Objectif Terre

Nous sommes à  la veille d’une découverte fantastique, celle de planètes telluriques. Qui dit tellurique, dit possibilité d’une planète type Terre. Voyez ici le début d’une aventure qui va débuter dès l’année prochaine en 2005. Une aventure qui ne fait que commencer et qui ne peut que nous faire réver…

Comment détecter des planètes telluriques :

  1. En observant leur transit devant l’étoile. Trois missions spatiales (Eddington et Corot pour l’Europe, Kepler pour les Etats-Unis) seront lancées entre 2005 et 2008. En observant la variation de la luminosité de l’étoile, ces engins seront capables de déceler des planètes de 1 rayon terrestre.
  2. Par interférométrie. Vers 2015, Darwin (Europe) et Terrestrial Planet Finder (Etats-Unis), deux observatoires spatiaux composés de plusieurs télescopes, permettront de voir les planètes et de détecter à  leur surface la signature de l’ozone, donc d’oxygène, rendant par là  méme possible l’existence de vie.

yukon

Photo Du delta de Yukon en Alaska

Aout 2004 :

Une équipe internationale comprenant des astronomes français (associés au CNRS), suisses, portugais et de l’ESO (European Southern Observatory) vient de détecter la moins massive des exo-planètes jamais observées. Cette planète a une masse équivalente à  14 fois celle de la Terre et tourne autour de l’étoile mu Arae en 9,5 jours. Les chercheurs ont utilisé le spectrographe HARPS (High Accuracy Radial velocity for Planetary Searcher) installé au foyer du télescope de 3,6 m de l’ESO à  La Silla au Chili.
Avec la qualité du résultat ainsi obtenu et HARPS étant opérationnel depuis seulement un an, on peut envisager dans l’avenir la détection de planètes de type tellurique avec de courtes périodes orbitales.

andes

Photo des Andes, le désert du Atacama au Chili.

PLUS DE CENT PLANETES EXTRA-SOLAIRES,

et toujours pas de Terre en vue ?

Tandis que la barre des cent planètes extra-solaires vient tout juste d’étre franchie, aucune planète comparable à  la Terre n’a encore été trouvée. Entre les différentes équipes de recherche, la compétition est acharnée.

Le Satellite COROT offre des perspectives exceptionnelles au plan des avancées scientifiques. Plus d’une centaine de chercheurs sont ainsi impliqués dans ce projet, étape capitale dans les efforts déployés par l’Europe pour déceler l’existence de planètes habitables. Il ouvrira notamment la voie aux futures missions EDDINGTON et DARWIN.

sahara

Photo du Sahara, désert en Libye.

COROT scrutera de façon successive 5 parties différentes du ciel pendant 150 jours consécutifs. L’étendue de ces mesures, complétées par des séquences d’observations plus courtes, lui permettra d’analyser la composition de près d’une centaine d’étoiles et d’en étudier plus de 120 000 dans le cadre de sa recherche de planètes extra-solaires.
Gràce à  ces données, la communauté scientifique pourra comparer le Soleil aux autres astres et améliorer sa connaissance des phénomènes de transport d’énergie qui se produisent au coeur des étoiles.

Les scientifiques estiment également pouvoir découvrir entre 10 et 40 planètes de taille moyenne, d’une architecture proche de celles du système solaire. Ces planètes constitueraient de nouveaux mondes à  explorer dont la taille et la composition chimique pourraient étre compatibles avec la présence d’eau liquide. COROT devra donc démontrer leur existence, déterminer leur nombre et les environnements favorisant leur développement.

sulaiman_1

Photo des montages Sulaiman au Pakistan.

L’Agence Spatiale Européenne (ESA) et l’Observatoire Astronomique de Palerme ont organisé une session internationale de travail appellée « Structures stellaires et recherche de planètes habitées », consacrée spécifiquement à  choisir un secteur du ciel qui sera analysé en détail par le satellite Eddington, une mission de l’ESA pour l’étude de plusieurs étoiles et la recherche de mondes habitables qui sera lancé au début de 2008.

Eddington est un observatoire astronomique spatial qui est actuellement développé par la ESA. Un de ses objectifs est de découvrir des planètes candidates qui peuvent loger la vie, comme nous la connaissons sur la Terre, en suivant avec un détail très poussé une zone déterminée du ciel, une sélection qui doit étre effectuée avec beaucoup de soins.

france

Photo du Sud Est de la France.

Ce satellite sera probablement lancé par une fusée Soyuz-Fregat depuis le Cosmodrôme de Baikonur. Il voyagera au-delà  de la Lune et il se situera dans le second point Lagrangiano (L2), où il mènera à  bien sa mission de cinq années. Pendant deux de ces cinq années il étudiera des étoiles individuelles, pour détecter les oscillations subtiles de ses surfaces, qui rendent compte des conditions internes de ces astres. Les trois années restantes il restera en étudiant un domaine riche en étoiles, en cherchant des planètes autour de celles-ci.

La découverte d’une planète type terrestre donnera certainement l’élan à  l’humanité d’essayer de l’atteindre. Le problème actuel des distances énormes qui nous situe pour l’étoile la plus proche est de 18 années lumière.

Il faudra inventer de nouveaux systèmes de voyages inter spatiaux. Il aura fallu des centaines d’années pour observer des planètes extra solaires, combien faudra t-il de temps pour construire un vaisseau spatial pour les atteindre ?

carnegie

Photo du lac de Carnegie dans l’Ouest de l’Australie.

La haute technologie humaine qui s’est emballée depuis le XXeme siècle nous permettra certainement de trouver des solutions rapidement.

Notre Terre malade de nous méme pourrait nous pousser à  trouver rapidement une autre Terre. Ainsi l’Objectif terrestre des prochaines 50 années sera l’Objectif Nouvelle Terre. Seront nous capables de construire les technologies qui nous permettront d’y aller. Il est fort à  parier que oui. Il existe déjà  de nombreuses pistes. Les trous de ver qui nous aideraient à  traverser l’espace interdimensionnel en quelques semaines. Ou encore l’énergie de l’anti matière nous permettrait de créer un champ d’énergie qui réduirait l’espace temps de la cible à  nous. La vitesse ionique déjà  élaborée pour une sonde US, aiderait à  atteindre des vitesses immenses. Mais si nous désirons dépasser la vitesse de la lumière, seules les possiblités de traverser l’immensité de l’espace temps comme les trous de ver ou de l’anti matière nous sont offertes aujourd’hui. Mais il est probable que le meilleur reste à  découvrir. Ainsi aurons nous la chance de découvrir un jour des images d’un autre monde vivant telles que nous les voyons ci dessus ?

sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *