Opération Prato

Alors que les « chasseurs d’extraterrestres » concentrent leurs énergies sur les images de Mars ou sur la base top secret Area 51 dans le Nevada, une île en Amérique centrale a été le lieu d’une série d’observations d’OVNI qui a été officiellement étudiée par les responsables brésiliens au cours de l’Opération Prato.

Opération Prato
Une des photos de l’époque

L’opération Prato est une enquête sur une série terrifiante d’incidents signalés en 1977. Les résidents de la ville brésilienne de Colares ont affirmé que non seulement ils avaient observé des soucoupes volantes – mais qu’ils avaient également été attaqués par elles.

Des objets lumineux de différentes formes, tailles et couleurs auraient volé à basse altitude – à quelques mètres au-dessus de la cime des arbres – et tirer des faisceaux de lumière sur les personnes se trouvant en dessous.

Plusieurs témoins ont affirmé avoir vu des êtres pilotant les vaisseaux. Ils les ont décrits comme ne mesurant pas plus de trois à quatre pieds.

Ce qui différencie ces observations des observations habituelles d’OVNIS sont les nombreuses et récurrentes blessures dont les gens ont souffert.

Observations: Les photographies de lumières dans le ciel ont été prises par des fonctionnaires (Opération Prato)
Observations: Les photographies de lumières dans le ciel ont été prises par des fonctionnaires (Opération Prato)

Les rayons émettaient des faisceaux intenses de rayonnement qui provoquaient des marques de piqûres et des lésions. Certains ont rapporté aux médias locaux qu’à ce moment là  ils sentaient comme un «poids lourd poussé contre leur poitrine ».

Un rapport sur les affirmations formulées par les victimes, dit: « Le faisceau mesurait environ sept ou huit centimètres de diamètre et il était de couleur blanche.

« Il ne les traquait jamais, mais les frappait soudainement. Quand ils essayaient de crier aucun son ne sortait, mais leur yeux restaient ouverts. »

« Le faisceau était chaud, presque aussi chaud qu’une brûlure de cigarette. »

Décrivant les blessures, Le Docteur Wellaide Cecim Carvalho – qui a travaillé dans une unité de soins de santé de la région au cours des années 1970 – a écrit: « Chacun d’entre eux avaient subi des lésions sur le visage ou sur la région thoracique.

Incidents: de nombreux habitants de Colares disent avoir été attaqués par des soucoupes volantes.
Incidents: de nombreux habitants de Colares disent avoir été attaqués par des soucoupes volantes.

« Les lésions, ressemblaient à des blessures d’irradiation. Elles commençaient par un rougissement intense de la peau dans la zone touchée. »

« Plus tard, les cheveux tombaient et la peau virait au noir. Il n’y avait pas de douleur, seulement une légère chaleur. »

«On a également remarqué de petites marques de piqûre sur la peau. Les victimes étaient des hommes et des femmes d’âges divers. Aucun schéma ne se dégageait « .

Les soucoupes ont été rapidement surnommée «chupa-chupa»(1) – signifiant «suceur-suceur». Il y eut plus de rapports d’observations et plus d’incidents impliquant des personnes blessées ou perdant du sang. La panique a bientôt commencé à s’installer et les femmes et les enfants ont quitté la zone tandis que les hommes sont restés pour s’occuper de leurs maisons ou de leurs possessions.

Engin spatial: Les militaires ont dessiné des images de ce qu'ils ont vu (Opération Prato)
Engin spatial: Les militaires ont dessiné des images de ce qu’ils ont vu (Opération Prato)
Base: Des officiers ont signalés des ovnis volant dans les eaux côtières à proximité (Opération Prato)
Base: Des officiers ont signalés des ovnis volant dans les eaux côtières à proximité (Opération Prato)

N’ayant aucune explication raisonnable à offrir sur ce qu’était exactement derrière les soi-disant attaques d’ovnis, l’Armée de l’Air Brésilienne (FAB) a été chargé de découvrir ce qui se passait sur l’île. C’est alors qu’a commencé l’enquête officiellement nommée Opération Prato.

Un rapport militaire de 2000 pages a été rapidement établi, avec 500 photographies et 16 heures de film de ce que les soldats de la FAB aurait vu de leurs propres yeux.

L’uologue Daniel Rebisso Giese affirme dans son livre Vampiros Extraterrestres Na Amazonia (Vampires Extraterrestres de l’Amazone) que plusieurs militaires auraient souffert de dépression nerveuse, tandis que d’autres seraient devenus complètement fous au cours de l’enquête.

Les documents sont restés classifiés jusqu’à ce que plusieurs pages soient publiées en 2004, montrant des dessins et des photographies de ce que les militaires avaient vu.

Opération Prato
Aliens: Le chef de l’enquête a plus tard dessiné ce qu’il avait vu piloter les vaisseaux (YouTube)

Des lumières cylindriques brillantes apparaissent sur les photographies, tandis que plusieurs dessins montrent des objets de même forme de même observés par des habitants de l’île à l’époque.

Malgré cela, l’opération n’a jamais dit explicitement que les OVNIS ou les extraterrestres étaient la cause officielle des observations et des blessures.

Cependant, des fonctionnaires de haut rang de la FAB auraient dit à un groupe d’ufologues en 2004 qu’ils avaient discrètement étudié l’existence des ovnis depuis le milieu des années 50.

Mais quelle pourrait être l’explication si la théorie des extraterrestres est rejetée?

Certains pensent que la région a simplement été utilisée comme site de test pour un appareil militaire top secret – la même chose que pour expliquer les secrets derrière la zone 51.

Il y a, cependant, d’autres événements étranges outre les observations qui font de cette affaire un mystère en cours – et un aimant pour les théoriciens de la conspiration.

Le Dr Carvalho, qui a traité les blessures des insulaires après les «attaques», a dit plus tard, qu’elle a été «contrainte» de leur mentir au sujet de leurs blessures – et de leur dire que c’étaient simplement des hallucinations.

Gros titre: Les médias locaux ont rapporté les observations de 1977 (Grab)
Gros titre: Les médias locaux ont rapporté les observations de 1977 (Grab)

Elle a dit: « C’est ce que l’Armée de l’Air m’a toujours demandé de dire. »

Il ne se produit aucune sorte d’hystérie de masse ou d’hallucinations visuelles collectives.

« La psychiatrie prouve que celan n’a pas eu lieu. Il peut arriver des problèmes collectifs mystiques quand les gens se suicident en masse. »

« Mais personne ne peut pas avoir le même délire, la même hallucination visuelle, sonore et synthétique en même temps et dans des lieux différents. »

Elle affirme elle aussi avoir vu un OVNI, ajoutant: « Je pouvais voir le métal brillant des OVNIS et ce n’était pas été un objet en forme de cuvette, mais beaucoup plus semblable à un cône ou à un cylindre. »

Suite à cela, le capitaine Uyrange Bolivar Soares Nogueira de Hollanda Lima – le commandant de l’opération Prato – a donné une interview en 1997 à UFO Magazine, où il a raconté combien ses hommes étaient terrorisés au cours de leurs enquêtes.

Opération Prato
Blessures: Les victimes avaient des marques de piqûre sur leur peau suite à ce qu’ils ont dit être des attaques de rayon lumineux (Grab)

Il a continué en révéler des déclarations de témoins qui ont décrit les résidents prenant conscience qu’il fallait porter des vêtements de protection contre les tirs de rayons colorés sur leur tête, ainsi que plusieurs officiers avaient déclaré avoir vu des lumières étranges sortir et replonger dans les eaux côtières autour de la région – amenant quelqu’un à penser que c’était l’emplacement d’une base OVNI.

Trois mois après avoir donné l’interview, le capitaine Hollanda a été retrouvé mort dans sa maison après qu’il s’est apparemment pendu avec la ceinture de son peignoir.

Il est juste de dire qu’il y a beaucoup de choses suspecte à propos de ce cas particulier d’observations d’ovnis et cela reste l’un des incidents les plus déroutants et déconcertants de l’histoire des phénomènes inexpliqués.

Source

(1) Jacques Vallée donne une autre explication. Le nom serait lié à leur forme semblable à un réfrigérateur brésilien nommé « chupa ». En outre, il y eu des morts, essentiellement des chasseurs. (Voire Confrontation de Jacques Vallée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *