L’Ordre de Yale

« La dernière année (de mes études à  Yale), je suis devenu membre du Skull and Bones, une société secrète, si secrète en vérité que je ne peux en dire davantage. Je m’y suis fait 14 nouveaux amis »
Pourquoi s’intéresser à  l’ordre du Skull and Bones (Cràne et Tibias) me direz-vous? Qu’est-ce encore que cela? Une téte de mort : ce sont des pirates? Et bien peut-étre mais des pirates en col blanc. Non, vous ne révez pas. Il ne s’agit nullement d’une sorte de délire conspirationiste du genre illuminati ou complot judéo-maçonnique en tout genre. Cette société secrète existe bel et bien. Nous allons essayer de vous présenter ce club très select constitué des membres des familles les plus puissantes de l’establishment américain. G W Bush est le premier bonesman a reconnaître qu’il en fait partie.

Voici la secte inquisitrice la plus officieuse et dirigeante que le monde n’est jamais connue. Ce volet dévoile la vraie face dirigeante de notre monde.

L’origine de l’ordre.

Quand, en 1687, Elihu Yale devient gouverneur du fort saint Georges à  Madras, il ne sait pas encore qu’il va y amasser une énorme fortune en commerçant, ni qu’il donnera son nom à  l’une des plus prestigieuses universités américaines. Connu comme étant un philanthrope, il reçoit, un jour, une requéte de l’école collégiale du Connecticut. Il y répond par un don de livres. Après plusieurs demandes, Cotton Mather1 suggére que l’on appelle désormais ce collège du nom du généreux donateur. C’était en 1718. Sur le vieux campus trône une statue de Nathalie Hale dont une copie siège curieusement devant le quartier général de la CIA à  Langley en Virginie. Et le croirez-vous, il en existe encore une autre devant l’Académie Philipps à  Andover dans Massachussets. Les européens se demanderont qui est cet homme, et ce qu’il a bien pu faire pour étre honnoré de la sorte. Et bien, tout cela est dû au fait que ce Nathan est un des premiers héros de la guerre d’indépendance américaine et qu’il était membre avec 3 autres diplômés de Yale, de la société : « Culper Ring », une des premières agences secrètes américaines établies par Georges Washington. Il obtient de nombreuses informations mais est découvert par les anglais qui le pendent en 1776.

Ce petit préambule sert à  vous montrer que les rapports entre Yale et les services secrets américains sont uniques et ont commencé avant méme l’indépendance! Depuis lors, une quantité impressionante d’agents de la CIA sortiront de Yale, qu’ils soient bonesmen (membres de la société skull and bones) ou pas.

En 1823 Samuel Russel fonde la « Russel and Company » dans le but d’acquérir de l’opium en Turquie et de faire de la contrebande en Chine. Russel and Co fusionne, en 1830, avec le syndicat des Perkins de Boston et devient le premier contrebandier d’opium américain. Un fait trop largement occulté (et pour cause) par l’histoire officielle est qu’un grand nombre des grandes fortunes américaines et européennes se sont créées gràce au commerce de l’opium avec la Chine.

Un des chefs des opérations de la compagnie à  Canton n’était autre qu’un certain Warren Delanoe Jr qui n’est autre que le grand-père de Franklin D Roosvelt. Et ce n’est pas tout car tous les partenaires de Russell deviendront des membres éminents de l’establishment américain. Certains comme John Cleeves Green(Princetown) ou Abiel Low (Columbia) financeront des universités. On trouve ainsi dans les amis de Russell, les Perkins, les Sturgis, la famille Forbes ou encore Joseph Coolidges et son grand frère, Archibald C. Coolidges, un des co-fondateur du CFR.
William Huntington Russell, un cousin de Samuel, étudie en Allemagne de 1831 à  1832. L’Allemagne est alors une terre d’idées nouvelles. La méthode scientifique y est appliquée à  toutes les études sur le comportement humain. La Prusse se reproche la défaite de ses forces armées contre celles de Napoléon en 1806 alors que ses soldats sont considérés comme étant les meilleurs du monde. C’est ainsi qu’en 1817, les universités allemandes créent un nouveau type de système éducatif basé sur les principes, toujours appliqués à  l’heure actuelle, établis par Rousseau et John Locke. J. Fichte, dans son «adresse au peuple allemand », déclare que les enfants doivent désormais prendre les rennes de l’état. Sa chaire à  l’Université est reprise par Hegel qui y enseignera jusqu’à  sa mort en 1831. Ce dernier est le point culminant de la philosophie idéaliste allemande issue de Kant.

Pour Hegel, notre monde est un monde de raison. L’état y est la raison absolue et le citoyen ne peut seulement commencer à  étre libre que s’il lui fait allégeance. Hegel appelle l’état la « marche de Dieu dans le monde » ou encore « la fin de l’histoire ». Ce concept de fin, a un droit supréme et supérieur à  celui des individus dont le devoir supréme est justement d’étre un membre de l’état. Le communisme aussi bien que le fascisme ont leurs racines philosophiques dans la philosophie hegélienne, doctrine justement très en vogue durant la période que passe W H Russel en Allemagne.
Mais l’Allemagne possède encore une autre spécialité : les sociétés secrètes composées d’étudiants. William Huntington est ainsi initié et incorporé au chapître d’une de ces sociétés d’étudiants. De retour à  Yale, en 1832, il y crée avec Alphonso Taft la société du skull and bones. Ce terme « Bones » s’avère étre le chapître d’un corps au sein d’une université allemande. Ainsi W. H. Russel et 14 autres membres de terminale fondent l’ordre du Scull and bones, qui changera plus tard son nom en Skull and Bones.

Il existe des sociétés plus ou moins secrètes d’anciens étudiants dans la plupart des universités américaine mais aucune n’est entourée du secret comme celle du skull and bones de Yale.
Donc depuis 1832, 15 juniors de Yale sont carrément pressurés par les seniors chaque année afin d’étre initiés au groupe de l’année suivante. On dit que chaque initié reçoit 15000$ et une montre grand-père. Loin d’étre une sorte de maison du plaisir du campus, le groupe est drillé afin de favoriser la réussite de ses membres dans le monde post universitaire.

Ce qui frappe à  la lecture de la liste des membres du skull and bones, c’est présence quasi systématique des noms des familles américaines les plus prestigieuses. Lord, Whitney, Taft, Jay, Bundy, Harriman, Weyerhaeuser, Pinchot, Rockefeller, Goodyear, Sloane, Stimson, Phelps, Perkins, Pillsbury, Kellogg, Vanderbilt, Bush, Lovett et ainsi de suite. Le Skull and Bones c’est tout simplement le club de l’élite, de l’establishment. Et si l’on fait un rapide calcul, on obtient une moyenne de 600 membres par génération sur une population de plusieurs centaines de millions d’individus. Cela est grave, très grave car les USA s’avèrent finalement n’étre rien d’autre qu’une sorte d’oligarchie ou plutôt une ploutocratie sous une belle couverture démocratique. Quelle accusation allez vous me rétorquer. Et bien rappelez-vous de l’élection du bonesman, George W Bush, à  la présidence des USA en l’an 2000. Si vous n’étes pas encore convaincu que cette élection s’est déroulée de manière frauduleuse, lisez l’article écrit à  ce propos par Gregory Palast », http://www.gregpalast.com/columns.cfm?subject_id=1&subject_name=Theft%20of%20Presidency« . Sachez également que ce courageux journaliste anglais est interdit de séjour aux Etats-Unis depuis la parution de cet article dans le Harper’s magazine. Etrange quand on sait que le premier article de la constitution américaine touche justement à  la liberté d’expression!

L’ordre des Skull & Bones (Cràne & Os) est une société secrète réunissant des anciens élèves de l’Université de Yale. Installé dans l’île de Deer Island, dont il est propriétaire, il pratique un rite satanique autour du cràne de Géronimo. La CIA y a recruté quelques-uns de ses cadres les plus prestigieux et la statue du fondateur de l’ordre orne l’entrée de l’agence de renseignement. La famille Bush est membre depuis trois générations de cette secte huppée.
Le répertoire qui suit a été publié par Antony C. Sutton dans son ouvrage America’s Secret Establishment, an Introduction to the Order of Skull and Bones.
Ici toute la liste de ces personnalités : http://www.reseauvoltaire.net/article8507.html
Il aura fallu attendre pas moins de 170 ans pour avoir des images d’un rituel qui ne concerne qu’environ 800 personnes par génération. Cette société secrète est au coeur de l’appareil d’Etat américain et de sa puissance.
Un bonesman vétu d’une robe de cérémonie se trouvait près de George W. qui haranguait les néophytes avec sa voix traînante et typique du Texas : « je vais vous aléser comme j’ai alésé Al Gore » et « je vais vous tuer comme j’ai tué Al Gore ». Ensuite, les autres bonesmen présents ont commencé à  se moquer, de manière méprisante, de ce qui était arrivé à  Abner Louimatout en criant à  plusieurs reprises : « Enlève ce piston hors de mon cul! » Cela vous donne déjà  une idée du haut degré de civisme, d’éducation et surtout du caractère raciste de cette bande de riches WASP prétentieux.
Il est important de se rappeler qu’il ne s’agit pas du rituel d’initiation d’une fraternité quelconque. Nous avons affaire au rituel d’initiation de ce qui est probablement, en terme de puissance réelle, la plus puissante société secrète du monde (n’oublions pas que nous parlons des membres des familles les plus hauts placés de l’establishment du pays le plus puissant du monde, les USA). C’est autre chose que la Cosa Nostra, par exemple, qui n’est déjà  pas n’importe quelle organisation, mais ici, il s’agit de gens qui vont contrôler une énorme partie de l’appareil d’Etat américain! Ainsi, on pourrait dire, ce sont les mots du spécialiste Maureen Dowd, que les Bush sont les WASP Corleones! C’est une cérémonie d’initiation qui a forgé des diplomates, des nababs des médias, des banquiers et des espions dans un esprit de perpétuelle camaraderie multi-générationnelle bien plus influente que dans n’importe quelle autre fraternité et/ou groupe social. C’était et cela reste toujours depuis plus de 150 ans, le coeur du coeur de l’establishmlent américain.

Cet article fournit aussi d’autres révélations obtenues par l’opération des membres de l’équipe de the observer et par la découverte de documents officiels. Elles incluent:
• les mots secrets du SandB appelés « mantra de la mort. »

Voici le site qui révèle toute l’ignominie des maîtres du monde : http://users.skynet.be/apocalypsenow/skullandbones1.html

Les articles sur Veritas directement liés sont :
Complot Mondial ?! délires ? Vraiment !? et Le 4eme Reich des Puissants

Sources : http://users.skynet.be/apocalypsenow/skullandbones2.html / http://www.reseauvoltaire.net/article8507.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *