Les momies et la cocaine

L’étonnante découverte de traces de cocaïne et de tabac dans des momies égyptiennes a fait sensation dans le monde universitaire. Rand et Rose Flem-Ath examinent le cas des momies cocaïnomanes, révélant qu’il y avait contact entre les civilisations anciennes, bien avant qu’on le pensait auparavant.
Dans le film Contact, Jodie Foster joue un astronome qui établit la communication avec une civilisation au-delà de notre système solaire. Dans une récente émission télévisée, La Malédiction des Momies cocaïnomanes, un autre, mais tout aussi fascinant, contact a été établi entre l’Égypte ancienne et l’ancien Pérou. Un médecin légiste allemand a coffré la momie égyptienne de Ramsès II pour possession de cocaïne. La cocaïne, comme beaucoup le savent, ne pousse que dans les Andes. Comment Ramsès II a-t’il obtenu sa drogue?

 Les contacts antiques transocéaniques entre l’Ancien et du Nouveau Monde avant Christophe Colomb (autres que les Vikings) n’est tout simplement pas acceptable dans les salles étroitement contrôlé du monde universitaire. Le professeur John Baines, un égyptologue à Oxford est un cas typique. Il appelle l’idée de commerce transocéanique antique «absurde» et renforce son «argument» en notant qu’il ne connait aucun égyptologue professionnel, anthropologues ou archéologue qui fasse «sérieusement» des recherches sur le sujet. C’est parce que, dit-il, on n’en perçoit pas le réel intérêt pour ces sujets. »
Voir le professeur Baines « nous rappelle les prêtres qui refusaient de regarder à travers le télescope de Galilée pour voir les défauts sur la Lune, car cette révélation ne se conformaient pas à leurs idées préconçues de la réalité. L’Académie vise à ne pas regarder le problème. Cette politique de l’autruche a des conséquences prévisibles: des conséquences qui n’ont pas nécessairement une incidence quelconque sur la quête de la vérité mais en fait, entraver la recherche.

Le simple fait que nous trouvions des civilisations adoratrices du Soleil construisant des pyramides, des obélisques et préservant leurs morts en les enveloppant dans un tissu (momie) sur les deux côtés de l’Atlantique est rarement discutée au sein même des revues archéologiques et anthropologiques, malgré le fait que chaque enfant lorsqu’il est confronté pour la première fois à la réalité pose une question évidente: «Pourquoi? Malgré tout quatre cent chercheurs au cours cinq cent dernières années ont été intrigués. Trois théories ont vu le jour, une seule a survécu jusqu’à aujourd’hui.

Le secrétaire de Cortes est l’un des premiers à avoir proposé l’idée que l’Ancien et le Nouveau Monde étaient les restes d’une même civilisation « perdue » plus ancienne. L’ «Aztlan» de l’ancien Mexique et l « Atlantis » de l’Egypte antique étaient, selon lui, une seule et même chose. Avec cette idée simple, les points communs entre les bâtiments, la culture et la mythologie des anciens peuples du Mexique, du Pérou et de l’Egypte pouvaient être tous expliqués comme les « échos » d’un monde perdu.

La deuxième théorie présentée est l’idée que le Mexique et le Pérou ont été dirigés par des gens de l’Ancien Monde qui possédaient déjà les compétences nécessaires pour construire des pyramides et préserver les organes. La plupart ont fait valoir qu’ils sont venus de l’Egypte ancienne, mais d’autres suggèrent : les Sumériens, les gens de l’Inde ancienne, les Phéniciens et même les Templiers de France. Encore une fois, une idée simple a été utilisée pour expliquer un problème évident.
La troisième théorie, l’idée de «développement séparé». Ici l’accent est mis sur «comment les gens sont arrivés dans les Amériques plutôt que sur les impressions des Européens après la « découverte » du Nouveau Monde par Colomb. Même si c’ est la plus compliquée des théories – violant ainsi le principe scientifique de Rasoir d’Occam (si bien respecté par la notion de contact) qui dit que lorsqu’on est confronté à des théories contradictoires d’un phénomène inexpliqué il faut préférer la plus simple explication, c’est, néanmoins, la seule théorie qui est considérée comme scientifique dans les universités d’aujourd’hui.

C’est dans ce contexte que nous devons regarder The Curse of the Cocaine Mummies. La cocaïne et le tabac sont des plantes originaires d’Amérique et qui étaient inconnues de l’Ancien Monde, si l’on en croit le paradigme traditionnel. La première brèche dans le dogme est apparue le 16 Septembre 1976, lorsque les restes momifiés de Ramsès II sont arrivé au Musée de l’Homme à Paris. Pour réparer les dommages causés à la momie, une équipe scientifique a été constituée qui comprenait le Dr Michelle Lescot du Musée d’Histoire Naturelle (Paris). Elle a reçu des fragments de bandages et elle a découvert un fragment de plante piégée dans les fibres. Quand elle le regarda au microscope, elle a été stupéfaite de découvrir que la plante était le tabac. Craignant avoir fait une erreur, elle renouvela son expérience encore et encore avec le même résultat à chaque fois: une plante du Nouveau Monde avait été retrouvé sur une momie de l’Ancien Monde. Les résultats, peu connu en Amérique du Nord, ont fait sensation en Europe.

Le Professeur Nasri Isk-Ander, conservateur en chef au Musée du Caire pensait avoir une explication. En tant que fumeur de pipe invétéré, il a fait valoir que «peut-être un morceau de tabac avait chuté par hasard » de la pipe d’un archéologue oublié. Le docteur. Lescot a répondu à cet argument de « contamination » en prélevant méticuleusement de nouveaux échantillons provenant de l’abdomen de Ramsès II, tout en prenant des photos de l’opération. Ces échantillons, qui ne pouvait pas être « contaminés » ont ensuite été analysés et une fois de plus se sont révélés être du tabac.

La découverte de fragments de tabac dans le corps momifié de Ramsès II aurait du avoir une profonde influence sur notre compréhension entière de la relation entre l’Égypte ancienne et l’Amérique, mais cet élément de preuve a été tout simplement ignoré. Puis, seize ans plus tard, encore une fois tout à fait accidentellement, de nouvelles preuves sont apparues. En 1992, la toxicologue, le Dr Svetla Balabanova de l’Institut de Médecine Légale de Ulm (Allemagne) a analysé les restes momifié de Henout-Tawy, Dame des Deux Terres. Les résultats a été un choc »pour cette scientifique qui utilisait régulièrement les méthodes d’essai identique pour faire reconnaître coupable des personnes de consommation de drogue. Elle ne s’attendait pas à trouver de la nicotine et de la cocaïne dans une momie égyptienne. Elle a renouvelé les analyses et elle a envoyé des échantillons frais à trois autres laboratoires. Lorsque les résultats sont revenus positifs, elle a publié un document avec deux autres scientifiques. (Balabanova, S., F. Parsche et Pirsig W., «Première identification de la drogue dans des momies égyptiennes », Naturwissenschaften 79, 358 (1992) Springer-Verlag 1992.)

Si Balabanova a été surpris par les résultats de ses tests, elle a été encore plus surprise de la réponse au vitriol à sa publication. Elle a reçu un flot de lettres de menaces, des insultes et des accusations de fraude. Quand elle a rappelé à ses détracteurs qu’elle avait tout simplement appliqué les techniques mêmes qu’elle avait utilisés pendant des années dans le travail avec la police, où ses résultats étaient considérés comme des «preuves positives» ses critiques ne semblèrent pas s’en soucier. Elle a été condamnée comme «fraudeuse».
Le Dr Rosalie David, gardienne de l’égyptologie, du Manchester Museum a relevé le défi d’enquêter sur les momies cocaïnomanes  » ce qui pensait-elle » semblait tout à fait impossible.  » Elle a commencé par l’envoi d’échantillons de tissus et de cheveux de son musée à des laboratoires. Elle a travaillé sur l’hypothèse que l’un des deux faits était vrai:

1/Les analyses de Balabanova étaient mauvaises

2/La momie n’était pas très ancienne (c’est à dire que c’était un faux)

Le Dr. David s’est rendu à Munich pour examiner les techniques et les dossiers de travaux d’excavation pour voir si le corps, qui avait initialement été acheté par le roi Louis Ier de Bavière était authentique ou non.

Le Dr. Alfred Grimm, le conservateur du Musée égyptien de Munich a déclaré que « les momies de Munich sont de vraies momies égyptiennes. Pas des faux. Pas des momies modernes. Elles viennent de l’Egypte ancienne. » Après des jours passées sur la documentation associée à la momie à la cocaïne, le Dr David a cédé en déclarant:« il semble évident qu’elles sont probablement véritables …  »
Quand elle revint à Manchester, elle a découvert que des momies de son propre musée avaient des traces de tabac. Mme David a dit: «Je suis vraiment très surprise. »

Les travaux du Dr Balabanova avaient été validés par les résultats des tests de Manchester mais elle était maintenant accrochée au problème et elle a commencé à recueillir des échantillons sur des corps naturellement préservés dans des musées partout en Europe. Elle a obtenu 134 corps différents distincts venant de l’ancien Soudan et datant de bien avant Christophe Colomb ou les Vikings. Sur un tiers de ces corps on trouve à la fois de la nicotine et de la cocaïne.

Le fait passionnant qu’il y avait certainement des contacts entre l’ancien Pérou et l’ancienne Egypte était maintenant établi. Les momies cocaïnomanes en provenance d’Égypte et du Soudan ont changé les règles de ce jeu controversé. Il n’y a plus de raison d’exclure l’hypothèse d’échanges transocéaniques dans les temps anciens.

Est-ce que le principe du Rasoir d’Occam ne doit être appliqué que lorsque le résultat est assuré de confirmer le dogme traditionnel sur les théories du passé? Il semble que oui. Les momies à la cocaïne ont quitté les rails des perspectives depuis longtemps établies. Malgré des preuves accablantes que nous nous retrouvons au cours de la dernière décennie du XXe siècle avec un « establishment scientifique» qui se moque de ses propres membres et refuse de regarder les résultats de ses propres principes si les résultats ne confirment pas le point de vue préféré de l’orthodoxie régnante.

http://naturalplane.blogspot.com/2010/05/mysterious-cocaine-mummies.html

Traduction Veritas

Forum ufologique

One Comment

  1. Pingback: Des Carthaginois en Amérique – La Guerre c'est la Paix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *