Nanotechnologies : Révolution 2010

Les grandes promesses de l’infiniment petit » : les nanotechnologies.

« Secteur parmi les plus prometteurs de ce début de siècle, les nanotechnologies pourraient bouleverser bon nombre de domaines. Les applications attendues des nanotechnologies concernent aussi bien l’électronique grand public, les télécommunications et l’informatique que la santé. Les chercheurs imaginent méme de fabriquer de nouveaux matériaux et des systèmes nanoscopiques tels que des moteurs en utilisant directement les atomes et les molécules comme composants de base. »

Ce nouveau marché pourra rapporter plusieurs milles milliards de dollards…

En fait voilà  ce qui nous attend…

Les nanotechnologies ont le vent dans les voiles. C’est le moins qu’on puisse dire. Les gouvernements des pays industrialisés subventionnent à  coups de millions de dollars la recherche et le développement de cette nouvelle science, qui conduira, dit-on, à  la plus grande révolution technologique et industrielle de l’histoire.
Faut il craindre l’infiniment petit ?

Le débat éthique sur les nanotechnologies refait surface, dans le cadre d’un projet de loi visant à  favoriser leur essor aux Etats-Unis. Une série d’auditions et d’études présentent les dangers et bénéfices potentiels de cette science appliquée de l’infiniment petit. La loi devrait étre présentée à  la Chambre des représentants le 30 avril et votée dans le courant de l’année.
Le 9 avril dernier, la commission scientifique de la Chambre des représentants américaine organisait une audition pour évaluer les « implications sociétales des nanotechnologies ».
Divers experts étaient convoqués pour donner leur position sur cette science de l’infiniment petit, censée révolutionner de nombreux champs d’activité, de la médecine à  l’industrie, en passant par le militaire.

Risques et espoirs à  la loupe

Encore balbutiantes, ces technologies utilisent les propriétés électriques, chimiques et physiques des éléments, directement au niveau des atomes. Depuis plusieurs années, ONG et scientifiques soulignent les risques potentiels liés au développement des nanotechnologies. Encore hypothétiques, ceux-ci sont à  la mesure de ce qu’elles permettent d’espérer.

Devant le House Committee on Science, réuni en audition, Ray Kurzweil, un scientifique américain influent aux idées très radicales, a plaidé la cause des nanotechnologies : « Malgré les appels à  suspendre les recherches sur les nanotechnologies, nous n’aurons pas d’autre choix que de relever ce défi (…) Les avancées dans les nanotechnologies et les autres technologies d’avant-garde sont inévitables. » Kurzweil résumait ainsi l’état d’esprit des pro-nanotechnologies, venus mettre en garde les politiques contre toute mesure limitant la recherche.

Le projet de loi, intitulé « H.R. 766, The Nanotechnology Research and Development Act of 2003 », a pour but principal « d’établir un programme national d’investissement dans la recherche et l’éducation, et d’accélérer les applications commerciales dans le secteur privé ».

Le texte prévoit d’autoriser la Fondation nationale des sciences, un organisme fédéral, à  accorder des crédits publics supplémentaires à  la recherche nanotechnologique. Ils seront portés à  424 millions de dollars par an en 2006. En 2002, les dépenses de recherche et développement aux Etats-Unis dans la totalité du secteur étaient estimées à  604 millions de dollars.

Mises en garde répétées

Face à  ce développement programmé, les mises en garde contre les dérives potentielles des nanotechnologies se multiplient. En février 2003, un rapport du Joint Centre for Bioethics de l’université de Toronto dénonçait le « fossé » qui se creuse entre la science et l’éthique dans ce domaine.

Le 14 avril, un autre document publié par l’ONG canadienne ETC Group (Action Group on Erosion, Technology and Concentration), appelle méme à  un moratoire mondial sur les recherches nanotechnologiques.

Parmi les dangers qu’elles pourraient représenter, figurent leurs applications militaires. L’armée américaine compte parmi les plus gros investisseurs dans le secteur. Elle envisage de nombreux débouchés, comme des nanorobots capables de détruire des blindages ennemis.

L’échelle de l’infiniment petit pose également un problème de contrôle et de transparence : des caméras, des micros et des appareils surveillance nanoscopiques, par définition invisibles, seraient par exemple une menace pour la protection de la vie privée.

La médecine envisage l’introduction de nanorobots dans le corps, ce qui pourra soulever des problèmes éthiques similaires à  ceux posés par les modifications génétiques.

Le spectre de la gelée verte

Mais le scénario le plus noir mis en avant par les opposants aux nanotechnologies est celui d’une prolifération incontrôlée des nanorobots. Pour fonctionner, ces derniers doivent en effet étre extrémement nombreux et peuvent pour cela étre dotés d’une capacité d’auto-reproduction. Un problème dans ce mécanisme engendrerait un risque pour l’environnement difficile à  évaluer, les nanorobots n’ayant pas toujours vocation à  agir dans un milieu confiné.

Ce scénario est appelé « gelée grise » et constitue la base de Prey, le dernier best-seller de science-fiction de l’Américain Michael Crichton, dans lequel une nuée de nanorobots s’échappe d’un labo et devient un prédateur envahissant.

L’ONG canadienne ETC Group souligne que les nanorobots n’ont pas encore de capacité à  s’auto-répliquer. Mais ses responsables voient un danger plus probable dans la fusion en cours entre nanotechnologies et biotechnologies, qui donnerait des nano-robots hybrides, mécaniques et organiques : la « gelée verte ».

« Nous avons l’opportunité de prendre en compte les possibles enjeux sociaux, légaux, éthiques et philosophiques qui naîtront à  mesure que grandit l’industrie des nanotechnologies », a résumé le député démocrate Mike Honda, lors des auditions du House Committee on Science. « Des enjeux similaires ont été oubliés dans la génétique et le développement de l’internet et maintenant, nous luttons avec les questions de discrimination génétique, de vie privée et de propriété intellectuelle. »

Dans son volet d’évaluation et de prévention des risques éthiques liées aux nanotechnologies, le projet de loi compte « établir un comité associant différentes agences gouvernementales, sur la recherche et développement en nanotechnologies ».

Pour devancer les problèmes, le sénateur Mike Honda a proposé lors des auditions de créer « un comité consultatif composé d’experts, dont la seule responsabilité serait de gérer les conséquences inattendues, avant qu’elles ne se présentent ».

L’entité chargée de cette délicate mission ne devrait pas étre une nouvelle structure dédiée aux nanotechnologies mais pourrait dépendre du Council of Advisors on Science and Technology (PCAST), une instance consultative dépendant de la présidence américaine.

Soucieux que les nanotechnologies ne suscitent pas, comme les OGM, de rejet dans l’opinion publique, les politiques américains ne semblent pourtant pas vouloir changer de recette.

Alexandre Piquard

Communiqué de presse du House Science Committee après les auditions du 9 avril:
http://web.archive.org/web/20061208193721/http://www.house.gov/science/press/108/108-049.htm
Texte de la loi « H.R. 766, The Nanotechnology Research and Development Act of 2003 »:
http://frwebgate.access.gpo.gov/; docid=f:h766ih.txt
Mind the Gap: Science and Ethics in Nanotechnology, en .pdf (Joint Centre for Bioethics):
http://web.archive.org/web/20030404143002/http://www.utoronto.ca:80/jcb/pdf/nanotechnology_paper.pdf
Green Goo: Nanotechnology comes alive! (ETC Group):
http://web.archive.org/web/20060414081329/http://www.etcgroup.org:80/article.asp?newsid=373
Size Matters! The Case for a Global Moratorium (ETC Group):
http://web.archive.org/web/20060904145456/http://www.etcgroup.org:80/article.asp?newsid=392
sources : http://web.archive.org/web/20061103044327/http://www.ledevoir.com/2003/03/15/22541.html
http://www.transfert.net/a8660

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *