres. Ils ne font jamais rien directement sur terre… cela les obligerait à jouer le rôle d’importants personnages, faisant d’eux un pôle d’attraction. Ils ne sont que des personnes qui influencent, projettent et dirigent celles qui le désirent. « , fin de citation.

Paru à l’origine dans la renommée  » Flying Saucer Review  » et repris dans le livre  » Les Apparitions mystérieuses « , éditions Tchou, 1978, pages 288 à 303 ; et dans le livre de Jack Perrin  » Le Mystère des Ovni « , éditions J ai Lu, 1978, pages 168 à 194.
Je suis en mesure de révéler que des bruits circulent qui font état de la présence d’une base d’ « hommes en noir » et autres  » mystérieux personnages « … dans l’Oise, France ! ! !

Il n’y a pas de fumée sans feux, et le récapitulatif des cas suivants tend à le prouver :

1959, Suzanne, de Chantilly (Oise), constate la présence de deux belles blondes identiques, insolites, dans le train vers Paris.

Il y a quelques années, l’épouse d’un ufologue connu qui aperçoit un mystérieux personnage à col roulé, en plein été, dans l Oise.

Fin d année 1992, Jean-Claude, de Noyon, toujours dans l Oise, qui découvre un  » homme en noir  » près de chez lui !
L’Oise, France, semble prisée par nos mystérieux visiteurs ! ! !

LES RENDEZ-VOUS OVNI – VOITURE

Le vendredi 2 janvier 1953, localité de Rauch, Province de Buenos-Aires, Argentine, à 21 h 35. Plusieurs témoins observent un OVNI qui atterrit. Peu de minutes après, une automobile se rend sur les lieux de l’atterrissage !

Quelqu’un avait donc eu connaissance de cet atterrissage, et se dirigea immédiatement à l’endroit en question ! Info de feu François Couten.

10 mai 1957, vers 22 h 30, à Beaucourt-sur-l Ancre, dans la Somme, France, trois petits êtres à proximité d un engin. On appris qu à la veille et l’avant veille de l observation, certains habitants avaient remarqué les allées et venues insolites d une 2 CV grise dans la campagne environnante. Véhicule piloté par un homme élégant, vêtu d’un costume pied de poule, et… inconnu au pays !

L inconnu aurait abandonné la fameuse 2 CV devant une gare de la région. Info de feu François Couten.

Le 21 mai 1968, au km 189 de la route allant de Pelotas à Camaqua, État de Rio Grande do Sul, Brésil, deux personnes circulant en voiture, virent un OVNI atterrir. A l’endroit de l’atterrissage, une Volkswagen à l’arrêt.
Les deux témoins dirent qu’ils étaient restés sur la forte impression que la Volkswagen attendait l’objet sur le côté de la route, et qu’ils avaient eu le sentiment qu’ils avaient interrompu le rendez-vous !  » Phénomènes Spatiaux  » n° 29, septembre 1971, page 31.

 » Phénomènes Spatiaux  » n° 29, septembre 1971, page 31.
Le 7 juillet 1971, localité de San Juan de Los Morros, Espagne :

Plusieurs témoins virent deux personnages vêtus de noir, arriver à bord d une Mustang rouge du dernier modèle, puis monter à bord d une soucoupe volante !  » Phénomènes Spatiaux  » n° 29, septembre 1971, pages 30 et 31…

Voici maintenant une information personnelle. C était au début de l éclosion des radios F.M., en 1982-1983. Une animatrice de la radio  » Active F.M. « , Patricia L’Hérisson, connaissant ma passion pour l’ ufologie, me raconta ceci :

Elle connaissait un inspecteur de Police du Commissariat de Champigny, ami avec elle, qui lui révéla cette info : La police était informée, qu à cette époque (1981-1983), une haute personnalité politique avait été témoin d’un atterrissage d un OVNI… près d une voiture Volkswagen de couleur bleue à l’arrêt, dans le secteur de Melun (en Seine et Marne).
À rapprocher avec la… Volkswagen du Brésil ! ! !

Melun est tout proche de la mystérieuse Forêt de Fontainebleau, lieu privilégié d’apparitions d’OVNI, et du centre Radio-Électrique de Sainte-Assise, autre lieu privilégié des OVNI !

Une information m était parvenue comme quoi un C.R.S., Mr Renoir, avait fait la connaissance  » d’une

mystérieuse femme en noir « , à Barbizon, localité toute proche de… la Forêt de Fontainebleau !

Au bout de quelques mois, ce C.R.S. avait cessé de la fréquenter, car épouvanté par ses découvertes !

Cette  » femme en noir « , vêtue de noir, cheveux bruns, ne s alimentait pas, et ne buvait pas non plus. En présence d un témoin, le C.R.S. l’avait vu aussi se  » dématérialiser  » ! Sexuellement parlant, elle était de même constitution que nos femmes ! Ce C.R.S. est maintenant dans une caserne, à Marseille. Nos amis du CERPA doivent vérifier cette info, pour confirmer l’authenticité de cette affaire…
Pierre Monnet fut contacté par des extraterrestres pour la première fois, par une nuit de juillet 1951, au bord de la N7, qui traverse le village de Courthezon et relie la ville d Orange où devait se rendre Pierre Monnet qui y habite…

où devait se rendre Pierre Monnet qui y habite…

En juin 1974, un samedi matin, vers 10 h, à la station-service située en pleine ville, Pierre Monnet vit deux extraterrestres du même genre que ceux de 1951, faisant le plein d une Renault 16 neuve, reluisante, gris métallisé, immatriculée en  » WW  » ! Pages 85 à 89,  » Les Extraterrestres m ont dit…  » par Pierre Monnet, Éditions AlainLefeuvre, 1978…
Le 10 avril 1952, près de Nîmes (Gard), Rose C., rencontre trois extraterrestres et un… ancien instituteur qui était avec eux !

Il avait lui-même fait une rencontre du 3ème type, 20 ans plus tôt ; étant pour ainsi dire seul au monde, il avait accepté l’invitation de ces extraterrestres. Ils vivait depuis avec eux !
Voir la révélation de cet instituteur. Il expliqua à Rose que la Terre avait été aménagée à l’intention de ses habitants par ces extraterrestres, qui avaient même apporté sur place son satellite réputé naturel, la Lune ! ! !

Voir  » Rencontre avec les Extraterrestres « , par Rose C., Éditions Du Rocher, 1979.

Le même ufologue cité plus haut, m’a révélé qu il connaissait un cas de rendez-vous  » OVNI – voiture « , où c était un officier militaire qui avait assisté à un tel rendez-vous !
Citation du livre de Serge Hutin,  » Gouvernants invisibles et sociétés secrètes  » , éditions J’ai Lu, 1971, pages 91 & 92 :

 » Voici une bien étrange histoire qu’on nous a racontée et qui se déroula en 1967, dans la vieille cité romane de Tournus. Un brave homme de la ville conçut le projet d’explorer un dédale de souterrains dont l’un des accès débouchait justement dans sa cave. Il ne parla de son idée à personne, ni femme, ni parents, ni amis. Il possédait déjà de longue date un matériel entreposé chez lui, et on ne le vit donc pas en ville acheter ou transporter l’équipement de mineur qui lui était nécessaire. Matériellement, personne ne pouvait être au courant de son projet d’exploration souterraine, dont aucune trace n’aurait pu apparaître à la surface du sol. Or, la veille même du jour où il avait décidé d’entreprendre l’exploration du souterrain, il reçut la visite d’un personnage qui se présenta à lui en tant que haut fonctionnaire du ministère des Beaux-Arts et le menaça de poursuites judiciaires immédiates s’il donnait suite à son

projet de fouille clandestine.

On peut se poser deux questions :

D’abord, par quel truchement le ministère des Beaux-Arts avait-il pu être informé de ce projet de fouille que personne ne connaissait.

Ensuite, comment cette intervention ministérielle put-elle être si foudroyante, préventive même, puisque, dans les cas les plus rapides d’intervention contre les imprudents ou des vandales, il faut toujours compter un délai nécessaire pour mettre en branle le lourd mécanisme administratif ?

Il faudrait admettre alors, peut-être, qu’il existe en France des lieux jalousement gardés, placés sous la sauvegarde de forces magiques, où intervient l’action de moyens paranormaux.  » fin de citation.

Autre citation du même livre, Page 310 :  » L’auteur américain de science-fiction Philip José Farmer a écrit un excellent et très étrange roman,  » L’univers à l’envers « , dont la clé est celle-ci : des puissances supra humaines régissent, tout au sommet de la pyramide des gouvernants visibles et invisibles, l’évolution de tous les systèmes stellaires et planétaires et de tous les êtres qui y vivent, hommes compris. S’il en était ainsi, le point de vue humain si limité serait aussi inapte à saisir les lignes d’ensemble des cycles stellaires et planétaires que, pour hasarder cette métaphore, une cellule de nôtre organisme est incapable de comprendre l’ensemble structuré qu’il forme. « , fin de citation du livre de Serge Hutin.
LE PARC AUTOMOBILE DES VISITEURS

Il semble bien que les visiteurs utilisent une gamme diversifiée de véhicules : années 60 et 70, utilisation de Cadillac, Plymouth, limousines noires aux USA, ainsi qu’une Mustang blanche.

Fin des années 60, une Volkswagen au Brésil.

Années 70, une Mustang rouge en Espagne, dernier modèle.

Années 50, une 2 CV en France.

Années 70, une R 16, France, neuve.

Années 80, une Volkswagen bleue en France, près de Melun.

Fin des années 70, une voiture de sport  » futuriste « , Pays de Galles.

Jean-Claude Pantel a été transporté par les  » Visiteurs « , dans une SM Masérati verte !
INFRASTRUCTURE ET SOUTIEN LOGISTIQUE

Les visiteurs clandestins sont très bien organisés, et disposent de soutiens dans nos sociétés, pour vaquer à leurs opérations. Voir les infos de feu François Couten.
EN RÉSUMÉ

En résumé, les  » hommes en noir « , les  » couples bizarres « , ou les  » personnages seuls insolites « , associés aux rendez-vous OVNI – voiture, sont étroitement imbriqués ! ! !

 » Ils  » se fondent facilement dans nos sociétés, disposent de très bons renseignements, et ne laissent aucunes traces après leurs interventions.
Comme les voitures qu’ils utilisent,  » Ils  » disparaissent au sens littéral du terme ! Comme si les « pièces à conviction » s étaient évanouies dans une  » faille spatio-temporelle  » ! ! !

CONCLUSION

En conclusion, nous pouvons affirmer qu’une  » cinquième colonne  » extraterrestre s affaire sur  » notre  » planète, et que des terriens se sont déjà mis à leur service, … pour le meilleur ou pour le pire ! ! !

Tout cela est pour le moins bien inquiétant ! ! !

Maintenant, nous savons que  » les envahisseurs  » sont là, qu ils ont une  » apparence humaine « , et que le cauchemar a déjà commencé ! ! !

Cela ne vous rappelle rien ? La série culte télévisée  » LES ENVAHISSEURS  » ! ! !

Mais après tout, ne dit-on pas que la réalité dépasse souvent la fiction ?
Pour la mémoire de toutes celles et ceux qui sont décédés par les manifestations dangereuses du phénomène OVNI, témoins, auteurs disparus et pour ceux qui ont approché de trop près les vérités interdites ufologiques, en décédant brutalement, comme Franck Edwards, Morris Jessup, James Mac Donald, et tous les autres, je vous demande d’observer avec moi une minute de silence à la fin de ces lignes…

Merci pour EUX.

REOUVERTURE DU DOSSIER : JUIN 2002.

Dans son ouvrage  » Des OVNI, à la Transcommunication. Des Esprits, aux Extra-Terrestres. « , paru à compte d auteur en 1996, l’amie Ufologue Lucienne-Frédérique Sagnes nous fait part de ses rencontres avec de mystérieux  » Hommes en noir « . Lire le chapitre  » Expériences avec les OVNI. M.I.B. Rencontres du 1er type. « . Pages 127 à 130.

Citation :  » Toulouse. 1971. C’est au mois de juin 1971, que je vais connaître mon premier contact avec l’inconnu.

Je ne savais pas grand-chose sur les OVNI, et ne m’en préoccupais pas. Je n’avais jamais été informée sur le sujet, et rien ne m’avait sensibilisée au phénomène.

Ce soir de juin 1971, avec un ami, nous nous rendons à quelques kilomètres de la ville où se produit le guitariste Manitas de Platas. Lorsque nous arrivons, le spectacle est commencé et Manitas joue sur la piste centrale, entouré d’une centaine de personnes qui l’écoutent, d’autres dansent le flamenco. Cela se passe dans un grand parc. Il est environ 21 H 30. Les tables sont toutes inoccupées. Nous nous installons au fond du parc, de ce fait nous nous trouvons dans la pénombre. Nous sommes à environ 80 mètres de l’entrée.

Un homme apparaît. Il mesure 1 m, 80 environ, mince, élégant, les cheveux courts, grisonnants, d’un âge approximatif de cinquante à soixante ans. Sans hésitation il se dirige vers nous à travers les tables vides. Avec un sans-gêne incroyable, il déplace une chaise et va s asseoir devant moi et mon compagnon à notre table, sans saluer ni prononcer un seul mot. Pendant un long moment il va me dévisager froidement. Notre confusion est telle que nous portons nos regards ailleurs, ce qui nous

empêche de le voir s’éloigner. Mais je peux l’apercevoir à la sortie du parc. Il sort sans se retourner comme s’il n était venu que pour s’asseoir devant moi un moment.

Un mois plus tard au mois de juillet vers 1 H 30 de l’après-midi.

Il faisait très chaud, je me rendais à mon travail par les quais de la Garonne. Je devais traverser une petite place vide à cette heure. J’allais m engager, lorsqu ‘apparaît de l’autre côté, le même genre de personnage, grand, vêtu d’un complet sombre, tête nue. Je décide de traverser la place par le centre, il fait de même, son allure est curieuse, sa démarche un peu sinueuse. Il arrive près de moi et me frôle en murmurant une phrase dans laquelle je n’ai retenue qu’un seul mot : « Conservé  » !
Il y avait dans ces deux rencontres quelque chose d étrange, sans cela je n aurais pas retenu ces faits dans ma mémoire.

Je ferai une autre rencontre, en allant à mon travail un soir à 19 H en 1976 à Etampes (Note de Christian Macé : Etampes, ville située dans l’Essonne, France).

J’étais alors bien investie dans la recherche et dans l expérience OVNI. Je me trouvais dans mon véhicule, et arrivait à proximité du rond-point qui traverse la 191. Soudain arrive de l’arrière une 4 L blanche qui stoppe contre ma voiture et je peux voir un homme assez jeune, cheveux blonds taillés en brosse. Il doit être grand puisque sa tête arrive au plafond de la voiture. Il tourne son visage vers moi de façon mécanique.

C’est un regard froid inexpressif. Je n’ai pas noté la couleur de ses yeux, car il était dans l’ombre. Puis il tourne à gauche et disparaît. Ma collègue qui suivait derrière, dans sa voiture et qui avait vu la scène, était persuadée qu’il avait essayé de m’accidenter. Il était vêtu d un pull noir à col roulé.

La dernière rencontre, la plus étrange se produira à Cergy-Pontoise, lors de la signature du livre de Jimmy GUIEU relatant l’atterrissage d un OVNI, suivi de l’enlèvement du jeune Frank Fontaine. Cette affaire qui s’est révélée très douteuse par le comportement de l’un des protagonistes de moralité très suspecte, a laissé subsister un doute profond dans l’esprit des Ufologues. Enlèvement ? Peut-être pas, atterrissage ? Certainement.

Je me suis rendue sur les lieux avant le retour de Frank Fontaine le 26 novembre. Ce soir là alors que je stationnais à l’endroit même de l’événement, avec un ami parisien, nous remarquions que la radio s’allumait seule. Je revins à Etampes, après avoir déposé mon compagnon à Paris. Je garais ma voiture. Il était environ trois heures du matin. Le lendemain, dans la matinée, je constatais avec stupeur que les quatre enjoliveurs de ma Matra, étaient dépourvus de peinture. Celle-ci

composée de polyuréthane, avait complètement disparu. Le garagiste ne put trouver d’explication au phénomène.

Le jour de la signature, après avoir déjeuné dans un restaurant en compagnie de Jimmy GUIEU et d’un ami, le lieutenant J. P GUIEU, cousin éloigné de Jimmy, nous nous rendîmes sur les lieux où se passait la signature du livre, une grande surface de Cergy. A un moment donné, je me retrouvais seule devant la vitrine d ‘une librairie.

Je regardais les ouvrages, quand tout à coup je ressentis un frisson dans mon dos, qui me fit tourner la tête. Tout près de moi, se tenait un homme de taille moyenne, plutôt petit, vêtu de façon impeccable, d’un complet noir agrémenté d’une fine rayure blanche. Le teint olivâtre, les cheveux et les yeux noirs. La même expression glacée que les trois autres. Ce regard me fit souvenir des autres rencontres. Nos yeux se rencontrent, et il réagit tout de suite comme s’il avait deviné ma pensée. Je le vois filer à travers la foule, en glissant, ondoyant comme un serpent. Il glisse littéralement à une allure impossible pour quelque’ un qui marcherait normalement. Personne ne semble le voir. Il disparaît de l’autre côté du magasin vers la sortie. « . Fin de citation.

Votre narrateur a très bien connu l’amie Ufologue Lucienne-Frédérique Sagnes, lorsque celle-ci était établie dans l’Essonne, secteur d Etampes. Maintenant Lucienne-Frédérique demeure dans le Sud-Ouest de la France.

Feu l’ami Jimmy GUIEU, que j’ai très bien connu, relate dans son ouvrage  » Le Livre du Paranormal « , réédité chez l’éditeur  » Dossiers Vaugirard  » en 1993, livre que m’avait dédicacé Jimmy à Pontoise le 12 février 1995, un cas ressemblant aux Hommes en noir :

Se reporter au chapitre :  » Pierre Meslat, le prodigieux médium d Epernay « . A partir de la page 257.

Feu Pierre Meslat était sujet à l’existence de phénomènes dits paranormaux.

A la fin des années 60, Pierre Meslat et sa femme prenne la gérance d’un magasin  » Coop  » à Choisy-en-Brie, en Seine-et-Marne.

Puis, citation, page 261 :  » Ici se place un épisode également bizarre. Partant de Choisy-en-Brie vers cinq heures du matin, Pierre effectuait des tournées en fourgonnette. Durant deux mois, il remarqua qu’une traction avant noire, transportant trois ou quatre hommes, le suivait. La traction le dépassait, lui faisait une queue de poisson pour s’arrêter plus loin. Pierre se dégageait, accélérait et s’arrêtait à une certaine distance pour jeter un coup d oeil en arrière : la route bien droite, sans chemin perpendiculaire, était déserte ! Souvent également, la mystérieuse traction le doublait, stoppait au sommet d’une côte et s’évanouissait dans le néant quand Pierre arrivait à sa hauteur ! « . Fin de citation…
Il y a quelques années, par l’intermédiaire d’une amie, j avais pu recueillir la déposition d un couple Mme et M. C., demeurant actuellement en Seine-et-Marne. C’est particulièrement la dame qui a accepté de me relater leur extraordinaire aventure, vécue il y a déjà plusieurs années, alors qu’ils vivaient en Côte-d Or. Ils tenaient un Café-Boutique situé à Beaune, en Côte-d Or. Ce couple faisait parti d un petit groupe, dont eux-mêmes et plusieurs personnes ont été les témoins d’événements ufologiques plutôt extraordinaires.

C’est particulièrement la dame qui a accepté de me relater leur extraordinaire aventure, vécue il y a déjà plusieurs années, alors qu’ils vivaient en Côte-d Or. Ils tenaient un Café-Boutique situé à Beaune, en Côte-d Or. Ce couple faisait parti d un petit groupe, dont eux-mêmes et plusieurs personnes ont été les témoins d’événements ufologiques plutôt extraordinaires.
C’est le secteur de Beaune (France) qui sera l’épicentre de toutes ces manifestations…

Un policier du commissariat de Beaune et un militaire de l’armée de Terre seront impliqués lors de ces événements troublants. Le policier sera confronté à un  » Homme en noir  » et une  » Femme en noir  » !

Lors d’un atterrissage d’une soucoupe volante dans ce secteur de Beaune, ce couple insolite sera aperçu à côté, comme s’il avait été déposé.

Lors d’un réglage de la circulation dans la ville de Beaune, le policier reverra ces deux personnages bizarres ! Le militaire sera pris en chasse en ville par un véhicule, mais réussira à semer ses poursuivants ! Par la suite, un responsable de la  » D.S.T.  » ( » Direction de la Surveillance du Territoire « ) alerté par le groupe, viendra enquêter avec ses hommes, mais se montera sceptique…L’amie Ufologue J. A. du Var (Provence) me relatera personnellement sa propre expérience en ce domaine :

La suite demain !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *