Mystérieux sons non-identifiés au fond de l’océan Pacifique

Des spectrogrammes des mystérieux enregistrements sonores réalisés au fond du Pacifique en 1997.
La NOAA (U.S. National Oceanic and Atmospheric Administration) est un organisme de recherche des États-Unis qui s’occupe autant de l’étude de l’atmosphère que celle des océans. Au cours de ses recherches sur les sons marins elle a souvent utilisé des hydrophones autonomes afin de récolter des sons marins étudiés ensuite sur des spectrogrammes.Ces sons récoltés vont de ceux des baleines à ceux des sous-marins russes. Au cours de leurs recherches, les scientifiques de la NOAA sont tombés sur des sons qu’ils ne sont pas parvenus à identifier. Certains d’entre eux semblent  provenir d’animaux non catalogués ou de « machines » se trouvant dans la mer…

Le système d’hydrophones autonomes permanents de la NOAA

L’étude des sons marins remonte au temps de la Guerre Froide avec la nécessité pour les Etats-Unis de repérer les routes secrètes des sous-marins soviétiques. Le système actuel dont la NOAA dispose est hérité de ce système de surveillance nommé SOSUS (Sound Surveillance System) de la United States Navy. La plupart des sons détectés l’époque de la Guerre Froide provenait de baleines, bateaux et tremblements de terre, mais déjà des bizarres sons basse fréquence était détectés mais on y portait pas attention. Depuis, on a trouvé de nouvelles applications civiles aux hydrophones, étude des séismes, des icebergs (icebergs «chantants»), des cétacés et de la faune marine. Cette science de l’étude des sons sous-marins est devenu très élaborée à tel point que les sons enregistrés sont convertis en spectrogrammes qui permettent de distinguer le son d’un bateau, d’un séisme, d’un cétacé. Tous ces sons ont une signature particulière.

En Mai 1996 un système d’hydrophones autonome était déployé dans la zone Pacifique équatorial (à gauche de l’Amérique du Sud), pour étudier entre autre les séismes (reconnaissables à un spectrogramme bien précis). Dès l’année suivante en 1997, la NOAA détecta des sons d’origine inconnue. En tout elle a détecté 6 types et plus de sons marins inconnus reconnaissables à des spectrogramme bien différent, ces sons ont reçu des surnoms pour les distinguer: « Bloop », « Julia », « Train », Slowdown », « Whistle », « Upssweep ». Le son inconnu qui a le plus confondu les scientifiques est le mystérieux son «Bloop» capté en 1997 mais qui n’a plus été capté depuis.

La découverte du  son inconnu « Bloop »

L’origine de ce son demeure toujours inconnue. Dès 1997 les scientifiques pensaient que le son était beaucoup trop fort pour provenir d’une baleine. Il proviendrait peut-être d’un calmar géant ou d’une espèce de baleine inconnue mais de très grande taille. Phil Lobel un biologiste marin de l’Université de Boston ne croit pas à un calmar vu que cette créature ne dispose pas des membranes gazeuses nécessaires pour produire ce genre de son. A cause du profil audio de l’extrait sonore, il croit cependant à l’origine biologique du son et qu’il provient donc d’un animal.

Ce son mystérieux a été enregistré à de multiples reprises en 1997 par des hydrophones autonomes dans l’océan Pacifique équatorial. Le son en question avait une amplitude suffisante pour être entendu sur 5,000 kilomètres. Sa zone de localisation était à 50 degrés Sud et 100 degrés Ouest. Les scientifiques affirment que ce son proviendrait d’une créature qui détiendrait le cri le plus puissant du monde animal et que la taille de celle-ci serait bien supérieure à celle d’une baleine bleue, considéré l’animal vivant le plus gros existant sur Terre. Il est à noter que cette zone où a eu lieu la détection est très près du Point Nemo, le point de l’océan le plus éloigné de toute terre émergée. C’est de ce fait une zone très peu explorée dont la faune marine peut nous réserver des surprises.
Vous pouvez entendre le son « Bloop » ici pour vous faire une idée:

http://www.pmel.noaa.gov/vents/acoustics/sounds/bloop.wav

NB: L’extrait sonore est accéléré 16 fois.

Le fonctionnement des hydrophones de la NOAA.  L’illustration montre ici la détection des sons marins lors de secousses sismiques sous-marines.

Une découverte scientifique majeure?

Le 13 juin 2002, CNN faisait un article sur ces trouvailles avec le titre évocateur « Tuning in to a deep sea monster ». Dans cet article, les scientifiques de la NOAA ont émis l’hypothèse que ces sons (surtout le son « Bloop ») peuvent provenir d’un animal marin inconnu mais de très grande taille qui aurait le cri le plus puissant que n’importe laquelle créature connue sur Terre. Selon eux, ce son est trop fort pour provenir d’une baleine et pourrait provenir d’un monstre marin des profondeurs, possiblement une espèce inconnue de calmar. Christopher Fox de la NOAA croit que ces sons s’expliquent en partie par des courants marins et par l’activité sismique. Par exemple que le son « Upsweep »  proviendrait d’une montagne sous-marine. Le son « Bloop » demeure par contre toujours un mystère pour lui. Est-ce qu’il y a un grand animal inconnu en plein milieu du Pacifique? Quel est cet animal qui cri encore plus fort qu’une baleine? Pourquoi ce son n’a plus été entendu depuis 1997?

Sources:

http://www.bloopwatch.org/thebloop.html

Un site personnel sur le Bloop.

http://www.noaa.gov/

Site de la NOAA.

http://www.pmel.noaa.gov/vents/acoustics/sounds/bloop.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bloop

Le son inconnu surnommé « Bloop ».

http://www.pmel.noaa.gov/vents/acoustics/sounds/noise97139.html

Le son inconnu surnommé « SlowDown ».

http://www.pmel.noaa.gov/vents/acoustics/haru_system.html

Les hydrophones autonomes.

http://edition.cnn.com/2002/TECH/science/06/13/bloop/index.html

L’article de CNN sur l’hypothèse d’un monstre marin énorme.

http://oceanexplorer.noaa.gov/explorations/sound01/background/seasounds/seasounds.html#Anchor-1515

Étude des sons marins par la NOAA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *