Manuscrit de Voynich: nouveaux indices

news-voynichLe mystérieux manuscrit qui semble être écrit en charabia pourrait en fait l’être dans un dialecte éteint de la langue nahuatl du Mexique. Des  illustrations de plantes dans le manuscrit ont été pour la première fois liées à des plantes indigènes d’’Amérique centrale, ce qui suggère une nouvelle origine pour le texte. Mais certains disent encore qu’il pourrait s’agir un canular.

Le manuscrit de Voynich intrigue les chercheurs depuis que le marchand de livres Wilfrid Voynich l’a découvert dans un monastère italien en 1912. Parmi des centaines de pages de texte toujours indéchiffrable, il y a des illustrations de nymphes nues, des diagrammes astrologiques, et les dessins de plantes que personne n’a été en mesure d’identifier.

Une guerre d’érudits a fait rage pendant des années entre ceux qui pensent que le manuscrit contient un véritable langage qui pourrait éventuellement être décodé, et ceux qui pensent que c’est un faux habile destiné à tromper les collectionneurs de livres.  » C’est une bataille à deux aspects », explique Alain Touwaide, un historien de la botanique au Smithsonian Institution à Washington DC.

Aspect mexicain

Auparavant, de nombreux chercheurs ont supposé que le manuscrit devait être originaire d’Europe, où il a été découvert. Mais le botaniste Arthur Tucker de la Delaware State University à Douvres a remarqué des similitudes entre certaines plantes du manuscrit et des illustrations de plantes originaires du Mexique dans les dossiers du 16ème siècle.

Tucker a commencé à recueillir des copies de livres botaniques mexicains par curiosité sur l’histoire des plantes. « Tout à fait par accident, j’ai parcouru le manuscrit de Voynich et c’était un moment à la Homer Simpson « Oh! Bien sûr, cela correspond à mes autres manuscrits et les œuvres d’art du 16ème siècle au Mexique.

L’exemple le plus frappant est une illustration d’une plante à savon (le xiuhamolli) dans un livre mexicain du 1552. Tucker et Rexford Talbert , un chercheur retraité du US Department of Defense et de la  NASA , ont reliés un total de 37 des 303 plantes , six animaux et un minéral illustrés dans le manuscrit de Voynich aux espèces du 16ème siècle dans la région qui se trouvent au Texas , en Californie et au Nicaragua . Ils pensent que la plupart des plantes auraient pu venir de ce qui est l’actuel centre du Mexique.

Sur la base de ces similitudes, les deux suggèrent que le manuscrit est venu du Nouveau Monde, et qu’il pourrait être écrit dans une forme éteinte de la langue nahuatl du Mexique, décrypter les noms de ces plantes pourrait donc aider à déchiffrer le code Voynich.
Falsification des plantes

Gordon Rugg de l’Université de Keele au Royaume-Uni reste sceptique. Il pense qu’un faussaire prudent aurait reconstitué des plantes plausibles.
«C’est avec d’assez bonnes chances que vous trouverez des plantes dans le monde qui se trouvent ressembler par hasard à celle du manuscrit de Voynich», dit-il.  » Si je m’installe avec un logiciel générateur de plantes aléatoires et qu’il génère 50 plantes complètement fictives, je suis sûr que je pourrais trouver 20 vraies plantes qui arrivent à ressembler à 20 des plantes composées.  »

Touwaide indique que les résultats sont intrigants, mais reconnaît qu’elles constituent l’une des nombreuses hypothèses. «Je crois que cela ne prouve rien. Si c’est un faux, quelqu’un pourrait très bien avoir eu l’idée de créer la contrefaçon sur la base de la flore du Nouveau Monde. Tout au plus, cela montre une possible source de la contrefaçon.  »

Tucker admet qu’il y a du travail à faire avant de pouvoir rejeter l’hypothèse de la mystification. Mais l’une des plantes du manuscrit de Voynich le fait s’interroger : elle ressemble étrangement à Viola bicolor, la pensée de campagne américaine, qui ne pousse qu’en Amérique du Nord. La distinction entre cette plante et son équivalent européen, Viola tricolor, n’a pas été connus qu’après que le manuscrit de Voynich a été découvert. En excluant le voyage dans le temps, dit Tucker, comment cela aurait-il été possible ?  » Si c’est un canular, ils ont fait un sacrément bon travail et ils ont eu l’aide d’un botaniste compétent qui avait des connaissances seulement disponibles après 1912 pour certains cas essentiels.  »

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *