Les nombreux visages de Venus

On a donné plusieurs noms à Venus à travers les âges, évoquant à la fois la passion et la terreur.

Depuis 1962, 22 missions différentes ont été envoyées vers la planète Vénus. En commençant par Mariner 2, qui a volé vers la planète, et se terminant avec Venus Express, Venus a eu le plus grand nombre de missions ciblées, hors celles de la Lune[1].

Venus[2] a été l’inspiratrice d’extrêmes émotions humaines dans le passé. Les récits mythologiques du monde entier décrivent la planète Vénus comme une déesse, à l’aspect à la fois beau et terrifiant. Venus a été appelée « créatrice » et « destructrice » au cours des âges, conduisant plusieurs participants de l’Univers Électrique à publier des livres[3] et des vidéos[4] sur les influences qu’elle a eu sur les civilisations passées.

Un des points les plus importants dans la théorie de l’Univers Électrique, c’est que notre Soleil et le système solaire sont dans un état d’équilibre dynamique. À un certain moment dans le passé récent, Vénus, Terre, Mars, et probablement la plupart des autres corps rocheux, ont connu une augmentation de leurs champs électriques, ainsi que de leurs magnétosphères. Beaucoup d’entre eux ont déployé des queues de plasma d’une telle longueur et d’une telle force qu’elles ont englouti d’autres planètes et lunes, ou qu’elles sont entrées dans des orbites instables qui les ont amenés dans une proximité dangereuse d’autres planètes. Les deux situations existèrent peut-être.

Que ce soit en raison de l’activité électrique du Soleil qui provoqua des décharges de plasma à l’intérieur de sa famille de corps célestes, à l’adoption d’un nouveau primaire, ou à l’entrée d’un objet étranger dans le système solaire, une certaine influence a créé les cicatrices sous forme de cratères et rainures qui fournissent des preuves médico-légales pointant vers une catastrophe cosmique.

Venus présente de nombreux signes[5] de cette récente catastrophe: des fissures[6] qui s’étendent sur ​​des centaines de kilomètres, des formations géantes appelées « coronales[7] » qui sont accompagnés par des zones de fracture massive, se ramifiant comme des éclairs sculptés, et de vastes caldeiras[8] (appelées à tort des «dômes»), à l’intérieur irisé.

Une image de La divinité Aztèque (nahuatl), Quetzalcóatl, une autre version de Vénus. Sculpture du temple de Quetzalcóatl à Teotihuacan.

Dans les articles passés de « Picture of the Day », différentes caractéristiques qui sont communes aux décharges électriques ont été détaillées: cratères avec de larges fonds plats et des parois latérales raides qui sont souvent mitoyennes; des canaux sinueux, ou des canyons, à parois latérales verticales, les bords festonnés, pas de débris, et des mesas[9] avec des parois à quarante-cinq degrés « épaules », et des escarpements qui sont souvent gravés de rainures verticales parallèles; des doubles failles sans aucun signe de glissement et parfois avec parfois d’autres failles les coupant à quatre vingt dix degrés . Toutes ces structures sont visibles sur Vénus.

Les théories de la façon dont Vénus a été formé et comment sa surface a été dynamité et abrasée doivent inclure la manière dont l’électricité se comporte dans diverses circonstances. Dans l’atmosphère à haute densité de Vénus, des arcs électriques tailleront une topographie similaire à celle observée ailleurs dans le système solaire, mais elle portera des attributs uniques. Par exemple, les décharges hautement énergétiques laisseront des formations profondément marquées[10] , ainsi que des structures tourbillonnantes appelées  » arachnoïdes[11] « qui ressemblent à des « araignées », qui se retrouvent sur Mars, mais qui sont beaucoup plus grandes et plus prononcée.

Réaliser que toutes les planètes et les lunes que nous avons explorées ont probablement été marquées par des événements catastrophiques dans un passé récent, nous guidera dans nos recherches vers une compréhension plus appropriée de la raison pour laquelle elles présentent cette morphologie conventionnellement étrange.

Auteur: Stephen Smith

Note:

http://nssdc.gsfc.nasa.gov/planetary/lunar/lunartimeline.html

http://sos.noaa.gov/videos/Venusshaded.mov

http://www.thunderbolts.info/wp/resources/thunderbolts-of-the-gods-preview/

http://www.thunderbolts.info/wp/resources/thunderbolts-of-the-gods-preview/

http://nssdc.gsfc.nasa.gov/imgcat/hires/mgn_f45n019_1.gif

http://www.redorbit.com/media/gallery/magellan-to-venus/65_5e2e6f7a48ac9334cd7edfafa6a28e74.jpg

http://media-2.web.britannica.com/eb-media/07/78007-050-C0E86C51.jpg

http://photojournal.jpl.nasa.gov/jpeg/PIA00084.jpg

http://sci.esa.int/science-e/www/object/index.cfm?fobjectid=46811

http://nssdc.gsfc.nasa.gov/imgcat/hires/mgn_c115s095_1.gif

http://www.ldeo.columbia.edu/res/fac/rsvlab/Images/Arac99.jpg

Source:
http://www.thunderbolts.info/wp/2011/11/01/the-many-faces-of-venus/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *