Libre arbitre

Si on dit aux gens que le libre arbitre n’existe pas, leurs cerveaux pourraient emboîter le pas.

On constaté une diminution immédiate de l’activité cérébrale liée à l’action volontaire chez un groupe-test qui a lu des passages discréditant la notion de libre arbitre. Les résultats ne sont qu’une des données d’une recherche scientifique en cours sur une énigme philosophique millénaire, mais elles soulèvent une possibilité intrigante.

«Nos résultats indiquent que les croyances sur le libre arbitre peuvent changer les processus cérébraux à un niveau moteur très basique, » ont écrit les chercheurs dirigés par le psychologue Davide Rigoni de l’Université de Padoue en Italie dans une étude publiée en mai dans Psychological Science .

«Les systèmes abstraits de croyance pourraient avoir un effet beaucoup plus fondamentale qu’on ne le pensait. »

Rigoni a demandé à un groupe de 30 personnes de lire des passages d’un livre de 1994 de Francis Crick : The Astonishing Hypothesis: The Scientific Search for the Soul. La moitié a lu un passage qui ne mentionne pas le libre arbitre, tandis que les autres ont lu un passage le décrivant comme illusoire. Tous ont été raccordés à des machines électroniques qui surveillent l’activité électrique appelée «potentiel de préparation», qui est liée aux calculs neurologiques qui surviennent dans les millisecondes avant le mouvement volontaire.

Les sujets de l’expérience ont ensuite été invités à appuyer sur un bouton de souris lorsque le curseur clignote sur un écran d’ordinateur pendant plusieurs secondes. Ceux qui ont lu le passage qui rejette le libre arbitre ont montré des potentiels de préparation beaucoup plus bas. Leurs actions semblent impliquer moins de contrôle volontaire que le groupe de contrôle.

Questionnés sur le moment où ils ont décidé d’appuyer sur le bouton, le groupe non-libre-arbitre a déclaré le faire une fraction de seconde avant leurs homologues. Perdre confiance dans le libre arbitre apparemment introduit un décalage entre le choix conscient et l’action.

Des études psychologiques antérieures sur le libre arbitre ont trouvé que la discréditation du libre arbitre semble déclencher une augmentation de l’agressivité dans la tricherie , encourager les gens à être moins utiles et plus généralement saper la motivation .

Les derniers résultats étendent les effets à un niveau physique. Qu’il y ait une relation entre le libre arbitre, l’activité motrice et les comportements plus complexes est encore à déterminer, mais « les systèmes de croyance abstraite pourraient avoir un effet beaucoup plus fondamental qu’on ne le pensait auparavant,» ont écrit les chercheurs.

Lecture de l’activité dans les régions du cerveau liées à un comportement volontaire d’un groupe témoin (rouge) et les gens qui lisent un passage discréditant le libre arbitre (en bleu). Les points indiquent le moment où ils ont décidé d’appuyer sur un bouton. Psychological Science

Source: http://www.wired.com/wiredscience/2011/05/free-will/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *