Mokele-mbembe: profiler le monstre mortel du Congo

Il y a eu, pendant des siècles, des récits sur un monstre mortel et violent qui se cache dans les eaux africaines, plus particulièrement dans le bassin du Congo. Les lacs, les rivières et les marécages sont les environnements préférés du monstre, connu sous le nom de Mokele-Mbembe. Son nom signifie en français: » Celui qui arrête les rivières ». C’est des plus adapté, puisque le Mokele-Mbembe aurait la taille d’un éléphant, et pourrait être même plus gros, et un long cou musclé.

forum-ufologique-mokele

Si, localement, l’existence de la bête est connue depuis des générations; ce n’est pas avant 1980 que le reste du monde, grâce aux média traditionnels, a entendu parler de cet animal mystérieux et de ses exploits. Il faut qu’il a des allures de relique survivante du jurassique, même si ce n’est probablement pas le cas. Cette année -là, le Dr. Roy P. Mackal s’est rendue en Afrique pour essayer de déterminer la véritable nature du Mokele-Mbembe. Il est important de noter que Mackal n’était pas un amateur, il était biologiste et biochimiste et il a pour l’essentiel travailler à l’Université de Chicago.

forum-ufologique-mokele-mbembe

Mackal a eu la chance d’interroger un grand nombre de personnes qui avaient un Mokele-Mbembe, ou qui en avait entendu parler. Après avoir écouter avec attention les récits des témoins, et avoir étudié les descriptions des monstres, Mackal est arrivé à une conclusion étonnante: ces animaux étaient peu-ête des sauropodes. Nous parlons bien de ces énormes reptiles qui se sont éteints il y a 65 millions d’année. Leur règne sur notre planète prit soudainement fin, sans doute suite à la collision de notre planète avec une comète ou un gros météorite. Sept ans après son voyage en Afrique, il a écrit un livre sur son travail: , A Living Dinosaur? In Search of Mokele-Mbembe, une excellente lecture.

Mackal n’est pas le seul à avoir recherché la vérité sur le monstre du Congo. Le regretté J. Richard Greenwell a aussi passé beaucoup de temps à essayer de résoudre l’énigme Mokele-Mbembe. Il a ciblé la Likouala, un endroit où il est tombé sur nombres traces énorme, ce qui suggérait la présence d’une grosse bête forestière qui passait du temps à la fois dans l’eau et sur terre.

sauropod4-570x390

 

En 1986, un dénommé Rory Nugent observa un animal à long cou dans un marécage, ce qui ajouta du poids à la théorie que le Mokele-Mbembe pourrait être un sauropode. La partie la plus étrange de l’affaire est que Nugent a réussi prendre deux photos claires de l’animal. Elles auraient pu permettre clore le cas une bonne fois pour toute. Sauf sur un point: les indigènes de la région, voient le Mokele-Mbembe comme une bête avec des connotations surnaturelles. En conséquence, ils demandèrent à Nugent de détruire le film sinon le monstre les tuerait tous. Compte tenu de l’hostilité manifesté, Nugent, peut-être avec sagesse, fit exactement ce qu’on lui demandait.

La quête du Mokele-Mbembe se poursuit: Richard Freeman, du Centre de Zoologie Fortéenne; s’est rendu dans la région en 2006. Freeman croit que la créature existe mais il suspecte fortement que c’est un type inconnu de varan. Imaginer un féroce varan de Komodo de plus d’un mètre et vous avez une idée de ce que Freeman a en tête.

komodo-dragon-standingL’idée que le Mokele-Membe soit un énorme varan est plus logique le scénario de sauropodes survivants errant dans le bassin du Congo. ce n’est pas aussi excitant que la perspective de découvrir des bêtes depuis longtemps éteintes, mais se retrouver face un lézard de plus d’un mètre est une expérience toujours étonnante, et, très probablement, une expérience très dangereuse et risquée, aussi!

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *