MIB avec cape

Il ne fait aucun doute dans mon esprit que lorsqu’il s’agit de la question des Men in black, il existe un lien direct entre ces personnages menaçants et une foule d’autres phénomènes surnaturels. Cela comprend le Hat-Man, le Peuple de l’Ombre, les Black-Eyed Kid, et les Women in black. Toutes ces entités sont définitivement sinistres par nature et doivent être évitée à tout prix. Et, jusqu’à un degré, ils se reflètent encore l’un l’autre.

Men-in-Black-Cloaks-585x306

Les Black-Eyed Kids, par exemple, ont un parallèle avec les MIB quand ils essayent d’entrer dans les foyers, généralement tard dans la nuit. Le MIB et le Hat-Man sont tous deux connus pour leurs feutres de style ancien. Les Women in Black sont les homologues féminins absolus des MIB, même jusqu’à la peau pâle, trop lisse. Et il y a plusieurs rapports sur des Shadow Peoples portant des feutres.

Cela me porte à croire que toutes ces «choses» sont des manifestations d’un même phénomène, quoique de différentes (mais pas trop différentes) formes. Il y a, cependant, encore une autre entité qui tombe dans cette catégorie particulière, celle sur laquelle j’ai quelques rapports, mais qui est souvent négligée quand il s’agit de la connecter au MIB. Je parle des MIB avec cape.

Mon impression est que beaucoup de gens qui expérimentent les MIB avec cape placent leurs rencontres dans la catégorie fantôme, ce qui est très compréhensible quand vous lisez certains récits de témoins (tels que celui ci-dessus). Prenez, par exemple, ce cas qui contient les aspects classiques de l’activité surnaturelle, comme des sentiments de paralysie pendant le sommeil, et les mauvaises odeurs dans la maison. Bien sûr, une explication terre-à-terre pour au moins certains de ces phénomènes a été offerte: paralysie du sommeil.

sleep-paralysis-570x379

je dois dire que, personnellement, je ne pense pas que la paralysie du sommeil rende compte complètement de l’histoire (et particulièrement en ce qui concerne les cas impliquant une activité de poltergeist, des perturbations électriques, et plusieurs personnes). Mais, je ne pense que plus d’attention devrait être accordée à la question des MIB avec cape et leurs connexions à la question OVNI / MIB. Et je vais vous dire pourquoi.

J’ai mentionné plus haut que j’avais  un certain nombre de rapports sur les MIB avec cape dans mes fichiers. En fait, il n’y a que trois rapports. Mais, trois est mieux que rien. Une rencontre avec un MIB avec cape a eu lieu en 196 à Pasadena, Californie. Les détails m’ont été donnés en 2001. La seconde histoire s’est déroulée à Albuquerque, Nouveau-Mexique en 2002, et le récit m’a été envoyé cette même année. Quant à la troisième rencontre, elle a eu lieu en 1997, sur l’île de Porto Rico. Les faits qui m’ont été fournis lors d’un voyage dans l’île en 2009 , alors que je faisais des recherches son monstre le plus célèbre, le Chupacabra.

Malgré les différences de lieux, il y a un certain nombre de similitudes notables. Les trois cas impliquent des femmes. Et toutes avaient la vingtaine à l’époque de leurs rencontres avec le MIB avec cape. Deux ont des souvenirs graphiques du type abduction par des extraterrestres, et une d’elle a eu une période déroutante de temps manquant, ce qui continue à la perturber à ce jour. Il y a encore d’autres similitudes. Dans les jours suivants leurs rencontres, toutes les trois ont eu des expériences étranges et terrifiantes dans le milieu de la nuit. Oui, il y avait des sensations de style paralysie du sommeil, comme l’incapacité à se déplacer, la sensation de la présence d’un personnage hostile dans la chambre, et un sentiment de crainte profonde.

mib-570x570

Ce qui m’a vraiment marqué , cependant, est une série de similitudes très spécifiques. Par exemple, les chapeaux noirs qu’ils portaient ressemblaient beaucoup plus à un chapeau de cow-boy par la taille et le style qu’à des feutres. Toutes les trois croyaient que le MIB avec cape était là pour les avertir de rester silencieuses sur ce qu’elles rencontraient. L’un des «hommes» arborait un lourd bracelet en argent à son poignet gauche. Un autre portait une longue chaîne d’argent autour de son cou. Et leurs capes étaient très longues, elles descendaient jusqu’à leurs chevilles.

Je suis habitué à recevoir des rapports étonnants et étranges – sur toutes sortes de choses – sur une base régulière. Mais, pour obtenir trois récits couvrant plus de trente ans, venant distinctement d’endroits différents, et dans lesquels les circonstances sont pratiquement identiques, est remarquable. C’est encore à noter. Je trouve aussi curieux d’avoir été le destinataire final de ces trois cas. Par cela, je veux dire qu’ils me sont parvenus de manière étrange. Des synchronicités remarquables font également partie de ces histoires. Ce sont des questions que je vais développer dans un prochain article sur ces « coïncidences significatives. »

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *