Mont Saint Odile: tunnels mystérieux et manuscrits manquants

L’antique couvent du Mont Sainte-Odile en Alsace est imprégné de mystère. De tunnels secrets à la disparition de plus de 1000 livres anciens, il y a beaucoup à dire sur ses plus de 1300 ans d’histoire.

forum-ufologique-sainte-odile

La légende d’Odile

Selon la légende, Odile, qui a donné son nom au couvent, état la fille du Duc d’Alsace, elle était née aveugle. Son père était dégoûté par son enfant, fille et handicapée. Sa mère qui ne voulait pas tuer l’enfant; l’emporta discrètement à la ville voisine de Palma. Là, la jeune fille fut élevée par une famille de paysan. On raconte qu’un ange guida Saint Erhard de Regensbourg à Palma. L’évèque baptisa Odile qui recouvra immédiatement la vue. L’histoire se répandit dans la région et bientôt Hugues, le jeune frère d’Odile vint voir si cela était vrai.  Enfin réunis, Odile et Hugues retournèrent joyeusement dans les états de leur parents.

Cependant, le Duc était si en colère de voir Odile qu’il tua accidentellement Hugues. Sainte Odile ressuscita rapidement son frère et fuit rapidement de l’autre côté du Rhin. Le Duc, enragé, la pourchassa, la poussa jusqu’à une falaise escarpée. Odile escalada les rocs facilement mais son père n’était pas si agile. Il tomba et fut assommé par les rochers. Odile, pleine de compassion, descendit et aida le Duc a rentré chez lui. Elle resta à son chevet pour le soigner. De retour à la vie, sa colère se calma et il se mit à aimer Odile. Il établit le monastère sur un pic des Vosges en son honneur vers 700. Odile en fut l’abbesse jusqu’à sa mort en 720. Elle et son père sont enterrés dans l’Abbaye.

Le mont Sainte Odile et le monastère
Le mont Sainte Odile et le monastère

L’histoire de l’Abbaye fut extraordinaire. Elle fut détruite plusieurs fois dont une fois par la foudre en 1572. Reconstruite à chaque fois, elle reste aujourd’hui active, avec un hôtel et un restaurant pour recevoir les touristes et les pèlerins.

L’affaire des livres manquants

En août 2000, des livres commencèrent à disparaître de la bibliothèque du Mont Sainte-Odile. La suspicion régnait parmi les moines et les moniales de l’Abbaye. Beaucoup suspectait que c’était le bibliothécaire: le Père Alain Donius. Les serrures furent changées, les fenêtres scellées et des gardes posté, rien n’y fit, livres continuèrent de disparaître.

Le Père Alain Donius dit:

Il n’avait aucun signe d’effraction et pourtant notre bibliothèque était progressivement vidée, je pensai ‘ un jour, je vais entrer et il n’y aura plus rien.

Le Procureur de la République Madeleine Simoncello déclara

Des objets extraordinaires disparaissaient, parfois un seul, une autre fois par douzaine. C’était vraiment un mystère parfait. Le couvent a changé les serrures à trois reprises et a scellé les fenêtres. Les vols se sont arrêtés quelques temps puis ils ont repris à Pâques. C’est alors que nous avons commencé à penser sérieusement à une autre entrée.

Il fallut près de deux pour que le voleur soit identifié et que le mystère des manuscrits disparus soit expliqués.

L'intérieur de la Chapelle
L’intérieur de la Chapelle

Les planchers furent enlevés, les murs sondés, les plafonds inspectés mais aucune porte secrète ne fut dévoilée. finalement, par hasard, un gendarme se pencha sur une étagère. Une planche tourna, s’ouvrit et révéla une petite pièce close. Sachant maintenant comment le voleur entrait dans la bibliothèque, il ne restait plus qu’à découvrir qui il était et à l’arrêter.

Madame Simoncelle raconte:

Nous avons installé une caméra de surveillance dans l’atelier de l’hôtel, et il fut pris en flagrant délit la nuit même. C’était un étudiant amateur de latin et il avait la passion de ces livres antiques, mais il n’avait malheureusement pas le droit de les prendre.

Le voleur de l’Abbaye du Mont Sainte-Odile

Stanislas Gosse, 32 ans, était un professeur vivant près de Strasbourg. Il aimait depuis longtemps la belle histoire de l’Abbaye et sa myriade de miracles. Un article dans une revue spécialisée à faible tirage consacrée au Mont Sainte-Odile faisait référence à l’existence d’une pièce cachée d’où les habitants plus âgée de l’Abbaye pouvaient surveiller les novices pendant qu’ils se reposaient dans le chapitre. Gosse utilisa les informations des archives publiques sur l’Abbaye et il identifia l’ancienne pièce d’espionnage et en déduisit la position du passage secret.

 

En août, 2000, il prit un rouleau de corde et se rendit à l’Abbaye en bicyclette. Pour trouver la chambre secrète, Gosse commença par le hall de l’hôtel. Il se glissa dans les corridors non utilisés entre la zone des visiteurs et l’Abbaye. Alors, il gravit un escalier étroit qui menait à point à l’extérieur d’où il pourrait escalader les murs de la falaise d’où il ferait face à la petite pièce scellée, la chambre des oreilles indiscrètes. Une fois à l’intérieur, Gosse s’est retrouvée dans la bibliothèque privée de l’abbaye, inaccessible au public. Elle était remplie de manuscrits uniques datant du 15ème siècle. Seul, Gosse alluma des bougies et les poussiéreux tomes oubliés pendant des heures, sans être dérangé. A l’heure de partir, mêlé aux derniers clients du restaurant, Gosse ne put résister à la tentation de prendre un livre ou deux. Puis il vint pour plus, puis plus encore. A l’époque de son arrestation, Gosse avait fauché plus de 1 100 textes.

En mai 2002, Gosse fut pris la main dans le sac, il portait deux valises contenant 300 livres. Dans son appartement, la police découvrit tous les manuscrits manquants, soigneusement et proprement rangés sur des étagères. Gosse n’avait même pas tenté de vendre les livres, sachant très bien que des documents aussi rares seraient identifiés immédiatement. La valeur de ces oeuvres est « incalculable », littéralement sans prix car elles sont uniques. N’importe quel expert les aurait instantanément reconnues », dit le Chanoine Charles Diss, un ancien directeur de l’Abbaye.

Gosse dit au tribunal lors de son procès en 2003:

J’ai peur que ma passion dévorante ne l’ait emporté sur ma conscience. Cela peut sembler égoïste, mais j’avais le sentiment que les livres avaient été abandonnés. Ils étaient couverts de poussière et de fiente de pigeon, j’avais l’impression que nul ne les consultait plus. Il y avait également le frisson de l’aventure. J’étais littéralement terrifié à l’idée d’être découvert.

forum-ufologique-historic-libraries

Inculpé de « vol par ruse et escalade », Gosse encourait jusqu’à cinq ans de prison. Son avocate, Cathy petit, fit valoir au juge que Gosse ne méritait pas une punition aussi dure car il avait pris grand soin des livres et même restaurer certains d’eux. De plus, tous avaient été rendus à l’abbaye. Le juge accepta de surseoir la peine de prison de Gosse. Le tribunal le condamna à une amende 17 000 € et à une peine d’intérêt général: aider les moines à cataloguer et restaurer les livres.

Le Père Donius et les autres habitants du Mont Sainte-Odile ont pardonné Gosse et sont contents qu’il puisse réaliser sa passion pour l’abbaye de manière légale. Gosse restera à l’Abbaye comme professeur, une requête acceptée par la cour. Le passage secret a été condamné.

Source

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *