NUFORC et statistiques

Les statistiques sont rébarbatives mais elles sont souvent instructives. Voyons ce que l’on peut faire à partir des 55886 cas du NUFORC:

Ce qui donne:

Petite remarque:

Plus de 4% des témoins ne spécifie pas de forme
Plus 7 % ne savent pas l’identifier ce qu’ils ont observé.

Je crois que nous avons là les principaux type d’objets observés.

Ensuite on peut interroger les description:

Quel différence en un oeul et un oval? Un oval ne peut il etre un cercle vu sous un angle? J’exagère délibérement pour bien montrer la difficulté de la classification. A partir de 55886 cas, on peut recroiser par date, par lieu et autres.

Exemple par lieu:

Ce qui nous donne le top 16 des états avec plus de 1000 cas rapportés au seul NUFORC:

J’ai enlevé la case non spécifés et int car non pertinent. Résultat conforme à ce qui est attendu, lorsqu’on suit les témoignages US.

On peut multiplier à l’infini ce type de tableau avec la seule base du NUFORC: date, heure, couleur, durée de l’observation. Avec une importation excel, ca se fait bien. Mais la base du NUFORC est réellement bien conçue, autre chose que les données GEIPAN. Ces simples tableaux mériteraient une interprétation.

Répartition par an sur les 11 dernières années:

Les 10 dernières années représente 75% des cas de la base NUFORC, ce qui est cohérent. Il s’agit d’une base de données reposant sur les témoignages déposés.

Le nombre moyen des cas par est de 3809, mais les années entérieures à 2003 font baisser cette moyenne. Si on réduit la période à cinq ans la moyenne passe à 4489 cas par an.

Question: Augmentation de l’activité ovni ou meilleures développement de l’internet?

Répartition par mois, hors 2009 qui n’est pas une année complète:

Graphe nombre de cas par mois:

Graphe exprimé en pourcentage:

Comme on le contate la répartition est beaucoup plus lissée que dans le cas de l’étude de 2007 sur la Grande Bretagne, la courbe était la suivante:

UK 2007

Cet écart s’explique t il par les lanternes thaies, qui seront utilisées lors d’évènements festifs, comme les fétes de fin d’années? En ayant une longue période de référence, certains piques sont lissés.

En tentant une autre approche, j’ai fait cette courbe qui présente les cas par mois sur 5 ans de 1998 à 2002:

On notera en 1999, des pics en septembre et novembre, en 2000 c’est juillet et en 2002 juillet à nouveau. 1998 et 2002 se comporte comme la courbe générale.

Aligné des périodes d’un mois est donc pertinent, car cela permet de faire ressortir les anomalies.

Période de 2003 à 2005:

2003 et 2004 semblent des années se comportant conformément à la courbe générale. Forte activité sur aout. 2005, on peut noter le pic en septembre.

2006 fin d’année active. 2007 présente plusieurs pic: janvier et mars. 2008: janvier, juillet et octobre

Pour mémoire l’incident d’O’Hare s’est déroulé en novembre 2006.

Voici les données sur près de 12 ans la courbe de tendance ne varient pas énormément. Elle semble moins marqués les dernières années. Elle doit nous dire quelque chose: sur nous? sur eux? sur les rapports entre nous et eux?

On peut pour le plaisir faire celle-ci de 1960 à nos jours:

Même le manque de données ne suffit pas à gommer le style de la courbe. Par contre lorsqu’on allonge la durée les pics sont beaucoup mieux mis en évidence.
Nous n’avons pas tant de moyens d’avancer que cela alors peut=être faut il faire avec les moyens du bord.

J’ai fait une comparaison avec les données MOD, patiemment collectées par M. Anakin: http://www.anakinovni.org/divuuk.htm (de la belle ouvrage ):

Ce qui donne:

Peu parlant. Ceci l’est plus:

 

Pour avancer, réellement, il faudrait une base mondiale sur les 60 dernières années et là on aurait des résultats, on pourrait tenter diverses approches, c’est ce que fait tranquillement M. Anakin (Monsieur est une marque de profond respect). Alors me direz vous ce travail est vain. Je réponds que non d’une part pour les simples constantes mises en évidence qui montrent que le phénomène n’a rien d’aléatoire, ce qui serait le cas si nous n’avions affaire qu’à des farceurs. Peu d’états on plus de 1000 cas par ans. il y a donc ciblage. Là encore, il serait intéressant de découvrir ce qui les intéresse. Ces simples éléments valent la peine d’être mis en évidence. Je vais poursuivre, je vais descendre d’un échelon: l’état, voir si nous retrouvons les mêmes constantes, le type d’engin, voir si on trouve ne serait ce qu’un signature en négatif.

La base du NUFORC= 55886 cas. Les divers études donnent entre 4% et 15% de cas valides résistant à toute interprétation:
Validité 4%= 2235 cas valides
Validité 10%=5588 cas valides
Validité 15%=8383 cas valides

 

Pour schematiser entre 150 et 750 cas valide par an

Les onze dernières années représentent 75% des cas, amusez vous à faire le calcul. Ce n’est que la base du NUFORC, à laquelle il faudrait ajouter la base MUFON, CUFOS, NIDS, NICAP plus les autres moins renommées mais toute aussi fournies. Et là encore, il ne s’agit que des USA. Mise bout à bout, toutes ces bases donnerait combien de milliers cas valides? On comprends que certains soient effrayés par ces bases ne dépendant de personne, où tout le monde peut témoigner sans passer pour un doux-dingue.

Les OVNI sont une réalité. Le nombre de cas valides déduit des pourcentages des resultats d’enquête est une réalité. Il se passe quelque chose dans le ciel et tout le monde dort. Très franchement, je trouve cela inquiètant.

Page du NUFORC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *