Opération cheval de Troie

En 1970, l’un des plus importants livres d’ufologie jamais publiés, a été déclenché sur le monde. Son titre: Opération Cheval de Troie. Son auteur, John Keel, est sans doute plus connu pour son classique: The Mothman Prophecies. Comme tous les livres de Keel,  Opération Cheval de Troie divise (et continue à diviser) les lecteurs en deux camps:

  1. Ceux qui pensent que Keel était sur quelque chose qui était très proche de ce qui se trouve au cœur de l’énigme OVNI
  2. Ceux qui pensent que les mots Keel sont à la limite de l’hérésie ufologique.

Ce dernier groupe était composé de ces âmes dont la mentalité est entièrement dominée par la théorie (et, oui ce n’est qu’une théorie) que les OVNIS ont d’origine extraterrestre. Pour beaucoup d’entre eux, les tentatives de Keel de ré écrire l’histoire et les traditions ufologique étaient carrément scandaleux et dangereux. Ceux avec une ouverture d’esprit rafraîchissante et ceux non contaminé par le facteur «Je veux croire », lui ont offert l’écoute équitable qu’il méritait. Alors, pourquoi mentinanais-je tout cela – au sujet d’un livre vieux de 43 ans – aujourd’hui?

C’est simple: grâce à des gars formidables Opération Cheval de Troie connaît un nouveau souffle à Anomalist Livres. Pour tout dire une nouvelle édition vient operation-trojan-horse-200x300d’être publiée.

Si vous n’avez pas lu Opération Cheval de Troie, vous avez maintenant la chance de le faire dans une nouvelle présentation de 349 pages. Et si vous l’avez lu, votre exemplaire comme le mien, est fatigué des relectures – vous devriez investir dans la nouvelle édition, aussi. Il n’y a rien de mal à mettre à jour sa bibliothèque!

Vous pourriez vous demander quelle est la particularité de l’Opération Cheval de Troie de John Keel? Voyons voir.

Tout d’abord, si vous êtes le genre de personne qui veut rien entendre d’autre que des histoires passionnantes du type de celles qui titillait un solitaire obsessionnel  nommé Fox Mulder, dans les années 90, et que vous acceptez l’hypothèse extraterrestre (ETH), sans question, vous allez avoir droit à un grand et fort réveil. Ou vous prendrez l’approche regrettable: «Je ne veux pas le savoir. Laissez-moi avec mes extraterrestres morts, mon Hangar 18, mes extraterrestres prélevant des échantillons de sols, et ma back-ingénierie des vaisseaux spatiaux de Zeta-Reticuli.  »

En effet, Keel ne suggère pas simplement que l’HET est beaucoup trop simple pour expliquer ce qui se passe dans nos cieux, dans nos bois, et dans les chambres. Il donne, plutôt, un uppercut du genre de ceux que Mike Tyson prodiguait à summum de sa carrière à l’HET. En d’autres termes, Opération Cheval de Troie envoie l’HET tituber dans l’oubli. Mais, Keel ne s’est pas simplement jeter sur l’HET pour le plaisir de le faire (bien qu’il en ait certes profiter narguer les fidèles ufologique). Non, il l’a fait parce que la preuve qu’il a découvert, suggére que ce était la bonne chose à faire.

Je dois admettre qu’adolescent, je fus un dévot de l’origine extraterrestre des OVNIS. Mon opinion s’était fondée sur les livres de Donald Keyhoe, des Lorenzen, de Leonard Stringfield, et ainsi de suite. Mais, avec le temps, je suis devenu de plus en plus convaincu que l’angle extraterrestre n’était pas assez étrange pour expliquer ce qui se tramait. Une des principales raisons étant qu’il semble y avoir des croisements nets entre les ovnis et les autres phénomènes paranormaux, tels que des rencontres avec des entités magiques comme les élémentaux – sans mentionner les aspects de la démonologie, des prophéties, et même de la cryptozoologie.

Keel fut quelqu’un qui – alors que Keyhoe exigeait bruyamment que l’US Air Force dise la vérité au sujet de visites extraterrestres sur Terre – a reconnu que les OVNIS n’étaient pas ce qu’ils semblaient être. Et ils ne sont pas ce que les intelligences à l’oeuvre derrière le phénomène nous demandent clairement de penser qu’ils sont.

trojan-ufo

Keel était en mesure de faire quelque chose que très peu ufologues étaient capables de faire: il a reconnu, et il n’a eu aucun scrupule à mettre en évidence les nombreuses et variées absurdités présentes dans tant de rencontres rapprochées avec les extraterrestres. Il a clairement souligné que les rencontres OVNI qui semblent se produire au hasard étaient tout sauf aléatoire.

Et il a également démontré à ses lecteurs que les rencontres 20ème siècle avec de supposés extraterrestres  connaissaient des parallèles étranges avec les séculaires rencontres impliquant le Petit Peuple,  les incubes, les succubes, les anges, et un large éventail d’autres entités qui nous ont longtemps raillé avec des aperçus fragmentaires d’eux et de leurs étranges « vie. »

John Keel a également été l’un des premiers ufologue à noter, et mettre en évidence, l’aspect « Tricheur » du phénomène OVNI. Keel a clairement indiqué que les entités qui orchestrent le phénomène OVNI, et la ruse qui y est liée « les extraterrestres », semblaient apprécier profondément la manipulation,  en trompant carrément  les témoins et les chercheurs.

Parfois, ce plaisir s’est avéré être carrément dangereux et malveillant, plongeant les enquêteurs et les témoins dans des mondes fait de maladie mentale, des maladies physiques, de malchance constante, négativité sur négativité, et bien plus encore. Comme Keel l’a également montré, dans les siècles passés, ceux qui se mêlait au monde de l’occulte ont également fait face avec cette question sombre et sinistre de ce choc en retour psychique. Il est des questions comme celles-ci qui sont l’essence même de Opération Cheval de Troie.

Si vous pensez maintenant que John Keel était un sceptique, vous avez tout à fait tort. Il était exactement le contraire. Il croyait au royaume de ce qu’on pourrait appeler les autres. Il n’avait également aucun doute sur le fait que les entités derrières les ovnis interagissaient à un degré élevé – et à un degré très proche – avec la race humaine, dès que l’envie mystérieuse les en prenait.

Mais le plus important de tout, les travaux de Keel ,c’est certainement ce qui remplit les pages d’Opération Cheval de Troie – montre que nous sommes de simples pions dans un jeu joué par de mystérieuses entités surnaturelles qui veulent à tout prix nous faire croire qu’elles sont extraterrestres, alors qu’en réalité, elles sont … autre chose. Keel peut ne pas avoir été en mesure de prouver ce que ce »quelque chose » était exactement, mais il s’en est sacrément approché.

Nick Redfern

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *